UFO INVESTIGATIONS-MOVIES
Entrez dans le cinéma de science-fiction, et redécouvrez toute la filmographie ovnis d'hier et d'aujourd'hui ...

Approchez les mystères de l'ufologie et prenez conscience que la vérité est peut-être sur le point d'éclater au grand jour ...

Enter the cinema of science fiction, and rediscover complete filmography UFOs Then and now ...
Penetrate the mysteries of the UFO and realize that the truth may be about to come to light ...

UFO INVESTIGATIONS-MOVIES

Dossiers d'archives, photos images articles, documents inventaires des séries et films sur le sujet ...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LES DRONES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: LES DRONES   Ven 27 Fév - 9:26

LES DRONES « faux-bourdon »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

DEFINITION

Un drone (de l'anglais « faux-bourdon »), également appelé UAV (pour Unmanned Aerial Vehicle), ou encore RPAS (Remotely Piloted Aircraft Systems), est un aéronef sans personne à bord, télécommandé ou autonome, qui peut éventuellement emporter une charge utile, destinée à des missions (ex. : de surveillance, de renseignement, d'exploration, de combat, de transport, etc.). Les drones ont d'abord été utilisés au profit des forces armées ou de sécurité — police, douane, etc. — d'un État, mais ont aussi des applications civiles (Cinéma, télévision, agriculture, environnement) ou cinématographiques. La charge utile du drone de combat ou UCAV (Unmanned Combat Aerial Vehicle) en fait une arme.

Sa taille et masse (de quelques grammes à plusieurs tonnes) dépendent des capacités recherchées. Le pilotage automatique ou à partir du sol permet des vols longs de plusieurs dizaines d'heures (à comparer aux deux heures typiques d'autonomie d'un chasseur).

Certains missiles non balistiques, en particulier les missiles de croisière, ont l'apparence aérodynamique de drones, mais ne sont cependant pas réutilisable, car détruit en fin de mission, contrairement au drone qui est ramené à sa base.


Le terme anglais « drone » désigne d'abord et surtout un avion-cible. Un aérodyne automatisé et le système associé de mise en œuvre sont aussi appelés « UAV » (pour « Unmanned Aerial Vehicle », soit « véhicule aérien sans pilote ») et de plus en plus souvent « UAS » (pour « Unmanned Aerial System », soit « système d'aéronef(s) sans pilote(s) »).

L'organisation de l'aviation civile internationale a quant à elle retenu l'appellation « RPA » (pour « Remotely Piloted Aircraft », soit « avion piloté à distance »).

L’usage du mot « drone » pour décrire un véhicule ou robot terrestre, de surface ou sous-marin, doté d’autonomie, est une particularité française. La classification américaine des mobiles autonomes sans pilote en UAV/UAS (aériens), USV/USS (de surface), UUV/UUS (sous-marins), UGC/UGS (robots terrestres) est la plus couramment utilisée dans le monde.

L'expression « systèmes de drones » tend à prédominer car le drone fait partie d'un système qui est composé :

- d’un ou plusieurs vecteurs aériens équipés de capteurs de détection (avec d'éventuels systèmes de détection d'intrus en « environnement incertain ») ;
- d’une ou plusieurs stations au sol de commande et de recueil des détections ;
- de liaisons radioélectriques de données entre le vecteur aérien et la partie au sol.

Le terme « drone » désigne la plupart du temps le vecteur aérien équipé.

La famille des drones militaires est subdivisée en sous-catégories selon leur vitesse, leur rayon d'action et leurs fonctions :
- les micro - et mini-drones, généralement peu autonomes, mais qui jouent souvent le rôle de « jumelles déportées », par exemple pour observer au-dessus d'un obstacle ou dans une zone à risque ;

- les drones tactiques, lents ou rapides, à endurance moyenne ou haute, à voilure fixe ou tournante appelés TUAV (pour « Tactical Unmanned Air Vehicle ») ou VTOL (« Vertical Take-off and Landing »). Pour l'OTAN un UAV est « un véhicule aérien motorisé, qui ne transporte pas d’opérateur humain, utilise la force aérodynamique pour assurer sa portance, peut voler de façon autonome ou être piloté à distance, être non réutilisable ou récupérable et emporter une charge utile létale ou non létale. Les engins balistiques ou semi balistiques, les missiles de croisière et les projectiles d’artillerie ne sont pas considérés comme des drones » ;

- les drones volant à moyenne altitude et de grande autonomie appelés MALE (pour « Medium Altitude Long Endurance ») ;
- les drones volant à haute altitude et de grande autonomie appelés HALE (pour « High Altitude Long Endurance ») ;
- les drones de combat, encore appelés UCAV (pour « Unmanned Combat Air Vehicle ») ;
des drones de transport semblent en préparation, y compris pour le transport de personnels, qui pourraient aussi être utilisés pour le sauvetage en mer.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un Parrot AR.Drone à côté d'un Dassault Rafale.

Engins volants de taille réduite, moins chers et plus simples à mettre en œuvre qu'un avion (la présence d'un pilote impose une dimension à un appareil habité, et son dispositif d'éjection représente à lui seul une masse supérieure à celle d'un Predator), ils sont plus discrets et leur perte est moins grave que celle d'un appareil et de son pilote. Ils représentent une alternative intéressante pour les pays au budget limité, et potentiellement pour des terroristes potentiels (étatiques ou non), contrebandiers et trafiquants de stupéfiants.

Les progrès informatiques et technologiques ont faits de certains drones des plateformes de désignation de cible ou des armes. Ils servent aussi au recueil de renseignements et dans la guerre électronique (dont pour le brouillage ou l'interception de communication). Leurs missions sont alors l'ISR (Intelligence, surveillance et reconnaissance) ou l'ISTAR (pour « Intelligence, Surveillance, Target Acquisition and Reconnaissance »).

Leurs applications civiles incluent les contrôles sur le trafic, la surveillance maritime et environnementale, des opérations de recherches aériennes et de sauvetage, la récolte de données d'intérêt météorologique ou en environnement difficile (en zone de risque NRBC - « nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique » - par exemple), le relais d'informations, la prise de photographies aériennes voire bientôt l'acquisition directe de données photogrammétriques…

Certains sont des démonstrateurs technologiques qui valident à moindre coût, grâce à la réduction d'échelle et donc la quantité de matériaux nécessaires, des formules aérodynamiques ou certains équipements, sans risquer la vie d'un pilote d'essai. Ils permettent aussi d'atteindre les limites d'un appareil, en dépassant celles que pourraient supporter un pilote (+9g/-3g maximum), afin d'en confirmer la solidité.

Leur taille varie de quelques centimètres à plusieurs dizaines de mètres (près de 40 mètres d'envergure pour un Global Hawk). Leurs formes également, tout comme leurs types de propulsion : certains sont équipés de réacteurs, d'autres d'hélices, quand d'autres utilisent des rotors, à l'instar des hélicoptères (on les dénomme parfois UAR, pour « Unmanned aerial rotorcraft »). Des « drones terrestres » sont également utilisés, notamment pour l'inspection de véhicules ou d'un environnement à risque.

CLASSIFICATION

La classification des drones varie selon le contexte et les pays.

Les drones aériens peuvent être classés selon plusieurs critères :
L'altitude et l'endurance (drones tactiques, MALE, HALE) : l'altitude considérée est l'altitude de croisière avec les ordres de grandeur suivants : les moyennes altitudes 5 000 m < h < 15 000 m ; les hautes altitudes : h > 20 000 m ;
l'autonomie est le temps que peut passer l'aéronef en vol. Un ordre de grandeur d'une autonomie dite longue est de 20 à 40 heures ;

la taille (longueur, envergure, etc) ;
leur capacité à emporter des armements ou non (drones de surveillance / drones armés / drones de combats) ;
leur caractère furtif ou non ;
leur capacité à participer à des missions de haute intensité ou de basse intensité ;
leur voilure (fixe, tournante ou battante).

Le classement le plus répandu est fondé sur les critères d'altitude et d'endurance, auquel on peut rajouter la catégorie des drones de combat :

SEGMENT ET DESIGNATIONS

- Drones tactiques ou TUAV (Tactical Unmanned Air Vehicule) : RQ-7 Shadow, Sperwer, Hermes, Watchkeeper

- Drones volant à moyenne altitude et de longue endurance (MALE)
permettant d'utiliser une charge de mission pouvant atteindre 500 kg : Anka-A, Predator A, Reaper, Harfang, Talarion, Mantis / Telemos, Heron TP

- Drones volant à haute altitude et de longue endurance (HALE) : Anka-A+, Global Hawk, Phantom Eye

- Drones de combat (UCAV) : Anka-B, X45, X47, nEUROn, Taranis

Le segment tactique se décompose lui-même en cinq sous-segments :

- micro-drones (Micro Air Vehicule ou MAV), qui s'apparentent plus à des modèles réduits ;
- drones de très courte portée (TCP) ;
- drones moyenne portée lents (multicharges multimissions ou MCMM lents) ;
- drones rapides basse altitude (MCMM rapides) ;
- drones maritimes tactiques (DMT).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les drones que l'on trouve dans le commerce possèdent des capacités d'emport pouvant supporter une charge explosive de 1 à 2 kg / archives DDM.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: LES DRONES   Ven 27 Fév - 9:30

Suite de l'article parut dans Paris-Match : Vague de drones
L'hypothèse OVNI plane sur les centrales ( voir également le début de l'article dans le "salon de discussion"


http://roswell-1947.forumgratuit.org/t807p105-salon-de-discussion-en-direct

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"L’armée se trouve confrontée à une stratégie soutenue par une technologie 'exogène"

Pour l'instant, ( suite à l'actualité du moment ) les drones qui survolent les centrales françaises ces derniers jours sont donc au sens le plus littéral du terme des OVNIS, des Objets Volants Non Identifiés. De fait, la communauté française des spécialistes des OVNIS n'a pas tardé à s'emparer du sujet : l'ufologue Claude Levat a écrit le 6 décembre une «lettre ouverte au ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian» qu'il interpelle en ces termes :

«L’armée se trouve confrontée à une stratégie soutenue par une technologie "exogène". La même méthodologie peut nous faire craindre une poursuite aggravée de ces manifestations avec démonstrations ostensibles vis à vis d’un public non "préparé". En conséquence en tant que citoyens concernés par la défense du territoire, nous avons l’honneur de vous demander votre opinion concernant cette question.»

Une technologie «exogène», autrement dit non terrestre sous-entend Claude Lavat...

Le Geipan (groupe d'études et d'informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés), l'organisme officiel dépendant du CNES en charge de l'étude des PANS (Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés, la terminologie scientifique désormais en vigueur pour désigner les OVNIs) a aussi été saisi par l'ufologue Jacky Kozan, de l'association «l'Académie d'ufologie» : «Vous avez certainement pris connaissance par les média nationaux et étrangers du fait que nos installations nucléaires civiles et militaires sont depuis plusieurs semaines survolées par des “engins non identifiés”. Ces nouvelles ont été confirmées fin octobre 2014 par un directeur national d’EDF s’exprimant sur les chaînes de télévision, en utilisant l’expression “engins volants non identifiés”. En conséquence et sans information provenant du GEIPAN, nous vous demandons de nous faire connaître les résultats d’une enquête qui a certainement été diligentée par le GEIPAN.»

Contrairement au ministère de la Défense, Xavier Passot, responsable du GEIPAN nommé en 2011 n'a pas tardé à répondre :
«Pour votre information, le GEIPAN n’a pas été sollicité sur cette affaire récente de survol de centrales nucléaires. (…) Le GEIPAN, qui n’a été sollicité ni par EDF, ni par la gendarmerie, ni par aucun témoin sur cette affaire, n’a aucune activité sur ce sujet, si ce n’est la veille sur les informations de la presse. Et vous savez que nous n’avons pas mission d’aller chercher des observations inexpliquées. Nous sommes bien sûr très curieux de l’origine précise de ces engins volants, mais étant donné le lourd dispositif déjà déployé par la gendarmerie sur le sujet, l’apport du GEIPAN sur cette affaire serait bien maigre.»

Interrogé sur France Culture à propos de ces survols, Xavier Passot confirme mais laisse transparaître quelques doutes sur la version officielle  : «Je n'ai pas reçu personnellement de témoignages. Tous les témoins de ces survols sont des employés des centrales nucléaires. Mais je sais qu'une personne a vu quelque chose près de Golfech et a contacté les gendarmes. L'observation a été classée drone (…) Je ne sais même pas sur quels critères tous ces objets ont été identifiés comme des drones. J'espère que c'est sur de bons critères mais je n'en suis pas absolument certain.»


"Nous savons qu’un témoin a déposé à la gendarmerie un témoignage d’observation à Sistel"

Xavier Passot évoque aussi dans sa réponse à Jacky Kozan cette observation d'un PAN près de la centrale de Golfech, le jour d'un survol de drone, le 30 novembre 2014 : «Nous savons toutefois par les forums qu’un témoin a déposé à la gendarmerie un témoignage d’observation à Sistel. Comme d’autres témoins ont observé un drone survolant la centrale de Golfech ce jour-là, ce témoignage a rejoint le dossier de l’enquête judiciaire en cours sur le survol des centrales nucléaires par des drones.»

Ce témoignage, publié sur le forum Mystères des Ovnis est le seul à notre connaissance dans lequel un témoin extérieur à EDF corrobore le survol d'une centrale nucléaire et fournit une description précise de l'objet impliqué, à supposer qu'il s'agit du même objet que celui signalé par la direction de la centrale. Or, le récit du témoin, Marc T., ajoute encore au trouble concernant la nature exacte de cet engin volant:

«Observation du 30 Octobre 2014, entre 20h50 et 21h00. La maison où je me trouvais se situe en hauteur, sur l'un des coteaux de la commune... Avec une vue dégagée sur la Centrale de Golfech. (…)
On ne voyait qu'un gros point lumineux de couleur blanche (sans couleur) à l'horizon direction Nord Est vers Donzac (au dessus de Donzac pour être plus précis). A environs 4 à 5 kilomètres de nous et à une altitude de 200 m environ (pas beaucoup plus haut que les tours de la centrale elle-même). (…)
Puis il a commencé à bouger lentement à très faible vitesse. Tout en pivotant sur lui-même comme pour amorcer un virage. A ce moment là, j'ai pu voir aux jumelles (et mon ami à l’œil nu) une seconde lumière de type flash. Comme un stroboscope. (...)
Puis, il a commencé à se déplacer de plus en plus vite, à la vitesse d'un petit avion de type Cessna. Il se dirige maintenant plus vers St Loup, pour ensuite effectuer un virage assez serré se dirigeant alors dans notre direction. A mesure qu'il s'est rapproché de nous, j'ai pu voir aux jumelles un point rouge assez distinctement, assez brillant lui aussi. (…)

A environ 300 m de nous, de face, toujours avec son gros spot blanc, il reste presque immobile environ 15 à 20 secondes. J'ai alors eu le temps, mon ami aussi, de voir sa forme de face. C'est à ce moment là qu'il est le plus prêt de nous. Il a alors une forme "d'avion". Il ne faisait aucun bruit... rien du tout. On pouvait entendre la moissonneuse-batteuse sur le coteau d'à côté (à notre droite) mais rien pour cet objet. J'ai donc pu voir deux ailes. Son envergure faisait bien 6 à 7 m.


"J'ai observé un ovni triangulaire, noir mat avec trois lumières clignotante"

(…) Toujours aux jumelles, maintenant à 500 m de moi, mais cette fois de profil, j'ai été très surpris car j'avais beau le suivre (il n'avançait pas très vite) je n'arrivais pas à lui donner une forme précise. J'avais bien vu ces ailes juste avant, mais cette fois pratiquement de profil, je ne voyais pas bien les contours de l'objet. Ça faisait un peu l'effet d'un mirage dans le dessert.»

Résumons : un gros objet de six à sept mètres d'envergure, des lumières clignotantes, une forme floue «comme un mirage», une vitesse variable allant du sur-place à celle d'un avion de tourisme, aucun bruit, des «flashs stroboscopiques» que le témoin a interprété comme les flashs d'un appareil photographique... Il est clair que ce type de «drone» ne se trouve pas au supermarché du coin. Ci-dessous, une reconstitution de l'objet vu par les témoins :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mais il y a plus étonnant encore. Le témoin a rapporté son observation aux gendarmes qui lui auraient confié avoir eux aussi vu quelque chose : «En discutant avec les gendarmes qui ont été très à l'écoute, ils m’ont dit avoir vu plus tard dans la soirée vers 21h50, près de l'un des ponts de la Garonne (…), quelque chose d’encore plus gros, bien plus imposant, presque comme un avion de ligne mais de forme carrée...»



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
EBE 68
Patrouilleur interstellaire
Patrouilleur interstellaire
avatar

Messages : 131
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: LES DRONES   Ven 27 Fév - 10:46

L'escadrille fantôme

Le survol par des drones non identifiés de 14 sites nucléaires plonge dans l'embarras les autorités qui se veulent malgré tout rassurantes. Rien à craindre, a priori, de ces petits engins capables de ne transporter qu'une faible charge utile. En attendant, ces drones au-dessus des centrales démontrent bien les failles du système.

Voilà une semaine qu'ils narguent les autorités, qu'ils évoluent au nez et à la barbe des gendarmes, au-dessus des centrales nucléaires. Depuis début octobre, quatorze sites ont été ainsi survolés par des drones, presque les mêmes que ceux utilisés par EDF pour réaliser des photos aériennes de ses propres installations ! À l'heure où tout est géolocalisé, clairement identifié par des moyens au sol ou des satellites d'observation, on pourrait rire de cette interminable partie de cache-cache si elle n'entretenait clairement l'inquiétude de nos concitoyens, en démontrant ainsi les failles du système. Il est effectivement très facile de voler au-dessus de sites censés être hautement protégés. Les mini-drones de loisirs repérés ces jours-ci sont vendus dans le commerce et peuvent être téléguidés par un simple smartphone.

Cependant, ils sont trop légers (moins de 2 kg) pour emporter des explosifs. En revanche, des drones plus sophistiqués utilisés normalement pour l'industrie (surveillance et maintenance des infrastructures ferroviaires et industrielles), et pour l'agriculture), seraient à même d'emporter des charges non négligeables. Le moins qu'on puisse dire, c'est que ces survols plongent le gouvernement dans l'embarras, car le mystère demeure quant à leurs propriétaires, mais aussi quant à leurs motivations. Pour Fabrice Epelboin, prof à Sciences Po, qui était interrogé par le JDD, il pourrait s'agir d'activistes antinucléaires. «C'est typiquement le genre d'actions que l'on peut concevoir si l'on veut remettre en question le choix du nucléaire», souligne-t-il.

Des actions isolées ?

Pour l'heure, les associations Greenpeace et Sortir du nucléaire assurent être étrangères à ces mouvements de drones. Samedi encore, Greenpeace avait appelé l'exécutif à «sortir du silence» en arrêtant de minimiser le risque». Pour l'ONG, un drone de taille moyenne peut porter une charge suffisante pour endommager le bâtiment de la piscine de stockage des combustibles irradiés» par exemple. De son côté, EDF a prévu de porter plainte pour chacun de ces survols qui peuvent condamner leurs auteurs à un an d'emprisonnement et 75 000 € d'amende.

«Les vraies victimes dans cette affaire, ce sont les propriétaires de drones qui risquent de souffrir d'un renforcement de la réglementation. Il ne faudrait pas que des lois plus strictes viennent encadrer cette activité. Ce serait dommage car ce marché formidable a permis de créer déjà 3 000 emplois. Ne cassons pas cette dynamique», souligne Gérard Pfelzer, consultant en aéronautique pour des chaînes télé.

Hypothèse terroriste

Une bombe transportée par un drone téléguidé par des jihadistes explose dans une rue de Paris, faisant des dizaines de morts. Surréaliste ? Pas vraiment. Loin d'être farfelu, ce scénario inquiète les spécialistes et responsables français de la lutte antiterroriste.

À l'instar du patron de l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) Loïc Garnier, ils font passer le message depuis plusieurs mois : la question n'est plus de savoir s'il y aura un attentat en France mais quand. Et, aussi, quelle forme il prendra.

L'hypothèse d'une attaque ou d'un assassinat ciblé d'une personnalité avec un drone «fait partie des choses sur lesquelles les services de sécurité travaillent», assure un haut fonctionnaire policier sous couvert d'anonymat. «C'est le travail des policiers spécialisés dans l'antiterrorisme de ne pas être pris au dépourvu, d'envisager tout ce qui est possible», résume-t-il. Pour l'instant, aucun attentat perpétré avec un drone n'a été recensé dans le monde. Mais il y a quelques semaines, ce qui a pu sembler anodin a crispé certains policiers spécialisés dans la protection rapprochée en France : le 16 septembre, un drone s'est posé à deux mètres de la chancelière allemande Angela Merkel lors d'un meeting de campagne à Dresde.

Les services chargés de la protection de la chancelière n'ont rien pu faire pour intercepter l'engin piloté par des représentants du parti des Pirates, qui souhaitaient par cette action simplement dénoncer l'ultrasurveillance policière. Ce drone n'était équipé que d'une mini-caméra et ne représentait au final aucun danger.

Les drones militaires armés sont assez grands, particulièrement visibles, difficiles à piloter, «et cela semble quasiment impossible pour des jihadistes de s'en approprier un», explique le commissaire. En revanche, des drones civils que l'on peut se procurer dans le commerce possèdent des capacités d'emport pouvant supporter une charge explosive de 1 à 2 kg. «Et ça peut déjà faire des dégâts».

Le risque existe donc, même s'il n'est pas immédiat. «En fait, la capacité d'intervention tactique d'un drone n'est pas encore possédée par le profil des gens dans la mouvance jihadiste», affirme le criminologue Christophe Naudin. «Mais ils vont vite apprendre.» Selon lui, une telle attaque sera possible que dans quelques années, peut-être «vers 2020». «Dans l'histoire, chaque innovation technologique a été détournée pour une utilisation criminelle, les drones n'y échapperont pas», juge cet expert. «C'est un risque très crédible et sa prise en compte n'est pas maîtrisée.»

Face à cette nouvelle menace, en effet, aucun système de défense ne semble parfait à ce jour.

Source infos: JM. Decorse - ladepeche


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 68
Patrouilleur interstellaire
Patrouilleur interstellaire
avatar

Messages : 131
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: LES DRONES   Ven 27 Fév - 10:52

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 68
Patrouilleur interstellaire
Patrouilleur interstellaire
avatar

Messages : 131
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: LES DRONES   Ven 27 Fév - 11:24

Roswell-1947 a écrit:
"J'ai observé un ovni triangulaire, noir mat avec trois lumières clignotante"

(…) Toujours aux jumelles, maintenant à 500 m de moi, mais cette fois de profil, j'ai été très surpris car j'avais beau le suivre (il n'avançait pas très vite) je n'arrivais pas à lui donner une forme précise. J'avais bien vu ces ailes juste avant, mais cette fois pratiquement de profil, je ne voyais pas bien les contours de l'objet. Ça faisait un peu l'effet d'un mirage dans le dessert.»

Résumons : un gros objet de six à sept mètres d'envergure, des lumières clignotantes, une forme floue «comme un mirage», une vitesse variable allant du sur-place à celle d'un avion de tourisme, aucun bruit, des «flashs stroboscopiques» que le témoin a interprété comme les flashs d'un appareil photographique... Il est clair que ce type de «drone» ne se trouve pas au supermarché du coin. Ci-dessous, une reconstitution de l'objet vu par les témoins :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mais il y a plus étonnant encore. Le témoin a rapporté son observation aux gendarmes qui lui auraient confié avoir eux aussi vu quelque chose : «En discutant avec les gendarmes qui ont été très à l'écoute, ils m’ont dit avoir vu plus tard dans la soirée vers 21h50, près de l'un des ponts de la Garonne (…), quelque chose d’encore plus gros, bien plus imposant, presque comme un avion de ligne mais de forme carrée...»



Ce témoin affirme également que ce n’est pas la première fois que la centrale de Golfech est survolée par un engin mystérieux. En 2010, deux employés de la centrale ont observé et filmé un objet pour le moins insolite si l’on en croit cette description qui figure dans une enquête réalisée par l’ufologue Christophe Albiero:

«Cela s'est déroulé le 6 octobre 2010 entre 20h15 et 20h17 à la centrale nucléaire de Golfech, à quelques mètres du bâtiment de sécurité du site. Il faisait très beau, le ciel est très clair, pas de vent, pas de nuages, visibilité parfaite, pas d'arbres vue complètement dégagée. J'ai observé un ovni triangulaire, noir mat avec trois lumières clignotantes blanches à chaque extrémité, et une rouge clignotante au centre. L'objet volait à basse altitude, j'ai pu le voir de très près. Il était assez grand et se déplaçait très lentement. J'ai pu le suivre a pied en marchant parallèlement à sa trajectoire. A un moment donné je me suis retrouvé pratiquement sous l'objet.

"L’objet est donc passé très près des deux réacteurs nucléaire"

Celui-ci ne faisait aucun bruit (moteur, sifflement etc), il n'y avait pas de souffle, pas d’odeur. L'objet a continué sa route en silence puis à environ trente mètres de moi sur ma gauche, il a pivoté sur sa droite puis est parti toujours lentement en prenant de l'altitude se dirigeant vers une colline. (…)

Je travaille à la centrale nucléaire de Golfech. L’objet était si bas que pour nous il n'était pas au dessus de la centrale mais bien à l'intérieur aussi haut que les cheminées de la centrale d’environ 150/200 m. L’objet est donc passé très près des deux réacteurs nucléaire. Il a survolé l'allée centrale, le bâtiment sécurité du site sans déclencher d'alarme à notre grand étonnement.»


Les deux témoins, Pascal et Sofiane, âgés de 44 et 20 ans à l’époque, ont contacté le GEIPAN mais ils sont en désaccord complet avec la conclusion assez lapidaire du rapport de l’organisme public: «Observation probable d’un avion».


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: LES DRONES   Ven 27 Fév - 12:27

Merci pour ce complément d'article EBE 68, les OVNIS et les centrales nucléaires semblent entretenir un rapport complexe depuis des décennies en France et dans le monde. Au point d’inquiéter les autorités responsables ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Peut-être, du moins si l’on en croit cet article du Canard Enchaîné consacré à une affaire de piratage informatique mené à l’encontre d’un militant de Greenpeace paru le 8 avril 2009.

L’hebdomadaire révèle que des enquêteurs du groupe Geos, chargés d’un audit de la sécurité de la tour EDF de La Défense «ont mis la main sur un rapport confidentiel de 260 pages consacré aux… extraterrestres.»

Que penser enfin de cette confidence de Pascal Pezzani, directeur de la centrale nucléaire du Blayais, elle aussi survolée le 13 octobre dernier ?

Lors de la «présentation des résultats 2014 et des perspectives de la centrale nucléaire» Pascal Pezzani, rapporte «Sud-Ouest» a «minimisé» les problèmes de sécurité: «Ici, on n'a pas vu de drone. On a vu un ovni et il n'y a eu aucun impact sur la sûreté de nos sites.»




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: LES DRONES   Ven 27 Fév - 12:52

RAPPEL DE LA LEGISLATION EN VIGUEUR

REGLES D'USAGE D'UN DRONE DE LOISIR
ASSURER LA SÉCURITÉ DES PERSONNES ET DES AUTRES AÉRONEFS EST DE VOTRE RESPONSABILITÉ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

10 principes pour voler en conformité avec la loi

01 - Je ne survole pas les personnes

02 - Je fais toujours voler mon drone à une hauteur inférieure à 150 m

03 - Je ne perds Jamais mon drone de vue

04 - Je n’utilise pas mon drone au dessus de l’espace public en agglomération

05 - Je n’utilise pas mon drone à proximité des aérodromes

06 - Je ne survole pas de sites sensibles

07 - Je n’utilise pas mon drone la nuit

08 - Je respecte la vie privée des autres

09 - Je ne diffuse pas mes prises de vues sans l’accord des personnes concernées et Je n’en fais pas une utilisation commerciale

10 - En cas de doute, Je me renseigne


L’utilisation d’un drone dans des conditions d’utilisation non conformes aux règles édictées pour assurer La sécurité est passible d’un an d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende en vertu de L’article L.6232-4 du code des transports.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Boba Fett II
Patrouilleur galactique
Patrouilleur galactique
avatar

Messages : 247
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/02/2013
Localisation : Kamino

MessageSujet: Re: LES DRONES   Sam 28 Fév - 10:32

Sujet fort intéressant qu'est la grande polémique des drones et de ces utilisateurs ( terrestre ou non ) dans l'actualité d'aujourd'hui !

Comment agir contre les drones?

La question taraude les pouvoirs publics alors que les survols de zones sensibles ou interdites se multiplient en France, bien souvent sans qu'il soit possible d'en interpeller les pilotes ou propriétaires. Impossible de détruire ces appareils en leur tirant dessus avec de simples armes: une cible mouvante à une telle distance est impossible à atteindre avec les armes des forces de l'ordre. Il existe néanmoins quelques pistes, présentant chacune avantages et inconvénients:

• La détection sonore

Plusieurs entreprises proposent des outils de détection des drones. Ces derniers se présentent sous forme de boîtiers reliés à des micros, positionnés en hauteur: c'est par le son de leurs hélices que les drones sont repérés, dans un rayon d'une centaine de mètres. Une alerte est alors envoyée sur un ordinateur ou par un SMS. Avantage: le système ne s'occupe pas des ondes, et peut détecter les drones autopilotés (voir plus bas). Problème: le bruit de fond doit être inférieur à un certain seuil, ce qui le rend difficilement utilisable en milieu urbain.

• Le laser

Plusieurs pays ont développé des lasers offensifs, à l'image de la Chine ou des États-Unis. Les militaires ont depuis longtemps pris en compte le danger potentiel des drones. Des canons ont été développés, à l'image de celui-ci, développé par l'armée américaine:

Avantage: le laser se déplace à la vitesse de la lumière donc touche instantanément sa cible, avec une grande précision. Problème: en milieu urbain, les lasers peuvent être dangereux car ils sont aveuglants. En outre, le drone détruit peut retomber sur des passants.

• Le brouilleur

Des systèmes de brouillages et d'interception existent déjà, également développés par les militaires. Le gros souci de cette solution, c'est qu'elle impose un blackout total sur les communications à un endroit précis. En effet, si l'on ne brouille que les ondes radios, un utilisateur pourra très bien diriger son engin à partir de son téléphone. D'autres drones, autopilotés, ne seront même pas impactés par le brouillage: leur trajectoire a été programmée à l'avance, ils se guident par GPS et ne reçoivent aucune onde radio. En outre, il est difficile de cibler une zone très précise à brouiller.

• Le drone anti drone

Des modèles de drone plus gros et plus puissants que les autres pourraient les «avaler». Ou munis d'un filet, ils pourraient les emprisonner. Plusieurs modèles sont déjà développés. Problème: si le pilote d'en face est expérimenté, il a la possibilité de s'échapper. En outre, rien ne dit que des systèmes de défense de drones ne seront pas développés d'ici quelques temps.

• La législation

Certains connaisseurs du dossier préconisent d'agir en amont et de rendre obligatoire l'équipement des gros drones, ceux qui posent problème, avec un outil de reconnaissance semblable à celui des avions, un transpondeur. «Un drone dans une zone précise serait immédiatement détecté», confie un expert partisan de cette solution. Problème de cette solution: elle ne marchera pas si le transpondeur de l'appareil est clandestinement retiré.


lefigaro.fr/actualite-france



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boba Fett II
Patrouilleur galactique
Patrouilleur galactique
avatar

Messages : 247
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/02/2013
Localisation : Kamino

MessageSujet: Re: LES DRONES   Sam 28 Fév - 11:04

REGLES D'USAGE D'UN DRONE DE LOISIR
ASSURER LA SÉCURITÉ DES PERSONNES ET DES AUTRES AÉRONEFS EST DE VOTRE RESPONSABILITÉ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les 10 principes en détail de la législation en vigueur:

01 - Je ne survole pas les personnes
J’utilise mon drone en veillant à ne pas mettre en danger les personnes et les véhicules à proximité. Je ne les survole pas et conserve une distance minimale de sécurité. Je reste bien éloigné de tout rassemblement de personnes.

02 - Je fais toujours voler mon drone à une hauteur inférieure à 150m
Je respecte toujours cette hauteur maximale afin de limiter les risques de collision entre mon drone et un aéronef. Dans tous les cas, je n’entreprends pas un vol ou j’interromps un vol en cours, si un aéronef se trouve à proximité.

03 - Je ne perds Jamais mon drone de vue
Je conserve mon drone à une distance telle qu’il reste facilement visible à l’œil nu et je le garde à tout instant dans mon champ de vision. Les vols en immersion (FPV) à l’aide de lunettes de vision synthétique sont unique ment possibles lorsqu’une seconde personne conserve le drone dans son champ de vision et est en mesure à tout instant et aisément de reprendre les commandes du drone.

04 - Je ne fais pas voler mon drone au-dessus de l’espace public en agglomération
En agglomération, le survol de mon espace privé avec un drone de petite taille et sans présence de public est toléré sous réserve de respecter une vitesse et une hauteur maximale adaptées à l’environnement immédiat (bâtiments, arbres, …) et permettant de limiter les risques en cas de perte de contrôle. Je n’utilise en aucun cas mon drone au-dessus de la voie publique.

05 - Je n’utilise pas mon drone à proximité des aérodromes
Je n’utilise pas mon drone à proximité de tout terrain d’aviation pouvant accueillir avions, hélicoptères, planeurs, ULM, etc. La distance minimale à respecter est de l’ordre de 5 km, et atteint 15 km pour les aérodromes les plus importants (ceux dont la piste dépasse 1 200 m).

06 - Je ne survole pas de sites sensibles
Certains sites sensibles et leurs abords sont interdits de survol. Il s’agit par exemple des centrales nucléaires, de terrains militaires, de monuments historiques ou encore de réserves naturelles et parcs nationaux. Je me renseigne sur l’existence de tels sites avant d’entreprendre un vol.

07 - Je n’utilise pas mon drone la nuit
Pour assurer la sécurité des aéronefs volant à basse altitude, comme les hélicoptères réalisant des opérations de secours, la réglementation interdit l’utilisation de drones la nuit, même s’ils sont équipés de dispositifs lumineux.

08 - Je respecte la vie privée des autres
Les personnes autour de moi et de mon drone doivent être informées de ce que je fais, en particulier si mon drone est équipé d’une caméra ou de tout autre capteur susceptible d’enregistrer des données les concernant. J’informe les personnes présentes, je réponds à leurs questions et je respecte leur droit à la vie privée. Je m’abstiens d’enregistrer des images permettant de reconnaître ou d'identifier les personnes (visages, plaques d’immatriculation …) sans leur autorisation.

09 - Je ne diffuse pas mes prises de vues sans l’accord des personnes concernées et Je n’en fais pas une utilisation commerciale
Toute diffusion d’image doit faire l’objet d’une autorisation des personnes concernées ou du propriétaire dans le cas d’un espace privé (maison, jardin, etc.) et doit respecter la législation en vigueur (notamment la Loi du 6 janvier 1978 modifiée dite « Informatique et Libertés »). Toute utilisation de drone dont l’objectif est l’acquisition de prises de vues destinées à une exploitation commerciale ou professionnelle est soumise à des exigences spécifiques et nécessite la détention d’autorisations délivrées par la direction générale de l’Aviation civile. Pour plus d‘informations à ce sujet : http://www.developpement.durable.gouv.fr/Effectuerdesactivites.html

10 - en cas de doute, Je me renseigne
Rendez-vous sur le site de la direction générale de l’Aviation civile pour plus d’informations. Les fédérations d’utilisateurs ainsi que la Commission nationale de l’informatique et des libertés sont également des sources d’information utiles.

DGAC (direction générale de l’Aviation civile) : http://www.developpement.durable.gouv.fr/Dronescivilsloisiraeromodelisme
CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés): www.cnil.fr
FFAM (Fédération Française d’AéroModélisme) : www.ffam.asso.fr
FPDC (Fédération Professionnelle du Drone Civil) : www.federationdrone.org


RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES :
Arrêté du 11 avril 2012 relatif à l’utilisation de l’espace aérien par les aéronefs qui circulent sans personne à bord Arrêté du 11 avril 2012 relatif à la conception des aéronefs civils qui circulent sans aucune personne à bord, aux conditions de leur emploi et sur les capacités requises des personnes qui les utilisent.

(NOTA) Attention les liens ici présent ne sont peut-être plus valides, dans ce cas veuillez prendre directement contact avec la Direction générale de l'aviation civile via l'adresse ci-dessous :

Direction générale de l’aviation civile
50 rue Henry Farman 75720 Paris cedex 15

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 740
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Re: LES DRONES   Sam 28 Fév - 13:27

LE DRONE ET SON HISTOIRE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le concept naît pendant et après la Première Guerre mondiale : des prototypes d'avions sans pilote radio-commandés ont ainsi vu le jour, avec des tentatives de « torpilles aériennes » télécommandées par télégraphie sans fil et embarquant un gyroscope, mais ce type d'avions n'a jamais été opérationnel sur le terrain. En 1916, au Royaume-Uni, fut conçu l’Aerial Target, un projet d'avion-cible, par l'ingénieur Archibald Low. En 1917, aux États-Unis, le projet Hewitt-Sperry automatic airplane des ingénieurs Elmer Ambrose Sperry, Lawrence Sperry et Peter Cooper Hewitt se développe.

En France, le 2 juillet 1917 le pilote Max Boucher, fait voler un avion Voisin « sans l'intervention de l'homme » sur 1 km. Au début de l'année 1918, Georges Clemenceau, président de la Commission sénatoriale de l'Armée, lance un projet d'« avions sans pilotes ». Le capitaine Boucher améliore son système de pilotage automatique et le 14 septembre, il fait voler pendant 51 min sur un parcours de 100 km un avion Voisin BN3.

Le premier drone français stricto sensu a été conçu, réalisé et expérimenté dès 1923 à Étampes par l'ingénieur Maurice Percheron et le capitaine Max Boucher ; mais l'armée française ne trouva pas encore d'intérêt à cette nouvelle technologie.

En anglais, le mot « drone » désigne le faux-bourdon (mâle de l'abeille). Le nom a été donné par dérision dans les années 1930 au Royaume-Uni à des DH.82 Queen Bee, la version automatisée pour servir d'avions-cibles du De Havilland DH.82 Tiger Moth : leur vol lent et bruyant ressemblait plus à celui du bourdon à la vie éphémère qu'à celui d'une reine abeille (Queen Bee). Ce nom fut repris par l'armée américaine dès 1941.

Des prototypes d’avions-cibles autonomes furent ensuite construits dans les années 1934-1938 au Royaume-Uni et aux États-Unis d’Amérique où le Radioplane OQ-2, qui était d'abord un jouet prenant la forme d'avion de taille réduite télépiloté, fut construit à plusieurs exemplaires avant de susciter l'intérêt de l'armée américaine. En 1941, l'US Navy passa commande d'un nouveau modèle baptisé Target Drone Denny 1 (TDD-1), fabriqué à Los Angeles à plus de mille exemplaires.

L’armée allemande développa à partir de 1938 des recherches sur des vecteurs guidés à distance et prenant la forme de bombes planantes anti-navires, de bombes antichar radioguidées et surtout de véhicules à chenilles filoguidés : en 1943 fut par exemple opérationnel le Goliath, d'après le prototype confisqué à Adolphe Kégresse.

Les avions sans pilote V1 et le missile V2 allemands de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), n'étant ni guidés à distance, ni capables de navigation autonome (à part la chute finale programmée du V1) peuvent-ils être considérés comme des drones ? Plutôt des bombes volantes, mais le V1 à aile droite et pulsoréacteur dorsal a servi de modèle à des avions-cibles (« drone » en anglais). Durant cette guerre, les drones stricto sensu ne sont encore que des expérimentations, bien que le Goliath puisse être commandé à distance par fil.

Le grand essor des drones date de la guerre de Corée et de celle du Viêt Nam. À cette époque de la guerre froide, le drone a été développé de façon confidentielle par les États-Unis d’Amérique comme un moyen de supériorité stratégique et de rupture capacitaire devant permettre la surveillance et l’intervention militaire chez l’ennemi sans encourir les risques humains que l’opinion ne supportait pas. Il est notamment utilisé pour larguer des tracts dans le cadre de la guerre psychologique. Cette supériorité a été acquise au travers de l’innovation technologique, surtout dans les domaines de l’automatique et des transmissions.

Les transferts vers Israël de certains systèmes ont permis à ce pays de développer de façon pragmatique une collection de drones à vocation tactique à courte et moyenne portées et à transmissions directes de données.

Les programmes de recherche et de fabrication de drones s'intensifient pendant la guerre froide, l'incident de l'U-2 révélant la nécessité de développer des avions sans pilotes. Pour limiter les coûts de tests en soufflerie et d'essais en vol, de nombreux projets s'appuient sur les progrès de la modélisation aérodynamique poussée (et sur la modélisation du comportement/réactivité du drone), mais l'absence de pilote à bord pose de nouveaux problèmes lors les essais en vol.

Dans les années 1990, la doctrine de la guerre « zéro mort » conduit à développer les projets de drones armés à travers le monde mais la toute première utilisation de ceux-ci a lieu durant la guerre Iran-Irak où l'Iran a déployé un drone armé de six RPG-7.

Dans les années 2000, le drone est de tous les conflits et opérations de maintien de la paix, dont au Kosovo ou au Tchad, lors des attaques aériennes américaines au Pakistan ou contre la piraterie maritime, par les Américains qui l'ont introduit en 2009.

En juin 2014, Les États-Unis autorisent le premier vol d'un drone à usage commercial, en autorisant l'envoi d'un appareil en Alaska.


WKP.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 740
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Re: LES DRONES   Sam 28 Fév - 13:32

Un Drone PREDATOR américain lanceur de « torpilles aériennes »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boba Fett II
Patrouilleur galactique
Patrouilleur galactique
avatar

Messages : 247
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/02/2013
Localisation : Kamino

MessageSujet: Re: LES DRONES   Lun 9 Mar - 3:32

LES DRONES: FICHE TECHNIQUE

Les drones n'étant pas limités par les capacités physiologiques d’un équipage humain, ils sont surtout limités par l'approvisionnement en énergie. Actuellement, les drones « longue endurance » ont une autonomie pouvant aller jusqu'à plus de 40 heures. Les drones solaire-électrique ont un potentiel pratiquement illimité de vol, un concept initialement défendu par AstroFlight Sunrise en 1974 et beaucoup plus tard par Aerovironment Helios Prototype.

Aux États-Unis, un projet, baptisé « Vulture » (« Vautour ») vise à créer un drone ayant une autonomie d’environ cinq ans, ce qui implique une grande résistance des pièces mécaniques.

Les drones peuvent pénétrer des zones dangereuses pour l'homme. La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) utilise ainsi depuis 2006 une aérosonde comme chasseur d’ouragan.

Les drones peuvent se mouvoir avec une charge plus ou moins importante à son bord (plus ou moins selon la puissance et la configuration du drone). La charge est souvent fixée dans des soutes internes.

Certaines entreprises comme Amazon.com, UPS ou Allship en France, envisagent la livraison de leurs clients à l'aide de drones. En décembre 2013, DHL a testé avec succès la livraison d'un paquet d'une rive à l'autre du Rhin, à Bonn à l'aide d'un md4-1000 de la société Microdrones. Les émirats arabes unis ont conçu un drone dédié à la livraison de documents et de colis officiels.

Les drones peuvent emporter :

une caméra, capable de retransmettre en temps réel ce qui se passe sur le terrain ;
une caméra infrarouge, détectant la chaleur (humaine, animale, d'un feu, d'un moteur, etc.) ;
un gyroscope permettant de stabiliser les mouvements du drone, améliorant le suivi d'une cible ou la qualité d'une image.

Les drones « observent » de quatre manières différentes : visuelle, radar, infrarouge, radioélectrique et électro-optique, et peuvent garder une trace photographique ou/et vidéo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES DRONES   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES DRONES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» qui connaît les drones ?
» Les drones miniatures espions, mythe ou réalité ?
» Survols de centrales nucléaires: ovni ou drones?
» Survols de centrales nucléaires : ovni ou drones?
» Survols des centrales nucléaires: Ovnis ou Drones?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UFO INVESTIGATIONS-MOVIES :: DOSSIERS PRINCIPAUX DU FORUM :: Les DOSSIERS TOP-SECRET-
Sauter vers: