UFO INVESTIGATIONS-MOVIES
Entrez dans le cinéma de science-fiction, et redécouvrez toute la filmographie ovnis d'hier et d'aujourd'hui ...

Approchez les mystères de l'ufologie et prenez conscience que la vérité est peut-être sur le point d'éclater au grand jour ...

Enter the cinema of science fiction, and rediscover complete filmography UFOs Then and now ...
Penetrate the mysteries of the UFO and realize that the truth may be about to come to light ...

UFO INVESTIGATIONS-MOVIES

Dossiers d'archives, photos images articles, documents inventaires des séries et films sur le sujet ...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'antigravité & les ovnis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 740
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Re: L'antigravité & les ovnis   Lun 27 Mai - 14:19

Jean-Marc ROEDER :« antigravité et ovnis militaires ( suite )

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La première aurait été un chasseur bombardier monoplace volant en croisière à 700 km/h et capable de courtes accélérations à 1000 km/h grâce à des fusées au peroxyde d'hydrogène (du même modèle que celle du Messerschmitt 163). Une version intercontinentale, capable d'atteindre la côte est des Etats-Unis, fut même étudiée théoriquement par Adréas Epp avec Dornberger et Von Braun (les responsables du programme A4-V2). Dans ce cas la soucoupe était lancée au sommet de la fusée géante A8 (jamais construite) et suivait une trajectoire suborbitale à 120 km d'altitude et à Mach 8 (10 000 Km/h) jusqu'aux Etats Unis ! Enfin, comme souvent chez les nazis, une version "Kolossale" de l'engin fut étudiée, dans le cadre d'un programme baptisé "Omega", pour le transport de troupes (120 commandos armés) ou le bombardement lourd... Le monstre, portant le doux nom de Rundflugzeug 7 Walkyrie (merci Wagner !) ou RFZ 7, aurait fait 42 m de diamètre pour un poids de plus de cent tonnes.

Il devait être propulsé apparemment par 12 turbopropulseurs BMW, de 1800 ch. chacun, et voler à 1000 km/h. Bref, on nageait en plein délire technologique nazi de fin de Reich millénaire ! Une autre toupie fut conçue par BMW en trois modèles différents respectivement baptisés Flügelrad I V-1, II V-2 et III V-3. Deux de ces prototypes ont effectivement volé contrairement aux affirmations de Manfred Franzke. Le modèle I V-1 vola à Prague, assez mal (au moins un crash bénin répertorié), en août et septembre 1944 sur l'aérodrome de Prag-Kbely. Fin 44 et début 45 le II V-2 biréacteurs fit une dizaine de vols concluants, le III V-3 triréacteurs quand à lui fut étudié mais ne fut pas construit. Tous les prototypes furent détruits avant l'arrivée des Russes. Le I V-1 comprenait un rotor à 16 pales de 6m de diamètre entourant un cockpit de 2m de diamètre surmonté d'une petite coupole en Plexiglas. Il était équipé de quatre trains d'atterrissage de Messerschmitt BF 109. Un turboréacteur BMW 003 était fixé horizontalement sous le rotor et comprenait une tuyère vectorielle rectangulaire pouvant dévier le flux du réacteur de 45 degrés vers le bas et le haut et de 6 degrés vers les côtés.

Le souffle du réacteur, orienté à 45 degrés vers les pales du rotor, les mettait en rotation ce qui permettait un décollage vertical "sauté", la propulsion horizontale étant ensuite assurée par la mise en position rectiligne de la tuyère. Le rotor tournait ensuite en rotation libre (comme les autogyres) le pilotage étant assuré par la tuyère vectorielle. Le Flügelrad III V3 n'était qu'une évolution du I V-1 et du II V-2 avec un rotor de 24 m de diamètre. Le dernier type de toupie "classique" fut conçu par Mietheen 1940 et vola en 1941 à Peenemünde (alors encore en construction) avant d'être transférée en 1942 dans un laboratoire secret des usines Skoda près de Prag-Kbely. Baptisée Flugkreisel, elle avait un diamètre de 14 m 40 pour une hauteur de 3 m 20 et comprenait un rotor radial de type Shauberger entraîné par le soufflage, sur sa surface périphérique inférieure (un peu comme pour le Flügelrad) des flux de quatre turbo réacteurs BMW OO3. Il ne s'agit donc pas, comme l'on écrit à tort la totalité des auteurs, d'un rotor d'aérodyne entraîné par propulsion des extrémités de pales. Dans ce dernier cas, les forces centrifuges auraient arraché les réacteurs ! Deux réacteurs BMW 003 supplémentaires, placés sous le cockpit circulaire central, assuraient la propulsion horizontale et l'anticouple résiduel.

Contrairement aux épures présentées par Mietheen 1951, le rotor ne propulsait pas l'air vers le bas comme un hélicoptère mais créait un vortex implosif. Le dessus et le dessous du rotor étaient donc obturés par deux coques (de confinement du vortex), à volets radiaux pour la coque supérieure. Ces volets furent confondus par erreur avec des pales par les "spécialistes". Les volets pouvaient localement s'ouvrir ou se fermer pour piloter le véhicule en incidence. Le vortex ne communiquait avec l'extérieur, sur l'intrados, que par un orifice de deux mètres sous la cabine centrale de la soucoupe. Selon moi, ces plans volontairement erronés ont été publiés par Miethe à la demande des Etats-Unis pour masquer les vrais principes de propulsion (je soupçonne que les Etats-Unis ont fait voler au moins un proto MietheV7 dès 1948). L'appareil ne dépassa probablement jamais 380 km/h et 800 m d'altitude et servi de laboratoire pour la mise au point du Kugelblitz. Le Vergeltungswaffe Sieben (V7) Kugelblitz vola pour la première fois le 17 mai 1944 sur l'aérodrome de Breslau en Pologne, puis plus tard, à Stettin et en Forêt Noire. Le V7 était une sorte de "Repulsim" de Shauberger, de 14 m 40 de diamètre (comme le Flugkreisel) pesant 4500 kg. Contrairement au Flugkreisel, son rotor radial «Shauberger »n'était pas entraîné par des turboréacteurs qui n'auraient pas permis d'atteindre le régime de rotation de 8000 T/min. du rotor. Le lancement de la turbine radiale Shauberger s'effectuait au sol, probablement à l'aide d'une turbine au peroxyde d'hydrogène montée sur un véhicule.

L'impossibilité de redémarrage en vol de la turbine Shauberger interdisait toute panne sous peine de crash immédiat. Une fois à 8000 T/min., la turbine entretenait "éternellement" sa rotation (en fait pas plus d'une dizaine d'heures vu l'usure rapide des roulements à billes du rotor) par "pompage" de l'énergie quantique du "vide" par la tornade. Le V7 n'utilisait donc aucun carburant. Il était toutefois équipé de deux réservoirs pressurisés toriques, sous la cabine, remplis respectivement d'essence et de propane. Le mélange aérosol des deux composés, éjecté par un orifice sous le V7, permettait de créer un nuage de carburant déflagrant autour d'un avion ennemi en le frôlant à grande vitesse. La chaleur des moteurs de l'avion déclenchant la déflagration. Il s'agissait donc d'un explosif binaire primitif (F.A.E. ou Fuel Air Explosive). La tornade implosive interdisant la formation de toute onde de choc et assurant une "poussée" (en fait une aspiration) de plus de 22 tonnes, permettait au V7 d'atteindre 2200 km/h sans aucun bang sonique.

Le pilotage directionnel était assuré par des volets qui s'ouvraient ou se fermaient autour de la "jupe" inférieure de confinement de la tornade. Le pilotage en incidence se faisant par des volets radiaux en extrados comme sur le Flugkreisel. La jupe inférieure comprenait aussi quatre "airbags" sphériques d'atterrissage gonflés par prélèvement d'air comprimé sur la tornade. Sur le dessus du V7, un dôme hémisphérique en Plexiglas abritait le pilote en position couchée à plat ventre (comme les pilotes de delta en vol libre), ceci pour mieux résister aux accélérations phénoménales (9g) du V7. Un périscope (et non pas une verrière ventrale comme on l'affirme souvent !) assurait la visibilité vers le sol. Selon plusieurs témoignages, le Kugelblitz effectua deux missions de combat en avril 1945 (dans la région de Reims) contre des escadrilles de B17 américains. La position allongée du pilote fait souvent confondre le V7 avec un projet de soucoupe à rotor "classique" entraîné par des fusées équatoriales. Ce projet de l'italien Belluzo et de l'allemand Habermohl ne fut jamais construit. Enfin la référence V7 fut aussi utilisée pour classer un type de coque de Haunebu II, qui fut construit en différentes tailles de "jupe" et de cockpit mais avec le même moteur Schumann.



Karma One : Selon certains auteurs, les nazis et plus spécifiquement la loge du Vril auraient reçus leur inspiration pour construire ces engins incroyables que sont les Vrils et autres Haunebus de «supérieurs inconnus» par channelling. D'autres évoquent le fait que ces mêmes nazis ont mis la main, comme à Roswell, sur l'épave d'un Ovni accidenté ou encore qu'il existait des contacts entre les nazis et une race extraterrestre. D'autres enfin estiment que le «saut créatif» nazi provient tout simplement d'eux-mêmes, de leurs propres conceptions de la physique qui étaient en opposition avec la physique d'Einstein. Quel est votre point de vue ?

Jean-Marc Roeder : Il n'existe aucune preuve, si petite soit-elle, de la capture en Forêt Noire d'un ovni par les nazis. En ce qui concerne l'acquisition de connaissances sur l'antigravité grâce aux visions de deux voyantes, durant des réunions secrètes de la confrérie du Vril à Berchtesgaden entre 1917 et 1924, nous n'avons que les témoignages d'anciens nazis qui ne furent pas les témoins directs de ces éventuelles réunions. Quoi que cela soit parfaitement possible, cela reste une hypothèse tant qu'on ne pourra examiner les écrits et dessins réalisés par ces voyantes durant ces réunions ainsi que l'affirment plusieurs auteurs. Il est par contre tout à fait certain pour moi que les nazis disposaient de théories physiques, certaines empiriques et d'autres scientifiques, leur permettant de réaliser des moteurs antigravitationnels. Pour être précis, les nazis faisaient appel à trois théories distinctes qui, une fois associées, leurs permirent de maîtriser l'énergie quantique du vide et l'antigravité. La première de ces théories, qui remonte à l'antiquité grecque, est celle des monocordes. En langage moderne on dirait qu'il s'agit de la théorie des résonances et des harmoniques ondulatoires. Une petite partie de ce savoir antique se retrouve, du moyen âge à nos jours, dans les lois du solfège et de la gamme bien tempérée en musique. La deuxième est la théorie implosive de Shumann (nazi de la première heure) et de Schappeller qui permit à Victor Shauberger (anti nazi convaincu), dès le début des années 1920, de construire et faire fonctionner des turbines hydrauliques implosives à rendement apparent « sur unitaire » (c'est à dire produisant plus d'énergie à la sortie de la turbine qu'à l'entrée).

Dans les années 30, Shauberger fit voler deux types différents de modèles réduits de "soucoupes volantes" qu'il baptisa "Répulsim". Une turbine spéciale, placée au sommet de la soucoupe, met en rotation un mélange d'air et de 1% d'eau refroidie à sa température critique de transition de 2,93°C. L'air est centrifugé en tornade sous la soucoupe et remonte par la colonne centrale de la tornade vers le sommet de la soucoupe où il est à nouveau centrifugé par la turbine. Les différences de température entre le haut et le bas de la tornade ainsi que les différences de pression et de charge électrostatique entre le centre et la périphérie de la tornade (appelée aussi vortex) créent une énorme force de propulsion par dépression de l'environnement de la soucoupe. A partir d'une vitesse de rotation de 7000 T/min. la tornade s'auto entretient et la turbine n'a plus besoin de son moteur d'entraînement.

De plus, à partir de 30 000 T/min., le vortex annule la masse et l'inertie de la soucoupe et de tout corps placé dans sa proximité immédiate (à quelques centimètres). Il y a alors antigravité. La troisième théorie (publiée en 1903) nous vient du mathématicien britannique Whittaker et, pour l'expérimentation, du physicien américain Nicolas Tesla. Il s'agit de la théorie des potentiels et des ondes longitudinales scalaires. Dès 1896, Tesla avait observé des pertes de masse et d'inertie d'objets de son laboratoire soumis aux ondes scalaires en phase (ou en résonance synchrone si vous préférez) à très basse fréquence (6Hz) de ses bobines "Tesla". Ces expériences ont été reproduites avec succès depuis 1995 par un expérimentateur empirique et indépendant de Vancouver, John Hutchison, ainsi que par le physicien Brésilien Fran De Aquino qui a publié ses travaux en Refere au Brésil et en soumission au CERN.


Le sanguinaire Obergruppenfuhrer SS Hans Kammler (qui fut aussi, ne l'oublions jamais, l'un des principaux artisans de la solution finale), responsable de la coordination de tous les programmes d'armes secrètes de "vengeance" (Vergeltungswaffen) du Reich (V1, V2, V7 Kugelblitz, Vril, etc.), fit construire un laboratoire d'essai de moteurs antigravitationnels (baptisés "Glocken" par les S.S.), pour le programme "Kronos", sur le site minier de Wenceslas en Pologne. Le banc test des moteurs existe toujours et fait même partie d'un circuit touristique! Le dernier moteur antigravitationnel nazi fut testé en 1943 et 1944 dans ce laboratoire. Il comprenait deux cylindres superposés et contrarotatifs, de 1m de diamètre, en métal diamagnétique.

Chaque cylindre contenait de la vapeur de mercure, sous vide, mise en rotation équatoriale par les cylindres. Des ondes radio, émises à l'intérieur des cylindres formant une cavité résonante, induisait un courant électrique intense dans la tornade de vapeur de mercure. Une fois ionisée, la vapeur de mercure devenait un puissant électro-aimant tournant. Chaque tornade de mercure tournait dans le sens de rotation mécanique de son cylindre respectif. A partir d'une vitesse de rotation relative, entre les tornades, d'environ 8Km/sec le système annulait totalement sa masse et son inertie. L'ajout d'un faisceau radio supplémentaire permettait de créer une force de propulsion dirigée dans le champ antigravitationnel. L'énergie électrique du vide quantique dans le vortex de mercure était récupérée par auto-induction, ce qui permettait d'alimenter éternellement la tornade. L'inventeur Canadien Hammel a refait, empiriquement et sans le savoir, une version mécanique de ce moteur où les tornades de mercure sont remplacées par des cônes oscillants et superposés en aluminium. Le concepteur du "Kronos Glocke" original était le Professeur Gerlach qui travailla sur les extensions de la relativité générale en relation avec Albert Einstein dans les années 20. Son moteur n'était qu'une évolution plus "élégante" du moteur magnéto électrostatique et électromécanique de Shumann développé depuis 1934 et dont la première version opérationnelle vola sur le Vril 1 en 1936.

Les moteurs Shumann (lévitators Shumann), développés dans le cadre du programme "Lanternenlichte", équipèrent tous les prototypes Vrils et Haunebus, à l'exception du Vril 5 "Odin" et du Haunebu III équipés du moteur Gerlach. La théorie qui veut que les nazis aient refusé la relativité générale sous prétexte qu'Einstein était juif est fausse. Les nazis utilisaient sans vergogne toute théorie, quelle que soit son origine, du moment qu'elle leur permettait d'asservir le monde! Les nazis ont fait appel, tardivement et en complément des théories déjà mentionnées, à la théorie (incomplète) unifiée des champs d'Einstein (ou relativité générale étendue) de 1928. Selon moi à partir de 1944, date à laquelle ils furent confrontés à des distorsions spatio-temporelles, sur leurs prototypes Vril 5 "Odin" et Haunebu III, qui ne pouvaient être décrites par leurs premières théories.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Karma One : En ce qui concerne les Ovnis nazis récupérés par les Américains ainsi que les ingénieurs exfiltrés aux Etats-Unis, cela a-t-il suffit pour donner à ce pays de bonnes bases pour leurs programmes sur l'antigravité ?

Jean-Marc Roeder : Les savants allemands rapatriés en Amérique dans le cadre de l'opération Paperclip furent très utiles dans les domaines de la propulsion « fusée » et « réaction » ainsi qu'en aérodynamique mais n'apprirent pas grand chose aux américains dans le domaine de l'énergie libre et de l'antigravitation. En effet, les Américains menaient depuis 1938 deux programmes de recherche sur le sujet. Le premier, initié à l'université de Princeton sous le nom de Project Mirage puis (à partir de 1942) de Project Rainbow, fut un succès dès 1946-47 après avoir partiellement échoué en juillet-aout 1943 (expériences à bord de l'USS Eldridge). Il portait à la fois sur l'invisibilité optique par distorsion spatio-temporelle et sur la suppression de la masse et de l'inertie. Le second, rebaptisé "Aquarius" après guerre, débuta en 1941 et consista peut-être à étudier une épave d'ovni (extraterrestre) capturée en 1940 dans la baie de San Diego et plus sûrement à tester un moteur antigravitationnel magnéto-électrostatique de conception américaine (le moteur de l'ARV Flux Liner). Ces deux programmes furent ensuite intégrés dans d'autres programmes des années 50. En ce qui concerne les générateurs à énergie quantique du vide (énergie libre ou du "point zéro"), les Américains disposaient du générateur de Tesla (mis au point en 1931), identique dans son principe au générateur de Schappeller (utilisé dans les lévitators Schumann).



Karma One : En ce qui concerne l'Astra de Lockheed Martin, vous évoquez le fait que les premiers triangles volants ont été aperçus par des témoins au début des années 60. Or, l'envol des premiers prototypes remonterait au début des années 80. Qu'est ce que cela signifie ? Que les premiers triangles volants étaient extraterrestres et que Lockheed s'est inspiré de cette forme ? Qu'ils ont peut être mis la main sur l'un de ces appareils pour en faire du «back engineering » ? Qu'est-ce qui indique que les appareils aperçus lors de la vague belge sont bien des Astra ? Et qu'ils ont été employés en Irak par exemple ?

Jean-Marc Roeder : Le TR3B Astra a suffisamment été filmé au dessus de la Belgique, de la Russie, des USA, d'Israël et de l'Irak pour qu'il soit inutile de commenter son existence. Ayant pu m'entretenir, lors d'un salon aéronautique militaire, il y a quelques années, avec un membre du complexe militaro-industriel américain ayant travaillé sur les programmes Aurora et Astra, je me permet d'être assez précis dans la description des technologies utilisées sur ces appareils. Je pense que la majorité, voire peut-être la totalité, des observations avérées "d'ovnis" triangulaires d'avant 1988 sont soit des avions classiques, soit des protos secrets de dirigeables militaires en forme de delta. Le premier de ces dirigeables hybrides secrets de la Navy fut mis en service au milieu des années soixante.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
TR3B Astra

Karma One : Si le cartel militaro-industriel possède des vaisseaux capables de performances incroyables (ne fut-ce que des voyages interplanétaires), à quoi sert alors une telle dépense de vies humaines et d'argent dans les programmes spatiaux conventionnels (lancements de sondes, de télescopes, programmes Apollo, navettes spatiales, bref tout le programme de la Nasa ?)

Jean-Marc Roeder : Tout d'abord, perdons toute illusion (soigneusement entretenue par les gouvernements et les médias) que les choix techniques, économiques et politiques de nos sociétés soient faits sur des bases ordonnées et rationnelles. Tout n'est qu'équilibre instable de forces et d'intérêts antinomiques, lobbying et gratifications personnelles dans ces choix. De plus, le principe de tout Etat et de toute armée est de toujours développer au maximum toutes les techniques, des plus simples aux plus sophistiquées, afin de ne jamais mettre "tous ses œufs dans le même panier". Enfin, les programmes militaires « antigravité » et « énergie libre » sont tellement secrets qu'il n'est pas question que l'on puisse même soupçonner qu'ils puissent exister! C'est pourquoi le développement du spatial « classique » est "l'arbre idéal pour cacher la forêt". Il convient aussi de savoir que les programmes spatiaux officiels, civils et militaires, font vivre une part énorme des industries de pointe des pays concernés et génèrent (surtout dans le spatial militaire) des profits colossaux aux frais du contribuable! Le secret absolu qui entoure les recherches anti-G oblige les USA à financer ces programmes avec des fonds "inexistants" venant principalement du trafic d'armes et de drogue et du détournement clandestin des fonds publics ainsi que d'opérations boursières illégales de grande ampleur. Comprenons aussi que les Etats ne peuvent reconnaître, l'eussent-ils souhaité, l'existence de l'énergie libre et de l'antigravité (l'une implique l'autre) ainsi que des ovnis, car cela provoquerait un effondrement instantané de nos économies et de leur pouvoir. Cet effondrement déclencherait inéluctablement une guerre mondiale, car toute notre économie et nos rapports de force et de pouvoir sont basés (depuis l'âge de pierre!) sur la rareté des matières premières et des énergies non renouvelables.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 740
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Re: L'antigravité & les ovnis   Lun 27 Mai - 15:02

Jean-Marc ROEDER :« antigravité et ovnis militaires ( suite )

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Crash d'ovni à Roswell en 1947 ( cette photo serait un des rares documents de l'époque )

Karma One : D'où provient l'essentiel des données sur les programmes d'antigravitation américain? D'un travail de compréhension et de copies des technologies capturées aux nazis? Ou bien des divers vaisseaux qui auraient été «capturés» en 1947 (à Roswell) et après ?

Jean-Marc Roeder : En fait des deux à la fois. Il faut tout d'abord comprendre qu'il existe aux USA deux secteurs de recherche sur l'anti-G qui ne communiquent pas entre eux. Le premier dispose de ses propres structures de recherche et de fabrication dans des bases souterraines et n'a aucun besoin de l'industrie d'armement privée. Il dépend directement de la Majority Agency for Joint Intelligence (la MAJI créée en 1947 par Truman) qui est littéralement un Etat dans l'Etat et n'a de comptes à rendre à personne (pas même au Président). La MAJI a probablement changé plusieurs fois de nom depuis 1947, je ne connais que son premier nom de code, attesté par un document signé de Truman. Le deuxième secteur, qui inclut le complexe militaro-industriel et la recherche scientifique militaire, n'a accès qu'au minimum de secrets nécessaires aux programmes en cours mais n'a jamais une vue d'ensemble des projets et des connaissances acquises. Jusqu'en 1968, les chercheurs de la MAJI utilisaient la relativité générale étendue d'Einstein, publiée en 1928 (qui prévoit pour la première fois la possibilité d'annuler la masse et l'inertie sans dématérialisation), tout en échouant à pouvoir comprendre et reproduire les technologies des ovnis extraterrestres capturés à San Diego, Roswell, Kingman et probablement ailleurs.

A partir du milieu des années 50, on délégua une partie de la recherche anti-G à l'industrie militaire privée, sans toutefois lui transmettre l'outillage théorique et les technologies développés dans les labos MAJI. En 1971, la section militaire du Lawrence Livermore Laboratory réussit péniblement à pondre un complexe "bricolage" mathématique à partir du modèle quantique standard permettant de reproduire partiellement la propulsion de certains des ovnis capturés (lorsqu'on utilise une physique fausse, il ne faut pas attendre de miracles!). En gros, ce modèle théorique postule qu'une inversion de la température quantique statistique dans un système d'atomes inverse (autrement dit, annule) le signe de masse et d'inertie du système. Cet effet, baptisé par le Pentagone « Magnetic Field Disruption (MFD) », est utilisé dans les quatre moteurs des célèbres "triangles belges". Le "triangle belge" n'est pas un ovni mais un prototype hybride primitif (antigravitationnel et EMHD), développé en 1986 par les firmes Lockheed Martin et Boeing, portant le nom de TR3B Astra. Notez que "l'ovni" de Gulfbreeze en Floride utilise un moteur MFD (plus sophistiqué). Il s'agit en fait d'un successeur plus petit et biplace du TR 3B et de l'ARV Flux Liner.

Les Américains et les Britanniques ont récupéré en 1945 pas mal de plans et de pièces de Vril et de Haunebu mais aucun engin en état de vol. De plus, les physiciens militaires américains ont toujours rejeté obstinément toute l'approche théorique des nazis sur l'antigravité préférant se débrouiller tout seul avec le modèle quantique standard et la relativité générale étendue. Je serais donc étonné qu'ils aient compris complètement les moteurs Schumann et Gerlach. Ceci explique pourquoi les moteurs anti-G américains sont si différents des moteurs Allemands, à l'exception peut-être des moteurs MFD du TR3B Astra qui ont quelques points communs avec le moteur Gerlach, en beaucoup plus compliqué et inefficace. Il semble que l'apport principal aux Américains des techniques antigravitationnelles nazies ait été le choix des fréquences de résonance du champ antigravitationnel. Dans le programme Rainbow, la Navy utilisait des basses fréquences de 125Hz, mortelles en mode scalaire pour les êtres vivants, alors que les nazis travaillaient à 4GHz ce qui réduisait de 96% la nocivité du rayonnement.



Karma One : Certains auteurs conspirationnistes de même que des « témoins» du projet «Disclosure» du Dr Greer affirment que les Américains ont bénéficié d'une belle aide d'entités extraterrestres dans le cadre d'un programme d'échanges de «bons procédés». On parle même de l'existence de bases communes comme celle de Dulce ou de Denver Airport où certains niveaux seraient dévolus aux extraterrestres. Que pensez-vous de ces affirmations ?

Jean-Marc Roeder : Franchement je n'en sais rien. J'ai quand même de sérieux doutes, vu que je n'ai jamais trouvé l'ombre d'un indice crédible permettant de soupçonner une collaboration technique entre militaires et extraterrestres. Je soupçonne par contre qu'il existe depuis les années trente des contacts directs et fréquents entre militaires et extraterrestres mais sans qu'aucune collaboration ne soit possible à cause du manque de maturité spirituelle de nos militaires et de nos dirigeants. J'émets même l'hypothèse que les militaires américains sont hostiles aux extraterrestres qu'ils ont pu rencontrer et cherchent parfois à les détruire pour voler leurs technologies. Je suis par contre convaincu que les extraterrestres qui se montrent à nous sont totalement amicaux (à l'exception, peut-être, des "petits gris") et ne veulent que notre bien, sans toutefois intervenir physiquement dans nos affaires (n'en déplaise aux conspirationnistes et aux abductionnistes). Cela n'exclue nullement une intervention psychique et spirituelle de ces extraterrestres dans le seul but de nous aider à sauver notre planète. Je pense que la prétendue base souterraine de Dulce (comme d'ailleurs la "Chaise de Montauk") est une vaste foutaise et n'a jamais existé ! Par contre la base souterraine de l'aéroport de Denver existe (sa construction devrait s'achever à la fin de ce siècle) et fait partie du réseau mondial de bases "Alternative 2". Ces gigantesques bases ultrasecrètes sont des "arches de Noé" destinées à sauver une petite élite de l'humanité et un maximum d'espèces vivantes lorsque toute vie sur Terre sera détruite en 2218 par des corps célestes extra solaires qui, après avoir arrêté la rotation terrestre en 2208, provoqueront un renversement de l'axe de notre planète en 2213. La base de Denver sera alors le centre de commandement de la planète ainsi que le Q.G. central de guerre spatiale. Mais rien n'indique qu'il y ait le moindre extraterrestre dans la base de Denver !


Karma One : Mise à part l'Astra, quels autres vaisseaux «exotiques» ont étés employés sur des terrains d'opération militaire ? Quelles sont les fonctions et les usages généraux des vaisseaux à antigravitation employés par les militaires US ?

Jean-Marc Roeder : Selon ce que j'en sais, le premier véhicule antigravitationnel américain, destiné au vol spatial, vola en 1954 sous le nom d'ARV Flux Liner (Antigravity Research Vehicle). Le second fut une copie d'un ovni capturé en 1954 à Kingman en Arizona. Il semble avoir volé pour la première fois au milieu des années 80 (en même temps que le TR3B) sous le nom de TR3A Sportster. Le TR3A a été utilisé au moins une fois au combat, durant la guerre du golfe en 91, contre une division blindée de la garde républicaine au sud de l'Irak. Il semble, sans certitude absolue, que le TR3B Astra ait aussi été utilisé pour détruire une ou plusieurs rampes de missiles Scud en 91. Le Pentagone n'a nul besoin de tels engins pour une guerre classique. Toutefois, l'occasion faisant le larron, ils ont probablement profité de la guerre du golfe pour tester la plupart de leurs "gadgets" les plus secrets. Quand à l'usage militaire des véhicules antigravitationnels, il est très clair : l'arme absolue pour la guerre spatiale et l'outil parfait pour coloniser militairement, dans le plus grand secret, le système solaire à l'insu du complexe spatial civil limité à ses archaïques fusées chimiques et à ses budgets scientifiques de misère ! Toutefois la vraie finalité de ces programmes n'est pas la guerre mais la tentative désespérée (qui veut rester secrète jusqu'en 2135) de sauver une petite partie de la vie terrestre lorsque l'inévitable déluge se produira dans deux siècles. Que vous le croyiez ou non, là réside le véritable et ultime secret de nos gouvernants et du dossier ovni !


Karma One : Possédons-nous, comme l'affirment certains, des bases sur la Lune ou sur Mars ?

Jean-Marc Roeder : Je l'ignore, mais je suis convaincu que rien ne s'opposerait techniquement à ce que des Etats disposant de prototypes antigravitationnels en construisent. Je spécule toutefois que peut-être les USA n'en ont pas construites sur mars ou ailleurs. Ceci pour la simple raison que ce n'est pas vraiment utile. Considérez que, si j'ai raison sur l'existence de protos anti-G, ces véhicules parcourent la distance terre lune en quelques secondes, terre mars en moins d'une heure et terre Jupiter en moins de trois heures! Avez-vous encore vraiment besoin de bases planétaires dans ce cas? Enfin, lorsqu'une naine blanche (étoile morte) croisera notre système solaire de 2197 à 2218, avec son cortège de planètes "tueuses", les perturbations gravitationnelles de notre système solaire seront telles que toute base planétaire serait totalement détruite. Je pense que le gouvernement américain le sait, et, par conséquent, n'a probablement aucuns programmes ambitieux de bases spatiales pour le long terme. Par contre, les militaires américains ont probablement déjà calculé que le déluge, provoqué par le renversement de l'axe terrestre de 2213, rendra toute vie impossible sur la surface terrestre jusqu'en 2255 (retrait des océans). C'est pourquoi ils construisent selon moi des bases spatiales, non pas sur mars ou ailleurs, mais sous notre planète, la Terre!


Karma One : Aujourd'hui, les témoins qui aperçoivent des Ovnis voient-ils en majorité des vaisseaux extraterrestres ou bien militaires ou pour faire plus simple, croyez-vous en la coexistence d'un phénomène Ovni d'origine humaine et d'origine extraterrestre ?

Jean-Marc Roeder : Tout d'abord, soyons francs et rigoureux: 99 % des observations d'ovnis ne sont de fait que des confusions (bien compréhensibles) avec des phénomènes naturels terrestres ou spatiaux ainsi qu'avec des véhicules ordinaires (camions, bateaux, avions, satellites, etc.). Ne voyez là aucun "debunking" de ma part, c'est tout simplement la vérité scientifiquement vérifiable. Pour les 1 % d'observations "irréductibles" à des phénomènes connus, il s'agit bien le plus souvent d'authentiques ovnis extraterrestres, n'en déplaise à de nombreux spécialistes obtus ou malhonnêtes. Sur 100 cas d'ovnis authentiques, j'avance l'hypothèse, purement spéculative et probabiliste, qu'au plus 5 % sont des protos militaires anti-G. Les 95 % restant étant soit des véhicules extraterrestres soit, parfois, des manifestations (entre autres, les agroglyphes) d'entités conscientes n'appartenant pas à ce que nous considérons comme le monde physique ("l'au-delà" des traditions).


Karma One : Selon les dernières informations en votre possession, mis à part l'ARV Flux Liner ou l'Astra, est-ce que les militaires américains ont mis au point un nouvel appareil à antigravité ? Possédons-nous également ce que l'on appelle des «vaisseaux mère», c'est-à-dire des vaisseaux de taille importante pouvant abriter des vaisseaux de plus petite taille ainsi qu'un nombre appréciable d'hommes d'équipage pour des croisières au long cours?

Jean-Marc Roeder : Si les témoins récents de certains véhicules, observés décollant de nuit de bases militaires américaines, ont dit la vérité, les USA disposent de plusieurs nouveaux engins anti-G. Ces engins, s'ils existent, semblent d'ailleurs plus gros que ceux (plus anciens) dont j'ai dévoilé les secrets technologiques. Je ne dispose pas d'un nombre suffisant d'informations fiables, actuellement, pour vous répondre plus avant. Tout en pouvant me tromper, je ne pense pas que les USA aient construit de "vaisseaux mère" géants à ce jour. Les personnes qui spéculent sur l'existence de centaines de prototypes anti-G ainsi que de "porte soucoupes" géants n'ont aucune expérience de la conception de prototypes et sous estiment l'immense difficulté de l'entreprise (ou, pour l'humour, de "l'Enterprise"!). Par contre, attendez vous à ce que les USA, associés aux plus grandes nations, démarrent au prochain siècle (dans un secret absolu) la construction d'un gigantesque et unique vaisseau antigravitationnel (plusieurs kilomètres de diamètre) capable de détruire en 2209 des corps célestes de taille planétaire. Le vaisseau (ou devrais-je déjà dire la "Bête" ?) sera alors le "Pourvoyeur" de bombes à antimatière pour détruire deux planètes extra-solaires, bloquant la rotation terrestre, dans un "Armaggedon" final...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Suite et fin du dossier : antigravité et ovnis militaires
le 28-05-13


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Shadow
Escorteur Ufo 2éme rang
Escorteur Ufo 2éme rang
avatar

Messages : 836
Réputation : 5
Date d'inscription : 30/09/2011
Age : 27
Localisation : Orion M42-NGC1976

MessageSujet: Re: L'antigravité & les ovnis   Mar 28 Mai - 4:11

Une interview passionnante et très intéressante Jarod, merci !!!
A propos, qui est vraiment et réellement ce Jean-Marc ROEDER ... ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: L'antigravité & les ovnis   Mar 28 Mai - 10:34

The Shadow a écrit:
Une interview passionnante et très intéressante Jarod, merci !!!
A propos, qui est vraiment et réellement ce Jean-Marc ROEDER ... ?

Jean-Marc Roeder est un physicien spécialiste de l'antigravitation, bien connu des lecteurs de TOP SECRET. On lui doit, entre autres les fabuleux dossiers sur les "black programs" américains, sujet qui, justement est approfondi dans le numéro Hors série de Top Secret paru en Septembre 2006. www.topsecret.fr

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Jean-Marc Roeder a accordé aussi un entretien publié dans le site www.karmapolis.be
Intégralité de cet entretien sous forme d'interview plus haut que nous fait partager Jarod !


Ci dessous : la vision de ce que devrait être la physique d'aujourd'hui. Regroupée sous le titre d'Holodynamique Quantique, une théorie unificatrice, une loi du Tout par le mouvement de ses parties.

Vision d'une "autre" physique par Siegfried De Chaudun et Jean-Marc Roeder.


http://quanthommesuite.pagesperso-orange.fr/roederholodynamquant.htm


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Jarod 2
Escorteur Ufo 3éme rang
Escorteur Ufo 3éme rang
avatar

Messages : 740
Réputation : 2
Date d'inscription : 27/05/2012
Localisation : Zeta Reticuli

MessageSujet: Re: L'antigravité & les ovnis   Mar 28 Mai - 13:01

Jean-Marc ROEDER :« antigravité et ovnis militaires ( suite et fin )

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Karma One : A part les USA, pensez-vous que d'autres nations (Russie, Chine, France ?) emploient des vaisseaux à antigravité ?

Jean-Marc Roeder : Pour la France et la Chine je ne dispose d'aucune information indiquant la moindre percée scientifique militaire dans le domaine de l'antigravité. Pour la Russie, je suis convaincu, sans qu'aucune preuve vienne étayer mon propos, qu'ils maîtrisent parfaitement (tout au moins en laboratoire) l'antigravité. Je puis par contre témoigner, ayant étudié comme physicien leurs publications théoriques, qu'ils sont très en avance sur les Américains et les Européens sur le plan théorique. En effet, les USA et l'Europe utilisent la mécanique quantique qui, je vous l'assure, même si cela va faire hurler la plupart des physiciens, est fausse de A à Z! La mécanique quantique n'est d'ailleurs pas une théorie scientifique mais une théorie métaphysique de l'information qui ne répond pas aux critères de la science exacte, même si on nous enseigne le contraire depuis presque un siècle. Certains physiciens russes, par contre, font de la vraie physique et non pas des mathématiques physicisantes comme l'Occident !

Karma One : En ce qui concerne l'antigravité, qu'est-ce qui empêche les courants «officiels» de la science ainsi que les média (comme Science et Vie, etc.) de reconnaître l'existence de cette conception de la physique ? Pourquoi ces scientifiques récusent-ils intellectuellement la possibilité de considérer le temps comme une énergie, une onde ? Et pourquoi le cartel militaro-industriel appuie-t-il ce type de «négationnisme» ?

Jean-Marc Roeder : Le blocage du monde scientifique face aux ovnis et à l'antigravité vient du fait que ces phénomènes contredisent formellement la "physique" actuelle et témoignent concrètement de la fausseté du "modèle standard". De plus, les enjeux budgétaires des laboratoires ainsi que les enjeux de carrière des chercheurs font qu'il sont, consciemment ou non, enclins à censurer ou à dénigrer par tous les moyens (y compris par le mensonge) toute preuve (ou personne apportant ces preuves) contredisant les modèles officiels. Pour les militaires, c'est encore plus simple, ils utilisent tous les moyens, des plus violents aux plus subtils, pour éloigner les chercheurs civils des vraies solutions théoriques et expérimentales de l'antigravité et de l'énergie libre!

Nous sommes à quelques années d'un effondrement complet de la totalité de la physique élaborée par Maxwell et Heaviside en électromagnétisme et par leurs successeurs en mécanique quantique. Il ne restera de ces "ruines" que la mécanique classique corrigée (de Newton et Leibniz), la mécanique des fluides, une (petite) partie de la thermodynamique ainsi qu'une (grande) partie corrigée de la relativité générale d'Einstein. J'affirme (avec de plus en plus de grands scientifiques infiniment plus compétents que moi, comme René Thom) que cette prétendue physique du vingtième siècle est une trahison totale de tous les principes, formellement établis et vérifiés, de la science exacte. Lorsqu'il y a trente ans, je soulignais à des amis physiciens que la théorie du big bang de Lemaître était physiquement absurde (je dirais même une superstition créationniste à but religieux masqué qui n'a pas sa place en science) et formellement contredite par de nombreuses mesures et observations (interdites de publication), je passais au mieux pour un incompétent.

C'est désormais un fait établi (et publié) par les observations les plus récentes de galaxies lointaines avec les derniers super télescopes... Il restera toutefois, de ce que j'ose appeler la pseudoscience physique du vingtième siècle, nombre de nouveaux et véritablement merveilleux "outils" mathématiques (particulièrement en topologie différentielle). Ils seront de la plus grande utilité pour ce retour inéluctable à une véritable physique. On les utilisera enfin pour décrire et découvrir ce que sont réellement la matière et l'énergie et non pas pour inventer de toute pièce et manipuler des concepts arbitraires afin de toujours obtenir une prédiction exacte de la mesure et un bilan conservé d'énergie, sans même se préoccuper de la réalité objective de ce que l'on décrit. Jean D'Alembert, mathématicien et scientifique un peu oublié, disait il y a plus de deux siècles : "Trouver d'abord les principes et y appliquer ensuite le calcul, voilà deux démarches qu'il ne faut pas intervertir, et les mathématiciens modernes n'ont pas été assez attentifs sur ce point.

C'est le désir de faire usage du calcul qui les dirige dans la recherche des principes, alors qu'ils devraient d'abord chercher les principes pour eux-mêmes sans chercher d'avance à les plier de force au calcul. Les mathématiques, qui ne doivent qu'obéir à la physique, lui commandent !". Les immenses erreurs que je relève en physique remontent très loin, en fait elles commencent avec Newton au dix septième siècle. Quoi que les lois universelles du mouvement et de la gravitation de Newton contiennent une part d'exactitude, elles sont déjà entachées de deux erreurs grossières. La première étant qu'elles ne sont pas toutes invariantes aux changements d'unités ce qui implique, entre autres, que la prétendue constante de gravitation n'en est pas une. Ce n'est qu'en 1925 que le mathématicien et ingénieur André Turpin a relevé cette grossière erreur. Il a publié un monumental travail de correction des équations de Newton en 1994. Malgré cela, on persiste à enseigner la forme ancienne et erronée de ces équations par ignorance de ce travail irréfutable de correction des lois de Newton!

La deuxième erreur fut de postuler arbitrairement et faussement une prétendue force d'attraction qui n'a jamais existé que dans l'imagination de Newton (et de tous ses successeurs) et ne peut tout simplement pas exister dans la réalité physique. En fait, et Leibniz avait averti Newton sur ce point, il convenait d'énoncer (troisième loi corrigée de Newton) : les corps sont poussés l'un vers l'autre en raison inverse du carré de leur distance. Il m'est impossible de vous décrire sans une formulation mathématique un peu lourde les conséquences de ces erreurs, mais je puis vous assurer qu'elles font déjà à elles seules s'effondrer un immense pan de la physique contemporaine! Je relève au passage que les équations de Turpin prédisent et quantifient précisément les anomalies d'accélération des sondes Pioneer, à la sortie du système solaire. Anomalies (parmi beaucoup d'autres) qui plongent depuis quelques années nos cosmologues dans des abîmes de délires pseudo scientifiques à base de matière sombre (axions), d'énergie sombre ou quintessente ou autre prétendue cinquième dimension.

Tout ceci n'est que tours de passe-passe mathématiques et conceptuels pour cacher le fait que leur paradigme est faux dans ses fondements même et ne pourra que finir dans le cimetière des chimères de l'histoire des sciences comme la cosmologie de Ptolémée à la Renaissance et la mécanique quantique dans peu de temps. Le véritable physicien est totalement ouvert à toutes les propositions théoriques et expérimentales. Toutefois, il n'a pour seul juge que l'expérience reproductible et la stricte conformité de la description formelle avec les lois incontournables de la science exacte. Les plus importantes de ces lois sont :



- La loi de dualité qui impose que toute chose n'existe que relativement à son contraire et réciproquement et que l'une et l'autre existent nécessairement ensemble (sont inséparables). Cette loi exclut tout indéterminisme ou principe d'incertitude.

- La loi de cohérence, dite aussi de généralité, qui impose que les lois sont invariantes à toutes les échelles. C'est à dire que les lois sont constantes dans leurs fondements et leur expression de l'échelle cosmique à l'échelle microscopique. Ce qui, soit dit en passant, disqualifie immédiatement la totalité de la mécanique quantique...

- La loi de moindre action qui impose que tout phénomène suit toujours la trajectoire d'espace, de temps et d'énergie la plus courte et, de même, que la description formelle et vérifiée la plus simple est toujours la plus vraie.

- La loi de conservation de l'énergie qui impose que la quantité d'énergie dans un système reste constante quelque soient les transformations et les échanges à l'intérieur de ce système (par exemple, E=mc^2). Rappelons-nous plus simplement Lavoisier, "rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme !".

- La loi de causalité qui impose que tout effet a une cause et est précédé par elle, et exclue toute incertitude. Une expression de cette loi se retrouve dans la symétrie CPT (Charge, Parité, Temps). Ceci disqualifie la mécanique quantique qui prétend, dans certaines de ses propositions théoriques, violer la causalité et imposer un principe d'incertitude. (NDR : la mécanique quantique affirme que dans le règne de l’infiniment petit, celui des constituants de la matière, l’observateur est incapable de prédire précisément le comportement d’une particule. Par conséquent, il existerait toujours une zone de « flou », incertaine)



Karma One : Est-ce que les vaisseaux construits par des hommes sont capables de voyages interplanétaires, voire de dépasser de si loin la vitesse de la lumière que l'on peut imaginer des voyages temporels ou intersidéraux.

Jean-Marc Roeder : Il est tout à fait possible de voyager à vitesse supra-luminique sans violer la relativité générale d'Einstein, une fois celle-ci corrigée de certaines erreurs. Tout en étant globalement juste, la relativité générale contient, selon moi, deux erreurs. La première est le concept d'un "continuum" d'espace temps.

Postulant à tort un espace fondamentalement vide, Einstein l'a décrit par une "surface" Riemannienne abstraite dont la "substance" est le quadrivecteur, ou tenseur, espace temps et la mesure les coefficients posant la métrique de cet espace temps. Toute réalité s'exprimant comme une "déformation" de cette surface peut alors se décrire comme une suite de relations entre des transformations tensorielles complexes ayant chacune un repère d'espace temps propre "tangent" en un point au continuum d'espace temps (ouf !). Le problème est que ce paradigme impose encore un absolu, le continuum espace temps, dans une description qui introduit à juste titre la relativité de toute chose à commencer par l'espace et le temps. La deuxième erreur est, selon moi, d'avoir postulé une vitesse limite constante de la lumière elle-même, vitesse limite absolue de toute chose. Effectivement, si l'on considère comme vrai le premier absolu (la continuité de l'espace temps) la deuxième proposition s'impose, la lumière se confondant alors obligatoirement à sa vitesse limite avec "l'horizon" relativiste. Ces deux absolus violent la loi de dualité, qui ne souffre aucune exception et exclut tout absolu ou singularité et ne peuvent par conséquent se vérifier dans la réalité physique. En fait, il convient de quantifier et de fractaliser « l'espace temps », ce qui permet de décrire la possibilité de se déplacer plus vite que la lumière, sans violer la constante c, ainsi que d'annuler la masse et l'inertie.

Karma One : Aujourd'hui, qu'est-ce qui manque en termes clairs à la physique pour mettre en place une théorie unifiée sérieuse de la physique, une théorie qui unit les micros et les macros événements, l'infiniment petit et l'infiniment grand ? Cette théorie unifiée permettra-t-elle d'expliquer clairement l'antigravitation et l'énergie libre ?

Jean-Marc Roeder : Un ami mathématicien et physicien, Siegfried De Chaudun, et moi-même élaborons depuis quelques années les fondements d'une théorie de grande unification que nous baptisons "holodynamique quantique" que l'on pourrait traduire par loi du tout par le mouvement de ses parties. Vous trouverez, en annexe à notre entretien, une description la plus simple possible de l'holodynamique quantique. La complexité de votre question impose un exposé nécessairement long de la théorie. L'explication vulgarisée que j'en donne en annexe n'est pas "facile" à lire mais reste accessible, moyennant un effort d'attention, à une personne peu familière de la physique fondamentale.


Interview : Karma One - Karmapolis - juin 2006


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robby 2013
Pionnier de l'espace
Pionnier de l'espace
avatar

Messages : 33
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/08/2013

MessageSujet: Re: L'antigravité & les ovnis   Jeu 29 Jan - 7:32

La première soucoupe volante civile mise au point par John Searl en 1968.

ÉNERGIE LIBRE
NEXUS n°54
janvier-février www.nexus.fr


En 1968, l’ingénieur britannique John Searl accomplissait devant les médias le premier vol d’une soucoupe volante civile,
montrant ainsi aux yeux du monde que la surunité et l’antigravité ne relevaient pas de la science-fiction. Quarante ans
plus tard, deux chercheurs russes ont vérifié ses travaux et déposé le brevet
international d’un système surunitaire accessible à tous. Un pas décisif dans l’avènement de l’énergie libre. Antigravité :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le brevet international du système magnétique surunitaire Homopolar System
est mis à la disposition de tous sur le Net.


Les tests expérimentaux

Les deux scientifiques russes ont construit un convertisseur d’énergie faisant appel aux rouleaux magnétiques
de Searl et ont pu vérifier expérimentalement l’affirmation de ce dernier : un disque peut voler
grâce à un générateur surunitaire convertissant l’énergie de l’espace environnant en électricité.
Quand Roschin et Godin ont lancé électriquement le rotor à 200 tours/minute, ils ont constaté que la
plateforme soutenant tout l’appareillage (350 kg !) se soulevait légèrement sur ses glissières verticales,
tandis que s’enregistrait une perte de poids de 35 % ! À 550 tours/minute, l’ampèremètre dans le
circuit du moteur indiquait que la consommation électrique de l’appareil était tombée à zéro ! Ils ont alors débranché le moteur de son alimentation électrique externe et ont relié le générateur à l’axe du convertisseur. Le rotor a alors accéléré
brusquement et n’a pas ralenti jusqu’à ce qu’ils aient relié le générateur à un chauffage de dix
kilowatts.

Ainsi, l’appareillage débranché de toute alimentation électrique externe fonctionnait
de manière autonome et fournissait dix kilowatts d’énergie en plus ! Lors d’une expérience dans l’obscurité, les chercheurs ont
observé une lumière rose et bleue autour de la machine et de l’ozone émanant de l’ionisation de l’air. L’air environnant se refroidissait et formait des anneaux concentriques de quinze mètres, anneaux que Searl avait lui-même observés et qu’il
avait appelés « murs magnétiques ». Des sondes hermiques ont révélé un net refroidissement de
l’air à l’intérieur de ces anneaux concentriques. Nouvelle physique en vue Aucune théorie de la physique classique ne peut
expliquer ces phénomènes. Ceci prépare donc le terrain pour une nouvelle physique. Le docteur
Anatoli Rykov, chef d’un laboratoire de séismologie à Moscou, a constaté que l’unité de Godin-Roschin


non alimentée électriquement avait fourni six kilowatts pendant quinze minutes. Rykov considère
que la perte de poids de l’unité intervient quand l’éther est déformé localement par la direction de la rotation du rotor. L’effet sur
la pesanteur est notable lors des expériences. Les pères de la surunité Tirer de l’énergie de l’éther ou de l’énergie du vide est depuis longtemps la préoccupation de nombreux chercheurs . On peut citer John Searl biensûr,
maisaussiMesyats,Baraboshkin, Koldomasov, Aleksandr Chernetskii, Alexandre Ilyanok, Harold Aspden, Gritskevitch et
Zlatko Loncar… sans oublier Nicolas Tesla à la fin du XIXe siècle. Quelque soit leur approche, tous constatent une surunité dans certaines conditions d’expérimentation. Une énergie propre Les premières grandes expériences civiles de surunité
s’ouvrent à un monde en quête de nouvelles sources d’énergie et offrent au nouveau millénaire
l’espoir d’une technologie respectueuse de l’environnement. Des générateurs qui fabriquent plus d’énergie
qu’ils n’en consomment sont à portée de main.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le grand public doit le savoir. Ceux qui estiment que
c’est chose impossible au vu de la physique actuelle ont raison. Mais ce qu’il y a à changer aujourd’hui
c’est la physique et non les résultats d’expériences obtenus par tous ces chercheurs. Au XIXe siècle, les académiciens prétendaient faire la démonstration rationnelle qu’un objet plus lourd que l’air ne pourrait jamais voler. C’était sans doute sans observer les oiseaux. Plus tard, certains affirmaient qu’aller sur la Lune était impossible, nous l’avons fait. Aujourd’hui, ils
affirment que produire plus d’énergie que l’on en consomme est impossible. C’est déjà fait, même si la « nouvelle
physique » n’est pas encore mathématiquement établie.

Toute vie est surunitaire ! D’ailleurs, tout observateur
du monde un peu perspicace constatera que toute forme vivante est surunitaire. Estce que la nourriture dégénérée
que nous ingurgitons tous les jours fournit assez d’énergie pour toutes nos fonctions métaboliques et autres ? Bien sûr que non ! Alors, d’où vient l’énergie qui permet à un homme de vivre 80 ans et plus? Certains l’appelleront Prana, d’autres énergie du vide, d’autres éther, peu importe le nom. Toute vie est surunitaire, et c’est en s’inspirant de la vie
elle-même que nous pourrons établir solidement les fondements d’une « nouvelle physique ».

Voici les principaux phénomènes observés sur les engins volants de Searl :

1) Antigravité ou lévitation.
2) Champs électriques à très haut voltage.
3) Effet magnétique spécifique. Le générateur produit un champ électrique très dense, négatif sur les bords, positif au
centre. On constate aussi un champ magnétique qui s’étend autour de l’engin.
4) Mouvement perpétuel. Une fois que la machine a dépassé un certain potentiel, l’énergie sortante est supérieure à
l’énergie entrante. À partir de ce moment-là, l’énergie sortante est virtuellement infinie. Searl explique cela en affirmant que
la machine capte les électrons qui sont autour d’elle. La puissance théorique de l’énergie sortante se situe entre 1010 et 1014
watts.
5) Perte d’inertie. Une fois dépassée la limite potentielle, qui doit être entre 1010 et 1013 volts, le générateur et ce qui lui
est rattaché n’ont plus d’inertie. Ceci va à l’encontre de tout ce qui est communément admis quant à l’inertie.
6) Conduite. En modifiant la répartition de la puissance sur la surface de l’engin, il est possible de le propulser.
La meilleure direction pour aller à des vitesses ultra rapides est de quitter le sol à 90° du champ de gravité.
7) Ionisation de l’air. Elle vient de la décharge d’électrons dans le générateur. C’est ce qui donne l’effet de halo
translucide et de traces lumineuses autour de l’engin. Le champ d’énergie est si fort qu’il peut expulser l’air ionisé et faire
ainsi presque le vide autour de l’engin.
8) Fragmentation de la matière durant l’accélération. Cela se produit quand l’engin est au sol et qu’un
conducteur touchant le sol est solidaire, laissant à chaque fois un trou dans le sol...


NB :Une machine surunitaire présente la caractéristique de produire en fonctionnement stable établi plus d'énergie utile en sortie que celle effectivement apportée et payée par l'opérateur. Le rapport entre ces deux énergies est par définition le coefficient de performance (COP).



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yautja
Patrouilleur interstellaire
Patrouilleur interstellaire
avatar

Messages : 103
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/10/2014
Localisation : LV-1201

MessageSujet: Re: L'antigravité & les ovnis   Mer 4 Fév - 9:14

HYPOTHESES

Certaines histoires de science-fiction postulent l’existence d’une substance partiellement ou complètement opaque à la pesanteur. Placer cette substance en dessous d’un objet réduirait ou éliminerait son poids, plaçant l’objet en lévitation avec une dépense d’énergie relativement faible. En physique newtonienne, où la gravité est une force qui se transmet de point à point, cette approche est admissible : le champ gravitationnel serait inhibé par un bouclier de la même manière que le champ magnétique l'est par des substances diamagnétiques.

Il y a de sérieuses raisons de penser que ce genre de substance n’existe pas. Imaginons les résultats obtenus si on plaçait une substance sous la moitié d’une roue en chute libre. Un côté de la roue sous la substance n’aurait pas de poids, tandis que l’autre subirait la gravité. Ce mouvement pourrait être exploité pour produire de l’énergie à partir de rien ce qui est une violation très claire du premier principe de la thermodynamique. Plus généralement, cela découle des lois de Gauss, qui indiquent que le carré inverse d’un champ statique (tel que le champ gravitationnel terrestre) ne peut être bloqué (le magnétisme est statique, mais au cube inverse).

L'antigraviton (particule d'antimatière associée au graviton) n'est pas une particule d'antigravité — d'ailleurs l'antigraviton est le graviton (une particule non chargée et non massique est sa propre antiparticule).

Dans le contexte de la théorie de la relativité générale, le concept entier est un illogisme.


BOUCLIERS GRAVITIQUES

En 1948, un homme d'affaires florissant Roger Babson, fondateur du Babson College, créa la Gravity Research Foundation pour étudier la façon de réduire les effets de la gravité.

Leurs efforts étaient au début un peu désordonnés, mais ils tinrent des conférences occasionnelles qui attirèrent des personnes telles que Clarence Birdseye, reconnu comme l'inventeur de la nourriture surgelée, et Igor Sikorsky, inventeur de la version moderne de l'hélicoptère. Avec le temps, la Fondation se détourna des tentatives de contrôler l'anti-gravité pour simplement se concentrer à mieux la comprendre. La Fondation a disparu quelque temps après la mort de Babson, en 1967. Cependant, elle continue de distribuer un prix récompensant des études, des tentatives ou des expériences, en offrant des prix jusqu'à 5 000 $. En 2007, elle était toujours gérée depuis Wellesley, Massachusetts par George Rideout, Jr., le fils du premier directeur de la Fondation. Parmi les lauréats récents, on compte l'astrophysicien californien George F. Smoot, qui fut en 2006 lauréat du Prix Nobel de physique.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EBE 68
Patrouilleur interstellaire
Patrouilleur interstellaire
avatar

Messages : 131
Réputation : 1
Date d'inscription : 27/09/2014

MessageSujet: Re: L'antigravité & les ovnis   Jeu 5 Fév - 8:43

Recherches en relativité générale dans les années 1950

La théorie de la relativité générale fut présentée dans les années 1910, mais son développement fut considérablement ralenti par l'inexistence des outils mathématiques idoines. Certains d'entre eux apparurent dans les années 1950, et dans les années 1960 se produisit une période florissante pour cette théorie que l'on baptisa ultérieurement l'âge d'or de la relativité générale. Bien qu'il apparût que l'anti-gravité ne respectait pas les lois de la relativité générale, de nombreuses études cherchèrent néanmoins des solutions susceptibles de produire des effets de type anti-gravitiques.

On affirme que l'US Air Force elle-même conduisit des études dans les années 1950 et 1960. L'ancien Lieutenant Colonel Ansel Talbert publia dans les journaux deux séries d'articles affirmant que la plupart des firmes d'aéronautique les plus importantes avaient entamé dans les années 1950 des recherches sur le contrôle de la propulsion par l'anti-gravité. Cependant il n'y eut que peu de confirmations publiques de ces dires, et du fait qu'ils se placèrent pendant la période des tentatives d'influence de la politique par les articles de presse, il n'est pas recommandé d'accorder trop de crédit à ce genre de propos.

On sait qu'il y eut de sérieux efforts engagés par la Glenn L. Martin Company, qui créa le Research Institute for Advance Study. Les journaux les plus importants annoncèrent le contrat qui avait été signé entre Burkhard Heim et la Glenn L. Martin Company. La création de l'Institut pour la Physique des Champs, à l'University of North Carolina at Chapel Hill, en 1956, par Agnew H. Bahnson, l'administrateur de la Gravity Research Foundation constitua un autre effort du secteur privé en vue de la maîtrise de la gravitation.

Les efforts des militaires pour l'anti-gravité prirent fin avec l'amendement Mansfield de 1973, qui restreignait les dépenses du Département américain de la Défense (United States Department of Defense) aux seuls champs de recherches scientifiques ayant des applications militaires explicites. L'amendement Mansfield fut spécifiquement présenté et voté pour mettre un terme aux projets de longue durée qui présentaient peu de retombées visibles.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: L'antigravité & les ovnis   Jeu 5 Fév - 12:20

Dans le cadre de la relativité générale, la gravité est la résultante d'une déformation locale de la géométrie de l'espace-temps, causée par la présence locale de masse-énergie. Bien que les équations ne puissent normalement pas produire de géométrie négative, il est possible d'y parvenir en invoquant une masse négative. De façon intéressante, les équations n'écartent pas, en soi, l'existence d'une telle masse négative.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'antigravité & les ovnis   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'antigravité & les ovnis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» L'antigravité & les ovnis
» Propulsion MHD et antigravité - le bombardier B2
» 5/11/1990. Vague d'Ovnis française. Témoignage objet au dessus de Stains.(93)
» Pourquoi si peu de films et de photos d'ovnis (évolution des moyens techniques)?
» Diamagnétisme et sustentation des ovnis près du sol

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UFO INVESTIGATIONS-MOVIES :: DOSSIERS PRINCIPAUX DU FORUM :: Les DOSSIERS TOP-SECRET-
Sauter vers: