UFO INVESTIGATIONS-MOVIES
Entrez dans le cinéma de science-fiction, et redécouvrez toute la filmographie ovnis d'hier et d'aujourd'hui ...

Approchez les mystères de l'ufologie et prenez conscience que la vérité est peut-être sur le point d'éclater au grand jour ...

Enter the cinema of science fiction, and rediscover complete filmography UFOs Then and now ...
Penetrate the mysteries of the UFO and realize that the truth may be about to come to light ...

UFO INVESTIGATIONS-MOVIES

Dossiers d'archives, photos images articles, documents inventaires des séries et films sur le sujet ...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 STAR TREK : INSURRECTION (1998) Jonathan Frakes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
EBE 209
Astro navigateur
Astro navigateur
avatar

Messages : 1192
Réputation : 4
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Sirius B50

MessageSujet: STAR TREK : INSURRECTION (1998) Jonathan Frakes   Sam 5 Sep - 8:15

STAR TREK : INSURRECTION

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Star Trek : Insurrection est un film américain de science-fiction réalisé par Jonathan Frakes et sorti en 1998. Il constitue le neuvième chapitre de la saga Star Trek au grand écran.

RESUMER

Dans la zone de Briar, sur une planète lointaine, aux confins de la Fédération, une équipe d'observateurs étudie, cachée, la population d'un petit village paisible. Les habitants, les Ba'kus, mènent une vie tranquille, refusant toute technologie. Les observateurs sont les Son'as, une espèce stérile et vieillissante, dont le chef se nomme Ru'afo et la Fédération, dont le représentant sur place est l'Amiral Matthew Dougherty. Soudain, l'un des observateurs semble devenir fou : il tire sur les autres observateurs, les fait prisonniers et détruit le dispositif de camouflage du poste d'observation. Cet observateur, c'est Data !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A bord de l'USS Enterprise NCC-1701-E, le capitaine Picard se sent vieux et fatigué, obligé d'enchaîner les visites de protocole, destinées à renforcer la Fédération qui subit de lourdes pertes à cause de sa guerre contre le Dominion (voir la série DS9). La dernière de ces visite lui fait rencontrer les Evoras, un peuple qui vient à peine de découvrir la distorsion ! Cette visite lui permet tout de même de retrouver Worf qui organisait le système de défense de cette région. Au cours de la réception, Geordi La Forge lui apprend qu'il a reçu un message de l'amiral Dougherty qui lui demande les plans de Data afin de pouvoir le neutraliser. Peu convaincu par les arguments de l'amiral, Picard décide de se rendre sur la planète avec l' Enterprise-E.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En arrivant sur place, Picard rend visite à Ru'afo et Dougherty pour en savoir plus ; pendant l'entrevue, le vaisseau son'a est attaqué par une navette de la Fédération pilotée par Data. A bord d'une navette de l' Enterprise-E, Picard et Worf le poursuivent et réussissent à le désactiver. En étudiant Data, La Forge s'aperçoit qu'on lui a tiré dessus : c'est à la suite de ce tir que Data est devenu "fou". Picard se téléporte sur la planète Ba'Ku pour élucider le mystère ; il y rencontre Anij, l'une des chef des Ba'kus.

Avec Data, il découvre un transport de la Fédération camouflé, équipé d'un dispositif holographique recréant le village ba'ku : visiblement, les Son'as, avec l'aide de la Fédération, avaient l'intention de déplacer la population sans qu'elle le sache. En revenant à bord de l' Enterprise-E, Picard découvre un autre fait étonnant : le champ métaphasique qui entoure la planète permet non seulement d'arrêter le vieillissement, mais il a des vertus de guérison et de rajeunissement.

Comprenant enfin pourquoi Dougherty et les Son'as veulent la planète, il apprend que la Fédération a donné son accord à cet acte immoral : voler et détruire la planète pour posséder une fontaine de jouvence. Décidé à protéger la planète et Anij (dont il est tombé amoureux), Picard s'insurge et se rend auprès des Ba'kus en compagnie de Worf, Data, Beverly Crusher et Deanna Troi pour les aider à se défendre.

Pendant ce temps, William Riker dirige l' Enterprise-E en dehors de la zone de Briar afin de comuniquer à Starfleet la gravité de la situation. Furieux, Ru'afo lance deux vaisseaux son'as contre l' Enterprise-E.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Sur la planète, Picard et les Ba'kus sont attaqués par Gallatin, le second de Ru'afo, qui tente de les téléporter de force sur le vaisseau son'a. Lors des combats, le docteur Crusher fait une découverte stupéfiante : les Ba'kus et les Son'as sont la même espèce à une différence près : les Son'as ont vieilli. Finalement Picard est à son tour téléporté. A bord du vaisseau son'a, Ru'afo explique à Picard que les Son'as sont des Bakus exilés pour avoir voulu utiliser la technologie. Après avoir quitté planète, ils ont commencé à vieillir. Depuis lors, Ru'afo n'a qu'une pensée : se venger en détruisant la planète, tout en condensant les radiations métaphasiques qui permettent de rajeunir.

Dougherty comprend enfin son erreur et, en tentant de convaincre Ru'afo, se fait assassiner. Gallatin, pris de doutes refuse de laisser détruire la planète : il aide Picard à s'échapper.
De son côté Riker a réussi à se débarrasser des vaisseaux son'as et continue son chemin pour contacter Starfleet.

Finalement Picard parvient à stopper Ru'afo et empêche le Collecteur son'a de détruire la planète. Riker revient à bord de l' Enterprise-E Avec la promesse de Starfleet que le cas de la planète Ba'ku sera réétudié.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 209
Astro navigateur
Astro navigateur
avatar

Messages : 1192
Réputation : 4
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Sirius B50

MessageSujet: Re: STAR TREK : INSURRECTION (1998) Jonathan Frakes   Sam 5 Sep - 8:20

FICHE TECHNIQUE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Titre original : Star Trek: Insurrection
Réalisation : Jonathan Frakes
Scénario : Michael Piller, d'après une histoire de Rick Berman et Michael Piller, d'après les personnages créés par Gene Roddenberry
Photographie : Matthew F. Leonetti
Musique : Jerry Goldsmith
Producteur : Rick Berman
Société de production : Paramount Pictures
Distribution : États-Unis : Paramount Pictures, France : United International Pictures
Pays d'origine : États-Unis
Langue : anglais
Format : Couleurs - 35 mm - 2,35:1 (Widescreen)
Genre : science-fiction
Budget estimé : 58 000 000 $
Durée : 103 minutes
Dates de sortie :
États-Unis, Canada : 11 décembre 1998 - France : 3 mars 1999


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 209
Astro navigateur
Astro navigateur
avatar

Messages : 1192
Réputation : 4
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Sirius B50

MessageSujet: Re: STAR TREK : INSURRECTION (1998) Jonathan Frakes   Sam 5 Sep - 8:29

DISTRIBUTION

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Patrick Stewart : Capitaine Jean-Luc Picard
Jonathan Frakes : Commandant William Riker
Brent Spiner : Lieutenant-commandant Data
LeVar Burton : Lieutenant-commandant Geordi LaForge
Gates McFadden : Dr Beverly Crusher
Michael Dorn : Lieutenant-commandant Worf
Marina Sirtis : Lieutenant-commandant Deanna Troi
F. Murray Abraham : Ahdar Ru'afo
Donna Murphy : Anij
Anthony Zerbe : Amiral Matthew Dougherty
Gregg Henry : Gallatin
Daniel Hugh Kelly : Sojef
Michael Welch : Artim
Mark Deakins : Tournel
Stephanie Niznik : Kell Perim
Michael Horton : Lieutenant Daniels
Peggy Miley : Régente Cuzar
Rick Worty : Officier Elloran
Greg Polan : Officier Elloran
Claudette Nevins : Officier Son'a
Joseph Ruskin : Officier Son'a
Majel Barrett : Voix du vaisseau Entreprise



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 209
Astro navigateur
Astro navigateur
avatar

Messages : 1192
Réputation : 4
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Sirius B50

MessageSujet: Re: STAR TREK : INSURRECTION (1998) Jonathan Frakes   Sam 5 Sep - 8:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: STAR TREK : INSURRECTION (1998) Jonathan Frakes   Sam 5 Sep - 10:06

Concernant le développement du film et après le succès de Star Trek : Premier Contact (qui est l'un des meilleurs de la saga au box-office), Paramount Pictures souhaite poursuivre dans la production de films avec un ton plus léger, qui rencontrent un meilleur accueil en salles depuis Star Trek 4 : Retour sur Terre, qui contenait beaucoup d'humour. Michael Piller est alors chargé d'écrire le script. Il souhaite alors installer la sensation de famille au sein de l'équipage, avec une histoire inspirée du roman Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad. Le producteur Rick Berman veut quant à lui voir le Capitaine Jean-Luc Picard entreprendre une mission de secours dans la lignée de Le Prisonnier de Zenda (John Cromwell, 1937). Il envisage également que Picard soit kidnappé et remplacé par un imposteur. Le scénariste est cependant sceptique car il pense que le public ne voudra pas voir un autre personnage que Picard comme personnage principal (même si l'imposteur lui ressemblera). Le producteur souhaite par ailleurs réintroduire le personnage de Lore, un androide apparu dans plusieurs épisodes de Star Trek : La Nouvelle Génération.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Michael Piller s'inspire de la Fontaine de jouvence, en précisant que la recherche de la jeunesse éternelle est un thème universel et intitule son premier traitement Heart of Lightness. Il développe finalement un autre script titré Star Trek: Stardust, en référence à la chanson du même nom de Hoagy Carmichael. Dans cette version, Picard rejoint à nouveau Starfleet et doit retrouver une population qui tient son pouvoir de sa jeunesse. Mais les idées ressemblaient à l'épisode 13 de la saison 7 de Star Trek : La Nouvelle Génération. Dans une autre version, Picard tue Data, qui est finalement ressuscité à la fin du film. Les Romuliens figurent également dans les histoires des deux premières versions. Le peuple Son'a est ensuite introduit ainsi que les Ba'ku. Patrick Stewart, très concerné par le film, est consulté durant les différentes étapes d'écriture.

Michael Piller demande conseil à Ira Steven Behr, producteur de Star Trek: Deep Space Nine. Ce dernier est sceptique à propos des Son'a, qu'il compare à des « paper tigers ». Michael Piller est finalement d'accord avec lui11 et réécrit le script. Il ajoute une romance entre Picard et le personnage d'Anij, une femme Ba'ku. Il rend également les Son'a plus menaçant et ajoute un énorme vaisseau Son'a ainsi qu'une confrontation finale entre Picard et Ru'afo.

Michael Piller et Rick Berman réfléchissent ensuite au titre du film : Prime Directive, The Directive, The Resignation, The Enemy Within, Breach of Promise, Dereliction of Duty ou encore Apostasy sont envisagés. Ne trouvant aucun compromis, ils optent provisoirement pour Star Trek IX. Le studio est enthousiasmé par le scénario écrit par Michael Piller après les conseils d'Ira Steven Behr. Dans un memo remis à Michael Piller, il est écrit « the funniest and sexiest Star Trek story to date » (« le plus marrant et sexy Star Trek à ce jour »). Le studio demande cependant quelques ajustements : la résolution de la romance entre Troi et Riker, le remplacement du personnage Reginald Barclay pour étoffer ceux de Beverley Crusher et Worf, etc. Patrick Stewart demande quelques modifications afin que l'équipage de Picard défende le village Ba'ku à la manière du siège de Fort Alamo. D'autres titres sont alors envisagés : Star Trek: Where Time Stands Still, Star Trek: Forever ou encore Star Trek: Beyond Paradise ; tous sont rejetés. Le favori du scénariste Michael Piller est Star Trek: Sacred Honor, mais le studio le trouve trop religieux. Le tournage débutera donc sous le titre Star Trek IX.

Lorsque le script est finalisé, une copie est envoyée à tous les acteurs, sauf à Patrick Stewart. Le producteur Rick Berman ne voulait pas que l'acteur soit pris en porte-à-faux par ses collègues, puisqu'il avait critiqué le script. L'acteur LeVar Burton appelle alors Patrick Stewart pour faire l'éloge du script. Patrick Stewart demande alors une réunion. Le scénariste Michael Piller craint alors le pire, mais après une réunion de 20 minutes, Patrick Stewart ne demande qu'à changer quelques dialogues ; le script est alors finalisé. Alors que le titre Star Trek: Revolution avait été choisi par le département marketing de Paramount, un ami de Michael Piller, Alan Spencer, suggère Rebellion, High Treason, Act of Treason et surtout Insurrection.

Après le tournage, des projections test sont organisées. Il en ressort que la fin pose problème. Dans la fin originale, Ru'afo est éjecté dans l'espace depuis le vaisseau-collecteur Son'a et vieillit très rapidement. La fin est révisée pour que l’Enterprise vole au secours du capitaine Picard et détruise le vaisseau Son'a avec Ru'afo l'intérieur. Le studio aime cette nouvelle fin mais souhaite une plus grosse bataille spatiale. Bien que l'équipe de production accepte ces changements, les révisions ne peuvent être appliquées pour tenir les délais de la sortie américaine prévue pour Noël.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
MARS
Patrouilleur stellaire
Patrouilleur stellaire
avatar

Messages : 68
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/07/2015
Localisation : Red Planet

MessageSujet: Re: STAR TREK : INSURRECTION (1998) Jonathan Frakes   Mar 8 Sep - 10:23

Star Trek - Insurrection est le neuvième film de la franchise et le deuxième consacré à la « Nouvelle Génération ». Exit le capitaine Kirk et M. Spok. C'est Patrick Stewart, le professeur X de X-Men, qui (re)prend donc ici les commandes de l'« Enterprise ».

Galvanisé par la réussite artistique et commerciale de «Premier Contact», l'un des plus gros cartons au box-office de la saga, le producteur Rick Berman propose à Jonathan Frakes de réaliser un nouveau Star Trek avec l'équipage de «Next Generation», la version dépoussiérée sortie quelques années plus tôt de la cultissime série télé.

Le script est confié à Michael Piller, créateur de la série Dead Zone et l'une des plumes des spin-offs Star Trek - Deep Space Nine et Star Trek - Voyager. Il s'inspire du roman Au coeur des ténèbres, de Joseph Conrad, et de la légende de la fontaine de Jouvence pour concocter une histoire de jardin d'Eden convoité par la Fédération, où l'humour prend souvent le pas sur les scènes d'action.

Les personnages sont un peu plus fouillés que dans les épisodes précédents, et les effets spéciaux s'avèrent joliment réalisés. Insurrection (1998) est d'ailleurs le premier Star Trek à n'utiliser que des trucages intégralement en images de synthèse, signés soit dit en passant par le petit studio Blue Sky, futur réalisateur de L'Âge de glace et Rio. Aux antipodes de la S-F survoltée et musclée du moment, Insurrection s'impose comme une sorte de space-opéra zen, empreint d'une bonne dose de naïveté et de poésie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yautja
Patrouilleur interstellaire
Patrouilleur interstellaire
avatar

Messages : 103
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/10/2014
Localisation : LV-1201

MessageSujet: Re: STAR TREK : INSURRECTION (1998) Jonathan Frakes   Lun 21 Sep - 11:01

Jonathan Frakes rempile à la réalisation et la série donne quelques signes d’essoufflement au box-office international.

Dans STAR TREK : INSURRECTION, la Fédération colonise de nouveaux espaces, implantant des populations sur de nouvelles planètes, et découvre le secret d'un petit groupe, les Ba'ku : leur planète leur permet de rester jeunes à tout jamais. Afin de pouvoir exploiter cette fontaine de jouvence, ils doivent être déportés afin d'en faire profiter le plus grand nombre. Leurs ennemis jurés, les Son'a, sont à la manœuvre, avec l'appui de la Fédération qu'ils maintiennent dans l'ignorance de leur motivation réelle. Les So'na ont également une longévité importante, mais uniquement grâce à de fréquentes interventions chirurgicales -qui rappellent la torture de Ida Lowry dans Brazil (Terry Gilliam, 1985). La recherche de la mystérieuse alchimie produite sur la terre des Ba'ku les rapproche du personnage de Soran dans Star Trek : Générations, lui aussi obsédé par la quête de l'immortalité.

Comme souvent, Trek se veut une parabole sur le monde contemporain : ainsi, Terre Inconnue faisait explicitement référence à la catastrophe de Tchernobyl. Ici, la stratégie de génocide voulue par les Son'a rappelle les heures douloureuses de la tragédie du Rwanda en 1994, lorsque le gouvernement rwandais, composé de Hutus, décida de réduire à néant la population Tutsis. La consonnance même des noms des peuples dans Insurrection ne laisse pas de doute sur la transposition des événements. Dans la fiction, le commandant Picard n'hésite pas à défier l'autorité : ainsi, lui et son équipage iront protéger la population Ba'ku contre les directives de la Fédération, en signe de véritable rébellion, pour participer à l'Insurrection du titre. Il faut dire que l'équipage a eu la chance de découvrir la qualité de vie des Ba'ku, qui ne souffre d'aucune contre-partie dérangeante, comme c'est souvent le cas dans les mythologies de science-fiction. Effectivement, la découverte du lieu de vie des Ba'ku peut faire penser dans un premier temps à Justice, épisode issu de la saison 1 de Star Trek : The Next Generation ; la découverte d'un véritable jardin d'éden -à l'allure assez torride pour une production tv de l'époque- où la valeur ultime est le plaisir cache en réalité un pénible secret : des mises à mort régulières décidées pour protéger leur environnement. Un bien bel environnement figuré par le cadre idyllique du lac Convict, dans le Sierra Nevada, qui inonde l'écran de son bleu azuré : une certaine idée du paradis.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Si la terre des Ba'ku est un reflet du Paradis chrétien, Picard se pose en Sauveur et guide le peuple à la façon de l'exode biblique. Un récit fort en symbole donc, qui ne s'empêche pas pour autant des notes d'humour à répétitions. Et, si certaines sont réussies (la tresse de cérémonie de Picard au début, ou l'esquisse d'un pas de mambo par le même Picard, rajeuni par la force régénératrice de la planète-, d'autres tirent en longueur, à l'image d'une chanson poussée par Data, ou ses enfantillages sur la planète Ba'ku.

Si la thématique est claire et louable, sa mise en forme pêche un peu dans cet opus : des détours scénaristiques sont tirés par les cheveux (le So'na se rallie un peu vite à la cause défendue par Picard, et la façon d'arrêter le méchant Ru'afo - F. Murray Abraham - s’embarrasse de trop de prétextes techniques, le fameux "tech talk" dénoncé par Ronald D. Moore dans les commentaires audio de Générations et Premier Contact). Pour autant, il restera deux excellentes utilisations d'artefacts science-fictionnelle dans ce film : l'un, le Holodeck, qui permet de créer un environnement virtuel à bord de l'Enterprise, apporte un excellent coup de théâtre dans le dernier acte, bien mieux senti ici que dans le pourtant excellent Premier contact. Dans une moindre mesure, le concept des pistolets télétransporteurs, qui met à mal l'échappatoire des Ba'ku, est aussi une trouvaille qui renouvelle l'imaginaire de la saga. Les effets spéciaux sont par ailleurs omniprésents dans le film, Insurrection étant le premier Star Trek à n'utiliser que des effets intégralement en images de synthèse. Elles proviennent en partie du studio Blue Sky, connu aujourd'hui pour ses films d'animation, comme L'âge de glace (Chris Wedge & Carlos Saldanha, 2002).

Finalement, Insurrection n'est pas un si mauvais Star Trek, mais pâtit d'un manque de cohérence générale, réactivant la malédiction des chiffres impairs dans la saga, les opus 3, 5 et 7 étant les plus faibles -mais avantage inégalable au V : l'Ultime frontière, nanar effectivement ultime issue de la mythologie Star Trek.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: STAR TREK : INSURRECTION (1998) Jonathan Frakes   

Revenir en haut Aller en bas
 
STAR TREK : INSURRECTION (1998) Jonathan Frakes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Star Trek - l'Histoire
» Liste des épisodes pour les 3 saisons de la série STAR TREK
» [jeu] STAR TREK online
» Star Trek : Deep Space Nine (1993) Rick Berman et Michael Piller
» Star Trek (1966-1969)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UFO INVESTIGATIONS-MOVIES :: DOSSIERS CINEMA SCIENCE-FICTION :: Les FILMS de SCIENCE-FICTION et du FANTASTIQUE-
Sauter vers: