UFO INVESTIGATIONS-MOVIES
Entrez dans le cinéma de science-fiction, et redécouvrez toute la filmographie ovnis d'hier et d'aujourd'hui ...

Approchez les mystères de l'ufologie et prenez conscience que la vérité est peut-être sur le point d'éclater au grand jour ...

Enter the cinema of science fiction, and rediscover complete filmography UFOs Then and now ...
Penetrate the mysteries of the UFO and realize that the truth may be about to come to light ...

UFO INVESTIGATIONS-MOVIES

Dossiers d'archives, photos images articles, documents inventaires des séries et films sur le sujet ...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Exoplanètes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
EBE 2303
Patrouilleur stellaire
Patrouilleur stellaire
avatar

Messages : 75
Réputation : 6
Date d'inscription : 23/03/2015
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Exoplanètes   Dim 29 Mar - 2:05

LES EXOPLANETES

Une exoplanète ou planète extrasolaire, est une planète située en-dehors du Système solaire. Cette définition est étendue de manière plus ou moins officielle, à la suite des découvertes récentes, aux « planètes errantes », c'est-à-dire n'étant liées par la gravité à aucune étoile, et qui seraient peut-être même plus nombreuses que les planètes au sens traditionnel. Cette terminologie pourrait également inclure les planètes qui pourraient théoriquement graviter autour de trous noirs.

DECOUVERTE

La superterre Gliese 1214 b est bien un monde d'eau

Découverte en 2009, l’exoplanète Gliese 1214 b suscitait des interrogations sur sa nature, les astrophysiciens hésitant entre une planète océan exotique et une sorte de supervénus couverte de nuages. Les observations réalisées à l’aide de la WFC3 de Hubble sont maintenant favorables à l’hypothèse d’une planète largement gazeuse avec une forte quantité d’eau dans son atmosphère.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une comparaison de la taille de Neptune (à droite) avec la Terre (à gauche) et au centre GJ 1214 b. Aldaron-Wikipédia


DE L'EAU A L'ETAT LIQUIDE

De même que nous avions sous-estimé la diversité des corps célestes dans notre Système solaire, nous ne nous rendons probablement pas encore compte de la diversité du monde des exoplanètes que nous commençons tout juste à explorer. Le cas de Gliese 1214 b (GJ 1214 b) en est probablement un bon exemple. On savait que cette planète, qui effectue son orbite en 38 heures autour d’une naine rouge située à environ 40 années-lumière de la Terre dans la constellation d'Ophiuchus (le Serpentaire), possédait une atmosphère. Mais il était bien difficile d’en connaître la nature et plusieurs modèles ont été proposés.

Un article publié sur arxiv vient toutefois d’apporter des précisions. Les astrophysiciens y décrivent les résultats obtenus en utilisant la Wide Field Camera 3 (WFC3) du télescope Hubble pour analyser l’atmosphère de GJ 1214 b. Deux modèles semblent maintenant éliminés, celui faisant intervenir un cœur de glace entouré d’une atmosphère d’hydrogène atomique et d’hélium et celui proposant un cœur rocheux entouré d’une atmosphère d’hydrogène moléculaire.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une vue d'artiste de GJ 1214 b orbitant très près de sa naine rouge. Nasa, Esa et D. Aguilar (Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics)

Une certitude : GJ 1214 b fait partie des superterres puisque son diamètre et sa masse sont respectivement d'environ 2,7 fois et 7 fois ceux de la Terre. Mais sa densité moyenne est faible puisqu’elle est estimée à 2 g/cm3. Pour mémoire, celle de la Terre est de 5,5 g/cm3.

On pouvait donc bien envisager qu’elle contienne beaucoup d’eau. Mais comme sa température de surface doit dépasser les 100 °C, cette eau, si sa présence était confirmée, ne pouvait être que dans un état exotique.


UNE EXOPLANETE RECOUVERTE PAR L'EAU

Pour le savoir, les chercheurs ont donc utilisé la Wide Field Camera 3 à l’occasion d’un transit planétaire pour mesurer les caractéristiques du rayonnement infrarouge traversant l’atmosphère de GJ 1214 b sur une large bande de fréquence. Une atmosphère qui ne serait pas composée majoritairement de vapeur d’eau serait plus transparente en infrarouge que dans la bande de la lumière visible.

Ce n’est pas ce que les astrophysiciens ont trouvé et il est maintenant probable que GJ 1214 b soit constituée d’un noyau de roches et de glaces entouré d’une atmosphère formée de 50 à 85 % de molécules d’eau. Il s’agirait donc d’une exoplanète s’étant formée initialement loin de son étoile, riche en glaces, qui aurait ensuite migré pour s’approcher de son soleil âgé d’environ 6 milliards d’années.


Il n'est pas interdit de penser qu'une partie de l'eau présente sur cette exoplanète se trouve sous forme de glace « chaude » dans une phase exotique ou encore formant peut-être une sorte d'océan supercritique étant données les conditions de températures et de pressions y régnant.


Source: 2015 Futura-Sciences

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 68
Patrouilleur interstellaire
Patrouilleur interstellaire
avatar

Messages : 133
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: Exoplanètes   Jeu 30 Juil - 10:55

ASTRONOMIE: Kepler 452b: Découverte d'une planète semblable à la Terre

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La NASA a besoin d’argent. N’ayant plus à conduire des missions spatiales dignes de ce nom, et pour justifier ses budgets, elle en est réduite à attirer le chaland par des petites opérations de communication. Alors elle vend du rêve. Annonce à grand son de trompe de la découverte d’une planète « habitable » et « semblable » à la Terre dans notre galaxie. Immédiatement, l’info-sphère s’est enflammée, télévisions, journaux, sites Web, réseaux ont répercuté la grande nouvelle. D’« habitable » on est passé sans barguigner à « habitée » en accompagnant le propos d’une photographie de la grande sœur. En oubliant souvent de préciser qu’il s’agissait d’une vue d’artiste. L’habituelle cohorte des allumés, amis des petits hommes verts, est sortie de sa léthargie estivale pour nous asséner, qu’« ils » allaient arriver, qu’ils étaient déjà venus, qu’ils étaient beaucoup plus intelligents que nous et qu’ils les avaient choisis pour communiquer. Jusqu’à notre cher Jean-Claude Bourret, toujours vivant, toujours spécialiste des ovnis. Il n’a pas changé.

Cela n’a pas rebuté non plus la presse sérieuse. Regardons ce qu’en disent Les Échos, d’habitude plus austères : « Elle se situe à la même distance de son étoile que la Terre du Soleil. Il pourrait ainsi être possible d’y trouver de l’eau à l’état liquide, ce qui permettrait l’existence de la vie telle que nous la connaissons. » Cette distance implique simplement que s’il y avait de l’eau, elle ne s’évaporerait pas. Mais cette présence n’est pas avérée et n’a rien d’inéluctable. Chez nous, la présence massive d’eau liquide est un événement aléatoire, dont on ne connaît toujours pas l’origine.

« Située à 1400 années-lumière de la Terre, cette exoplanète baptisée Kepler 452b, orbite une étoile en 385 jours dont les caractéristiques sont très similaires à celles du Soleil. » 385 jours dites donc, alors que nous c’est 365. Ce n’est pas tombé loin ! Mais des jours terrestres ou des jours Képlériens ? Ah ça, on n’en sait rien. Rien de la rotation pourtant indispensable à l’apparition et au développement de la vie. Péremptoire, le journal poursuit : « Kepler a de grandes chances d’être rocheuse avec une atmosphère épaisse et une grande quantité d’eau ». Trois suppositions gratuites en une phrase. La recherche et la découverte d’exo-planètes ne se fait pas par observation directe, mais par déduction à partir des conséquences sur leur étoile. La seule chose que l’on sait, c’est sa taille et la distance qui la sépare de son soleil. Qu’elle soit rocheuse, qu’elle dispose d’une atmosphère et qu’il y ait de l’eau, ce sont de pures conjectures. Mais on va quand même la proclamer « habitable » en escomptant bien, flattant l’imagination, que par un glissement sémantique on la pensera « habitée ». Et Les Échos de saluer « un nouveau pas dans la quête pour trouver une sœur jumelle à notre planète dans l’univers ». La belle affaire ! Située à 1400 années-lumière, si nous décidions d’y envoyer un vaisseau, il faudrait 30 millions d’années avec nos moyens actuels. Je crains que cela pose un problème de provisions de bouche pour les vaillants astronautes. Et même si nous parvenions à approcher la vitesse de la lumière malgré toutes les embûches relevées par Einstein, l’aller-retour prendrait quand même un peu plus de 3000 ans. Trouver une jumelle nous fera une belle jambe…

Cette disposition à croire que la vie intelligente existe ailleurs dans notre univers et que nous finirons par entrer en contact avec elle est très partagée. Parce qu’elle nous fait rêver. Amateur de littérature de science-fiction, j’avais une prédilection pour le sous-genre « space opera » qui, d’Isaac Asimov à Dan Simmons en passant par Franck Herbert, nous promenait de galaxies en galaxies. Mais je sais bien que nous n’irons nulle part. Et qu’il n’y a personne. Enrico Fermi, avec son paradoxe, a planté le premier clou dans le cercueil de nos espoirs. Notre étoile étant une des plus jeunes de la galaxie, il disait : « S’il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ? » Pour répondre, il faut s’en remettre à une réalité incontournable : « La vie a si peu de chance d’apparaître qu’un univers de la taille du nôtre est nécessaire pour qu’elle ait une chance de se produire une fois. » Sur quoi s’appuie cette triste proposition qui nous renvoie à notre solitude ?

Sur le fait que notre univers, tel que nous le connaissons est un système complexe imprévisible. Il y a bien quelques lois, mais son état est dû au hasard. Et nous, petite espèce terrestre, le fruit d’une succession d’événements aléatoires d’une redoutable complexité. A commencer par ce nuage interstellaire hétérogène qui, en se condensant, a donné notre soleil accompagné de ses huit planètes principales. Système solaire qui, si une seule des millions de variables du processus avait été différente ne serait pas le même.

Jouons au loto de la vie : la Terre a tiré le premier bon numéro, celui de la distance par rapport au soleil. Le hasard. Le second est l’existence de la lune. Probablement à la suite d’une formidable collision avec la Terre, le hasard encore. Ce satellite a stabilisé par effet de marée la position de l’axe de rotation de celle-ci sur elle-même. Ce qui assure, par le jeu des saisons, la clémence indispensable des conditions climatiques. Le troisième est celui de la présence dans le système solaire de géantes gazeuses comme Jupiter et Saturne. Le hasard toujours. Par effet de gravitation, elles ont nettoyé le système solaire d’une grande partie de la caillasse pouvant bombarder les planètes. Grace à ces deux gros aspirateurs, la terre a été frappée en moyenne tous les cent millions d’années par des astéroïdes massifs (comme celui qui fit disparaître les dinosaures). Sinon cela aurait été tous les cent mille ans ! Et puis ensuite, il y a l’eau. Dont on ne connaît pas l’origine et dont on ne sait comment elle a été conservée. Personne ne peut dire qu’une planète identique à la Terre se doterait forcément d’eau liquide. Il y a aussi, par exemple, l’indispensable méthionine acide aminé entrant dans la constitution du vivant. Cette molécule, que l’on est parvenu à synthétiser, exige pour cela l’alternance de périodes humides et de périodes sèches. Merci la lune pour le phénomène des marées. Et puis il y a le fait que ces acides aminés doivent se combiner avec les glucides, comme un boulon et son écrou. Par hasard (probablement un événement venu de l’espace), tous les acides aminés sont de forme gauche et les glucides de forme droite. Sans cela, pas de développement de la vie. Profane, je vais en rester là de mes exemples, la description de tous les événements aléatoires qui ont permis l’apparition de la vie serait interminable et trop compliquée pour moi. J’en citerai seulement quelques-uns : la place du soleil dans la galaxie, le champ magnétique, la couche d’ozone, la glaciation Varanger, la tectonique des plaques…

Mais après l’apparition de cette vie, il y a eu son développement. Pendant deux milliards d’années elle s’est limitée à des bactéries. Son évolution par la suite, comme Darwin en a eu l’intuition, s’est déroulée comme un processus sans but et sans morale. Marqué lui aussi par le hasard. Changements climatiques, extinctions massives, dérive des continents modifiant chaque fois la pression sélective, n’ont pas « abouti » à l’être humain mais ont permis son émergence. L’intelligence n’étant qu’un caractère de notre chétive et improbable espèce. Et la partie est loin d’être terminée puisqu’il reste à la Terre cinq milliards d’années…

Alors, lorsque l’on joue au loto de la vie, si l’on veut gagner, il faut tirer beaucoup de numéros. Bénéficier de beaucoup d’occurrences aléatoires. Admettons, alors que c’est évidemment beaucoup plus, qu’il faille tirer 12 numéros. On aurait alors une chance sur 1000 milliards d’avoir la bonne combinaison. Ce qui correspond au nombre probable de planètes dans notre galaxie. Mais les autres, celles qui sont si loin ? Et celles que bornés par l’horizon cosmologique nous ne verrons jamais ? Il suffit que les numéros du loto, du code de la vie, passent à 24, cela englobe aussi les 1000 milliards de galaxies. Une chance sur 1 million de milliards.

Nous sommes donc tout seuls dans l’univers. Et les opérations de communication de la NASA sont de la fumisterie.

Les croyants, que cette présentation peut arranger, puisqu’elle relève le caractère unique de la vie sur Terre, vont me dire que les événements que je présente comme aléatoires ne sont justement pas survenus par hasard. Et qu’ils sont l’œuvre d’un créateur. S’agissant de la foi, n’étant pas équipé pour le débat, je me contenterai de répondre que dans ce cas, pour quelqu’un d’omnipotent, il s’est quand même drôlement compliqué l’existence.


Photo : N.A.S.A/SIPA/1507241101

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 755
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Re: Exoplanètes   Ven 31 Juil - 11:40

Kepler-452b contient peut-être de l'eau liquide, rien ne dit alors que la vie y existe. Seuls des télescopes plus puissants pourront nous en apprendre plus sur cette sœur de la Terre.

Une première. Voilà comment on pourrait qualifier la découverte de la Nasa. L'agence spatiale américaine a déclaré jeudi avoir découvert, via son télescope Kepler, une exoplanète semblable à notre Terre, située à 1.400 années-lumière. Kepler-452b n'est cependant pas pour autant une zone habitée. Europe 1 fait le point sur cette découverte époustouflante avec le physicien Christophe Galfard et Alain Cirou, expert science d'Europe 1 et directeur de la rédaction de Ciel et Espace.

Pourquoi Kepler 452-b est-elle une découverte inédite ?

Si Kepler-452b suscite un intérêt particulier, c'est qu'elle n'a rien à voir avec les autres exoplanètes, ces corps célestes ressemblant à la Terre mais situés en-dehors de notre système solaire. Christophe Galfard, physicien, explique au micro d'Europe 1 qu'"au départ, les planètes détectées étaient des planètes incomparablement plus grandes que la Terre, plutôt faites de gaz, donc, pas du tout bonnes pour la vie".

Depuis 1995 et la découverte de la première planète en-dehors de notre système solaire, c'est pas moins de 2.000 exoplanètes qui ont été dénichées par les télescopes. Dans le tas, les scientifiques ont dénombré une douzaine de planètes "cousines" de la Terre. Rocheuses, elles sont cependant éclairées par des étoiles au rayonnement bien plus faible que celui du Soleil. Avec Kepler-452b, proche d'une étoile qui rayonne à plein régime, on franchit donc un nouveau cap. "Là, peut-être qu'on vient de découvrir une sœur de la Terre".

Abrite-t-elle de l'eau ?

Il y a de fortes chances. Pour le moment cependant, les scientifiques n'en ont pas la preuve formelle. Mais ce dont ils sont sûrs, c'est que cette exoplanète réunit les conditions pour avoir de l'eau à l'état liquide à sa surface. "Elle fait quasiment la bonne taille et son étoile est semblable au soleil", résume le physicien. Kepler-452b fait en effet cinq fois la masse de la Terre. Un poids idéal puisque trop massive, une planète contient de grosses proportions de gaz et trop petite, une planète n'a pas de cœur liquide et ne peut donc avoir de champ magnétique pour se protéger de l'extérieur.

Kepler-452b orbite aussi autour de son étoile "qui ressemble au Soleil, dite de type solaire", explique Alain Cirou, spécialiste de l'Univers. De plus, "elle tourne en 385 jours, ce qui veut dire qu'elle est à une distance telle que on peut considérer que l'eau y est à l'état solide, liquide et gazeux", ajoute cet expert.

Pourrait-on y découvrir de la vie ?

Là encore, impossible d'apporter une réponse. Lancé en 2009, le télescope américain Kepler n'est pas capable de fournir des photos détaillées de la surface de Kepler-452b qui pourrait nous en dire plus sur sa surface.

Mais pour les scientifiques, cette exoplanète est située dans "une zone d'habitabilité", rapporte Alain Cirou. Mais il ne s'agit pas pour autant d'une zone habitée. "Peut-être qu'il y a de la vie là-bas, peut-être pas. On n'en sait rien encore mais on a là une candidate pour l'apparition de la vie extraterrestre dans l'Univers", résume le physicien Christophe Galfard.

Et si la vie existe sur Kepler-452b, les scientifiques seraient bien en peine d'imaginer à quoi elle ressemblerait. Mais pour Alain Cirou, rien n'empêche de faire des hypothèses : "si Kepler-452b a de l'eau, une atmosphère, une tectonique ou une activité volcanique, ce qui s'est passé sur la Terre il y a 4,5 milliards d'années a peut-être pu arriver dans cet environnement".

Enfin, pouvons-nous espérer qu'un jour Kepler 452-b nous parle ? "On a déjà pointé des télescopes pour voir, si par hasard, on ne recevrait pas des petits signaux de gens là-bas, on n'en a pas trouvé encore", rapporte le physicien Christophe Galfard.

Pourrait-on y envoyer des humains ?

Inutile de rêver, ni les humains vivants aujourd'hui, ni ceux de demain, ne pourront se rendre sur cette planète, située trop loin de nous. Or, les moyens actuels de propulsion ne sont même pas capables d'envoyer des humains aux confins de notre propre système. L'aventure la plus lointaine et la plus récente, qui remonte à 1972, s'est limitée à la Lune, située à 390.000 km. Et les projets d'envoyer des humains sur Mars, située à 225 millions de km, se révèle être un casse-tête pour leur transport. Kepler-452b, elle, est située à 1.400 années-lumière... soit 12.600 milliards de km.

Une sonde approchera-t-elle un jour Kepler-452b ?

Là encore, ne rêvons pas. New Horizons, la sonde la plus rapide jamais envoyée dans l'histoire spatiale, a atteint Pluton le 14 juillet dernier après 9 ans et demi de voyage. Et s'il fallait l'envoyer visiter Kepler-452b, "il lui faudrait 18 millions d'années", calcule Alain Cirou.

Les scientifiques peuvent seulement espérer mieux observer Kepler-452b à l'avenir. Ils pourront compter pour cela sur les futurs télescopes. La Nasa, en partenariat avec l'Agence spatiale européenne, prépare le lancement pour 2018 du télescope James Webb. Gros bébé de près de 8 tonnes, son miroir, grand de 7 mètres, pourra capter 70% de lumière en plus que le télescope Hubble et sera capable de capter des infra-rouges. De quoi en apprendre bien plus sur Kepler-452b et sur bien d'autres exoplanètes.

Source: Europe 1




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exoplanètes   Sam 1 Aoû - 13:12

Tout ce qu’il faut savoir sur Kepler-452b, l’exoplanète découverte par la NASA

Rappel : Qu’est-ce qu’une exoplanète ?


Une exoplanète est une planète qui se trouve en orbite autour d’une autre étoile que notre Soleil. On l’appelle aussi planète extrasolaire. La première exoplanète a été découverte en 1995. Il s’agit de 51 Pégasi b. Aujourd’hui, on en comptabilise 1 030 « officielles », mais le satellite américain Kepler a engrangé une moisson de presque 5 000 « candidates » dont il va falloir affiner les caractéristiques. L’astronome Jean Schneider (Observatoire de Meudon) tient à jour un catalogue très complet de ces planètes.

Quelle est la taille de Kepler-452b ?

Kepler-452b a un rayon 1,6 fois plus grand que celui de la Terre, soit 10 194 kilomètres. Cette exoplanète est donc quatre fois plus volumineuse que la Terre. Elle fait le tour de son étoile en 385 jours, soit vingt jours de plus que la révolution de notre planète autour du Soleil.

De quoi est-elle composée ?

On n’en sait encore rien. Selon la NASA, il y aurait 50 % de chances qu’elle soit rocheuse, comme la Terre. Mais Kepler n’est pas en mesure de déterminer la masse de l’exoplanète. Les scientifiques pensent toutefois qu’elle pourrait être de cinq fois celle de la Terre. Si elle s’avérait rocheuse, une planète de cette taille et de cette masse présenterait très certainement une activité volcanique à sa surface. Enfin, l’identification de la masse donnerait aussi des indications sur la présence ou non d’une atmosphère.

Comment a-t-on « vu » cette planète ?

Le télescope spatial Kepler a une façon bien à lui de détecter les exoplanètes, mission pour laquelle il a été lancé en 2009. On appelle cette méthode « transit planétaire ». Kepler saisit en fait les variations de la luminosité de l’étoile observée lorsqu’une planète passe devant elle. Cette étude des éclipses permet de déduire la taille de la planète et sa distance avec l’étoile autour de laquelle elle tourne. On peut ainsi savoir si elle se situe dans la « zone d’habitabilité ». Mais cette méthode ne permet pas de déduire la masse de l’exoplanète.

Qu’est-ce que la « zone d’habitabilité » ou « zone habitable » ?

On parle de « zone d’habitabilité » pour désigner la région autour d’une étoile où des planètes peuvent abriter de l’eau liquide, élément indispensable au développement de la vie. Ce qui est donc le cas sur la Terre. Mercure est par exemple située bien trop près du Soleil pour que l’eau y existe sous quelque forme que ce soit ; au-delà de Mars, on est en revanche trop éloigné du Soleil et l’eau ne peut exister que sous forme de glace. La taille de la zone d’habitabilité dépend évidemment de la taille et de la puissance de l’étoile qui émet l’énergie. La définition de la zone d’habitabilité fait aussi débat : il peut y avoir de l’eau liquide dans une région qui est par ailleurs trop soumise aux rayonnements de l’étoile pour que la vie ait une chance de se développer.

Kepler-452b n’est par ailleurs pas la seule exoplanète à se trouver dans une zone habitable, comme le montre le schéma ci-dessous. Mais elle est la seule pour l’instant à avoir une taille proche de la Terre et à tourner autour d’une étoile ressemblant au Soleil.

La « zone d’habitabilité » est-elle le seul facteur pour que la vie apparaisse ?

Non. L’apparition de la vie est due à un ensemble de facteurs. Il suffit pour cela d’observer notre bonne vieille Terre. En plus de se trouver dans la « zone d’habitabilité » du Soleil, elle est dotée d’une atmosphère protectrice qui absorbe une partie du rayonnement solaire, comme les ultraviolets, et réchauffe la surface par effet de serre. La Terre possède aussi un champ magnétique, ou bouclier terrestre, déviant les particules mortelles du vent solaire, ce qui provoque les aurores boréales et australes aux pôles Nord et Sud.

Comment cette photo a été prise ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ce n’est pas une photo, mais une vue d’artiste. Kepler-452b est beaucoup trop loin de la Terre pour être photographiée : les scientifiques ne possèdent pas d’outils assez puissants pour y parvenir pour le moment. Tout au plus parvenons-nous aujourd’hui à photographier un point lumineux, comme ce fut le cas pour Beta Pictoris b, située à 63,5 années-lumière de la Terre.

La vue d’artiste est donc un dessin réalisé à partir des caractéristiques relevées par Kepler et des déductions et suppositions faites par les chercheurs.

Donne-t-elle des indications sur ce que peut devenir la Terre dans un lointain futur ?

Etant donné qu’elle est plus âgée d’environ 1,5 milliard d’années, et s’il est confirmé qu’elle a de nombreux points communs avec la Terre, Kepler-452b pourrait nous indiquer ce qui attend notre planète dans plus d’un milliard d’années quand le Soleil deviendra plus brillant. A savoir une période de fort réchauffement qui, à terme, pourrait provoquer l’évaporation de toute eau sur la planète.

Kepler-452b, c’est loin ?

Kepler-452b est située à 1 400 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Cygne. Une année-lumière équivaut à la distance parcourue par la lumière en une année, soit environ 9 461 milliards de kilomètres (sachant que la lumière se déplace à environ 300 000 kilomètres par seconde). Kepler-452b est donc à plus de 13 millions de milliards de kilomètres de la Terre.

Combien de temps faudrait-il pour s’y rendre ?

La sonde New Horizons – celle qui vient de photographier Pluton, la plus lointaine des planètes du système solaire – détient le record de vitesse au lancement à près de 60 000 km/h. En imaginant qu’un vaisseau spatial transportant des humains voyage aussi rapidement, il faudrait qu’ils passent un temps de l’ordre de 25 millions d’années pour atteindre Kepler-452b. Un très long voyage.

Peut-on envoyer des messages aux hypothétiques habitants de Kepler ?

A supposer qu’il y ait de la vie sur cette planète, que cette vie ait une forme d’intelligence, et qu’elle utilise des technologies comparables aux nôtres, il faudrait mille quatre cents ans à un message lumineux pour atteindre la planète. Et autant pour recevoir la réponse. Armons-nous donc de deux mille huit cents ans de patience.


Le Monde.fr



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 755
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Re: Exoplanètes   Dim 2 Aoû - 5:16

Une nouvelle exoplanète rocheuse "proche" de notre système et de la Terre

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Des chercheurs belges et suisses ont découvert un nouveau système de planètes à "seulement" 21 années-lumières de la Terre.

Elle est proche de la Terre, est rocheuse et peut être "une mine d'or" pour la science, selon la Nasa. Une équipe d'astronomes des universités de Liège en Belgique et de Genève en Suisse ont publié jeudi les résultats de leur recherche sur un nouveau système d'exoplanètes (le nom donné aux planètes hors du système solaire). Ils y ont découvert "HD 219134b", une exoplanète tellurique à seulement 21 années-lumières de la Terre. Il s'agit de la planète de ce type la plus proche que l'on connaisse.

En orbite autour de l'étoile située dans la constellation de Cassiopée (le W visible dans notre ciel), les astronomes ont repéré au total quatre exoplanètes, inconnues jusque-là. L'une d'elles a particulièrement retenu leur attention : "Lorsque les premières mesures indiquèrent qu'une des planètes orbitait autour de l'étoile en trois jours, nous avons immédiatement demandé à la Nasa du temps d'observation avec le télescope spatial américain Spitzer", explique Ati Motalebi, coauteure de l'article.

Une super-terre très chaude. Coup de chance. Quand on la regarde depuis la Terre, l'exoplanète passe devant son étoile, ce qui crée à chaque passage une mini-éclipse. Une aubaine pour les chercheurs. L'ombre que l'exoplanète laisse en passant devant son étoile permet d'estimer son rayon, mais aussi sa densité et sa masse. Il résulte de toutes ces mesures que la planète est 4,5 fois plus massive que la Terre, avec un diamètre 1,6 plus grand. Sa densité est proche de celle de notre Terre et elle est de composition terrestre. HD 219134b pourrait-elle être une nouvelle Terre et abriter la vie ?

Non, car il y a un hic. HD 219134b est chaude, très chaude. "La température est d'environ 700 degrés Kelvin (427°C). C'est probablement un monde de lave fondue ... pas compatible avec la vie", explique Stéphane Udry, astronome à l'Observatoire de Genève.

Une source d'information "hors du commun". Désormais, les chercheurs attendent de pouvoir observer les autres exoplanètes du système et notamment deux "super-terres", appelées ainsi car elles ont une taille comparable à celle de la Terre. Ils pourront ainsi définir leur densité et donc si elles sont rocheuses, gazeuses ou bien une combinaison des deux. "Pouvoir définir la composition de trois super-terres dans un même système proche fournirait une source d'information hors du commun sur la formation des systèmes planétaires et la composition de leurs membres, en particulier des super-terres", s'enthousiasme Stéphane Udry. Quant à vous, vous ne pourrez pas les observer même avec un bon télescope. Mais vous pouvez voir leur étoile, par ciel bien noir, à l'une des extrémités du W de Cassiopée.


Source: Europe1/sciences


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 209
Astro navigateur
Astro navigateur
avatar

Messages : 1200
Réputation : 4
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Sirius B50

MessageSujet: KEPLER-452b   Ven 14 Aoû - 10:30

KEPLER-452 b (FICHE TECHNIQUE)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kepler-452 b est une exoplanète de type super-Terre découverte grâce au télescope spatial Kepler. La planète, d'un rayon 60 % plus grand que celui de la Terre, orbite en 385 jours autour de son étoile, Kepler-452, située à environ 1 400 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Cygne. La planète se trouve dans la zone habitable de son étoile, à distance 5 % plus grande de cette dernière que la Terre ne l'est du Soleil. La découverte de Kepler-452 b, dont l'existence a été confirmée par des mesures au sol, est annoncée par la NASA le 23 juillet 2015, en même temps que onze autres candidats planètes de moins de deux rayons terrestres orbitant également dans la zone habitable de leur étoile.

Kepler-452 b pourrait être la première planète tellurique détectée dans la zone habitable d'une étoile de type solaire autre que le Soleil lui-même. Son étoile, légèrement plus lumineuse et plus âgée que le Soleil, fait de cette planète une planète analogue à la Terre. Jusqu'à cette découverte, les exoplanètes telluriques orbitant en zone habitable avaient été découvertes orbitant autour d'étoiles plus faibles et plus froides que le Soleil. Cette planète est similaire à la Terre, bien que 4 fois plus grosse en volume.

L'ETOILE ET SON SYSTEME

L'étoile Kepler-452 a la même température que le Soleil, une luminosité 20 % plus grande et un diamètre 10 % plus important. Le système est âgé de 6 milliards d'années, c'est-à-dire de 1,5 milliard d'années de plus que le système solaire. Kepler-452 b permet donc d'avoir un aperçu de la situation dans laquelle va se trouver la Terre lorsque le système solaire aura un âge similaire.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Comparaison (de haut en bas) des systèmes Kepler-186, Kepler-452 et du système solaire. Les bandes vertes représentent la zone habitable de chaque système.

PROPRIETES ORBITALES ET PHYSIQUES

Kepler-452 b met 385 jours pour effectuer une révolution autour de son étoile. Ce faisant, la planète réside dans la zone habitable de son étoile.

Avec un rayon 60 % plus grand que celui de la Terre, Kepler-452 b a un volume environ 4 fois supérieur à celui de la planète bleue. Néanmoins, il s'agit à la date de sa découverte de la plus petite planète, en dehors de celles du système solaire, en orbite dans la zone habitable d'une étoile de type spectral G2, le même type spectral que celui du Soleil.

La masse de Kepler-452 b n'a pour le moment pas été mesurée directement, mais selon les modèles, la planète aurait une masse d'environ 5 fois celle de la Terre. Ce faisant, Kepler-452 b serait probablement une planète tellurique, principalement constituée de roches et pas de gaz. La gravité à la surface de la planète pourrait être le double de celle de la gravité terrestre. Cependant, cette valeur de la masse, et par suite la valeur de la gravité, ne sont que des estimations faites à partir de modèles : on ne peut donc pas garantir que cette planète est de type tellurique, mais seulement dire que c'est la situation la plus probable et que la possibilité que la planète soit gazeuse, bien que défavorisée par les modèles, ne peut pas être complètement exclue.

Le système étant plus âgé que le système solaire, Kepler-452 b semble avoir subi récemment une hausse de sa température en surface qui pourrait évaporer d'éventuels océans se trouvant en surface. À ce titre, la planète subirait ce que la Terre subira selon les modèles dans un peu plus d'un milliard d'années.


WKP.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 68
Patrouilleur interstellaire
Patrouilleur interstellaire
avatar

Messages : 133
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: KEPLER-452b   Ven 14 Aoû - 11:24

Ici une vue d'artiste de Kepler-452 b et son étoile, à droite, et de la Terre et du Soleil, à gauche, montrant à l'échelle la dimension de Kepler-452 b
par rapport à celle de la Terre et la taille de leurs étoiles respectives telles que vues depuis chacune de ces planètes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kepler-452 est une étoile de type spectral G2, située à une distance d'environ 1 400 années-lumière de la Terre, dans la constellation boréale du Cygne.

Sa température de surface est similaire à celle du Soleil mais, étant donné que son rayon est 10 % plus grand, sa luminosité est supérieure de 20 % à celle du Soleil. Son âge est estimé à 6 milliards d'années. Elle accueille l'exoplanète Kepler-452 b, dont la découverte a été annoncée le 23 juillet 2015.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: KEPLER-452b   Sam 15 Aoû - 4:48

KEPLER-452b (DOSSIER EXOPLANETE)

Le 23 juillet dernier, la NASA annonçait la découverte d'une planète cousine de la Terre, son nom: Kepler-452b, en référence au télescope spatial qui l'a détectée. La chaine ARTE à diffusée dernièrement lors de la Nuit des étoiles, un document qui révèle les multiples trouvailles de cet découverte.

L'homme pourrait-il vivre ailleurs dans l'univers ? A l'éternelle question qui agite les esprits depuis des siècles, une découverte révolutionnaire pourrait apporter, enfin, les premiers éléments de réponse: Kepler-452b. Il s'agit d'une exoplanète (située en dehors de notre système solaire) susceptible, du fait de ses étroites similitudes avec la Terre, d'abriter la vie donc d'être potentiellement habitable.

Rejoignant les quelques 1930 autres exoplanètes déjà détectées par le télescope depuis son lancement en 2009 par l'agence spatiale américaine, Kepler-452b réunit plusieurs des conditions essentielles.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kepler est un télescope spatial développé par l'agence spatiale américaine, la NASA, pour détecter des exoplanètes et lancé en 2009. Le satellite, qui pèse un peu plus d'une tonne, utilise la méthode des transits en observant les étoiles à l'aide de son télescope de 0,98 mètre de diamètre. Celui-ci est équipé d'un détecteur de 95 millions de pixels qui lui permet de mesurer la luminosité d'une étoile avec une précision photométrique de 20 ppm pour une étoile de magnitude apparente de 12. Kepler a pour objectif de détecter des planètes de type terrestre en observant en permanence la luminosité de 145 000 étoiles situées dans une région fixe de la Voie lactée de 115 degrés carrés. En juillet 2013 Kepler avait détecté 134 planètes confirmées par d'autres observations gravitant autour de 76 étoiles ainsi que plusieurs milliers non confirmées. Kepler est la dixième mission du programme Discovery de la NASA consacrée aux missions scientifiques de faible coût.

ZONE DITE HABITABLE

La première d'entre elles est sa distance par rapport à son étoile. Identique à celle qui sépare la Terre du Soleil, elle permet la présence de l'élément le plus fondamental au développement et à la survie d'organismes vivants: l'eau sous forme liquide et non de glace ou de gaz. Kepler-452b est ainsi située en zone dite habitable.

Deuxième condition: sa vitesse de rotation. Là aussi, pour qu'une planète abrite la vie, elle ne doit tourner ni trop vite ni trop lentement. Ainsi, les températures à sa surface peuvent se réguler. Car, plus une planète tourne vite, plus elle est chaude. A l'inverse, plus elle tourne lentement, plus elle est froide. La vitesse de rotation de Kepler-452b autour de son étoile avoisine les 385 jours, là aussi presque identique à la Terre. Une rotation idéale pour capter l'énergie de son étoile.

Un autre élément important à prendre en considération est la taille de la planète et de son étoile. Trop petite, la planète ne peut retenir les gaz indispensables à la vie comme l'oxygène, ni l'eau qui s'évapore alors dans l'espace. De même que trop grosse, la planète retient les gaz les plus légers comme l'hydrogène, et crée une atmosphère à base de méthane et d'ammoniac. D'un rayon 60% plus grand que celui de la Terre et tournant autour d'une étoile seulement 4% plus massive que notre Soleil, Kepler-452b semblerait devenir une nouvelle Terre d'avenir.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Planètes habitables découvertes par Kepler (Source : NASA).


L'AVENIR DE LA PLANETE TERRE

Découverte six ans après le départ du télescope Kepler dans l'espace et un an avant son retour sur notre planète, Kepler-452b marque un tournant dans l'étude de notre galaxie, mais aussi dans celle du futur de notre bonne vieille planète Terre.

En effet, l'étoile autour de laquelle gravite Kepler-452b étant âgée de 1,6 milliard d'années de plus que notre Soleil, son rayonnement est plus fort et provoquerait actuellement sur l'exoplanète un bouleversement climatique de grande ampleur. Un aperçu peu encourageant de ce qui attend irrémédiablement la planète bleue ...

D'ores et déjà qualifiée de "Super-Terre" tant la ressemblance entre les deux planètes à frappé les scientifiques, Kepler-452b n'a pas pour autant révélé l'existence d'un quelconque être vivant à sa surface. Le mystère reste donc entier même s'il n'est plus désormais interdit de rêver à l'existence d'une intelligence extraterrestre !

Rêver seulement car, Kepler-452b étant située à 1 400 années-lumière de la Terre (pour une distance de 13245400 milliards de kilomètres), en direction de la constellation du Cygne, son exploration semble totalement hors de portée suivant nos moyens actuels, mais le futur nous permettra peut-être un jour d'atteindre une nouvelle planète "Terre" pour y fonder une nouvelle humanité respectueuse et reconnaissante d'un monde nouveau qui s'offre à elle !

Source condensée: Astrid Delarue
TéléCableSat. 1318


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
RAPTOR 2206
Pionnier de l'espace
Pionnier de l'espace
avatar

Messages : 34
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/06/2015
Localisation : Alpha Draconis

MessageSujet: KEPLER-452b   Sam 15 Aoû - 9:01

Une incroyable et extraordinaire découverte, cependant on ne sait encore rien de sa masse ni de sa composition mais il semble probable qu'elle soit rocheuse. Comme elle se trouve dans la zone d'habitabilité d'une étoile de type solaire, elle pourrait abriter de la vie et même une civilisation intelligente, ce qui en ferait une exoterre au plein sens du terme.

Il y a gros à parier que l’exoplanète Kepler 452b va faire l’objet de toute l’attention du projet Breakthrough Initiative récemment financé par Yuri Milner, largement médiatisé avec l’aide de Stephen Hawking, et qui bénéficiera au programme Seti, à l'écoute des signaux radio venus d'éventuelles civilisations extraterrestres. L’existence de cette exoterre potentielle (les membres de la mission Kepler la qualifient plutôt de superterre car, selon leur nomenclature, cette dénomination caractérise les exoplanètes dont le rayon est compris entre 1,25 et 2 fois celui de la Terre) vient en effet d’être annoncée le 23 juillet 2015 lors d’une conférence de la Nasa au sujet des dernières découvertes de la mission Kepler. Elle a été présentée comme l’exoplanète la plus ressemblante à la Terre connue à ce jour de l’humanité.

Pourquoi ? Déjà parce qu’elle se trouve dans la zone d’habitabilité d’une étoile de type G2, tout comme l’est notre Soleil. Ensuite parce que le diamètre de Kepler 452 est seulement supérieur de 10 % à celui de notre étoile et sa luminosité est plus élevée de 20 % avec une température de surface quasi identique. Comme l’exoplanète Kepler 452b a un rayon supérieur de 60 % à celui de la Terre, qu’elle est probablement rocheuse (bien que cela reste à démontrer puisqu’on ne connaît pas encore sa masse) et qu’elle boucle une orbite autour de Kepler 452 en 385 jours terrestre, il est effectivement possible qu’elle ressemble beaucoup à la Terre et soit habitable (et pourquoi pas habitée).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 755
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: KEPLER-452b   Sam 15 Aoû - 11:28

La prudence s’impose tout de même. On l’a dit, sa densité, et donc sa composition, restent inconnues puisque son rayon a été déterminé mais pas sa masse. Tout aussi inconnue est la composition de son atmosphère, laquelle influe grandement sur la présence d’eau liquide ou non, même lorsque l’on se trouve, comme c’est le cas ici, dans une zone où elle peut exister.

Enfin, l’étoile Kepler 452, qui est située à 1.400 années-lumière environ dans la constellation du Cygne, est donc plus âgée que le Soleil. La théorie de l’évolution stellaire pour une étoile sur la séquence principale du diagramme de Hertzsprung-Russell nous dit en effet qu’elle doit être âgée de 6 milliards d’années soit 1,5 milliard d’années de plus que notre Soleil. Or, même si notre étoile ne sera pas encore devenue une géante rouge dans un milliard d’années, sa propre évolution va tout de même la conduire à faire bouillir les océans de la Terre, la rendant inhabitable. Kepler 452b en est peut-être précisément au même stade. Mais de quelles technologies disposerons-nous d’ici là ? Nous permettront-elles de survivre ?

Si oui, on peut alors imaginer qu'une civilisation technologique avancée existe peut-être encore autour de l'étoile Kepler 452... À défaut, tout comme nous avons lancé le Golden Record des sondes Voyager dans l’espace pour témoigner de l’existence de l’humanité, cette civilisation supposée a peut-être laissé une sorte de mémorial de son odyssée dans le cosmos, rayonnant sans cesse sous forme d’ondes radio ou d’émissions laser contenant un message et des informations à destination des autres intelligences pouvant émerger dans la Voie lactée. Le Breakthrough Listen pourrait donc nous surprendre en étudiant dans les 10 ans à venir Kepler 452 et son exoterre supputée.

En tout état de cause, les analyses des données collectées par le satellite Kepler sont toujours en cours. Les membres de la mission ont annoncé qu’à ce stade ils disposaient de 4.696 candidats au titre d’exoplanète. Soit 521 candidats de plus que lors de leur précédente conférence, dont 11 sont de tailles similaires à celle de la Terre et situées dans la zone d’habitabilité de leur soleil.

1.030 exoplanètes ont réellement été découvertes par Kepler. Le 24 janvier 2015, le célèbre site L'Encyclopédie des planètes extrasolaires, créé et mis à jour par l’astronome Jean Schneider, affichait 1.935 exoplanètes au compteur. Que de progrès depuis que Mayor et Queloz ont annoncé la découverte de 51 Pegasi b le 6 octobre 1995 !

Source: Futura-Sciences


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exoplanètes   Dim 16 Aoû - 2:09

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Placé sur la même orbite que la Terre, le télescope spatial Kepler la suit à une distance qui varie avec un rythme de 4 ans. Son télescope de 0,98 m
observe toujours la même région du ciel, surveillant 145.000 étoiles dans les constellations du Cygne et de la Lyre.
Spécifiquement conçu pour la recherche d'exoplanètes, il utilise la méthode des transits, consistant à mesurer la très légère baisse de luminosité
de l'astre quand un corps passe devant.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exoplanètes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exoplanètes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le prochain télescope spatial pourrait voir les océans des exoplanètes
» Documentaire : exoplanètes
» Le James Webb Space Telescope pourrait voir les océans des exoplanètes
» De Nouvelles Exoplanètes
» 32 nouvelles exoplanètes découvertes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UFO INVESTIGATIONS-MOVIES :: ESPACE EVASIONS & DECOUVERTES :: ESPACE ASTRONOMIE et OBSERVATIONS-
Sauter vers: