UFO INVESTIGATIONS-MOVIES
Entrez dans le cinéma de science-fiction, et redécouvrez toute la filmographie ovnis d'hier et d'aujourd'hui ...

Approchez les mystères de l'ufologie et prenez conscience que la vérité est peut-être sur le point d'éclater au grand jour ...

Enter the cinema of science fiction, and rediscover complete filmography UFOs Then and now ...
Penetrate the mysteries of the UFO and realize that the truth may be about to come to light ...

UFO INVESTIGATIONS-MOVIES

Dossiers d'archives, photos images articles, documents inventaires des séries et films sur le sujet ...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Exploration Spatiale (Mission Rosetta)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
The Shadow
Escorteur Ufo 2éme rang
Escorteur Ufo 2éme rang
avatar

Messages : 840
Réputation : 5
Date d'inscription : 30/09/2011
Age : 27
Localisation : Orion M42-NGC1976

MessageSujet: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Mer 12 Nov - 10:23

L'actualité de la sonde Rosetta en temps réel :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La sonde européenne Rosetta accompagne la comète Churyumov-Gerasimenko, dans sa course vers le Soleil.
Ce 12 novembre, son petit robot Philae se posera sur l’astre.

Le voyage de la sonde Rosetta

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La sonde européenne Rosetta a été lancée en 2004. En dix ans, elle a parcouru 7 milliards de  kilomètres. Elle a survolé Mars. Mais elle n’est pas dans l’espace pour se balader ! Sa mission : chasser la comète Churyumov-Gerasimenko, dans sa course vers le Soleil.

En mai, Rosetta a pris ses premières images de la comète. En août, elle s’est lancée à sa poursuite. Elle s’est approchée à 100 km et s’est placée dans son orbite [elle tourne autour d’elle]. C’est une première historique ! Rosetta n’a pas fini sa mission. Dans un mois, le 12 novembre, elle va déposer sur la comète son robot Philae, qui va en analyser la structure.

Les scientifiques de l’Agence spatiale européenne ont déjà choisi la zone d’atterrissage : peu risquée, riche en matières à étudier et assez ensoleillée pour recharger les batteries de Philae. En étudiant ce noyau, on en saura plus sur les origines du système solaire. Les comètes sont en effet des astres très purs, peu abîmés, car situés pendant longtemps à l’abri des rayons du Soleil.

A savoir

UNE COMÈTE est un corps céleste naturel, un astre, formé d’une tête brillante (le noyau) et d’un nuage gazeux (la chevelure) qui s’étire en une longue queue lumineuse. Les comètes ont peut-être aidé à l’apparition de la vie sur la Terre en apportant de l’eau et des organismes vivants.

UNE SONDE est un engin non habité envoyé dans l’espace pour étudier un astre. Le nom de la sonde européenne Rosetta vient de la pierre de rosette, qui a permis à Champollion de décrypter les hiéroglyphes.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Shadow
Escorteur Ufo 2éme rang
Escorteur Ufo 2éme rang
avatar

Messages : 840
Réputation : 5
Date d'inscription : 30/09/2011
Age : 27
Localisation : Orion M42-NGC1976

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Mer 12 Nov - 10:32



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Shadow
Escorteur Ufo 2éme rang
Escorteur Ufo 2éme rang
avatar

Messages : 840
Réputation : 5
Date d'inscription : 30/09/2011
Age : 27
Localisation : Orion M42-NGC1976

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Mer 12 Nov - 10:51

12 novembre 2014 : A LA UNE AUJOURD'HUI :

Le 12 novembre 2014 est d'ores et déjà une journée historique. En effet, pour la première fois dans l'histoire de l'exploration spatiale, la sonde Rosetta larguera l'atterrisseur Philae, qui ira se poser sur le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko.

A l'occasion de cet évènement, le Centre National d'Etudes Spatiales met à la disposition des internautes un flux vidéo en continu, qui débutera à 15h30 :



Grâce à ses 10 instruments, Philae analysera de nombreux paramètres, dont la composition chimique du sol et du sous-sol, sa dureté ou encore sa température. Des prises de vues panoramiques en 3D seront également fournies par l'atterrisseur, ainsi qu'une modélisation en 3D de la structure du noyau.

Une magnifique photo de la comète #67P alors que la sonde Rosetta orbitait à 26 km de distance, publiée le 2 octobre par l'ESA.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 755
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Ven 14 Nov - 8:00

Mission Philae:

Philae a envoyé jeudi matin la première photo de son environnement sur la comète 67P. Cette image prise par les caméras françaises CIVA prouve que le module est désormais stable sur la surface.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Crédits photo : AFP

«Tout fonctionne!» s'est réjoui jeudi dernier Marc Pircher, directeur du centre spatial à Toulouse. «Il faut un petit peu de chance dans notre métier, et on s'est retrouvé avec les antennes qui vont vers le ciel, il y a donc déjà beaucoup d'informations sur le coeur de la comète».

La comète 67P a bien tenté de repousser Philae, mais il semble ce jeudi matin que le petit module s'est accroché à sa cible… Il a même pu, ce matin, envoyer la première photo de sa belle. Mercredi, après la joie d'avoir réussi à poser son module sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, l'inquiétude avait ressurgi au centre de commande de la mission Rosetta, à Darmstadt (Allemagne): les systèmes d'ancrage ne semblaient pas avoir fonctionné, les images envoyées étaient floues et les signaux reçus intermittents. Le module semblait donc, mercredi soir, mal ancré dans le sol et peut-être en déséquilibre.

Trois atterrissages

Ce jeudi matin, plusieurs bonnes nouvelles étaient cependant révélées par les équipes en charge de la mission. D'une part, Philae a bien passé la nuit sur la comète: il ne s'est donc pas décroché malgré un arrimage qui n'était pas parfait. On a appris ce matin que le module s'était en fait posé trois fois. «Les analyses magnétiques révèlent que Philae a effectué trois atterrissages à 15h33, 17h26 et 17h33 GMT», a annoncé jeudi matin l'Agence spatiale européenne dans un tweet (ndlr: pour obtenir l'heure française, il faut ajouter une heure). Il aurait même rebondi jusqu'à un kilomètre de distance de la comète.

Mais le module se trouverait «sans doute sur une pente fortement inclinée», a indiqué jeudi à l'AFP Philippe Gaudon, chef du projet Rosetta au Centre national d'Etudes spatiales (CNES) à Toulouse, se basant sur les photos qu'il envoie. La zone d'atterrissage est par ailleurs extrêmement accidentée.



Check up

Ces rebonds seraient dus à la défaillance des harpons, censés permettre à Philae de s'agripper dans le sol de la comète. Les ingénieurs en charge du projet Rosetta sont en train de réaliser un «check up» du robot, en particulier sur le problème des harpons, et n'ont pas encore décidé s'ils tenteraient à nouveau de les activer. «On a besoin [que le module] soit bien harponné pour utiliser la foreuse qui doit permettre de récupérer les échantillons dans le sol», expliquait hier Philippe Gaudon. Des prélèvements qui pourraient nous permettre de mieux comprendre la formation du système solaire et l'apparition de la vie sur Terre.

Du côté des bonnes nouvelles, les panneaux solaires fonctionnent; mais le module se trouverait dans une zone peu lumineuse, réduisant donc la capacité des panneaux de fournir à Philae l'énergie dont il a besoin pour mener à bien sa mission d'exploration. Le module était doté d'une pile lui permettant de fonctionner pendant une soixantaine d'heures seulement, et le bon fonctionnement des panneaux solaires lui donne donc une espérance de vie bien plus longue.

Contact radio

Par ailleurs, a ajouté Jean-Yves Le Gall, «nous sommes en contact permanent avec Philae» qui «émet et envoie des informations à Rosetta et ensuite Rosetta, qui est en orbite, nous les retransmet».

Un point presse, prévu ce jeudi à 14 heures (heure de Paris) au Centre européen d'opérations spatiales (ESOC) à Darmstadt (Allemagne), permettra sans doute d'en savoir plus sur l'état de fonctionnement de Philae. Le CNES a par ailleurs diffusé sur son site internet une conférence de presse à partir de 12 heures.



http://www.enjoyspace.com/fr/news/conference-de-presse-du-cnes





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Jeu 27 Nov - 10:24

L’ESA confirme que la Comète 67P Transmet des signaux radio.
Novembre 2014.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Date de l’annonce: Novembre 2014, par l’ESA (Agence Spatiale Européenne)
Nom de la comète: 67P
Source 1: http://www.examiner.com/article/mystery-signal-from-rosetta-comet-confirmed-by-european-space-agency
Source 2: http://new.livestream.com/ESA/cometlanding

Scott C. Waring : C’est une annonce fascinante les amis. L’ESA a annoncé cette semaine que la Comète 67P émettait des signaux radio. A mon avis ce n’est pas un code. C’est la façon dont une espèce extraterrestre communique avec une autre sans avoir à parler. Une forme de télépathie combinée à des signaux radio primitifs. C’est la seule façon pour que cette espèce puisse communiquer avec nous. Ce sont leurs pensées. Ils ne parlent pas. Ils ont l’air d’être comme les petits gris qui mesurent 1 mètre, mais avec de la peau tintée de marron. Yeah, j’ai déjà entendu ce son auparavant. Ecoutez la vidéo ci dessous pour entendre le signal… le « chant » tel qu’ils l’appellent. Un message répété.

Parce que ce signal a été transformé en transmissions radio, c’est une technologie primitive pour envoyer leur message… le message a du être créé spécifiquement pour l’humanité. Obtenir une copie du message complet et le traduire relève d’une importance capitale. Est-ce que le message est amical? Ou une menace de ce qui est à venir? Nous, les citoyens du monde, avons besoin de savoir. SCW

Le site Examiner.com déclare: L’Agence Spatiale Européenne (ESA) a aujourd’hui confirmé qu’elle recevait un mystérieux signal en provenance de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Dans un de ses messages sur le stream en direct de leur site web, elle décrit le signal en tant que « chant mystérieux » et a publié en ligne un enregistrement avec des sous-titres: « Ecoutez notre comète chanter. » Cette confirmation vient après des mois de rumeurs que la mission Rosetta a été originellement lancée pour explorer ce signal radio détecté sur la comète il y a plus de 20 ans. L’atterrissage de la sonde de la mission Rosetta ce 12 Novembre sera disponible en direct pour toute la planète. L’ESA a fait l’annonce surprise que l’importance de cet atterrissage ira au delà d’avoir simplement posé une sonde humaine sur une comète.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Jeu 27 Nov - 10:26





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Jeu 11 Déc - 10:24

DERNIERES INFOS DU PROGRAMME DE LA SONDE "ROSETTA" ET DE "PHILAE"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le 26 novembre 2014

• La sonde est entrée dans une nouvelle phase de sa mission et se concentre désormais sur l’étude de la comète Tchourioumov-Guérassimenko. Mais Rosetta n’en a pas encore complètement terminé avec Philae.


On en entend peu parler, mais Rosetta poursuit sa mission autour de la comète Tchourioumov-Guérassimenko. Quelques jours après l’atterrissage puis la mise en sommeil de Philae, la sonde est, elle, toujours en action puisqu’elle est entrée dans une nouvelle phase de son voyage dans l’espace et se concentre désormais sur l’étude du noyau de la comète ainsi que sur les gaz et la poussière éjectés, comme le rappelle le site « Futura Sciences » .

En effet, celle-ci est désormais en orbite à 30 kilomètres de la comète. Et il faut rappeler que 80% du programme scientifique de cette mission - d’un coût global de près de 1,3 milliard d’euros - repose sur les épaules de l’orbiteur, qui est lui-même équipé de onze instruments. Parmi eux, on retrouve des caméras, des analyseurs de poussières et de particules et autres spectromètres. Cette mission doit durer au moins jusqu’à décembre 2015.


Le réveil de Philae ?

Mais Rosetta n’en a pas encore fini avec Philae puisque la sonde va aussi avoir pour mission de localiser précisément où le robot s’est posé sur la comète - après son atterrissage compliqué l’entraînant à près d’un kilomètre du site prévu - et dans quelle position.

L’enjeu ? Mesurer quel devrait être son taux d’ensoleillement lorsque la comète approchera au plus près du soleil le 13 août prochain, afin d’appréhender si cette exposition permettra à l’atterrisseur de recharger suffisamment ses batteries secondaires, via ses panneaux solaires, afin de redémarrer et reprendre son exploration. Auquel cas, Rosetta aura de nouveau à charge de transmettre les données émises par Philae à la Terre.

Seule certitude pour le moment, le robot n’est pas complètement bloqué puisqu’avant de se mettre en mode veille, il a pu pivoter de plusieurs degrés afin de se mettre dans une position devant lui offrir une meilleure exposition au soleil.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Roswell-1947 le Jeu 11 Déc - 10:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Jeu 11 Déc - 10:30

Le 9 décembre 2014

• Selon l'un des responsables des opérations menées par l'atterrisseur Philae à la surface de la comète 67P, les premiers résultats indiquent non seulement la présence de composés organiques, mais aussi qu'un nombre important de ces composés sont de nature complexe. De quoi renforcer l'hypothèse que les premières "briques de la vie" ont notamment été amenées sur Terre par les comètes...

Mission Rosetta : des composés organiques complexes sur la comète 67P ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Selon l'un des responsables des opérations menées par l'atterrisseur Philae à la surface de la comète 67P, les premiers résultats indiquent non seulement la présence de composés organiques, mais aussi qu'un nombre important de ces composés sont de nature complexe. De quoi renforcer l'hypothèse que les premières "briques de la vie" ont notamment été amenées sur Terre par les comètes....

On le sait, l'un des premiers objectifs de la mission Rosetta était de découvrir la présence d'éventuelles molécules organiques à la surface et à l'intérieur du noyau de la comète 67/Churyumov-Gerasimenko. En effet, l'une des hypothèses qui prévaut aujourd'hui pour expliquer l'apparition de la vie sur Terre avance que les composés organiques nécessaires à la vie, ainsi que l'eau, ont été amenés par les comètes (on pense aussi aux astéroïdes).

Par conséquent, la découverte de molécules organiques dans le noyau, et a fortiori de molécules organiques complexes (c'est-à-dire contenant notamment de nombreux atomes de carbone), renforcerait considérablement cette hypothèse.

Depuis le 18 novembre, on sait de façon certaine que des molécules organiques ont été détectées dans les gaz cométaires par l'instrument COSAC, embarqué à bord de Philae (lire sur le Figaro "Philae a « senti » des molécules organiques sur la comète".

Il y a donc des molécules organiques dans le noyau de la comète, ainsi que dans son environnement immédiat. Mais s'agit-il de molécules organiques simples, ou complexes ? Une question importante puisque plus les composés organiques détectés sur la comète seront complexes, et plus cela renforcera l'hyothèse que les comètes sont bel et bien des "pourvoyeurs de vie" extrêmement efficaces, susceptibles d'être à l'origine de la vie sur Terre.

Or, il est extrêmement probable qu'il faille répondre par l'affirmative à cette deuxième question : oui, le noyau de la comète 67/Churyumov-Gerasimenko abrite très certainement des composés organiques complexes. Et qui plus est semble-t-il, en quantité importante...

Cette nouvelle information provient cette fois non pas des analyses réalisées par l'instrument COSAC, mais par un autre instrument : l'analyseur de gaz Ptolemy. En effet, selon le chercheur britannique Ian Wright, qui dirige les opérations scientifiques menées par Ptolemy, les signaux envoyés par ce dernier indiquent très probablement la présence de nombreux composés organiques de nature complexe : « Nous pouvons affirmer avec une certitude absolue que nous avons enregistré un signal très riche provenant de composés organiques. Ce n’est pas juste un ou 2 pics dans un spectre, c’est un spectre avec beaucoup de pics et, parfois, les composés organiques complexes produisent cela », a-t-il indiqué le 26 novembre à la BBC (lire "Comet landing: UK team's data bonanza from Philae").

Il est à noter que ces premiers résultats, qui seront précisés au cours des mois à venir lors de leur publication officielle dans les grandes revues scientifiques, n'ont pas été obtenus par des prélèvements issus de forages dans le noyau de la comète, comme cela était prévu. En effet, la mauvaise posture de Philae ainsi que l'épuisement de sa pile a contraint les scientifiques de la mission à renoncer à une telle démarche. Les analyses réalisées par Ptolemy ont donc été effectuées sur les gaz émis par le noyau, et non à partir de prélèvements réalisés dans le noyau.

Gageons que nous en saurons plus sur la nature des composés organiques détectés par Ptolemy au cours des mois à venir...


Le Journal de la Science


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Jeu 11 Déc - 10:58

Le 10 décembre

• Après Philae, la sonde Rosetta se posera-t-elle aussi sur le noyau de la comète 67P ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est une hypothèse à laquelle les chercheurs de la mission Rosetta réfléchissent sérieusement...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Aussi étonnant que cela puisse paraître, les scientifiques de la mission Rosetta réfléchissent sérieusement à la possibilité de faire atterrir la sonde Rosetta sur le noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Cette opération pourrait avoir lieu courant 2016, lorsque Philae aura cessé de fonctionner.

C'est une révélation pour le moins surprenante, mais aussi exaltante, qui vient d'être faite par Sylvain Lodiot, responsable des opérations de vol de Rosetta à l'Agence Spatiale Européenne : comme Philae, la sonde Rosetta pourrait elle aussi venir se poser sur le noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko ! Si elle a lieu, cette opération se déroulera courant 2016, c'est-à-dire après le passage de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko près du Soleil (le "périhélie"), un événement qui aura lieu au cours du mois d'août 2015.

L'information a été révélée lors d'un interview de Sylvain Lodiot publié sur le site web du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES), dont voici un extrait :

Question : Mais, si l’orbiteur est toujours opérationnel, serait-il possible de le placer courant 2016 sur une orbite de plus en plus proche du noyau, voire de faire atterrir Rosetta en douceur dessus ?

Sylvain Lodiot : « Oui, ce sont des hypothèses sur lesquelles nous commençons à réfléchir sérieusement. C’est très stimulant et intéressant à planifier et si nous voulons le faire au bout du compte il faut commencer à y penser dès les prochains mois. Et puis, à mon avis, cela serait tout de même mieux que de simplement éteindre Rosetta, ce qui serait d’une tristesse infinie après tout ce que nous aurons vécu. Alors que se poser une nouvelle fois sur le noyau serait un magnifique chant du cygne pour une mission déjà exceptionnelle ! »

L'intégralité de l'interview et à retrouver sur l'article "Les prochaines étapes de la mission Rosetta", publié le 27 novembre 2014 sur le site web du CNES.

Quel pourrait être l'intérêt de faire atterrir la sonde Rosetta sur le noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko ? C'est tout simplement que, comme Philae, Rosetta dispose de nombreux instruments lui permettant notamment d'analyser la composition chimique des gaz émis par le noyau de la comète. Même si évidemment, l'orbiteur n'est pas équipé d'instruments de forage permettant de prélever des échantillons du sol et du sous-sol du noyau, contrairement à Philae.

De toute évidence, si les scientifiques de la mission Rosetta parvenaient effectivement à réaliser une telle prouesse, alors cela conclurait en apothéose cette incroyable aventure scientifique...


Le Journal de la Science


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Jeu 11 Déc - 11:07

LE 11 DECEMBRE A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Le verdict est tombé : l'eau contenue dans le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, dont la composition a été analysée par Rosetta, n'est pas la même que celle des océans terrestres. L'hypothèse d'une eau terrestre apportée par les astéroïdes revient donc sur le devant de la scène...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mission Rosetta : l'eau de la comète 67P diffère de l'eau terrestre

La composition de l'eau contenue dans le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko est différente de celle de l'eau des océans terrestre, révèle une nouvelle étude publiée dans Science par les chercheurs de la mission Rosetta. Un résultat qui suggère que l'eau terrestre provient des astéroïdes, plutôt que des comètes.

Le verdict est tombé : l'eau contenue dans le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko n'est pas la même que celle des océans terrestres. Telle est la conclusion des chercheurs qui ont décortiqué les données recueillies par l'instrument ROSINA, ce spectromètre embarqué sur la sonde Rosetta chargé d'analyser les gaz composant l'atmosphère de la comète 67P.

Ce résultat est publié le 10 décembre 2014 dans la revue Science.

Quelles sont les caractéristiques de l'eau de la comète 67P qui diffèrent de celles de l'eau des océans terrestres ? La différence réside dans les atomes qui composent les molécules de l'eau de la comète. Pour bien comprendre, il faut d'abord savoir que les molécules H2O qui composent l'eau terrestre ne sont pas toutes les mêmes : de temps en temps, à la place des molécules H2O, on trouve en effet une molécule HDO, le "D" symbolisant le deutérium, un isotope de l'hydrogène deux fois plus lourd que de dernier. Mais sur Terre, ces molécules HDO sont rares : dans l'eau des océans, on trouve en effet 1 atome de deutérium pour environ 6400 atomes d'hydrogène.

En revanche, dans l'eau contenue dans le noyau de la comète 67P, il s'avère que la proportion d'atomes de deutérium par rapport aux atomes d'hydrogène n'est pas du tout la même : il y a trois fois plus d'atomes de deutérium dans cette eau que dans les océans terrestres...

Quelle conclusion en tirer ? Tout simplement, que l'eau apparue sur Terre ne provient après tout peut-être pas des comètes.

Un résultat qui n'est finalement pas si surprenant que cela puisque, durant de nombreuses années, les astrophysiciens ont pensé que l'eau présente sur Terre ne provenait pas des comètes, mais des astéroïdes. En effet, l'analyse de la composition des 6 comètes passées à proximité de la Terre au cours de ces dernières décennies, comme la comète de Halley ou celle de Hale-Bopp, avait montré que l'eau qu'elles contenaient ne présentait pas les mêmes caractéristiques que l'eau de notre planète : l'eau présente dans ces comètes présentait en effet 2 à 3 fois plus d'atomes de deutérium que l'eau terrestre.

Du coup, les scientifiques s'étaient rabattus sans grand enthousiasme sur les astéroïdes : certes, ces derniers contiennent bien moins d'eau que les comètes. Mais cette eau présente au moins des caractéristiques bien plus compatibles avec les océans de notre planèt : en effet, l'eau qu'ils contiennent présente un taux de 1 atome de deutérium pour environ 7000 atomes d'hydrogène. Soit un taux proche de celui de l'eau terrestre.

Mais alors, pourquoi les scientifiques en étaient venus à penser que l'eau terrestre provenait des comètes ? Principalement en raison d'une découverte effectuée en 2010 : en analysant avec le téléscope infrarouge Herschel la chevelure de la comète Hartley 2, passée à proximité de la Terre à la fin de l'année 2010, les chercheurs se sont aperçus que l'eau de cette comète présentait des caractéristiques étonnamment compatibles avec l'eau terrestre : 1 atome de deutérium pour 6211 atomes d'hydrogène, soit un ratio très proche de l'eau terrestre (lire "Les océans proviennent-ils des comètes ?"). Pour la première fois, des scientifiques venaient d'identifier une comète dont l'eau présentait des caractéristiques similaires à celle de l'eau terrestre...

Depuis l'analyse de la chevelure de la comète Hartley 2, les scientifiques avaient donc hâte d'effectuer une analyse plus poussée et plus précise de la composition de l'eau contenue dans les comètes, afin de vérifier si cette eau était bel et bien à l'origine de l'eau terrestre. C'est pourquoi les résultats concernant la composition de l'eau de la comète 67P étaient impatiemment attendus. Mais contrairement à ce qui était espéré, ces résultats font revenir sur le devant de la scène l'hypothèse d'une eau terrestre apportée par les astéroïdes...

Ces travaux ont été publiés le 10 décembre 2014 dans la revue Science, sous le titre "67P/Churyumov-Gerasimenko, a Jupiter family comet with a high D/H ratio" .


Le Journal de la Science


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Sam 10 Jan - 9:23

NEWS : Des nouvelles de Philae et Rosetta

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En ce début d'année voici quelques nouvelles du robot Philae et de la sonde Rosetta, dont une conférence de presse à San Francisco, s'est déroulée le mercredi 17 décembre dernier, à l’occasion du meeting de l’American Geophysical Union, plusieurs scientifiques de la mission Rosetta sont revenus sur l’atterrissage de Philae, sa localisation et son réveil potentiel.

Le planétologue français Jean-Pierre Bibring (Institut d’astrophysique spatiale, Université Paris Sud, Orsay), responsable scientifique de Philae et principal investigateur de l’instrument Civa, a affirmé mercredi 17 décembre lors d’une conférence de presse qui se tenait dans le cadre du meeting de l’American Geophysical Union (Agu) que : « dans l’équipe, il n’y a aucun doute que Philae se réveillera. La question est de savoir dans quel état ? Je pense qu’il sera en bonne forme ! ».

L’analyse des données récupérées lors de la première séquence scientifique semble en effet montrer que les panneaux solaires de Philae collectent juste assez d’énergie pour que l’atterrisseur maintienne ses composants les plus fragiles à une température suffisante pour assurer leur sauvegarde. Le robot devrait ainsi pouvoir tenir jusqu’à ce que l’énergie disponible augmente au cours des prochains mois, à l’approche du Soleil.

Nouvelles images d’Osiris-Nac

Après son atterrissage mouvementé du mercredi 12 novembre dernier, Philae s’est arrêté à l’ombre d’une paroi située sur le bord droit de la vaste dépression présente sur le petit lobe du noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko.

Intervenant depuis la salle lors de la conférence, Holger Sierks, principal investigateur de la caméra Osiris de la sonde Rosetta, a précisé que les deux premières séries d’images de la zone supposée d’atterrissage de Philae n’ont pas permis de le repérer, car il était vraisemblablement dans l’ombre.

En revanche, le chercheur pense que les nouvelles images prises par Osiris-Nac, les 12, 13 et 14 décembre, alors que la zone de recherche définie avec l’aide de Consert était au Soleil et que l’orbiteur se situait à près de 20 km de distance du noyau, permettront de retrouver l’atterrisseur. Mais, pour le moment, ces images n’ont pas encore été envoyées vers la Terre par l’orbiteur dont le planning de transmission des données collectées par tous ses instruments est extrêmement chargé.

Protection contre la chaleur !

Connaître précisément la position de Philae est indispensable pour déterminer quand l’endroit où il se situe sera suffisamment éclairé par le Soleil pour que les panneaux solaires de l’atterrisseur puissent le réchauffer totalement et charger sa batterie permettant le début d’un nouveau cycle d’utilisation de ses instruments.

Les équipes du Sonc au Cnes de Toulouse ont utilisé toutes les données disponibles à ce jour pour créer une représentation de l’environnement immédiat de Philae.

D’après ce qu’il sait, Jean-Pierre Bibring estime que le réveil de Philae pourrait se produire dès le mois de janvier, mais plus probablement au printemps.

Paradoxalement, la paroi qui fait de l’ombre à Philae pourrait le protéger de l’augmentation excessive de la température à l’approche du Soleil et lui permettre, s’il se réveille, de fonctionner plus longtemps, voire jusqu’au périhélie, mi-août 2015 !

Diversité des matériaux

Jean-Pierre Bibring a par ailleurs montré une partie du panorama que Civa devait réaliser juste après l’atterrissage. Le flou important de cette image, qui avait été constaté avec dépit lors de sa réception au Sonc le 12 novembre, prouve que Philae était en mouvement lorsqu’elle a été prise. Avec un traitement approprié, il devrait être possible de révéler des détails à la surface.

L’analyse précise des différents rebonds est toujours en cours, mais Jean-Pierre Bibring a confirmé que l’un des trois pieds de Philae est apparemment coincé et maintient fermement l’atterrisseur puisque celui-ci ne semble pas avoir bougé lors de la tentative de forage réalisée à la toute fin de la première séquence scientifique, juste avant que Philae n’entame son hibernation forcée.

Lorsqu’il se réveillera, Philae aura encore plus de travail que s’il s’était ancré sur le site initialement choisi, car la diversité des matériaux qui l’entourent est bien plus grande. Tous les instruments pourraient alors être réutilisés, excepté Mupus qui a été déployé une fois pour toutes en novembre.


Sources: Futura-Sciences Janvier 2015



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Boba Fett II
Patrouilleur galactique
Patrouilleur galactique
avatar

Messages : 247
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/02/2013
Localisation : Kamino

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Dim 11 Jan - 4:46

Faute d’énergie solaire, Philae est entré en phase d’hibernation

Le petit robot Philae a été au coeur de préoccupations scientifiques la semaine dernière, lors de son atterrissage sur la comète 67P, le 13 novembre dernier. Après avoir réussi 80% des missions d’analyse qui lui ont été confiées, le petit robot est entré en phase d’hibernation, faute de lumière permettant de recharger ses batteries solaires. La question est désormais la suivante : quand Philae va-t-il pouvoir se réveiller, et reprendre ses activités d’analyse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 209
Astro navigateur
Astro navigateur
avatar

Messages : 1200
Réputation : 4
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation : Sirius B50

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Dim 11 Jan - 11:02

L’atterrissage du petit robot Philae a été fortement médiatisé en novembre dernier. Il s’agit d’une très grande avancée scientifique, ses activités ayant permis d’analyser les propriétés de la comète 67P de façon optimale. Largué par la sonde Rosetta le 13 novembre dernier, Philae s’est posé sur la comète, après plusieurs rebonds. Il a permis aux scientifiques SONC (Science Operation and Navigation Centre) de Toulouse de disposer de données très complètes sur cette comète : composition chimique, propriétés électriques, magnétiques mais aussi mécaniques. Toutefois, les batteries de secours de Philae, fonctionnant à l’énergie solaire, n’ont pas pu être rechargées, faute de lumière disponible. Philae s’était en effet posé à l’ombre, et est de ce fait entré en phase d’hibernation.

Philae est ainsi entré en sommeil. On peut alors se questionner sur l’éventualité d’un réveil. Les scientifiques du SONC affirment qu’il sera certainement possible de réactiver Philae lorsque la comète se rapprochera d’avantage du soleil. La date la plus propice au réveil de Philae serait donc le 13 juillet 2015, puisque la comète ne sera qu’a 187 millions du soleil. Les batteries solaires de Philae pourront alors bénéficier d’assez de lumière pour permettre au robot de se réveiller. Toutefois, la « mort » de Philae est dores et déjà programmée. En août 2015, la comète se trouvera trop proche du soleil pour que Philae puisse résister à sa chaleur. Le petit robot ne résistera pas à cette proximité.


Sources infos: Mehach-Magazine.com


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 755
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Dim 22 Mar - 16:07

ARCHIVES ET ACTUALITES DE LA SONDE ROSETTA
18 décembre 2014 : A LA UNE AUJOURD'HUI :

• On s'en souvient, Rosetta a largué avec succès l'atterrisseur Philae sur le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, le 13 novembre 2014. Mais avant de se stabiliser définitivement sur le noyau de la comète, Philae a rebondi deux fois sur le noyau. Or, une photo de la comète a été prise par Philae lui-même… lors de l'un de ces deux rebonds.

Le rebond de Philae sur la comète… photographié par Philae lui-même


Après son larguage par Rosetta le 13 novembre 2014, l'atterrisseur Philae a rebondi deux fois sur le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko avant de se stabiliser. Or, une photo de la comète a été prise par Philae lui-même… lors de l'un de ces deux rebonds.

On s'en souvient, Rosetta a largué avec succès l'atterrisseur Philae sur le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, le 13 novembre 2014. Mais avant de se stabiliser définitivement sur le noyau de la comète (dans une posture peu idéale, rappelons-le également), Philae a rebondi deux fois sur le noyau, en raison de la très faible gravité de ce dernier.

Or, lors de l'un de ces deux rebonds, la caméra CIVA embarquée à bord de Philae a réussi à immortaliser ce moment angoissant (un moment angoissant car les scientifiques de la mission Rosetta ignoraient alors si Philae allait réussir à se reposer sur le noyau de la comète!).

REBOND. Ci-dessous, c'est une spectaculaire image que vient de diffuser l'ESA ce lundi 17 novembre 2014 sur son blog. Dans une superbe mosaïque d'images saisies par la caméra OSIRIS de la sonde Rosetta, on voit l'incroyable descente puis le rebond à plus d'un kilomètre de haut effectué par le module Philae le 12 novembre dernier.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 755
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Dim 22 Mar - 16:26

19 décembre 2014 : A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Rosetta analyse son premier grain de poussière.
Elle est plutôt volumineuse, mesure pas moins de 10 micromètres, présente une forme assez complexe et une structure "duveteuse". Elle, c'est la toute première particule de la comète Tchouri, capturée par la sonde Rosetta. Mark Bentley, le responsable de l'instrument MIDAS (Micro-Imaging Dust Analysis System) à l'Institut de recherches spatiales de Graz en Autriche, a fait état de cette découverte, mercredi 17 décembre 2014, sur un blog de l'ESA.

5 janvier 2015 : A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Quoi de neuf pour Rosetta et Philae ? Pas grand chose, à vrai dire. Si ce n'est que tout ce petit monde se trouve actuellement à 525 millions de kilomètres de la Terre, et 392 millions de km du Soleil. Plus que 219 jours avant le périhélie (le moment où la comète, Rosetta et Philae frôleront le Soleil)...

7 janvier 2015 : A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Où est Philae ? A l'heure actuelle, nul ne le sait. Et ce malgré les efforts des scientifiques de la mission Rosetta, qui le recherchent inlassablement depuis son atterrissage sur le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, le 13 décembre 2014. En attendant, il n'en reste pas moins que les scientifiques de la mission Rosetta ont bon espoir que Philae se réveille au cours des prochains mois, lorsque la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko se sera rapprochée du soleil. Un réveil qui pourrait avoir lieu en mars.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

MISSION ROSETTA : PHILAE RESTE INTROUVABLE

Le robot Philae, qui a atterri le 13 décembre 2014 sur le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, reste introuvable malgré les efforts des scientifiques de la mission Rosetta pour le retrouver.

Où est Philae ? A l'heure actuelle, nul ne le sait. Et ce malgré les efforts des scientifiques de la mission Rosetta, qui le recherchent inlassablement depuis son atterrissage sur le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, le 12 novembre 2014.

Et pourtant, ce n'est pas faute d'essayer. En effet, les chercheurs de l'ESA épluchent depuis deux mois tous les clichés en haute résolution de la surface du noyau de la comète, pris par Rosetta qui orbite toujours autour de ce dernier. Mais en vain : jusqu'ici, il n'a pas été possible de localiser le robot Philae sur les clichés obtenus par Rosetta, même si les chercheurs connaissent la région du noyau à l'intérieur duquel Philae se trouve.

Selon les responsables scientifiques du robot Philae, il est très probable que ce dernier, après ses rebonds successifs sur le noyau, ait finalement atterri dans un cratère sombre, mal éclairé par la lumière du soleil. Ce qui expliquerait aussi pourquoi il n'a pas pu recharger ses batteries à l'aide de ses panneaux solaires.

En attendant, il n'en reste pas moins que les scientifiques de la mission Rosetta ont bon espoir que Philae se réveille au cours des prochains mois, lorsque la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko se sera rapprochée du soleil. Un réveil qui pourrait avoir lieu en mars (lire sur Sciences et Avenir "Rosetta : ça se confirme, Philae devrait se réveiller en mars 2015").


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Lun 23 Mar - 10:09

Merci pour la récap de l'activité de la sonde Rosetta et du robot d'exploration Philae, JAROD!

Le 13 janvier 2015 : A LA UNE AUJOURD'HUI :

• La sonde Rosetta a un programme pour le moins chargé pour cette année 2015 : survol du noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko à moins de 6 kilomètres, possible réveil du robot Philae, et bien sûr un passage près du soleil prévu pour le 13 août 2015.


Pour la sonde Rosetta, alors que l'année 2014 a été marquée par le succès du largage de l'atterrisseur Philae sur le noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, l'année 2015 s'annonce tout aussi riche en événements.

Premier défi de taille : survoler le noyau de la comète à moins de 6 km de distance, une opération prévue pour le 14 février 2015. Cette dernière débutera le 3 février, lorsque Rosetta s'éloignera de la comète jusqu'à une distance de 140 km, avant de "plonger" vers le noyau. Le but : analyser en détail la chevelure de gaz et de poussière dégagée en permanence par le noyau de la comète, grâce à ces instruments. Les caméras de la sonde Rosetta devraient également offrir un spectacle fascinant de cette plongée dans la chevelure de la comète.

En mars, un autre événement important aura lieu : les ingénieurs de l'agence spatiale européenne scruteront les éventuels signaux envoyés par le robot Philae, pour l'instant « endormi » quelque part sur le noyau de la comète, à son orbiteur Rosetta. En effet, c'est à partir du mois de mars que l'éclairement dont bénéficiera la comète pourrait éventuellement permettre à Philae d'être réactivé, grâce à ces panneaux solaires : "On espère que, dès le mois de mars, l'éclairement du robot sur la comète lui permettra de recharger ses batteries et donc de recommencer son travail scientifique", avait indiqué le président du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES) Jean-Yves Le Gall, lors de ses voeux à la presse le 5 janvier.


Si Philae parvient à se réveiller, alors il sera probablement capable de mener de nouvelles analyses du noyau cométaire, peut-être en réussissant cette fois à forer sous la surface du noyau afin d'en prélever des échantillons et de les analyser.

En juin, la sonde Rosetta franchira l'orbite de la planète Mars, se dirigeant toujours plus près du Soleil. Elle frôlera alors ce dernier le 13 août 2015 à une distance de 186 millions de kilomètres, un événement appelé "périhélie" (le périhélie est le moment de l'orbite d'un objet céleste où ce dernier se trouve au plus près du Soleil). Le robot Philae survivra-t-il à ce passage près du soleil ? Les instruments de la sonde Rosetta seront-ils affectés ? Pour l'instant, nul ne le sait. Réponse au cours des jours qui suivront cette journée du 13 août...

Notons enfin qu'au cours de cette année 2015, de nombreux résultats scientifiques issus tout à la fois des mesures réalisées par la sonde Rosetta et le robot Philae seront publiés dans les revues scientifiques, notamment concernant les propriétés mécaniques, physiques, magnétiques et chimiques du noyau de la comète et de son environnement immédiat.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Lun 23 Mar - 10:27

Le 19 janvier 2015 : A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Mission Rosetta : les jets de poussière émis par ont été photographiés avec une précision jusqu'ici inégalée par OSIRIS,
la caméra grand angle à bord de Rosetta.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les images capturées par la caméra OSIRIS à bord de la sonde Rosetta, publiées en ce mois de janvier 2015, permettent de visualiser les jets de poussière émis par la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko avec une étonnante précision.

Depuis quelques mois, l'activité de la comète s'accroît, au fur et à mesure qu'elle se rapproche du soleil (rappelons qu'elle le "frôlera" le 13 août 2015). De ce fait, les jets de poussière émis par le noyau de la comète vont en s'intensifiant.

Or, les dernières images publiées par l'équipe scientifique en charge de la caméra à grand angle OSIRIS (voir image ci-dessus), à bord de Rosetta, permettent de voir ces jets de poussière avec une précision jusqu'ici inégalée.

Jusqu'ici, les jets de poussière émis par la comète était visible à large échelle. Mais ces nouveaux clichés montrent que ces jets se décomposent en des jets beaucoup plus petits et plus fins, qui semblent se mélanger au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la surface du noyau de la comète.

Autre information intéressante : ces jets de poussière n'émanent plus seulement d'un seul lobe du noyau de la comète comme cela était le cas jusqu'ici, mais désormais des deux lobes.

L'image ci-dessus a été acquise le 22 novembre 2014 par la caméra OSIRIS.


Le 21 janvier 2015 : A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Alors que le réveil de Philae était initialement prévu pour mars, les responsables de l'atterrisseur tenteront probablement de le réveiller plus tôt que prévu, au cours du mois de février.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Alors que les responsables de l'atterrisseur Philae, largué par la sonde Rosetta sur le noyau de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko le 12 novembre 2014, estimaient initialement qu'il pourrait se réveiller en mars 2015, il semble désormais que son réveil soit envisagé plus tôt, au cours du mois de février : "Nous sommes en train de voir si nous pouvons essayer de réveiller Philae dès février", a indiqué au Figaro Jean-Pierre Bibring, coresponsable scientifique de l'atterrisseur.

Pourquoi envisager un réveil dès février ? Parce que l'ensoleillement pourrait être suffisant pour permettre une réactivation du système d'alimentation de l'atterrisseur, dont on rappelle que ce système repose sur l'énergie solaire issue de ses larges panneaux solaires. Un ensoleillement qui va en s'accroissant au fil des semaines, puisque la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko se rapproche peu à peu du soleil, qu'elle frôlera le 13 août 2015.

Par conséquent, la sonde Rosetta rallumera dès février le dispositif de communication qui lui permet de communiquer avec Philae, dans l'espoir de recevoir un message en retour. Lequel dispositif était éteint depuis novembre 2014.

Pourtant, le défi ne sera probablement pas simple à relever. En effet, on se souvient que Philae reste pour l'instant introuvable (lire sur le Journal de la Science "Mission Rosetta : Philae reste introuvable"), probablement parce qu'il a atterri dans un cratère sombre, mal éclairé par la lumière du soleil. Il faut donc espérer que le robot sera tout de même capable de capter suffisamment de rayonnement lumineux pour parvenir à se réveiller...


Le 22 janvier 2015 : A LA UNE AUJOURD'HUI :

• Au cours de ces derniers mois, Rosetta a recueilli une foule de données scientifiques sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, mais ces données ne pouvaient pas être communiquées au public car elles n'avaient pas encore été publiées. C'est désormais chose faite, dans la revue Science.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Au cours de ces derniers mois, Rosetta a recueilli une foule de données scientifiques sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, mais ces données ne pouvaient pas être communiquées au public car elles n'avaient pas encore été publiées. C'est désormais chose faite, dans la revue Science.

Jusqu'ici, des informations très parcellaires circulaient sur les données scientifiques recueillies par la sonde Rosetta, qui orbite autour de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko depuis août 2014. En effet, ces données n'ayant jusqu'ici pas été publiées dans les revues scientifiques, les responsables de la mission Rosetta étaient tenus au secret.

Mais ce n'est plus le cas depuis ce 22 janvier 2015. En effet, les scientifiques de la mission Rosetta ont publié aujourd'hui dans la revue Science pas moins de sept articles, décrivant en détail les différentes caractéristiques de la comètes. En voici une synthèse :

•Matériaux organiques :

Grâce à l'instrument VIRTIS, les chercheurs ont pu établir que le noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko est riche en matériaux organiques. Ces molécules organiques contiennent des liaisons carbone-hydrogène et des liaisons oxygène-hydrogène. Un résultat majeur car on le sait, les molécules organiques sont les "briques" du vivant. Les comètes étant, avec les astéroïdes, fortement suspectées d'avoir apporté sur Terre les molécules nécessaires à la vie, cette confirmation de la présence de molécules organiques dans le noyau de la comète est forcément d'importance.

Les mesures de VIRTIS montrent aussi que les premièrs centimètres de la surface sont fortement déshydratés.

Quant au "cou", qui relie les deux lobes de la comète, il pourrait contenir de fortes quantités de glace.

•Noyau de la comète :

Le noyau de la comète est constitué de deux lobes, reliés par une sorte de "cou", dans lequel se concentre l'essentiel de l'activité de la comète (l'activité d'une comète est matérialisée par ses dégagements de gaz, et s'accroît au fur et à mesure que la comète se rapproche du soleil, ce qui est le cas de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko). Cette activité est par ailleurs jugée inhabituellement forte, étant donné la distance qui la sépare du soleil.

Par ailleurs, la densité du noyau de la comète a été mesurée : ce noyau est extrêmement poreux.

Enfin, le noyau de la comète se caractérise par des structures géologiques très variées, causées tout à la fois par une importante érosion, et des phénomènes d'effondrement et de redéposition.

•La température du noyau de la comète :

La température du noyau varie de façon considérable en fonction de son exposition au soleil (on se souvient que ce noyau est en rotation sur lui-même), et en fonction des saisons.

Il semble par ailleurs que ce noyau soit faiblement conducteur d'un point de vue thermique, probablement en raison de sa forte porosité.

Quant à la production d'eau par le noyau, qui varie au cours de la rotation de ce dernier, il semble que cette production soit essentiellement localisée dans la zone de son "cou".

•La chevelure de la comète :

La composition de la chevelure de la comète (la chevelure, ou coma, est une sorte d'atmosphère dense entourant le noyau, composée d'un mélange de poussières et de gaz) fluctue de façon considérable en fonction du temps. Ces fluctuations pourraient provenir des différences de températures existant juste sous la surface de la comète.

L'ensemble de ces travaux a été publié sous la forme de sept articles dans la revue Science, dont voici les références :

Subsurface properties and early activity of comet 67P/Churyumov-Gerasimenko. S.Gulkis et al., Science, 23 janvier 2015.

67P/Churyumov-Gerasimenko: The Organic-rich surface of a Kuiper Belt comet as seen by VIRTIS/Rosetta. F. Capaccioni et al.,Science, 23 janvier 2015.

On the nucleus structure and activity of comet 67P/Churyumov-Gerasimenko. H. Sierks et al., Science, 23 janvier 2015.
The Morphological Diversity of Comet 67P/Churyumov-Gerasimenko. N.Thomas et al., Science, 23 janvier 2015.

Dust Measurements in the Coma of Comet 67P/Churyumov-Gerasimenko Inbound to the Sun Between 3.7 and 3.4 AU. A. Rotundi et al.,Science, 23 janvier 2015.

Birth of a comet magnetosphere: A spring of water ions. H. Nilsson et al.,Science, 23 janvier 2015.
Time variability and heterogeneity in the coma of 67P/Churyumov-Gerasimenko. M. Hässig et al., Science, 23 janvier 2015.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Lun 23 Mar - 10:32

Le 20 mars 2015 : A LA UNE AUJOURD'HUI :

• De l'azote moléculaire a été détecté dans la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko par la sonde Rosetta. C'est la première fois que ce composé, dont on pense qu'il était largement répandu lorsque le système solaire s'est formé, est détecté dans une comète.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

De l'azote moléculaire a été détecté dans la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko par la sonde Rosetta. C'est la première fois que ce composé, dont on pense qu'il était largement répandu lorsque le système solaire s'est formé, est détecté dans une comète.

C'est une première : de l'azote moléculaire a été détecté dans une comète. Tel est en effet le composé chimique que la sonde Rosetta a réussi à identifier en analysant les gaz libérés par la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Un résultat publié le 19 mars 2015 dans la revue Science.

L'azote moléculaire ? De formule N2, l'azote moléculaire est un composant majeur de l'atmosphère terrestre, et il est également présent dans l'atmosphère de Pluton et de Triton, la plus grande lune de Neptune.

Plus important encore, les scientifiques supposaient depuis longtemps que l'azote moléculaire était la forme dominante d'azote dans la nébuleuse dont notre système solaire est issu. La détection d'azote moléculaire dans la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko vient donc confirmer cette hypothèse.

Jusqu'ici, l'azote détecté dans l'environnement des comètes précédemment analysées était toujours en liaison avec d’autres composés, comme l’acide cyanhydrique (HCN) ou l’ammoniac (NH3).

Les mesures réalisées par Rosetta révèlent également que les comètes de la famille de 67P/Churyumov-Gerasimenko, lesquelles se sont formées dans des régions très froides de notre système solaire, ne sont probablement la souce majeure d'azote sur Terre. En effet, les niveaux relevés par Rosetta sont trop faibles pour imaginer une telle hypothèse. On se souvient d'ailleurs que les scientifiques étaient parvenus à la même conclusion en ce qui concerne la contribution des comètes telles que 67P/Churyumov-Gerasimenko dans la présence d'eau sur Terre (lire sur le Journal de la Science : "Mission Rosetta : l'eau de la comète 67P diffère de l'eau terrestre").

La détection d'azote moléculaire a été réalisée grâce à l'instrument ROSINA (Rosetta Orbiter Spectrometer for Ion and Neutral Analysis instrument) , embarqué à bord de Rosetta, et dont la mission est d'analyser les caractéristiques chimiques des gaz émis par la comète. Ces mesures ont été effectuées du 17 au 23 octobre 2014, lorsque Rosetta était à environ à 10 kilomètres du centre de la comète.

Ces travaux ont été publiés le 19 mars 2015 dans la revue Science, sous le titre "Molecular nitrogen in comet 67P/Churyumov-Gerasimenko indicates a low formation temperature".


Source: Le Journal de la Science 2015
L'actualité de la sonde Rosetta en temps réel  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Mar 19 Mai - 11:58

Philae : peut-être la dernière tentative de contact avec le robot

Le printemps est arrivé sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko et les jours rallongent à sa surface. Une opportunité pour les équipes de l’Agence spatiale européenne (Esa) et du Cnes qui sont toujours sans nouvelles de Philae, l’atterrisseur de la mission Rosetta. Depuis le 8 mai, de nouvelles tentatives de contact sont en cours. Francis Rocard, responsable des programmes d'exploration du Système solaire au Cnes, nous détaille ces efforts et ces espoirs.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un des trois bras articulé du robot Philae, posé quelque part sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko dans un lieu ombragé. Crédit: Esa, Philae Science team, Civa.


L’Agence spatiale européenne (Esa) va de nouveau tenter de prendre le contact avec Philae. Depuis le 8 mai et pendant 10 jours, ses équipes, aidées de celles du Cnes, se relayent pour tenter de capter un signal du petit atterrisseur qui s’est posé le 12 novembre 2014 quelque part sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Depuis le 15 novembre il reste silencieux et sourd à toutes les précédentes tentatives d’entrer en contact avec lui durant les mois de mars et avril. On pense savoir où se situe la région de son atterrissage, à l’intérieur d’une ellipse de 30 mètres par 50 mètres, dans un lieu ombragé. Les caméras de la sonde Rosetta ne sont toujours pas parvenues à le voir.

Par rapport aux deux précédentes tentatives, « les chances de succès sont augmentées en raison du seul fait que, jour après jour, la comète s’approche du Soleil », explique Francis Rocard, responsable des programmes d'exploration du Système solaire au Cnes. Et c’est tout le pari de l’Esa et du Cnes qui veulent croire que les conditions requises sont aujourd’hui réunies. Bien que l’orientation des panneaux solaires de Philae ne soit pas connue, les contrôleurs au sol estiment que, compte tenu de l’allongement de la durée des journées sur la comète, le taux d’ensoleillement de Philae augmentera au fil du temps. Il sera alors possible de recharger les batteries, de redémarrer le robot pour mieux prendre contact avec lui et finalement procéder à une nouvelle série d’expériences.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'activité de la comète entre le 31 janvier et le 25 mars 2015 a été observée par la sonde Rosetta. Crédit: Esa, Rosetta, Navcam.

La comète Tchouri bientôt à son périhélie

En pratique pourtant, tout n’est pas aussi simple. « Nous ne pouvons pas dire avec certitude qu'il va se réveiller ». Si Philae doit atteindre une température d’environ moins 45 °C, encore faut-il qu’il conserve cette température suffisamment longtemps. En effet, à ce problème s’ajoute « qu’il ne suffit pas que la batterie soit chargée pour qu’il se réveille ». En effet, il doit réchauffer certaines parties vitales, dont la batterie, qui ne peut pas fonctionner tant qu’elle est froide. Ensuite, il doit communiquer avec Rosetta qui lui enverra des ordres de travail. Instaurer un cycle vertueux dans lequel la batterie se recharge et fait fonctionner les instruments ne sera pas simple.

Il y a d'ailleurs une certaine urgence à nouer contact avec Philae. Le 13 août, la comète atteindra en effet son point le plus proche du Soleil (périhélie) avant de s'en éloigner et s’enfoncer dans les profondeurs du Système solaire. Si Philae ne s’est pas réveillé le 14 août, « il restera dans son sommeil à tout jamais ».

Après un voyage de dix ans, la sonde Rosetta de l’Agence spatiale a atteint la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, le 6 août 2014. Trois mois plus tard, le 12 novembre, Philae était largué avec succès sur la comète mais ne se posait pas à l’endroit attendu. L'atterrissage de Philae ne s'est pas déroulé aussi bien que prévu. Au lieu de se harponner sur la surface de la boule de glace poussiéreuse, Philae a rebondi deux fois avant de se fixer à un angle dans un fossé sombre. Un atterrissage chaotique donc, mais qui n'a pas empêché Philae de travailler et de réaliser des expériences scientifiques jusqu'à l'épuisement de sa batterie qui autorisait quelque 60 heures d'activité. Depuis le 15 novembre, le robot est en veille mais peut-être s'est-il déjà réveillé sans pour autant pouvoir disposer de suffisamment de puissance pour émettre.


Source: Futura-sciences



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Lun 15 Juin - 11:57

ASTRO NEWS : La Sonde Rosetta : le contact a été rétabli avec le robot Philae

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Philae, qui s'était posé sur la comète Tchouri le 12 novembre dernier, s'était retrouvé coincé dans un éboulement et s'était endormie, faute de batteries. Les scientifiques de la mission Rosetta disent avoir capté un court signal du robot, ce samedi soir 13 juin 2015.

Le contact avec l'atterrisseur Philae a été rétabli après sept mois de silence, a confirmé le CNES (Centre national d’études spatiales). La sonde Rosetta, qui avait largué le robot, a capté un court signal de 40 secondes samedi soir vers 23 heures.

Le réveil de Philae, robot-laboratoire muni de plusieurs instruments, a eu lieu samedi à 22h28, heure française, a précisé l'ESA.

Coincé entre des falaises

Largué par la sonde Rosetta, Philae s'était posé sur la comète Tchouri le 12 novembre dernier à plus de 510 millions de kilomètres de la Terre, une première. Coincé entre des falaises, Philae ne pouvait plus recharger ses batteries solaires et s'était donc endormi.

Avant de s'endormir, Philae avait toutefois pu transmettre des données scientifiques récoltées après son atterrissage historique. Sa feuille de route était notamment de trouver dans le sol cométaire des molécules organiques ayant pu jouer un rôle dans l'apparition de la vie sur Terre, les comètes étant les objets les plus primitifs du système solaire.

Envoyé sur la comète Tchouri en novembre 2014, Philae s'est réveillé dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 juin 2015, annonce RTL. Explications.

Pour rappel : Le 12 novembre 2014, après un voyage long de dix ans dans le système solaire, Philae se séparait de la sonde Rosetta et atterrissait sur la comète Churyumov-Gerasimenko, dite Tchouri, à 500 millions de kilomètres de la Terre. Après plusieurs heures passées à rebondir et à s’éloigner du point d’atterrissage visé par les équipes du SONC (Science Operation & Navigation Center), installé au CNES de Toulouse, le robot, premier objet au monde à se poser sur une comète, se stabilisait finalement.

Vidéo du CNES, pour comprendre comment s’est passé l’atterrissage de Philae :



Depuis, impossible pour les équipes scientifiques de localiser précisément Philae, qui, après environ 70 heures de fonctionnement – pendant lesquelles il a pu envoyer des données scientifiques à la Terre – s’était mis en sommeil. Posé dans une zone trop ombragée pour pouvoir recharger ses batteries, alimentées par des panneaux solaires, le robot ne s’était toujours pas réveillé, début juin 2015.
Et même si les scientifiques gardaient bon espoir de voir Philae émettre un signal, il n’était pas exclu qu’il ait été trop endomagé pour fonctionner à nouveau.

« Deux minutes de liens avec Rosetta »

Mais la bonne nouvelle est arrivée. Dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 juin 2015, Philae s’est donc enfin réveillé.

Après sept mois de silence, la sonde Rosetta a repris contact avec le robot. Un court signal capté par la sonde qui se trouve en orbite autour de la comète et une excellente nouvelle pour les scientifiques.

“Nous avons eu environ deux minutes de liens entre Rosetta et Philae et 40 secondes de données, a expliqué Jean-Yves Le Gall, président du Centre d’études spatiales, au micro de la radio RTL. Maintenant, il faut dépouiller tout cela, mais Philae est vivant, s’est-il réjoui.”

Reste maintenant à localiser précisément Philae

Dans un article intitulé The quest to find Philae – À la quête de Philae – l’Agence spatiale europénne (ESA), avait annoncé, jeudi 11 juin 2015, que le robot allait peut-être enfin être localisé précisément.

“En réalité, ils ont des candidats très sérieux d’endroits où ils pensent avoir trouvé Philae, décrypte Olivier Sanguy, responsable du site EnjoySpace, à la Cité de l’Espace.”

Le même jour, le site du CNES, un peu plus enthousiaste, titrait : On a retrouvé Philae !

Sur les images traitées par les équipes scientifiques, on distingue des tâches blanches. Tâches blanches qui pourraient correspondre à la lumière réfléchie par les panneaux solaires de Philae.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dans le montage ci-dessus, on aperçoit les différents endroits où pourrait se trouver Philae, sur la comète Tchouri.
(photo d'illustration : European Spatial Agency)


Pour autant, l’analyse, en plein mois de juin, d’images datant du mois de décembre, permet-elle de dire avec certitude qu’il s’agisse bien du robot  ? « Malheureusement, il est impossible d’en être certain, tranche Olivier Sanguy. On ne peut pas exclure la possibilité qu’il s’agisse d’un bloc de glace exposé à la lumière, et donc brillant. »

Maintenant que Philae est réveillé, les scientifiques devraient pouvoir déterminer sa position exacte et continuer à analyser les données envoyées par le robot.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Mer 1 Juil - 15:59

Sur la comète Tchouri, Rosetta a cartographié... de l'eau

Sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, l'eau est partout. Grâce à Rosetta, dont l’Esa a allongé la mission de neuf mois, une étude a pu cartographier la distribution de la vapeur d’eau autour du noyau tandis qu'une autre s’est intéressée à la glace qui affleure dans certains endroits où la sombre poussière a été déplacée. De quoi mieux comprendre les processus qui transforment ces astres, véritables vestiges du Système solaire primitif.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko alias Tchouri a été photographié par la caméra de navigation (NavCam) de Rosetta, le 15 juin 2015, à 208 kilomètres de distance. En modifiant la luminosité de l’image, les jets de gaz qui constituent sa chevelure sont plus faciles à distinguer. © Esa, Rosetta, NavCam, CC by-sa IGO 3.0

Quoi de plus exaltant pour les scientifiques en quête de nos origines que de suivre une comète au fil de sa révolution autour du Soleil ? Avec Rosetta, les chercheurs bénéficient en effet d’une exceptionnelle fenêtre ouverte sur l’un de ces astres qui conserve, depuis plus de 4,5 milliards d’années, des fragments de la mémoire du Système solaire primitif. Et cette formidable aventure est loin d’être finie, car l’Esa a annoncé, le 23 juin 2015, que cette grande mission autour du noyau de 67P/Churyumov-Gerasimenko était prolongée de neuf mois. Aussi, si la sonde spatiale ne pâtit pas trop des effusions de poussières en cette période proche du périhélie, le 13 août prochain, il sera peut-être envisagé, à terme, qu’elle descende en spirale tranquillement jusqu’à la surface du noyau pour enfin s’y poser ou s’y échouer à l’horizon de septembre 2016.

« La prolongation permettra de suivre la décroissance de l’activité du noyau sur une plus longue période et les instruments auront ainsi de multiples occasions de faire des comparaisons avant-après le passage au périhélie qui nous en apprendront encore plus sur l’évolution de l’activité d’un noyau cométaire dans le voisinage du Soleil », explique le Cnes dans son communiqué.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Abondance de l’eau autour du noyau de 67P/Churyumov-Gerasimenko cartographié grâce aux données collectées par le petit spectromètre Miro de Rosetta. Les régions colorées en rouge, orange et blanc affichent la densité la plus élevée tandis que celles teintées de vert, bleu et noir présentent les concentrations les plus faibles. La partie noire, la moins abondante, est la région du pôle sud de la comète. © Esa, Rosetta, Miro

L’eau est abondante autour de Tchouri

Distante actuellement de quelque 206 millions de kilomètres du Soleil (1,3 unité astronomique), Tchouri affiche une activité de plus en plus importante qui la coiffe d’une grande chevelure ébouriffée de gaz, son atmosphère ou coma. Longtemps, les astronomes ont dû se contenter d’étudier ces phénomènes caractéristiques des comètes depuis la Terre, mais grâce à Rosetta, qui escorte ce noyau depuis août 2014, les données n’ont jamais été aussi nombreuses et précises.

Cela fait maintenant un an que les premières détections de vapeur d’eau ont été effectuées avec l’instrument Miro (Microwave Instrument for Rosetta Orbiter), alors que la sonde spatiale était encore à 350.000 kilomètres de la comète (en juin 2014, environ 580 millions de kilomètres, soit 3,9 unités astronomiques, séparaient Tchouri du Soleil). Un an après donc, l’équipe scientifique en charge de l'instrument vient de rendre publique la première carte de la répartition de l'eau sur et autour du noyau. Une observation datant du 7 septembre 2014 de ce corps bilobé de quelque quatre kilomètres de long, en rotation de 12,5 heures avec ce petit spectromètre capable de mesurer directement l’émission de l’eau dans la coma et aussi l’absorption de celle émise du noyau à travers la chevelure, a permis de situer son abondance.

Les 201 spectres collectés à 58 km de distance couvrent l’environnement de la comète. Les scientifiques rapportent que les signatures de l’eau les plus fortes proviennent du côté éclairé (jour) de Tchouri, à la fois à sa surface et dans son atmosphère. Puis l’abondance décline à mesure que l’on se rapproche du terminateur. Enfin, c’est dans la partie nocturne et les régions les plus froides, proches du pôle sud, que les plus faibles émissions ont été enregistrées.

« Nos observations montrent que la distribution d'eau dans la coma est très hétérogène, commente Nicolas Biver, chercheur du CNRS à l’observatoire de Paris-Meudon, qui a dirigé cette étude à paraître dans Astronomy & Astrophysics. Nous avons trouvé la plus forte densité de l'eau juste au-dessus du cou, à proximité du pôle nord de l'axe de rotation de la comète : dans cette région étroite, la densité de la colonne d'eau est de deux ordres de grandeur plus élevés que partout ailleurs dans la chevelure. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Plusieurs plaques de glace ont été identifiées par contraste avec la surface sur ces images en fausses couleurs réalisées avec la caméra Osiris, les 5 et 16 septembre 2014. Elles se situent dans les régions d'Anuket, d'Imhotep et de Khepry-Imhotep. © Esa, Rosetta, MPS pour Osiris, MPS, UPD, LAM, IAA, SSO, INTA, UPM, DASP, IDA

Sous la poussière sombre, de la glace

Riche en glace, les comètes sont paradoxalement très sombres à leur surface, comme en témoignent les images originales de Rosetta. Cependant, une récente étude qui vient de paraître dans Astronomy & Astrophysics dévoile 120 régions différentes mesurant de quelques mètres à quelques dizaines de mètres et qui sont environ dix fois plus brillantes que la moyenne. Elles ont pu être identifiées avec la caméra Osiris. La plupart ont été remarquées dans des champs de débris au pied de falaises, probablement produits par des effondrements dus à l’érosion.

Sur les images en fausses couleurs, elles apparaissent plutôt bleues, à la différence de l’arrière-plan, teinté de rouge. L’hypothèse de « la glace d’eau est l’explication la plus plausible », selon Antoine Pommerol (université de Bern) qui a signé cette étude. « Au moment de nos observations [septembre 2014, NDLR], la comète était assez éloignée du Soleil, si bien que la vitesse à laquelle la glace d’eau se sublimait aurait été inférieure à 1 mm par heure avec cette incidence de l’énergie solaire, précise-t-il. Par contraste, si c’était de la glace de dioxyde de carbone ou de monoxyde de carbone qui était exposée, cela se serait sublimé rapidement lorsque la zone était éclairée par la même quantité de lumière solaire. C’est pourquoi nous ne pensons pas voir ce type de glace stable à la surface à ce moment-là. »

L’équipe a testé plusieurs recettes en laboratoire avec comme ingrédients de la glace mêlées à différents minéraux et des ensoleillements variables. Elle est arrivée à la conclusion qu’en quelques heures seulement, la sublimation laissait derrière elle de très fines couches de poussières.

« La surface sombre relativement homogène du noyau de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, ponctuée de points brillants de seulement quelques mètres, peut être expliquée par la présence d'un fin manteau de poussière composé de minéraux réfractaires et de la matière organique, avec des points lumineux correspondant à des zones où cette couche a été enlevée, révélant ainsi un sous-sol riche en glace d'eau », explique Holger Sierks, responsable d’Osiris au Max Planck Institute for Solar System Research.

Avec le périhélie qui approche, les chercheurs vont pouvoir comparer les images prises à différents moments de l’orbite de Tchouri, distinguer les régions les plus touchées par des changements et en comprendre le dynamisme afin de mieux décrire le processus. « On peut s'attendre à voir de nouvelles régions de glace exposées au soleil, et peut-être de plus grandes dimensions », s’enthousiasme Matt Taylor, de l’équipe scientifique de Rosetta, dans le communiqué de l'Esa.


Source archives: Futura-Sciences 2015



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
MARS
Patrouilleur stellaire
Patrouilleur stellaire
avatar

Messages : 71
Réputation : 0
Date d'inscription : 01/07/2015
Localisation : Red Planet

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Mar 15 Sep - 11:56

L'actualité de la sonde Rosetta en temps réel
Dernière mise à jour: 15 Septembre 2015

La sonde Rosetta a atteint son objectif en août 2014 après un voyage long de dix ans à travers le système solaire. En novembre dernier, Philae, son robot atterrisseur, s'est posé sur la comète "Tchouri" mais, faute de suffisamment d'énergie, il n'a été en fonction que quelques jours. La comète devait se rapprocher du soleil entre mai et juillet 2015 et le monde scientifique espérait que les batteries du robot se rechargent grâce aux capteurs solaires dont il est équipé. Récemment, les espoirs que Philae puisse poursuivre sa mission se sont confirmés : dans la nuit du 13 au 14 juin 2015, les équipes de l'Agence Spatiale Européenne ont reçu un court signal de la sonde, suivi d'un dernier contact en juillet. En attendant plus, les instruments de Rosetta fonctionnent de façon fiable et enregistrent déjà des données étonnantes. Les résultats des premières analyses ouvrent de nouvelles perspectives aux scientifiques quant à l'étude des comètes dans l'histoire de la Terre et du système solaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Ven 30 Sep - 10:04

DERNIERES INFOS DE LA MISSION DE LA SONDE ROSETTA
La sonde Rosetta a touché « Tchouri », fin de la mission de l’Agence spatiale européenne


L’Agence spatiale européenne (ESA) a reçu le signal confirmant que la sonde Rosetta, douze ans après son lancement, avait atteint la comète Tchouri.

•La sonde Rosetta de l'Agence spatiale européenne (ESA) va effectuer ce vendredi 30 septembre son ultime mission. Après plus de deux années à étudier la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko sur laquelle elle a largué l'atterrisseur Philae en novembre 2014, Rosetta a été dirigée droit vers "Tchouri", qu'elle devrait percuter vers 13h20.

•Au cours de cette descente "fatale"; de nouvelles images de la comète seront prises et les instruments de la sonde devraient enregistrer et envoyer vers la Terre une dernière série de mesures sur les propriétés de la comète.

Rosetta, la fin d'une odyssée
Le crash ultime sur la comète


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Finir en beauté. Tel est le but de l’ultime phase de la mission spatiale Rosetta de l’Agence spatiale européenne (ESA). Cette sonde s’écrase, ce vendredi 30 septembre vers 13 h 30, sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko pour, pendant la dizaine d’heure de la chute libre, enregistrer d’ultimes propriétés de ce corps sombre et froid qu’elle scrute depuis plus de deux ans.


Les Européens sont les premiers à survoler aussi longtemps une comète, y compris dans son passage au plus près du Soleil lors du déploiement de la fameuse queue brillante. Ils sont aussi les premiers à s’y être posés, lorsque le 12 novembre 2014 la sonde Rosetta a largué Philae, un module bardé de capteurs, à la surface de « Tchouri ».

« Nous l’avons fait pour la science ! », a lancé Matt Taylor, le responsable scientifique de la mission, jeudi 29 septembre à Darmstadt, dans le centre opérationnel de l’ESA. C’est que les comètes sont faites du matériau le plus ancien du système solaire, vieux d’environ 4,6 milliards d’années. Elles racontent donc comment les planètes ont pu se former et évoluer. Elles pourraient même dire comment la vie est apparue sur Terre. A condition de les faire parler… C’est le but de Rosetta, dont le nom fait allusion à la pierre de Rosette qui a permis de déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens.


La moisson de données est déjà impressionnante, après des dizaines d’orbites de la sonde de quelques kilomètres d’altitude à plusieurs centaines, et les deux jours et demi de fonctionnement de Philae sur la surface.

« J’ai un œil triste et un œil joyeux », témoigne Kathrin Altwegg, responsable de l’instrument Rosina à l’université de Berne, qui a détecté une soixantaine de gaz différents émis par la comète. L’œil triste est pour l’arrêt des opérations. L’œil joyeux, pour tout ce qu’il reste à découvrir. « Nous n’avons analysé que 5 % des données », confirme Andre Bieler, également de l’expérience Rosina.

D’ores et déjà, le portrait qui se dessine de cette comète est bien différent de celui attendu. Les chercheurs attendaient un corps en forme de patate, ils en ont eu un en forme de « canard » avec tête, cou et corps. Ils voyaient les comètes comme des boules de glace sales, les voici avec le contraire, une matière très sombre contenant de la glace. Qui plus est à 75 % faite de vide.


Des questions demeurent

Des falaises à pic de 200 mètres de haut, des puits larges et profonds de 100 mètres, des blocs isolés de 50 mètres de diamètre, des régions fracturées ou au contraire lisses avec des sortes de dunes, sont apparues… Des jets de gaz et de poussières puissants et étroits ont jailli devant les caméras. Des molécules inconnues jusqu’alors autour d’une comète ont été identifiées : de l’oxygène, de l’argon, du propane, de la glycine…

Surtout, la matière organique qu’elle recèle fascine. « Les comètes ne contiennent pas la vie mais elles ont pu commencer le processus qui l’a rendu possible », a expliqué Kathrin Altwegg à Darmstadt. Les instruments ont en effet repéré, sans les identifier, pléthore de macromolécules à base de carbone, d’oxygène, d’hydrogène et d’azote, qui pourraient servir de briques à de la biochimie.

Bien des questions demeurent, comme le lieu de la formation de ces comètes ou la manière dont de petites poussières de quelques micromètres sont devenues des blocs de 4 kilomètres.

La dernière plongée apportera encore son lot d’images et d’informations sur la vitesse d’éjection des poussières, le champ magnétique, la gravité… « Peut être trouverons-nous de nouveaux “animaux” », espère Kathrin Altwegg, en désignant ainsi des molécules chimiques non encore détectées. « Sans doute que de nouvelles questions arriveront ! », estime Matt Taylor.


Source: lemonde.fr/cosmos/article/2016/09/30/rosetta-un-crash-sur-une-comete


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Ven 30 Sep - 10:29

La fabuleuse aventure spatiale de Rosetta et Philae prend fin
Le bilan de la mission Rosetta autour de la comète « Tchouri »


Ce 30 septembre, la sonde européenne Rosetta s'écrase après avoir fait vivre au monde entier une aventure spatiale incroyable : l'atterrissage du petit module Philae sur la comète Tchouri.

Une première historique : retour sur la mission

Lancée en 2004, la sonde européenne Rosetta voyage pendant 10 ans à travers le Système solaire, pour rejoindre sa cible. Le 12 novembre 2014,elle largue son petit module d'atterrissage Philae sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko. Jamais l'Homme ne s'est posé sur un astre aussi petit. Comme le résumait notre journaliste Tristan Vey, «poser Philae sur la comète 67P, c'est réussir à lancer un microbe depuis Paris pour le faire atterrir sur un grain de poussière à New York».

Avant Philae, l'homme n'a posé des engins artificiels que sur six objets du Système solaire: la Lune (1966), Vénus (1970), Mars (1971), l'astéroïde 433 Eros (2001), l'astéroïde Itokawa (2005) et le satellite de Saturne Titan (2005).


Un atterrissage mouvementé

Avant ce 12 novembre 2014, tout le monde sait que la procédure d'atterrissage est à haut risque.

L'extrême difficulté ne vient pas de la vitesse à laquelle la comète se déplace dans le système solaire - 66.000 km/h - mais de son champ de gravité très faible. Sa densité est d'ailleurs si faible qu'elle flotterait bien plus facilement qu'un iceberg. En sept heures de chute libre, l'atterrisseur ne va tomber que de 20 km. La comète Tchouri attire donc très peu Philae, ce qui nécessite une très grande précision dans le largage, que ce soit dans le timing ou la position. D'autant que les scientifiques savent que le relief de la comète est très accidenté, même si la zone d'atterrissage a été déterminée avec grand soin.

Le largage a lieu à 10h06. s'ensuit une longue attente puis un enchaînement de rebonds qui tient en haleine scientifiques et passionnés qui suivent l'événement en direct. (Le Figaro.fr)

A 17h03, le module Philae se pose à la surface de la comète 67P, dans une position acrobatique mais correctement accroché. «Nous sommes les premiers à l'avoir fait et cela restera écrit pour toujours!» se félicite l'Agence spatiale européenne.


Des premiers résultats avant l'hibernation

Avant même l'atterrissage de Philae, la caméra à haute résolution de la sonde européenne Rosetta avait permis de révéler de nombreuses surprises sur la comète 67P: la forme irrégulière de son corps composé de glaces et de poussières, la variété de sa structure, des informations sur sa composition, ses odeurs et même le chant qu'elle émettait dans l'espace...

De son côté, Philae est un véritable laboratoire ambulant: un quart de sa masse est composé par des instruments scientifiques. Dix doivent permettre d'analyser les propriétés électriques et mécaniques du sol de la comète, son apparence, sa texture, sa composition chimique, la structure interne du noyau, la composition des gaz cométaires, etc.

Dès le 13 novembre, Philae envoie ses premières images - spectaculaires- de la comète Tchouri.


Mais son atterrissage mouvementé n'est pas sans conséquence: ses panneaux solaires, mal orientés, ne récoltent pas assez de lumière pour recharger ses batteries. Après 60 heures de travail intensif, faute de pouvoir recharger ses batteries solaires, il cesse toute communication et bascule en mode «hibernation». Sans oublier toutefois de transmettre toutes les données scientifiques qu'il a recueillies.

Pendant ce temps, les caméras haute résolution de la sonde Rosetta, restée en orbite, continuent d'envoyer des clichés.


L'impossible dialogue entre Philae et Rosetta

Mi-juin 2015, Philae sort de son silence, à l'improviste, grâce à la hausse de la température et à un l'ensoleillement. Il établit même six jours plus tard une communication de 19 minutes avec la sonde Rosetta, restée en orbite autour de la comète. Mais les communications sont erratiques. Les scientifiques comprendront trop tard - grâce à d'autres clichés - que c'est parce que ses antennes sont pointées vers l'intérieur de la comète, et non vers l'extérieur.

Il n'y a plus d'espoir de renouer le contact avec le robot. Car depuis son passage au plus près du Soleil en août 2015, la comète a repris son chemin vers les confins du Système solaire. La température à l'ombre n'y dépasse plus les - 150°C. Or Philae a besoin d'être au dessus de -40 ou -50°C pour se réveiller. Quand la comète repassera au plus près du Soleil en janvier 2022, Rosetta ne sera plus là pour assurer le relais entre Philae et la Terre: le 30 septembre, la sonde européenne s'écrasera à la surface de Tchouri pour y terminer son existence. La fin d'une histoire de douze années.


Source: LeFigaro.fr



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7706
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   Ven 30 Sep - 10:39

Un des derniers clichés de la comète Tchouri pris le 20 septembre par la caméra Osiris de la sonde Rosetta
ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Photo de l'atterrisseur Philae capturée par la caméra Osiris le 2 septembre 2016
ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exploration Spatiale (Mission Rosetta)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exploration Spatiale (Mission Rosetta)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Exploration Spatiale (Mission Rosetta)
» Exploration Spatiale, une aventure extraordinaire - Annonay (07) jusqu'au 16 novembre 2014
» La première enveloppe ayant voyagé à bord d'une navette spatiale - Mission STS-8
» Budget NASA 2010 et revue du programme Constellation
» TOP SECRET MISSION SPATIALE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UFO INVESTIGATIONS-MOVIES :: ESPACE EVASIONS & DECOUVERTES :: ESPACE ASTRONOMIE et OBSERVATIONS-
Sauter vers: