UFO INVESTIGATIONS-MOVIES
Entrez dans le cinéma de science-fiction, et redécouvrez toute la filmographie ovnis d'hier et d'aujourd'hui ...

Approchez les mystères de l'ufologie et prenez conscience que la vérité est peut-être sur le point d'éclater au grand jour ...

Enter the cinema of science fiction, and rediscover complete filmography UFOs Then and now ...
Penetrate the mysteries of the UFO and realize that the truth may be about to come to light ...

UFO INVESTIGATIONS-MOVIES

Dossiers d'archives, photos images articles, documents inventaires des séries et films sur le sujet ...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Edge of Tomorrow (2014) Doug Liman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7770
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Edge of Tomorrow (2014) Doug Liman   Ven 8 Mai - 3:12

EDGE OF TOMORROW
VIVRE. MOURIR. RECOMMENCER.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Edge of Tomorrow (sous-titré Aujourd'hui à Jamais) ou Un jour sans lendemain est un film de science-fiction américano-britannique réalisé par Doug Liman, sorti en 2014. Il s'agit de l'adaptation cinématographique du light novel japonais All You Need Is Kill de Hiroshi Sakurazaka.


DETAIL DU SYNOPSIS

Dans un futur proche, des hordes d'extraterrestres extrêmement organisés, les « mimics » ont envahi l'Europe. Une coalition de plus de soixante-dix nations s'est formée pour combattre les mimics. Elle est nommée United Defense Force (UDF, « force de défense unie »). Rita Vrataski est une héroïne de cette armée. Extrêmement bien entrainée, elle a récemment permis de gagner la bataille de Verdun en tuant des centaines de mimics dès son premier jour de combat.

Le major William Cage est un spécialiste du service des relations publiques de l'armée américaine. Il est convoqué au QG de l'UDF, à Londres, par le général Brigham qui lui annonce qu'il couvrira le lendemain l'opération Downfall (« crépuscule ») en étant parmi les soldats. L'opération Downfall consiste à lancer un débarquement en Europe en plusieurs endroits, notamment en France. William refuse l'ordre, et fait du chantage au général pour ne pas partir. À peine sorti du bureau, le général ordonne l'arrestation de William, qui tente alors de s'enfuir, mais il se fait violemment arrêter et perd connaissance.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il se réveille à l'aéroport londonien de Heathrow, reconverti en base militaire. Il découvre avec horreur qu'il est inscrit comme soldat, et considéré comme un déserteur qui a été rattrapé. Il est affecté à l'escouade J. Le lendemain, il prend un avion avec l'escouade qui est larguée sur une plage française. Les militaires humains se font massacrer, William remarque Rita, qui se fait tuer. Puis il meurt dans une explosion avec un extraterrestre.

Il se réveille à nouveau à l'aéroport, et comprend rapidement qu'il est revenu dans le passé. Le lendemain, il débarque a nouveau, et se fait tuer. Nouveau réveil à l'aéroport, il essaie cette fois de prouver qu'il a déjà vécu cette journée, mais personne ne le croit. Sur la plage, il tente de sauver Rita en répétant le scénario plusieurs fois, jusqu'au jour où Rita remarque qu'il connait à l'avance les évènements. Elle lui dit alors de venir la voir lorsqu'il se réveillera.

Il s'entraine chaque jour pour parvenir à s'échapper de son escouade, et finit par retrouver Rita. Elle lui fait rencontrer le docteur Carter, spécialiste en microbiologie avancée qui travaille sur les extraterrestres. Rita aussi a déjà vécu une journée qui se répète, c'est ainsi qu'elle est devenue l'héroïne de la bataille de Verdun. Le cycle est enclenché au contact du sang d'un certain type d'extraterrestre : celui qui a explosé avec William. Une transfusion sanguine peut briser ce cycle temporel. Ils décident d'utiliser cette capacité de revivre la journée pour gagner la guerre en tuant l'« Oméga », un extraterrestre qui contrôle tous les autres selon une théorie de Carter. La localisation de l'Oméga apparait à William sous forme d'une vision.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

William s'entraine tous les jours, il lui faut de nombreuses tentatives pour arriver jusqu'à l'endroit où se trouve l'Oméga, mais il se rend compte sur place que c'est un piège, et que l'Oméga n'est finalement pas à cet endroit. Ils changent alors de tactique, et décident d'utiliser un transpondeur qui permettrait à William de localiser l'Oméga. Cependant, ce dispositif est détenu par le général Brigham. Ils tentent alors, à de multiples reprises, d'arriver jusqu'au général sans se faire repérer, afin de le convaincre de leur donner la pièce nécessaire, et arrivent au final à s'enfuir avec celle-ci. Le jour où William parvient à utiliser le transpondeur, il découvre que l'Oméga est en réalité au musée du Louvre, à Paris. Mais victime d'un accident, il se réveille dans un lit d'hôpital, après avoir subi une transfusion sanguine : sa capacité de revenir dans le passé disparait alors.

Réussissant à s'échapper, William et Rita convainquent les membres de l'escouade J de les accompagner pour une mission de la dernière chance à Paris. Perdant plusieurs membres de l'équipe, ils réussissent finalement à détruire l'Oméga, William utilisant une ceinture d'explosifs qu'il laisse tomber au cœur de l'entité ; il meurt cependant lors de cette attaque, mais une substance issue de l'Oméga le recouvre. W. Cage se réveille alors le jour précédent, peu avant sa rencontre avec le général Brigham. Il apprend à cette occasion que les extraterrestres sont devenus incapables de se battre et que les militaires progressent en Europe sans difficulté. Il croise peu après les membres de l'escouade J sans qu'aucun ne le reconnaisse, puis part à la rencontre de Rita.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7770
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Edge of Tomorrow (2014) Doug Liman   Ven 8 Mai - 3:14



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 739
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Re: Edge of Tomorrow (2014) Doug Liman   Ven 8 Mai - 6:15

Edge of Tomorrow suit Cage (Cruise), un soldat qui hérite d'un curieux don en tuant un assaillant alien : à chaque fois qu'il meurt, sa journée recommence. La promo du film ne mentait pas en annonçant un héros qui décède 200 fois, et Doug Liman s'en donne évidemment à cœur joie avec un montage malin qui n'épargne rien à son « héros ».

En binôme avec Rita (Emily Blunt), Cage rate à peu près tout en boucle avant d'être au point. Ce qui pourrait n'être qu'une astuce est parfaitement intégré à l’action et permet de renverser de nombreux codes du genre. La faculté unique du protagoniste de reprendre tout à zéro dès qu'il est éliminé donne très vite un côté jeu vidéo jouissif à la mise en scène, et s’avère être une source inépuisable d'humour : la manière dont il prend ses marques en tentant différentes approches pour échapper à sa situation, l'avantage qu'il a sur les autres personnages, et le cynisme de Rita, la seule au courant de son pouvoir, qui l'entraîne et n'hésite pas à l'abattre dès qu'elle estime qu'ils n'avancent plus...

Edge of Tomorrow baigne dans un second degré rare pour le genre, d’ailleurs renforcé par la nature du héros, soldat en première ligne qui n'a aucune envie d'y être. Poltron, maladroit voire carrément idiot, il fait office de boulet durant toute la première partie du film, et ça fait du bien de voir Tom Cruise se lâcher et rappeler à quel point il peut être drôle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A l'inverse, Emily Blunt est carrément un Rambo féminin qui sortirait tout droit d'un Expendables futuriste : lorsque ces deux là sont forcés de bosser ensemble, ça fait des étincelles. La trame et la réalisation sont donc une sorte de cocktail survitaminé qui pioche dans tous les styles à la louche. Le buddy movie pour le duo principal (car heureusement on échappe à la romance niaise, merci la guerre), le film d'extraterrestres de base, l'histoire d'un « élu » seul apte à pouvoir tout stopper grâce à son pouvoir, et bien sûr le principe de la boucle qui évoque à la fois Un Jour sans fin et Source Code en permanence, saupoudré d'un zeste d'Il faut sauver le soldat Ryan. Si le long-métrage ne transcende jamais ses modèles, il jongle avec eux d'une façon diablement efficace.

Trop de combats répétitifs au front ? Hop, on bascule dans une scène comique, puis les héros font face à l'administration militaire avant de repartir à l'assaut des envahisseurs. Cet équilibre tient presque jusqu'au bout, même si le dénouement reste fatalement banal et prévisible. Évidemment on peut regretter que Edge of Tomorrow se contente d'être juste divertissant et ne cherche jamais à dépasser ses propres références, ou l'absence de trauma du héros qui au bout d'un moment ne se soucie plus du tout de mourir, ou encore que les personnages secondaires n'aient jamais le temps d'exister, limités qu'ils sont par la boucle à répétition.

Mais il faut bien admettre que l'on n'est pas là pour ça et que le long-métrage annonce clairement la couleur dès le départ. Plutôt que de voir un film de voyage dans le temps trop bourrin, on peut retenir d’Edge of Tomorrow un film d'invasion extraterrestre drôle et original. Le travail de Liman est autant l'un que l'autre.

Source ciné: première.fr


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 209
Astro navigateur
Astro navigateur
avatar

Messages : 1216
Réputation : 4
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Sirius B50

MessageSujet: Re: Edge of Tomorrow (2014) Doug Liman   Ven 8 Mai - 9:31

S'inspirant autant du jeu vidéo que de «Un jour sans fin», ce film de science-fiction s'avère malin et très efficace. Le projet est initialement développé sous le titre All You Need Is Kill. Il sera renommé en Edge of Tomorrow peu de temps avant le Comic-Con de juillet 2013.

Dans Edge of Tomorrow, Tom Cruise persiste et signe dans un genre qui semble lui convenir à merveille : la science-fiction. Il semble en effet ne vouloir se dévoiler qu'en sauveur de l'Humanité.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tom Cruise est à l'affiche de Edge of Tomorrow, le dernier film de Doug Liman (Mr & Mrs Smith). L'histoire est simple : la Terre est envahie par des extraterrestres que rien ni personne ne peut arrêter. Le commandant William Cage (Tom Cruise) est envoyé sur le terrain et meurt au bout de quelques minutes. Il se retrouve alors coincé dans une boucle temporelle, condamné à mourir éternellement. Un énième film de science-fiction pour l'acteur américain qui se présente en effet depuis quelques années comme le sauveur de l'Humanité. Et il semble aimer ça !

Son premier film SF est le fameux Minority Report de Steven Spielberg (2002), dont l'histoire se déroule en 2054, dans une société qui a banni le meurtre en élaborant un système pouvant prévoir les crimes. S'ensuivirent quelques films du même acabit comme La Guerre des Mondes toujours de Steven Spielberg (2005), la réadaptation du roman éponyme dans lequel la Terre est envahie par des Tripod. Le dernier en date est Oblivion de Joseph Kosinski (2013), dans lequel Tom Cruise interprète Jack Harper, chargé de la sécurité et de la réparation de drones sur une Terre abandonnée par les Humains.

Bien évidemment, la carrière de Tom Cruise ces dernières années ne se résume pas qu'à des films de SF. Il apparaît en effet dans de nombreux films d'espionnage, des thrillers et des films d'action. Citons entre autres Jack Reacher de Christopher McQuarrie (2012), la série des Mission Impossible d'Ethan Hunt… Mais même les films de ses débuts avaient déjà cette petite touche de mégalomanie, comme Top Gun, Jours de Tonnerre de Tony Scott (1986 et 1990) ou Des Hommes d'Honneur de Rob Reiner (1992). Le point de commun ? Tom Cruise est le héros absolu, celui qu'il faut toujours avoir à ses côtés pour sauver la planète.

Et Tom Cruise ne semble pas vouloir s'arrêter en si bon chemin puisqu'un Jack Reacher 2 serait en préparation pour 2015, ainsi que Mission Impossible 5 prévu pour le 23 décembre 2015.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 68
Patrouilleur interstellaire
Patrouilleur interstellaire
avatar

Messages : 130
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: Edge of Tomorrow (2014) Doug Liman   Dim 10 Mai - 0:26

Edge of Tomorrow, signé Doug Liman (Fair Game, La Mémoire dans la peau), ne demeure pas moins pourtant un film de Tom Cruise, tant il parait intégralement articulé autour de l’aura et du physique inaltérable de l’acteur. À l’instar donc des derniers films de Tom Cruise, ce blockbuster SF ne semble être qu’un prétexte pour une démonstration du talent de l’acteur, toujours enclin à repousser par la voie de la fiction les limites de ce que peut réaliser un corps.

Ainsi Oblivion ne convergeait que vers une scène, où Tom Cruise affrontait enfin un adversaire à sa mesure : lui-même. Cloné à l’infini, la star de Minority Report tutoyait alors une immortalité qui faisait enfin de lui, le wonder boy d’Hollywood ne cachant plus l’immensité de son ego (cf. la saga Mission Impossible, franchise consacrée à sa gloire), un véritable demi-dieu.

Edge of Tomorrow, dernier « Tom Cruise Movie » en date, va encore plus loin. Le film suit les pérégrinations de l’officier Cage, faible et veule soldat, qui, par un concours de circonstances, se retrouve embarqué malgré lui au front d’une guerre apocalyptique contre une redoutable espèce extra-terrestre. Suite à la rencontre avec l’un des aliens, le héros se retrouve doté d’un don sur lequel va reposer la machine narrative du film : s’il vient à mourir, le militaire recommence inlassablement à zéro cette même journée funeste, en conservant toutefois la mémoire de ce qui s’est préalablement passé.

Le principe du long-métrage, lointain cousin d’Un jour sans fin (sauce Inception, l’esprit de sérieux et les piètres velléités auteuristes en moins), confère à Tom Cruise deux instruments pour nourrir encore davantage sa persona de sauveur de l’humanité et de surhomme qu’il s’est façonnée de film en film. Tout d’abord, en conciliant le désir d’intemporalité de l’acteur (le pouvoir de « rembobiner ») à celui d’expérimenter le frisson d’une mort sur un écran – après tout, Tom Cruise n’a passé l’arme à gauche que trois fois au cinéma en près de quarante films et trente ans de carrière, soit dix fois moins que dans le seul Edge of Tomorrow –, puis en rabattant les cartes du désormais habituel triomphe du héros. Edge of Tomorrow joue ainsi astucieusement du récit de l’ascension d’un médiocre soldat (Tom Cruise menotté, Tom Cruise balourd, Tom Cruise lâche) au rang de machine à tuer, apprenant au fil de ses échecs à exploiter pleinement son potentiel en somme, à (re)devenir Tom Cruise.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le procédé – et à vrai dire tout le projet du film – pourrait n’être ainsi que l’expression d’un orgueil démesuré si Tom Cruise ne faisait pas preuve, une fois de plus, d’un charisme et d’une grâce physique rares. L’acteur n’a en effet guère perdu de sa dextérité dans les scènes d’action, et si ces dernières sont quelque peu brouillonnes dans leur découpage, Doug Liman a l’intelligence d’arc-bouter son filmage autour de la vedette-aimant.

À l’instar de Joseph Kosinski (Oblivion) et de Christopher McQuarrie (Jack Reacher), le réalisateur de La Mémoire dans la peau s’en remet à une production artistique très correcte et confie les clefs de la mise en scène à son interprète phare. Braquez une caméra sur Tom Cruise, et c’est toute une chorégraphie qui se met en place, constituée de petits gestes techniquement très discrets (Tom Cruise marchant maladroitement avec une armure high-tech) et d’une vélocité physique dans le cœur de l’action.

Mais si Edge of Tomorrow est au-dessus des deux films précédemment cités, c’est parce qu’il consacre également l’interprète comme le maître du montage au sein même du dispositif narratif : menant la cadence des sauts et des « rembobinages » temporels, le héros ne laisse aucune place au moindre détour de la narration ou de la mise en scène. Les images ne se réduisent d’ailleurs qu’à cela, montrer Tom Cruise et montrer ce qu’il voit, le champ et le contre-champ, et rien de plus.

Il faut beaucoup d’énergie – et le meilleur acteur au monde – pour faire tenir un programme in fine si ténu, mais constamment jubilatoire, sur presque deux heures. Car Tom Cruise n’a plus besoin de metteur en scène pour briller : tel un soliste qui volerait les prérogatives de son chorégraphe, il guide le mouvement de l’intérieur, en invitant les autres danseurs à se joindre à la ronde. Qu’importe donc aujourd’hui que l’acteur ne se tourne plus que vers des seconds couteaux, loin des temps bénis où il faisait étalage de son génie chez Spielberg, De Palma et consorts. Ses films sont désormais des cathédrales construites à sa seule gloire. Il est Tom Cruise, l’immortel.

Source: Critikat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 68
Patrouilleur interstellaire
Patrouilleur interstellaire
avatar

Messages : 130
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: Edge of Tomorrow (2014) Doug Liman   Dim 10 Mai - 0:38

FICHE TECHNIQUE DU FILM
Edge of Tomorrow


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

États-Unis - 2013
Réalisation: Doug Liman
Scénario: Dante Harper, Joby Harold, Alex Kurtzman, Christopher McQuarrie, Roberto Orci, Jez Butterworth, John-Henry Butterworth

d'après: le roman All You Need Is Kill
de: Hiroshi Sakurazaka

Image: Dion Beebe
Décor: Neil Lamont
Costume: Kate Hawley

Montage: James Herbert
Musique: Christophe Beck

Producteur: Jason Hoffs, Tom Lassally, Jeffrey Silver, Gregory Jacobs, Erwin Stoff
Production: Warner Bros, Village Roadshow Pictures, 3 Arts Entertainment, Translux et VIZ Media

Interprétation: Tom Cruise (Major Bill Cage), Emily Blunt (Rita Vrataski), Brendan Gleeson (Général Brigham), Jeremy Piven (Colonel Walter Marx)

Distributeur: Warner Bros France
Date de sortie: 6 avril 2014
Durée: 1h53
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yautja
Patrouilleur interstellaire
Patrouilleur interstellaire
avatar

Messages : 103
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/10/2014
Localisation : LV-1201

MessageSujet: Re: Edge of Tomorrow (2014) Doug Liman   Dim 17 Mai - 5:08

Les avis et critiques de cinéalliance sur EDGE OF TOMORROW

CINEAlliance.fr est le premier site indépendant sur l'actualité du Cinéma, Blu-ray, DVD,
des Courts-métrages et des Festivals depuis 1998.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Après le sympathique Oblivion Tom Cruise est de retour dans un univers s-f apocalyptique avec Edge of Tomorrow, basé  sur le roman d’Hiroshi Sakurazaka All you need is kill déjà  adapté en manga.

Film hybride, entre action, sf et comédie, Edge of Tomorrow mixe de manière ludique et énergique Un jour sans fin avec le principe de la boucle temporelle, Il faut sauver le soldat Ryan avec la séquence du débarquement sur une plage envahie par l’ennemi en référence à celui de 44 en Normandie et Starship troopers centré sur une guerre contre de redoutables envahisseurs extra-terrestre pour proposer un résultat très plaisant porté par un Tom Cruise surprenant.

Ecrit entre autres par Christopher MCQuarrie, scénariste inspiré de Usual Suspects et réalisateur habile de Jack Reacher, le récit fait de la femme soldat jouée par Emily Blunt une figure héroïque de la guerre contre les aliens, le personnage de Cruise étant au début présenté comme un couard, un gradé qui n’a jamais connu le combat et qui va devenir un héros malgré lui grâce à ce don/malédiction qui le condamne à revivre le même combat et à mourir indéfiniment.

Le principe de répétition avec des variantes bien choisies est source de comédie (la scène du camion, l’entrainement avec des robots) comme de drame (Cage à force d’échecs répétés devient désabusé et touché par le sort funeste de sa partenaire dans leur mission impossible). Ce dispositif narratif n’est pas convoqué pour amener une réflexion philosophique sur le libre arbitre ou le destin mais est utilisé dans dans une logique d’entertainment où le personnage principal y voit un moyen d’améliorer ses compétences physiques et stratégiques pour triompher d’une situation initiale bloquée. Spectaculaire et haletante, cette guerre sans fin menée par le soldat Cage se conclut par un combat désespéré dans les ruines de Paris pour sauver l’humanité.

Fun, excitant, Edge of tomorrow est un des meilleurs films de Doug Liman avec La mémoire dans la peau et une nouvelle réussite pour Tom Cruise, toujours bondissant dans l’action trépidante et très à l’aise dans les scènes de comédie. A l’image du soldat Cage, la star Cruise semble se régénérer à chaque film. Play. Die. Repeat.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Doug Liman c’est avant tout Swingers qui, il y a presque 20 ans, avait fait son petit effet sur la scène indé. C’est ensuite Go, film choral qui se jouait d’un effet Rashômon, comme un certain nombre de films à l’époque. C’est également le premier volet de la trilogie Jason Bourne et plusieurs films à la teneur assez faible par la suite (Jumper, Mr. & Mrs. Smith).

On attendait donc fébrilement son association avec le scénariste confirmé Christopher McQuarrie (The Usual Suspects, Valkyrie», Jack Reacher) sur Edge of tomorrow, film de SF porté par un Tom Cruise encore en rédemption cinématographique.

Dès les premières minutes, l’enjeu cinématographique et les thèmes en résonance autour du héros, incarné par la même star, semblent peu élevés et rappellent forcément le précédent film du comédien, Oblivion.
Pourtant, l’astuce narrative et répétitive du film semble être déjà-vu, le personnage principal est obligé de revivre la même journée à l’infini, mais de manière intelligente, le scénario réussit à nous captiver très vite.
C’est au travers de ce voyage à répétition dans le temps que s’inscrit Edge of tomorrow. Etrangement on sort assez rapidement du format prémâché des blockbusters estivaux, et on se surprend même à trouver un vrai plaisir à suivre un Tom Cruise qui, s’il n’est plus exceptionnel, reste toujours efficace dans son interprétation.

Dans cette répétition temporelle, il est d’ailleurs tout de suite bon de saluer la réalisation de Doug Liman, pas spécialement un cador de la mise en scène, ainsi que le travail de son monteur, James Herbert (Sherlock Holmes, Gangster Squad) qui n’avait pas non plus montré grand chose jusque là. Aucune répétition embarrassante ne s’offre au spectateur devant l’élasticité temporelle qu’on nous montre durant une bonne heure.

A l’inverse, un vrai plaisir ludique se dessine et nous rappelle un peu l’univers des jeux vidéos (à chaque mort on trouve un piège à éviter la prochaine fois). Pour autant, le film ne se destine pas aux gamers mordus de shoot them up mais reste dans un cadre cinématographique puisque la mise en scène trouve un dynamisme propre au récit, plein de rebondissements et souvent bordé d’humour plutôt bien dispersé.

Edge of Tomorrow rappelle également dans son fonctionnement, même si dans un tout autre registre, un mix entre Un jour sans fin pour la dynamique, le propos et flirte près de Starship Troopers pour le côté SF, ainsi que pour la résonance que nous rappelle l’invasion alien (tout comme les chorégraphies des combats).
Bien sûr, cela ne s’arrête pas là, puisque on sent clairement l’envie de faire correspondre ce débarquement américain en terre normande aux événements de la seconde guerre mondiale (Verdun est régulièrement cité). Entre uchronie et pure fiction.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Si le film séduit particulièrement, c’est dans la mesure où Doug Liman évite les clichés formels et de fond durant une bonne heure. On passe heureusement loin d’une amourette naissante, pré-écrite, par exemple, tout comme la mise en relief d’un patriotisme obligatoire dans un film américain, ici mis à mal dans les nombreux décès de Tom Cruise qui oscillent en humour noir et clin d’œil plutôt directs au comédien dans la «vraie vie».
Cette réussite n’est pourtant pas complète puisque dans son dernier tiers le film se renferme dans ce qui se fait en mode cloné à Hollywood. Il nous offre donc un final qui, si il n’est pas honteux, ressemble à ce qu’on a pu déjà voir de nombreuses fois. De là à bouder le plaisir passé, nous en sommes loin mais nous étions en droit d’attendre un peu plus d’ambition tant le projet était réussit jusqu’ici.

Un peu de tolérance nous permet de garder un avis positif sur le film car même si elle est imparfaite, la rapidité d’exécution de ce final est au moins un bon point.

Edge of Tomorrow est donc le film généreux qu’on ne soupçonnait pas avec un Tom Cruise toujours aussi…Tom Cruise qu’on l’apprécie ou non. Mais pour ses fans, il prouve qu’on peut toujours compter sur lui, et pour ses détracteurs, le plaisir de le voir mourir une bonne cinquantaine de fois, devrait au minimum les ravir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7770
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Edge of Tomorrow (2014) Doug Liman   Lun 7 Nov - 12:48

ANALYSE CINE

Edge of Tomorrow, signé Doug Liman, ne demeure pas moins pourtant un film de Tom Cruise, tant il parait intégralement articulé autour de l’aura et du physique inaltérable de l’acteur. À l’instar donc des derniers films de Tom Cruise, ce blockbuster SF ne semble être qu’un prétexte pour une démonstration du talent de l’acteur, toujours enclin à repousser par la voie de la fiction les limites de ce que peut réaliser un corps.

Ainsi Oblivion ne convergeait que vers une scène, où Tom Cruise affrontait enfin un adversaire à sa mesure : lui-même. Cloné à l’infini, la star de Minority Report tutoyait alors une immortalité qui faisait enfin de lui, le wonder boy d’Hollywood ne cachant plus l’immensité de son ego (cf. la saga Mission Impossible, franchise consacrée à sa gloire), un véritable demi-dieu.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Edge of Tomorrow, dernier « Tom Cruise Movie » en date, va encore plus loin. Le film suit les pérégrinations de l’officier Cage, faible et veule soldat, qui, par un concours de circonstances, se retrouve embarqué malgré lui au front d’une guerre apocalyptique contre une redoutable espèce extra-terrestre.

Suite à la rencontre avec l’un des aliens, le héros se retrouve doté d’un don sur lequel va reposer la machine narrative du film : s’il vient à mourir, le militaire recommence inlassablement à zéro cette même journée funeste, en conservant toutefois la mémoire de ce qui s’est préalablement passé.

Le principe du long-métrage, lointain cousin d’Un jour sans fin (sauce Inception, l’esprit de sérieux et les piètres velléités auteuristes en moins), confère à Tom Cruise deux instruments pour nourrir encore davantage sa persona de sauveur de l’humanité et de surhomme qu’il s’est façonnée de film en film.

Tout d’abord, en conciliant le désir d’intemporalité de l’acteur (le pouvoir de « rembobiner ») à celui d’expérimenter le frisson d’une mort sur un écran après tout, Tom Cruise n’a passé l’arme à gauche que trois fois au cinéma en près de quarante films et trente ans de carrière, soit dix fois moins que dans le seul Edge of Tomorrow, puis en rabattant les cartes du désormais habituel triomphe du héros. Edge of Tomorrow joue ainsi astucieusement du récit de l’ascension d’un médiocre soldat au rang de machine à tuer, apprenant au fil de ses échecs à exploiter pleinement son potentiel en somme, à (re)devenir Tom Cruise.


FICHE TECHNIQUE DU FILM
EDGE of TOMORROW


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

États-Unis - 2014
Réalisation: Doug Liman
Scénario: Dante Harper, Joby Harold, Alex Kurtzman, Christopher McQuarrie, Roberto Orci, Jez Butterworth, John-Henry Butterworth

d'après: le roman All You Need Is Kill
de: Hiroshi Sakurazaka

Image: Dion Beebe
Décor: Neil Lamont
Costume: Kate Hawley

Montage: James Herbert
Musique: Christophe Beck

Producteur: Jason Hoffs, Tom Lassally, Jeffrey Silver, Gregory Jacobs, Erwin Stoff
Production: Warner Bros, Village Roadshow Pictures, 3 Arts Entertainment, Translux et VIZ Media

Interprétation: Tom Cruise (Major Bill Cage), Emily Blunt (Rita Vrataski), Brendan Gleeson (Général Brigham), Jeremy Piven (Colonel Walter Marx)

Distributeur: Warner Bros France
Date de sortie: 6 avril 2014
Durée cinéma: 1h53


LE FILM

Le procédé et à vrai dire tout le projet du film pourrait n’être ainsi que l’expression d’un orgueil démesuré si Tom Cruise ne faisait pas preuve, une fois de plus, d’un charisme et d’une grâce physique rares. L’acteur n’a en effet guère perdu de sa dextérité dans les scènes d’action, et si ces dernières sont quelque peu brouillonnes dans leur découpage, Doug Liman a l’intelligence d’arc-bouter son filmage autour de la vedette-aimant.

À l’instar de Joseph Kosinski (Oblivion) et de Christopher McQuarrie (Jack Reacher), le réalisateur de La Mémoire dans la peau s’en remet à une production artistique très correcte et confie les clefs de la mise en scène à son interprète phare. Braquez une caméra sur Tom Cruise, et c’est toute une chorégraphie qui se met en place, constituée de petits gestes techniquement très discrets (Tom Cruise marchant maladroitement avec une armure high-tech) et d’une vélocité physique dans le cœur de l’action.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mais si Edge of Tomorrow est au-dessus des deux films précédemment cités, c’est parce qu’il consacre également l’interprète comme le maître du montage au sein même du dispositif narratif : menant la cadence des sauts et des « rembobinages » temporels, le héros ne laisse aucune place au moindre détour de la narration ou de la mise en scène.

Les images ne se réduisent d’ailleurs qu’à cela, montrer Tom Cruise et montrer ce qu’il voit, le champ et le contre-champ, et rien de plus. Il faut beaucoup d’énergie et le meilleur acteur au monde pour faire tenir un programme in fine si ténu, mais constamment jubilatoire, sur presque deux heures.

Car Tom Cruise n’a plus besoin de metteur en scène pour briller : tel un soliste qui volerait les prérogatives de son chorégraphe, il guide le mouvement de l’intérieur, en invitant les autres danseurs à se joindre à la ronde. Qu’importe donc aujourd’hui que l’acteur ne se tourne plus que vers des seconds couteaux, loin des temps bénis où il faisait étalage de son génie chez Spielberg, De Palma et consorts. Ses films sont désormais des cathédrales construites à sa seule gloire. Tom Cruise, dont la fonction principale est de sauver le monde.


Source ciné-critikat


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 739
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Re: Edge of Tomorrow (2014) Doug Liman   Ven 11 Nov - 9:19

Encore une fois, le monde s'écroule, dévasté par des extraterrestres ! Les grosses productions américaines ont la mauvaise habitude de se répéter, mais celle-ci fait de la redite son atout. Envoyé sur une plage française pour une sorte de débarquement du 6 juin, version science-fiction, le soldat Cage est persuadé qu'il va se faire tuer. Et il a beau être interprété par Tom Cruise, il finit en effet très vite boulotté par un alien. Mais, une fois mort, il se réveille au début de la même journée, qui recommence. Et se refait tuer, et se réveille, et recommence...

On pense, bien sûr, au fameux Un jour sans fin de Harold Ramis (1993), dont le concept malin tenait dans le titre. Les ressemblances sont grandes, mais le modèle d'Edge of tomorrow («Au bord de demain», en quelque sorte), c'est le jeu vidéo. Où, pour aller au bout d'une aventure, il faut utiliser plusieurs « vies », chacune perfectionnant la connaissance des pièges, ce qui permet de mourir de plus en plus tard et, un jour, de gagner la bataille... C'est pour leur univers imaginaires pleins de fantaisie que les jeux vidéo ont souvent inspiré le cinéma. Cette fois, c'est uniquement le récit qui importe. Le film y puise son originalité séduisante, puisqu'il parvient à jouer habilement d'une histoire qui s'arrête sans cesse, avant que la mort ne la relance. Visuellement, c'est plus ordinaire : tout le monde semble s'être reposé, non sans raison, sur le scénario.

Source ciné F. Strauss/télérama



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Edge of Tomorrow (2014) Doug Liman   

Revenir en haut Aller en bas
 
Edge of Tomorrow (2014) Doug Liman
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actualités OVNI sur News of tomorrow
» At the Edge of Knowability: Towards a Prehistory of Languages
» Faut-il bannir la rubrique étrangeté du site "News of tomorrow" ?
» signons pour que la santé mentale devienne grande cause 2014
» Chorales - Etat des lieux 2012/2013/2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UFO INVESTIGATIONS-MOVIES :: DOSSIERS CINEMA SCIENCE-FICTION :: Les FILMS sur les EXTRATERRESTRES et OVNIS au CINEMA-
Sauter vers: