UFO INVESTIGATIONS-MOVIES
Entrez dans le cinéma de science-fiction, et redécouvrez toute la filmographie ovnis d'hier et d'aujourd'hui ...

Approchez les mystères de l'ufologie et prenez conscience que la vérité est peut-être sur le point d'éclater au grand jour ...

Enter the cinema of science fiction, and rediscover complete filmography UFOs Then and now ...
Penetrate the mysteries of the UFO and realize that the truth may be about to come to light ...

UFO INVESTIGATIONS-MOVIES

Dossiers d'archives, photos images articles, documents inventaires des séries et films sur le sujet ...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Les dossiers secrets du KGB"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: "Les dossiers secrets du KGB"   Lun 4 Mar - 11:10

Censure du KGB à propos des Ovnis d'URSS

Les documents du KGB sont enfin dévoilés, les objets volants dans le ciel soviétique ont bien existés.
Durant des décennies, l'activité ovni dans le ciel de l'Ex-URSS fut censurée. Les rapports d'observations sont désormais disponibles et ils permettent d'avoir une vision générale et non plus tronquée du phénomène ovni.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Au début de la Seconde Guerre mondiale, Winston Churchill, avec sa causticité habituelle, décrivit l'Union soviétique comme «une devinette enveloppée dans un mystère à l'intérieur d'une énigme». C'est de lui aussi que nous vient l'expression «rideau de fer» (en anglais, iron curtain), manière d'exprimer autrement le côté impénétrable de l'ancien bloc de l'Est. En dépit du fait qu'au cours des années qui suivirent l'effondrement de l'URSS, de nombreuses informations relatives à la culture et à l'histoire soviétiques soient devenues disponibles, la plaisanterie de Churchill demeure valide. Dans le cas de l'activité ovni dans l'ex-Union soviétique, elle semble presque être un euphémisme.

La lecture des dossiers ovnis du KGB prouve clairement que les autorités soviétiques étaient conscientes du phénomène ovni, mais que, conformément à l'esprit de méfiance qui prévalait lors de la Guerre Froide, elles se gardèrent bien de laisser filtrer la moindre information vers l'Occident. Aujourd'hui, les ufologues occidentaux peuvent étudier ces dossiers, ainsi que les nombreuses observations civiles d'ovnis qui se sont multipliées depuis 1991. Résultat : pour la première fois peut-être, les ufologues disposent d'une vision vraiment globale du phénomène ovni.

Si les dossiers du KGB sont rarement illustrés de photographies -à la différence des observations civiles d'ovnis-, ils portent par contre le sceau de l'administration. En ce sens, ils constituent des preuves fiables et démontrent qu'à l'Est comme à l'Ouest, le phénomène ovni fut consigne durant des décennies.

BOULES DE FEU OU OVNIS ?

L'une des observations d'ovnis les plus étonnantes qui soient détaillées dans les dossiers du KGB se produisit le 12 novembre 1985. Hasan Kayoumovitch Rakhimov était de garde dans une installation militaire connue sous le seul nom de «Poste Sept» lorsque, d'après son récit, «une boule jaune et bleue, de la taille d'un ballon de football, apparut soudainement... à environ 30- 40 mètres de l'endroit où je me tenais». Rakhimov affirma que l'ovni se trouvait initialement à une altitude de 10-15 mètres au-dessus du sol, mais que cette altitude variait sensiblement, l'engin évoluant au-dessus de la base en faisant des sauts. «Ayant effectué trois ou quatre sauts de 50 à 100 mètres, il se dirigea vers le chenil et disparut», raconte encore Rakhimov.
Les ufologues examinant les dossiers du KGB ont rapproché cette observation du phénomène des boules de feu. Toute- fois, une autre observation ovni qui s'était produite quelque temps plus tôt dans la même région a jeté quelques doutes sur cette théorie.

Deux civils qui étaient sortis pour chasser virent un ovni. «À 20h30, le 3 novembre 1985, se souvient l'un des hommes, je retournai à mon canot automobile et démarrai le moteur. C'est alors que j'aperçus un ovni se déplaçant à grande vitesse du nord vers le sud à une altitude plus haute que celle à laquelle vole un avion. L'ovni était un peu plus large qu'une étoile, et il émanait de lui comme un rayon de projecteur à un angle de 5-10°. Le temps était clair, et l'ovni était nettement visible contre le ciel étoile.

Le rayon de lumière couvrait entre un quart et un cinquième de la distance entre l'objet et le sol. Le rayon ne frappait pas le sol, mais s'éparpillait. Lorsque l'ovni se rapprocha, le moteur du bateau s'arrêta brusquement. Je pensai que les cahots avaient peut-être fait glisser le levier de vitesse en arrière. Je tirai sur la corde du démarreur après avoir vérifié le niveau de carburant et ouvert les gaz. Le moteur démarra immédiatement, mais comme il tournait je vis une lueur émanant de la bobine du système d'allumage. Ayant fonctionné cinq ou sept secondes, le moteur s'arrêta de nouveau. L'ovni stoppa d'un coup net, sans vraiment ralentir; il se trouvait alors juste au-dessus du canot.
L'ovni se dirigea vers le sud en direction de Vladivostok, et là nous vîmes un satellite au-dessus de lui. L'ovni et le satellite se déplaçaient à la même vitesse et dans la même direction. Puis le projecteur s'éteint et l'ovni cessa d'être visible. »

UNE QUEUE DE FLAMMES

Autre épisode détaillé par le KGB, celui qui implique un avion reliant Volgograd à Tbilissi, actuelle capitale de la Géorgie. Le 14 décembre 1987, l'équipage signala un «objet volant selon une trajectoire frontale à la nôtre, ressemblant à un avion dont les feux d'atterrissage seraient allumés et rentrés». L'équipage d'un autre avion fut plus succinct, mentionnant seulement une «queue de flammes» dans le sillage de l'ovni.
Un témoin anonyme qui téléphona au contrôleur aérien de l'aéroport local affirma avoir aperçu un objet semblable à un «avion en feu traînant derrière lui une queue de flammes, volant au-dessus du village. Après un éclat de lumière évoquant une explosion -bien que ce ne fut accompagné d'aucun effet sonore-, l'avion disparut.» Le témoin ayant passé l'appel déclara qu'il n'avait pu repérer «ni débris, ni traces d'explosion».
Voilà trois témoignages concomitants d'une affaire que d'aucuns tiennent pour un «Roswell soviétique» en puissance. Malheureusement, le dossier ne raconte pas les événements qui suivirent. Bien que la «queue de flammes» suggère un météore se consumant, ou peut-être un satellite ou d'autres débris spatiaux retombant sur la Terre, le fait que deux des témoins en parlent comme d'un avion ajoute au mystère. Il n'y eut pas de procès-verbaux relatifs à la découverte de débris d'accident. Comme bien souvent, les rapports du KGB interpellent cruellement, mais ne délivrent pas de conclusions qui pourraient servir de point de départ à une enquête ultérieure.

LA SIBERIE ET SES OVNIS

D'après les documents du KGB, entre 1987 et 1988 il y aurait eu un certain nombre d'apparitions ovnis au-dessus de la péninsule du Kamchatka, dans la pointe extrême-orientale de la Sibérie. Le personnel de la base de lancement de missiles de Koura observait régulièrement «les survols d'objets volants non identifiés en forme de boules». Le lieutenant supérieur Vasilevski et le soldat Kolosov, du «Site Trois» d'instrumentation télémétrique, assistèrent à l'apparition d'un ovni qui ressemblait à des «lumières montant lente- ment et passant du rouge au blanc».
La durée de ces apparitions, qui furent signalées depuis trois endroits différents de la base, allait de trente secondes à trois minutes. Le phénomène fut également signalé par des officiers stationnés au sommet de la montagne de Lyzyk, près d'une autre base de missiles. Leurs témoignages sont sans doute plus importants car, en tant que militaires relativement haut placés -et dépendant de ce qui était encore un régime rigoureusement totalitaire-, ils mettaient directement en jeu leur crédibilité, bien plus que de simples soldats du rang.

Dans un rapport officiel, le lieutenant supérieur Vasilevski avança que les apparitions d'ovnis « correspondaient aux dates prévues de lancement de missiles lourds », remarquant aussi que «lorsque les lancements étaient ajournés, les objets n'apparaissaient plus».
Cette affirmation est toutefois contredite par d'autres observations ; à la mi-décembre 1987, un adjudant et deux soldats virent une boule de lumière orange se déplaçant du nord au sud. Le même genre d'objet, ou très similaire, fut observé à deux autres occasions au cours du même mois et durant l'année qui suivit. Or toutes ces observations sibériennes ne correspondaient plus à des lancements de missiles.

LUMIÈRES ROUGES

L'apparition d'objets anormaux dans le ciel de la Russie et de l'Asie centrale soviétique se poursuivit au cours des dernières années de l'Union soviétique. Le 22 septembre 1989, dans la ville d'Astrakhan (située dans le sud-ouest de la Russie sur les bords de la mer Caspienne), une demi- douzaine de témoins virent un objet rouge et brillant, «en forme de goutte», dans le voisinage de la gare de Koxhevaya. Trois autres témoins décrivirent l'objet comme étant de couleur jaune. Il fut clairement observé, bien que par intervalles, durant une période allant de quarante-cinq à cinquante minutes.
Six jours plus tard, une autre observation eut lieu dans les parages. Cette fois, deux «points lumineux, violets et rouges, de près d'un mètre de diamètre » furent aperçus par plusieurs témoins près de la piste d'atterrissage de la base aérienne locale. Un mois plus tard, un objet semblable à la «goutte rouge» signalée plus tôt fut observé par de très nombreux témoins, aussi bien civils que militaires, tout près de Burkhala dans la région de Yagodinski.

DERNIÈRES OBSERVATIONS

Exactement neuf mois avant que l'Union soviétique elle-même ne cesse d'exister (novembre 1991), un certain nombre d'habitants de la ville d'Aleksandrov, près de Moscou, signalèrent avoir vu de vifs éclairs blancs dans le ciel, au-dessus de leurs maisons. Leurs descriptions de la formation de vol et de l'allure de ces «objets» diffèrent largement; tantôt on les a vus voler à quelques mètres du sol... tantôt à quatre ou cinq kilomètres d'altitude. La plus poignante de ces apparitions se produisit au-dessus de la flamme éternelle de la tombe du Soldat inconnu à Karabavano. L'«objet», quel qu'il ait été, fut décrit comme émanant une pulsation lumineuse qui éclairait l'ensemble du monument.

UN MYSTÈRE QUI SUBSISTE

Malgré ces nombreux témoignages et les autres apparitions d'ovnis consignées dans les dossiers du KGB, l'attitude des autorités soviétiques, à l'instar de leurs homologues britanniques et américains, oscille entre l'insouciance et le dédain. Et une vaste question se pose, cette question qui embarrasse, intrigue et effraie tout à la fois les ufologues depuis maintenant un demi-siècle. L'apparent manque d'intérêt pour les ovnis manifesté par les autorités -et ce quelle que soit leur obédience politique- vient-il du fait qu'elles
n'y croient pas, ou faut-il croire qu'elles savent de quoi il retourne... mais qu'elles préfèrent le taire?


Src. Bizarrus : La vérité est ici


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: "Les dossiers secrets du KGB"   Lun 4 Mar - 12:20

Présentation du KGB

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le KGB (КГБ), sigle du russe Komitet Gossoudarstvennoï Bezopasnosti, soit le Comité pour la Sécurité de l'État, est le principal service de renseignement de l'Union soviétique post-stalinienne. À l'intérieur de cet État, il avait également fonction de police politique. Du 13 mars 1954 au 6 novembre 1991, le KGB, dont le quartier-général est domicilié au 2, place Félix Dzerjinski à Moscou fut l'organisation chargée de la sécurité de l'URSS, de la police secrète, et des services de renseignement.

GUERRE FROIDE

La guerre froide arrivant, Staline décide de s'inspirer du modèle de la CIA. Est alors créé le KI, le Comité d'information, qui regroupe le renseignement extérieur politique et le GRU. Mais l'expérience échoue.

Par décret de 1954 est créé le KGB, chargé aussi bien du contre-espionnage que des gardes-frontières, du renseignement extérieur, de la lutte contre les opposants ou de la protection des personnalités. Lui font concurrence le GRU, rattaché à l'Armée rouge, mais aussi le MVD, c'est-à-dire la police. Le Ministre de l'Intérieur sous Brejnev, Chtchelokov, n'aura de cesse d'essayer de réduire le poids du KGB sur le plan intérieur.


Le KGB a néanmoins un avantage de taille sur la police et le GRU : d'une part, il peut surveiller ces deux organismes, par le biais de la 3e direction du KGB (contre-espionnage militaire), par exemple, en recrutant des officiers du GRU ou en essayant d'y démasquer les traîtres (ce rôle revient à la 2e sous-section du 1er département de la 3e direction du KGB, à l'intérieur de l'URSS, et à la sécurité interne du renseignement extérieur du KGB, la section "K" de la Première Direction Principale, dans les ambassades, consulats, délégations, etc.). Concernant la police, est créée en 1982 au sein de la 3e direction la section "M", chargée de la lutte contre la corruption au sein des forces armées (donc la police comprise). Le KGB a donc en premier un moyen d'interférer dans le travail de ces deux organisations concurrentes.

D'autre part, le KGB peut doubler les deux concurrents. En effet, rien n'interdit au KGB de collecter des renseignements militaires ; c'est même un de ses rôles, et ainsi il concurrence le GRU dont c'est la mission. Et rien n'interdit non plus le KGB d'enquêter (ce qui est aussi un de ses rôles) dans les affaires de crime organisé, de terrorisme ou de lutte contre la corruption, doublant ainsi le MVD (ministère de l'Intérieur, police).



HISTOIRE

En mars 1953, après la mort de Joseph Staline, Lavrenti Beria refond le Ministère des Affaires Intérieures (MVD) et le MGB en un seul et même organisme - le MVD. Dans la même année, Beria fut exécuté et le MVD dissout. Le nouveau MVD conservait ses pouvoirs de police judiciaire, alors que le KGB nouvellement créé assumait les fonctions de sécurité intérieure et extérieure, restant sous les ordres du Conseil de ministres. Le 5 juillet 1978, le KGB fut rebaptisé « KGB d'Union soviétique », dont le directeur obtint une place au Politburo.

Depuis sa création, le KGB fut considéré comme « l'épée et le bouclier » de la Révolution bolchévique et du parti communiste de l'Union soviétique. Le KGB obtint de nombreux succès dans les premières années de son existence. La faiblesse des services de sécurité américains et britanniques d'alors, offrit au KGB l'occasion de pénétrer les services de renseignement étrangers avec ses propres agents comme les « Cinq de Cambridge ». Le succès le plus important des services secrets soviétiques fut incontestablement l'obtention d'informations détaillées concernant le bâtiment où avait été construite la bombe atomique (Projet Manhattan), possible grâce aux agents infiltrés du KGB, tels Klaus Fuchs et Theodore Hall.

Pendant la Guerre froide, le KGB chercha à contrôler, intimider voire liquider les dissidents politiques accusés de « subversion idéologique », tels Alexandre Soljenitsyne ou Andreï Sakharov. Il obtint également des succès remarquables dans l'espionnage, comme la récolte continue de technologie occidentale par ses agents tels Melita Norwood et l'infiltration du gouvernement d'Allemagne de l'Ouest sous Willy Brandt par l'intermédiaire de la Stasi. Cependant, la révélation d'opérations du KGB en cours par des défections haut-placées en son sein comme celles d'Elizabeth Bentley aux États-Unis et d'Oleg Gordievsky en Grande-Bretagne d'une part, et d'autre part l'essoufflement des vocations idéologiques après la répression de l'insurrection de Budapest en 1956 et le Printemps de Prague en 1968, dont le résultat fut un déclin important des capacités opérationnelles du KGB, constitua un double revers. Néanmoins, le KGB fut renseigné par des membres des services secrets de l'Ouest comme les taupes Aldrich Ames (ancien de la CIA) ou Robert Hanssen (ancien du FBI), l'aidant à contrebalancer la perte de ses agents talentueux.

Les services secrets soviétiques sont responsables de la mort au sein de l'Union soviétique de milliers de personnes considéré comme des opposants ou des « ennemis du peuple ».

Le KGB fut compromis quand son président, le général d'armée Vladimir Krioutchkov, utilisa les ressources internes du KGB pour aider la tentative de putsch de Moscou d'août 1991, pour renverser Mikhaïl Gorbatchev. Le 22 août 1991, Kriouchkov fut arrêté, et le général Vadim Bakatine nommé à la tête du KGB avec pour mission de le dissoudre. Le KGB cessa officiellement d'exister le 4 décembre 1991. Ses services furent divisés en plusieurs branches distinctes : la Sécurité intérieure (Service de sécurité intérieure de l'URSS - futur FSB), le Service central de renseignement de l'URSS - futur SVR et le Service des gardes-frontières. D'autres services autonomes ont vu le jour en 1992, tel le Service de création de codes et de décryptage (FAPSI), tandis que les unités d'élites étaient confiées au ministère de l'Intérieur et le FSB se voyait retirer ses pouvoirs d'instruction. En 1995, le FSB a retrouvé ses pouvoirs d'instruction et ses unités d'élite. En 2002, les gardes-frontières et le FAPSI sont revenus dans le giron du FSB.

Nombre d'anciens officiers se sont reconvertis dans la nouvelle économie de marché russe ou dans la politique comme Vladimir Poutine.
En Biélorussie, le service secret a conservé ce nom.



UFOLOGIE
Histoire Officielle des Ovnis en Ex-URSS

Tout comme leurs collègues occidentaux, les Russes ont eu autorité en la personne du Dr Félix Zigel, professeur de mathématiques supérieures et d'astronomie à l'Institut d'aéronautique de Moscou. Il a tenté dans le passé de constituer une organisation mondiale de recherches sur l'Ufologie et nous savons qu'il a de tout temps existé en Russie de nombreux sympathisants, avec une grande culture scientifique et en accord avec Zigel.
Bien que l'ufologie ne soit pas totalement tabou dans ce pays, les gens qui s'y intéressent doivent le faire avec beaucoup de prudence.
L'influence des scientifiques anti UFO y est beaucoup plus grande qu'aux USA et leurs attaques sont beaucoup plus virulentes.

Déjà, le concepteur des fusées en Union soviétique Sergueï Korolev aurait eu connaissance des rapports ovnis russes. Il semble que Staline l'ait convoqué en 1947 auprès d'un responsable gouvernemental.
Indiquant une pile de documents secrets, celui-ci demanda à Korolev de les analyser en l'espace de trois jours.
L'objectif était de vérifier si ces rapports d'observations d'objets mystérieux représentaient un intérêt ou un danger pour la sureté de l'État. L'analyse des documents se passa au Kremlin, dans une salle dédiée au sujet. Korolev apporta, à l'issu des 3 jours ses conclusions à Staline directement : " Les objets volants non identifiés ne sont pas une arme de l'ennemi potentiel et ne présentent pas de danger pour la sûreté publique, mais le phénomène existe ".

Durant les années 50, Korolev continua à se pencher sur le sujet ovni.

Dans les années 60, le journal La Pravda écrivait que " tous les objets volants qui survolent notre pays sont tôt ou tard identifiés, soit par nos savants, soit par ceux qui sont chargés de la sécurité de notre pays ".

En 1967-1968, les Izvestia, la Komsomolokaia Pravda et quelques journaux locaux comme la Sovetskaia Latvia ont fait état d'observations d'OVNI.

Durant ces mêmes années, des articles signés d'auteurs russes et américains parurent dans plusieurs publications hebdomadaires et mensuelles telles Smena, Ogoniok, Tekhnika Molodioji, et Vogroug Svieta.
Mais c'est un article maintenant historique de Zigel en date de décembre 1967 de la revue Spoutnik, article suivi d'une interview de lui dans le New Tork Times, qui a révélé que les soucoupes volantes étaient observées en URSS et que le fait y était reconnu comme officiellement " important ".

Les éditions scientifiques Naouka ont publié en 1967 un livre important dans lequel un certain nombre d'auteurs débattaient des possibilités de vie extra-terrestre et de l'existence d'Intelligence extra-terrestre : Zigel y a écrit un chapitre sur les OVNIS. Ce livre intitulé " Le Cosmos habité " a été publié sous la direction de P. Konstantinov, vice-président de l'Académie des sciences.

Le silence de l'URSS à propos du problème OVNI jusqu'aux années 60 a plusieurs raisons. D'abord les autorités soviétiques, juste après la Seconde Guerre mondiale, durant la période dite de guerre froide, ont pensé que les rapports d'Ovni à l'étranger comme chez eux étaient en fait une ruse de guerre psychologique : ces relations de faits " mystérieux " et quelque peu hystériques pouvaient fort bien avoir pour objet final de créer une agitation et entretenir une sorte de crainte parmi les foules. Une autre raison, prolongement de la première, fut que les autorités soviétiques, tout comme celles de l'Ouest d'ailleurs, ne savaient évidemment quoi faire pour minimiser les témoignages ou même, carrément les faire taire.
C'est pour ces raisons que le livre du Dr Donald H. Menzel, publié aux USA en 1953, ne fut diffusé dans une traduction russe qu'en 1962. Ce livre qui fut attaqué en occident fut considéré comme beaucoup plus sérieux qu'il ne l'est dans son propre pays.

Au cours des années 60, les savants reprirent l'échange d'informations entre Est et Ouest.
Les autorités soviétiques s'aperçurent que le phénomène OVNI était aussi gros d'un côté que de l'autre. A leur grande surprise, ils découvrirent qu'un certain nombre de savants de l'ouest, pas tellement élevé peut-être, mais tout de même notable, non seulement prenait ce problème au sérieux, mais se mettait aussi à l'étudier.

Deux congrès internationaux se tinrent à Moscou : le premier en 1965, sur les télécommunications, au cours duquel le mystère des trois satellites non identifiés qui tournent autour de la terre fut abordé. Le second, l'année suivante, a été celui de l'union mondiale des mathématiques : au cours des débats de Jacques Vallée, le spécialiste franco-américain des ordinateurs, fit une conférence sur les Ovnis qui encouragea Zigel et quelques autres à prendre publiquement position sur ce problème.

L'activité Ovni sur la Pologne, la Chine, la Tchécoslovaquie et l'URSS augmenta fortement en 1966. L'organe de l'Armée tchèque " Le Périscope " et l'agence " Tass " annoncèrent au monde, en date du 12 avril 1967, que le radio-astronome Cholomitsky avait détecté la présence d'une radio-source située dans la constellation Pégase : ses signaux semblaient dénoter une volonté intelligente.
Cela provoqua, le 18 octobre 1967, une réunion d'importance capitale pour l'histoire de l'Ufologie soviétique : un comité de cosmonautes fut organisé, qui se tint en présence de 400 personnes. Le bureau en était ainsi constitué : le président, le major-général Porfiri A. Stoliarov, le vice-président, le Dr Félix Zigel et l'écrivain Alexandre Kazantsev, le secrétaire, l'ingénieur Arkadi Tikhonov.

Le 10 novembre 1967, le président et le premier vice-président furent présentés au public soviétique par la télévision. Le professeur Zigel y montra des dessins de l'OVNI observé dans le Caucase en 1967 et des photos d'objets volants d'origine inconnue. Le général Stoliarov insista sur le fait que ses collègues et lui, baptisés pour la circonstance " Comité Stoliarov " avait pour tâche d'exposer les interprétations pseudo-scientifiques faites des phénomènes d'origine étrange et inexplicable. Il lança un appel à toutes les personnes intéressées afin d'aller de l'avant et contribuer à une recherche scientifique et systématique du problème OVNI.

Cet appel suscita une réponse très enthousiaste du monde entier et tous les journaux annoncèrent la création d'une organisation soviétique " officielle " consacrée à la question OVNI.

Un long article de Henry Kamm fut consacré à ce sujet dans le New York Times du 10 décembre 1967 et Walter Sullivan souligna dans le même journal les similitudes entre le Comité Stoliarov et l'équipe Condon qui fonctionnait encore à ce moment-là.
Walter Sullivan commit là une erreur : il était tout à fait ignorant de la position officielle soviétique sur les OVNIS.

L'Académie des Sciences prit peur de ce nouveau rebondissement vers le sensationnel. Le Comité Stoliarov, affirma-t-elle, avait été présenté faussement par la presse occidentale comme une organisation officiellement soutenue par le gouvernement comme l'était aux USA le Comité Condon.
Le Comité Stoliarov ne devait représentait finalement qu'une association privée d'hommes de science soviétiques qui consacraient leur temps libre à ce problème.
Mais comme toute association en Union soviétique, celle-ci avait besoin de la bénédiction du gouvernement. Elle l'obtint certainement puisque les membres du plus haut niveau de l'exécutif politique étaient convaincus de la nature sérieuse de ce problème. Tout comme c'était le cas aux USA.

Le bureau de Physique générale et d'Astrophysique, une des sections de l'Académie des sciences, tint une réunion au cours de laquelle le Dr L.A. Artsimovitch, le Menzel russe, attaque de manière virulente tous les partisans des OVNIS. Il invoqua l'honneur des savants russes qui se ridiculisaient aux yeux de leurs collègues occidentaux.

Avant même que l'académie se soit prononcée sur cette affaire, Vladimir Lechkoutsov, secrétaire du Comité national des Physiciens soviétiques, avait accordé une interview à un journal canadien dans laquelle il niait l'existence en URSS de quelque organisation que ce soit consacré à la solution du problème OVNI. Ce qui poussa le Comité Stoliarov à suspendre ses activités.

Le 27 février 1968, la Pravda publia de manière détaillée la position officielle. Elle était signée par E. Moustel, président du Conseil astronomique de l'Académie des Sciences, D. Martinov préside de la Société d'Astronomie et de Géodésie, et Lechkoutsov. Aucun objet, affirmait-elle, n'avait été vu au-dessus du territoire de l'Union soviétique, qui n'ait été expliqué. Les gens qui prétendaient avoir vu de telles choses étaient des menteurs ou manquaient simplement d'entraînement scientifique. Il s'agissait de tous les préjugés auxquels le docteur Hynek avait déjà répondu dans un article paru dans " Sciences " en octobre 1966 et qui se trouvaient exposés une fois de plus.

Les patrons soviétiques ne manquaient évidemment pas de se référer au livre de Menzel et ils lui demandèrent même d'exposer ses idées une nouvelle fois dans les journaux russes. Ce qu'il fit aussitôt dans le numéro de janvier 1968 de " Vokroug Svieta ". Il exposa sa thèse bien connue selon laquelle l'univers contient d'autres vies intelligentes, loin de la nôtre, mais que les Ovnis n'ont rien à voir avec ces civilisations lointaines.

Finalement, à la fin de 1968, les autorités scientifiques mirent un terme à toute recherche ufologique et quand les commentaires concernant les travaux du Comité Condon devinrent ténébreux et que de plus en plus d'absurdités furent dites et publiées sur ce sujet par les UFOmaniaques avec ou sans entraînement scientifique, toute cette affaire sombra dans le ridicule.

tout gouvernement est fondé à adopter la même attitude envers un problème mystérieux et complexe où le verdict des spécialistes est indispensable : dans ce cas celui des physiciens et des astronomes. Les savants en vue en URSS ont la même attitude que leurs collègues américains : ils n'étudient pas les faits parce qu'ils sont absurdes et que des faits absurdes n'ont pas besoin d'être étudiés. Même s'ils sont convaincus de l'existence des Ovnis, ils ne considèrent pas cela comme un sujet digne de leur attention. Les OVNIS les rendent timides et leur font perdre leur assurance.
Ce sujet a suscité déjà tellement de commentaires tout en étant étouffé dans une atmosphère de secret et de mysticisme de la part des amateurs, qu'il leur parait " non scientifique ".

Les savants soviétiques préfèrent attendre et voir ce qu'il en adviendra aux États-Unis.

Les milieux soviétiques même scientifiques évoquaient tout de même la possibilité d'une Intelligence extra-terrestre, avec une ferveur nettement plus grande qu'à l'ouest.

A noter qu'en 1979, l'Institut d'Étude cosmique, Département de Physique générale et d'Astronomie du Présidium de l'Académie des Sciences d'URSS émis un avis: " À partir des données que l'on a il n'est pas possible d'avoir une conclusion sur la nature des phénomènes observés. Peut-être certains d'entre eux peuvent être appelés effets d'optique atmosphérique. Cependant, dans la grande majorité des cas ils sont apparemment de toute autre nature. Ceci se voit en particulier dans un grand pourcentage d'observations indépendantes faites simultanément en différents points distants de centaines de km. Apparemment la question de la nature des phénomènes anormaux reste jusqu'à présent ouverte. "


Principale Source :
• "Les Ovnis en URSS et dans les pays de l'Est", édition Robert Laffont, 1976, Ion Hobana et Julien Weverbergh



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Recueil des Observations et Grandes Vagues d'OVNIS en URSS

En 1946, les premières rumeurs firent état d'objets étranges en forme de soucoupe, visibles la nuit. Les témoignages venaient à la fois d'observateurs exercés, comme ces pilotes d'avion qui voyaient ces soucoupes sous forme de boules de feu durant leur vol, mais également de gens sans qualification spéciale, des fermiers ou des citadins, qui affirmaient en avoir vu posées sur le sol. Les uns comme les autres insistaient sur la vitesse considérable et les accélérations foudroyantes de ces objets qu'aucun engin d'origine humaine ne pouvait atteindre à cette époque, ni sur les lignes commerciales ni sur les appareils expérimentaux.

C'est le Dr Zigel qui a finalement ouvert la période moderne de l'ufologie, plus d'un an avant la date habituellement citée du 4 juin 1947 qui vit Kenneth Arnold en faire la mention pour la première fois.
Les observations ont eu lieu un peu partout dans les environs des années 45, 46 sauf qu'en URSS on arrive moins facilement à quantifier ces observations.

D'après un sondage Gallup de l'époque aux USA, 90% des observations ne viennent pas à la connaissance des experts.

A noter qu'en URSS, on ne collectait à l'époque que les dossiers relatifs aux phénomènes aperçus par des pilotes, rejetant tous les autres.

Il semble y avoir eu une importante vague d'OVNI dans la seconde moitié des années 50, analogue à celle de juillet 1949.

Au cours de cette même vague, les batteries côtières du Pacifique avaient ouvert un feu nourri sur un objet lumineux, le 25 juillet 1957, sans aucun résultat (Reuter et Tass).
A la fin des années 50, rapports et rumeurs concernant des atterrissages d'OVNI, au Kazakhstan et en Ouzbékistan plus particulièrement, devinrent de plus en plus difficiles à taire.
En même temps, des histoires couraient à propos de " petits hommes verts " et " d'habitants des marais ". Dans des régions reculées où, parait-il, les OVNIS faisaient du rase-mottes au-dessus des toitures effrayées.

L.D. Artsimivitch, l'homme qui avait été chargé d'étouffer les activités du Comité Stoliarov, reçut mission de dénoncer la nouvelle mystique et de mettre un terme à ces rumeurs. Il reprit la tactique qui lui avait si bien réussi 7 ans avant en écrivant des articles dans les journaux locaux où il accusait la presse américaine d'être à l'origine de ces extravagances dans un but de propagande et par pur sensationnalisme.

L'URSS connut une seconde grande vague d'OVNI en 1966, en même temps que les USA où elle provoqua une quasi-panique. L'année suivante semble avoir été également très active et, début 1968, " Soviet Weekly " publia un article où il était dit qu'au cours de l'année précédente, dans la seule partie sud du pays, il y avait eu un peu plus de 200 cas d'observations d'OVNI dignes de foi. Dans le numéro de mars 1968 du Bulletin d'information soviétique publié en Roumanie, " Aurora ", se trouve un rapport de Vassili Kouprevitchi, président de l'Académie des sciences de Biélorussie, dans lequel il précise que, dans sa seule province natale, le nombre d'OVNIS observé croit régulièrement : non seulement les objets vus à l'œil nu, mais aussi ceux décelés au radar, au télescope et filmés ou photographiés.

pendant ce temps, dans la livraison d'avril 1967 de " Smena ", Zigel révélait que les observations faites par des pilotes russes étaient identiques à celles faites à l'ouest et qu'elles lui étaient familières. Il annonçait également que Gorilek qui œuvrait au laboratoire central d'Aérologie avait détecté des OVNIS sur un écran radar.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: "Les dossiers secrets du KGB"   Lun 4 Mar - 13:17

Les cosmonautes soviétiques et les OVNIS

Il est curieux que Zigel ne fasse pas également mention des étranges objets cylindriques que les cosmonautes soviétiques ont dit avoir vus dans l'espace deux ans auparavant. En effet, lors du congrès sur les télécommunications tenues en 1965, des allusions très claires ont été faites à l'observation par les équipages de Voskhod 1 et Voskhod 2 d'étranges " cylindres " flottant dans l'espace, à la forme parfaite sans aucune ouverture visible.

Le Voskhod 1, lancé le 12 octobre 1964 à 9h30, heure de Moscou, accomplit seize révolutions et se posa le jour suivant à 9h47. Ce fut le premier vaisseau spatial occupé par trois hommes : Komarov, Féoktiskov et Egorov. Un journaliste occidental qui assistait à la conférence de presse tenue le 21 octobre 1964 dans le grand amphithéâtre de l'Université de Moscou a dit, en 1972, à Ion Hobana et Julien Weverbergh auteurs de l'ouvrage "Les Ovnis en URSS et dans les pays de l'Est", édition Robert Laffont, que Komarov le cosmonaute le plus habile de toute l'équipe russe fut très bref dans son rapport, alors qu'il était pourtant l'orateur officiel et qu'il répondit ensuite aux questions beaucoup plus évasivement que d'habitude. Le journaliste en question lui demanda ensuite, à la sortie, s'il était exact qu'une rencontre avec des objets insolites avait eu lieu : Komarov ne répondit pas et s'esquiva.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le Voskhod 2 Spacecraft

Le Voskhod 2 fut lancé le 18 mars 1965 à 9h (heure de Moscou) et emportait deux cosmonautes : Pavel Beliaiev et Alexis Leonov qui accomplit au cours de ce vol la première sortie spatiale. Alors que le vaisseau recevait ses instructions d'atterrissage et achevait sa 17em révolution, le système de navigation automatique tomba en panne. La cabine décrivit alors une 18em orbite qui n'avait pas été prévue et elle descendit, manœuvrée manuellement, se poser en un endroit également non prévu dans l'Oural. La cause de la panne ne fut jamais découverte et ce fait ne fut pas mentionné, au cours de la conférence de presse qui suivit, le 26 mars.
De même qu'il ne fut fait aucune allusion aux objets cylindriques aperçus par Beliaiev durant ce vol.

L'Américain Mac Divitt a vu lui aussi plusieurs objets cylindriques qui flottaient autour de sa cabine Gemini, le 12 octobre 1965. Serait-ce le même phénomène qui a été observé le 12 octobre 1964 et le 18 mars 1965 par les Soviétiques et par l'astronaute américain le 4 juillet 1965 ?



Récupérations d'épaves de vaisseau en URSS

En 1967, dans une interview donnée à un journaliste espagnol pour El Correo Catalan de Barcelone (numéro du 18 novembre 1967), Zigel a fait état de morceaux d'OVNI conservés et étudiés en URSS en évoquant " certains fragments métalliques de composition inconnue ".

Le 21 février 1959, des dockers du port polonais de Gdynia voient un objet irradiant tomber en plein milieu du bassin portuaire et leur description est si précise que l'endroit où il a disparu peut être fixé avec exactitude.
Les autorités maritimes envoient alors trois plongeurs qui pénètrent dans l'eau chargée de glaçons et annoncent d'abord que leurs recherches sont gênées par un épais nuage de boue ; ils finissent néanmoins par remonter à la surface avec une pièce métallique.

Les journaux qui ont relaté cet événement affirment que ce métal ne portait pas la moindre trace de rouille ; ce qui implique qu'il pouvait bien appartenir à l'objet initial météorique.
Après avoir été préalablement examinée par la Maine polonaise, la pièce métallique fut envoyée à l'Université Polytechnique de Gdynia.

On ignore complètement les conclusions de ces deux examens. Nous ne savons même pas ce qu'était cet objet ni ce qu'il est devenu. On a fini par savoir que des " malchances " s'étaient produites au cours de ces analyses, à la suite desquelles une bonne partie de la pièce fut " perdue ". (Similitude entre cette histoire et celle concernant un morceau de magnésium que certains affirment provenir d'un OVNI, ramassé à Utaba au Brésil.)

Plusieurs jours après que l'objet incandescent ait plongé dans les eaux du port, des hommes préposés à la garde des plages environnantes tombèrent sur une étrange silhouette : une sorte d'homme qui se traînait, complètement épuisé, sur le sable. Cette créature ne parlait aucune langue connue et était habillée d'une " espèce d'uniforme " ; une partie de son visage et de sa chevelure paraissait brûlée.

On l'emmena à l'hôpital de l'Université où il fut tenu dans l'isolement et examiné. Mais il se révéla vite qu'il était impossible de déshabiller cette créature, car " l'uniforme " ne portait aucun moyen d'ouverture. Il n'était pas fait d'une substance habituelle telle que laine ou tissu, mais d'un métal qui ne put être coupé qu'avec des outils spéciaux et après bien des efforts.

Les docteurs notèrent que les organes de leur " patient " étaient très différents des nôtres : le système circulatoire était tout nouveau pour eux et le nombre de doigt et d'orteils n'était pas normal.
La créature resta vivante jusqu'à ce qu'une sorte de brassard lui ait été enlevé. La " dépouille " en fut alors envoyée en URSS pour examen plus approfondi.
Les ufologues polonais établirent promptement un lien entre l'objet métallique et la créature d'une part et les OVNIS et tout ce qui s'y rapporte d'autre part.

Le journal " La Pravda " révèlent d'autres dossiers comme celui d'un crash comparable à Roswell émergent. Attitude étrange quand on connaît les liens qu'entretient ce journal avec le pouvoir russe.
Cette affaire de Crash aurait eu lieu le 29 janvier 1986 à 19h55 à Dalnegorsk.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Crash UFO 29 janvier 1986 à Dalnegorsk


Théories Soviétiques à propos des ovnis

Le phénomène OVNI en URSS est étroitement associé à l'hypothèse de son origine extraterrestre.
Dans des parutions en date de 1968, Donald Menzel, James Mc Donald, le professeur Dobronravov, Jacques Vallée, Kazantsev, Makarov et Campbell émettent des idées et hypothèses familières (hypothèse sociospychologique) aux lecteurs occidentaux.

Par contre Zigel ne s'avère nullement être le champion inconditionnel de l'origine extraterrestre des OVNIS pour lequel de nombreux magazines UFO le font passer.
Zigel rejette même dans une étude un certain nombre de théories bien connues à l'ouest.
Il montre de manière très convaincante combien les observations d'OVNI ne peuvent se ramener entièrement à une sorte d'hallucination.
D'autre part, il rejette la théorie de Menzel selon laquelle on peut " expliquer " la vision d'OVNI par des illusions optiques qui ne peuvent être valables pour toutes les observations.
Puis il soutient qu'il ne peut s'agir d'appareils secrets construits quelque part dans le monde.


Il se pose cependant la question de savoir si on n'était pas face à un phénomène naturel d'espèce inconnue ?

Il soumet quelques idées comment quoi les OVNIS pourraient être des boules de plasma formées dans la stratosphère par des particules ionisées venues de la croûte terrestre.
Il précise néanmoins que ceci ne peut être appliqué à tous les cas d'OVNI. Ce genre de plasma n'a guère l'habitude de se former dans l'atmosphère et de telles formations ne peuvent être avancées comme les responsables d'effets OVNI typiques tels les perturbations électromagnétiques ou les effets violents de lumière.

Enfin Zigel estime fantaisiste et spéculative l'idée selon laquelle les OVNIS seraient des vaisseaux d'exploration, venus de l'espace extra-terrestre pour étudier l'humanité et prendre contact avec nous.
Il ne doute pas de la réalité des OVNIS et demande qu'il soit établi d'urgence un système d'enquête international, multilatéral et reposant sur une méthodologie scrupuleusement scientifique.

L'intérêt porté aux possibilités de voyage dans l'espace et aux intelligences extra-terrestres est considérable en Union Soviétique aussi bien de la part des milieux scientifiques que du peuple.
Ils ressentent d'avantages la nécessité d'établir des contacts avec elles ; c'est là, disent-ils le " sens " ou " l'utilité ", ou encore " l'importance " attachés aux voyages dans l'espace en tant que science et que réalisation concrète.

Il faut savoir que les hypothèses popularisées par Erich Von Daniken selon lesquelles " l'origine des dieux " se situe dans les visites cosmonautes " ont une origine scientifique soviétique.
Le Dr Viatcheslav Zaïtsev, beaucoup plus érudit et convainquant que Von Daniken, a entreprit une étude des religions du monde en vue d'y découvrir toutes les mentions d'apparitions et de disparitions merveilleuses et surnaturelles que l'on puisse interpréter comme des manifestations de " quelque chose " d'origine extraterrestre.
Le Dr Iosif Chlovsky qui a écrit avec Carl Sagan un best-seller sur les Intelligences extraterrestres y postule que la Terre a été visitée par les équipages extraterrestres il y a quelque 20 000 ans.

Concernant l'origine paranormale des observations d'OVNI, Tsiolkovsky soutenait l'idée que les voyages dans l'espace étaient en liaison avec la télépathie et la télékinésie

Un journal de la marine soviétique mentionna en 1967 que les cosmonautes en apesanteur voyaient leur aptitude aux communications télépathiques nettement augmentée.

Le Dr Charles Townes, prix Nobel pour le rôle qu'il a joué dans la découverte du principe du maser et du laser, et le Dr Ronald Bracewell de l'Unniversité Stanford, pionnier connu de la radio astronomie, tous deux ont pris part en septembre 1971 au congrès tenu à Biourakan qui étudia l'existence possible de mondes habités autres que le nôtre et les méthodes de prise de contact. Ils suggèrent prudemment que le problème OVNI devrait être abordé sur une base mondiale, car les signaux OVNI pourraient fort bien émaner de l'espace chargé d'une signification qui nous échappe encore.
" Si c'est vraiment une forme d'Intelligence extra-terrestre qui essaie de nous contacter il est fort possible que leurs messages nous parviennent sous forme de signaux ou tout autre phénomène qui nous soient aussi énigmatiques que nos images de télévision auraient été aux Grecs de l'Antiquité. "



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: "Les dossiers secrets du KGB"   Lun 4 Mar - 14:54

L'Ere Contemporaine des OVNIS en Russie
et les Archives du KGB


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

C'est en 2008 que le KGB ouvre une partie de ses archives.

Le 28 juillet 1989 sur la base de Kapoustine Yar (région d'Astrakhan), aux environs de minuit, des sentinelles de deux unités militaires ont observé pendant deux heures, à des distances différentes, un objet volant non identifié. Ceux qui se trouvaient plus près de l'objet ont réussi à le dessiner. Sont reproduits ci-dessous quelques extraits des rapports dans lesquels sont consignés les témoignages des militaires russes.

La source de ces témoignages suivants proviendrait de Vladimir Zamoroka, docteur en sciences, et tirée de documents déclassifiés des archives du KGB :

Lieutenant V. Volochine, technicien de liaison

" Pour observer l'ovni, je m'installai sur la tour aux antennes, à une hauteur de 6 mètres. Dans le ciel nocturne, je distinguais nettement un puissant signal clignotant qui ressemblait à une série de flashs. L'objet survola les ateliers et se dirigea vers les stocks de missiles qui se trouvaient 300 mètres plus loin. Là il se mit en vol stationnaire en descendant à une altitude de 20 mètres environ. L'ovni projetait une lumière verte pâle qui rappelait la luminescence du phosphore. Il avait la forme d'un disque de 4 à 5 mètres de diamètre, surplombé d'un hémisphère.

Pendant que le disque se trouvait en vol stationnaire, un faisceau de lumière intense jaillit de sa partie inférieure et fit 2 à 3 ronds. Puis l'objet volant repartit en direction de la gare ferroviaire, mais revint peu après et se plaça de nouveau au-dessus du stock de missiles, cette fois-ci à une altitude de 60-70 mètres. Deux heures après le début de l'observation, l'ovni s'en alla en direction d'Akhtoubinsk et disparut.

Les flashs provenant de la partie inférieure du disque n'étaient pas réguliers. On eût dit que l'ovni prenait des photos (!). Il se déplaçait tantôt par saccades, en faisant des évolutions rapides (verticales ou obliques), tantôt par des mouvements uniformes interrompus de temps en temps par des vols stationnaires. Sa silhouette et celle du faisceau qu'il projetait sont représentées sur le dessin "

Caporal A. Lévine


" A environ 3 kilomètres de moi, j'aperçus un ovni clignotant. A l'endroit même où il se mit en vol stationnaire, je vis un faisceau lumineux jaillir du sol et faire des mouvements à droite et à gauche. Un autre objet apparut et se mit à monter. Au fur et à mesure de son ascension, la lumière qui émanait se faisait de plus en plus faible. Au bout de 2 heures d'observation, j'aperçus un 3e objet à une altitude de 300-400 mètres : il projetait une lumière clignotante rouge. Soudain, une suite de feux, pareils à une guirlande d'ampoules sur un arbre de Noël, parcourut son périmètre, et je vis qu'il avait la forme d'un cigare. Le "cigare" s'approcha du premier ovni et ils disparurent ensemble au-dessus de l'horizon. "

En 1984, le journal français " Le meilleur " se penche aussi sur la question des ovnis russes et indique que " le gouvernement soviétique vient de créer une commission d'enquête sur les phénomènes atmosphériques anormaux. La raison de cette effervescence tient à un événement bien réel qui s'est produit au-dessus de la ville de Gorki le 27 mars 1984. Toute une équipe d'aiguilleurs du ciel de la tour de contrôle de l'aéroport de Gorki a signalé dans un rapport officiel l'étrange ballet d'un objet en forme de soucoupe volante, dans la banlieue de Gorki. Ses évolutions ont duré 40 minutes. La Tour de contrôle a bien repéré sur ses écrans radars la présence d'un immense objet volant à une altitude de 1000 mètres environ et évoluant à 200 km/h. L'objet a les dimensions d'un avion de ligne. Cependant la tour de contrôle de Gorki ne fait pas appel aux avions de chasse pour intercepter l'objet. "

Un rapport du 23 mai 1985 signé du Colonel V. Alifanov, directeur de vols, fait mention d'une rencontre sur le territoire de Khabarovsk.

Le 26 juillet 1989, dans la région de l'aéroport de Sotchi, les documents reproduisent les conversations à propos d'ovnis observés que le contrôleur du trafic aérien a eues avec les équipages de 3 avions de ligne avec les numéros de bord 138, 397 et 500.

En 1991, le cosmonaute Pavel Popovich, président de l'Académie d'Ufologie Appliquée, a eu accès aux dossiers secrets sur les OVNIS en 1991. Ces dossiers impliquent des tentatives d'interceptions d'OVNI par des militaires.

En 1992, un groupe d'officiers de haut rang a décidé de faire connaître plusieurs observations allant de 1982 à 1990. Il s'agissait de rapports visés par la hiérarchie militaire.

En 1993, un curieux magazine russe fait son apparition en langue française. Il est intitulé " Aura Z ". Son rédacteur en chef est le scientifique Alexandre Avchalounov. Il n'était disponible que sous forme d'abonnement et est aujourd'hui introuvable. Il faisait pas mal de révélations à propos des ovnis et du KGB. Info ou Intox ?

En 2003, Valery Uvarov, membre de l'Académie National de Sécurité de Russie, fait des révélations dans une interview accordée par Graham Birdsall de la revue britannique " UFO Magazine "



Des Ovnis en Pologne

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

C'est en Pologne que le phénomène Ovni en Europe de l'Est a commencé.
Les premiers témoignages recensés en URSS ont été recueillis en Pologne 10 ans avant tous les autres pays du bloc et 10 ans après les pays de l'Ouest.
L'hypothèse extraterrestre des Ovnis a directement eu le plus de considération en Pologne, malgré le fait que les scientifiques de l'époque s'élevèrent contre l'existence des Ovnis ainsi que de leur origine extraterrestre.
Un grand nombre de cas a tout de même été évoqué dans la presse avec notamment le " Dookola Swiala ", mensuel de vulgarisation scientifique qui évoqua périodiquement la question Ovni avec beaucoup d'intérêt et de sérieux.

Les journalistes de ce journal envoyèrent même en 1958 plusieurs journalistes dans les Carpathes où une intense activité Ovni était signalée.

D'après une enquête de " Dookola Swiata " révéla que le ministère de l'Information chargea un groupe d'étudiants de l'Université de Varsovie d'une étude sur le phénomène Ovni en Pologne.
Suite à la mise en place de cette étude, les scientifiques Polonais intervinrent auprès du Ministère afin de cesser ces études de peur que la honte s'abatte sur leur pays.
Tandis que les spécialistes des facultés de physique et de psychologie semblaient savoir quelque chose concernant les OVNIS, le ministère demanda qu'on donne à l'opinion une " information adéquate " sur ce sujet.

En 1961, Janu Thor publia " Latajace Talerze " (" Les Soucoupes Volantes "). C'était un rapport sur les débats relatifs aux OVNIS évoqués dans la presse durant les dernières années.
Il accuse les acteurs du débat Ovni " de s'être occupés sans aucun esprit critique des colporteurs de sensations occidentaux " et qu'ils n'étaient " pas capable de séparer dans ces histoires venues de l'Ouest l'essentiel des choses de peu d'importance ". Thor exposa plusieurs cas d'OVNI s'étant déroulé en Pologne dans le seul but de montrer " l'évidente sottise " de ces cas décrits.
On peut aujourd'hui affirmer que Janu Thor était un fervent partisan du modèle psychologique qui a soigneusement copié le fameux Donald Menzel.

Depuis cette période, on a presque plus parlé d'Ovnis en Pologne malgré la vague de 1967-1968 qui a vu une assez grande activité Ovni dans les Balkans.

Les travaux de Menzel avaient encore une fois servi de " camouflage " de la réalité des faits.

Voici une affaire d'observation d'Ovnis par exemple :

Le 19 janvier de cette année, Adam Maksimov, de la ville de Jarnoltówek en Pologne, près de la frontière avec la République tchèque, a vu quelque chose qu'il n'oubliera jamais. Peu après minuit, il est sorti pour recharger la batterie de sa voiture. Il fut interrompu par un bruit assourdissant, qu'il compara à l'explosion de roquettes. Puis il a entendu un bourdonnement, qu'il compare à celui d'un essaim d'abeilles. Les bruits ont été suivis par le silence, puis le bruit et le silence à nouveau. Puis une lumière aveuglante. A ce moment-là Mr Maksimov vit un énorme appareil ou ovni en forme de soucoupe, avec un rayon lumineux bleu triangulaire sous son ventre, s'élever au-dessus du sol, se balancer et finalement décoller et disparaitre dans le ciel nocturne à une vitesse impossible. Alors que l'OVNI disparaissait, il a éclairé la zone de sorte que "l'on pouvait voir chaque branche dans le domaine".

L'épouse de M. Maksimov a également assisté au décollage de l'ovni à partir d'une fenêtre.

M. Maximov, qui n'a jamais cru à des choses comme les OVNIS, était perplexe. Il fut encore plus surpris quand il découvrit que cinq autres villageois avaient vu exactement la même chose que lui. M. Henryk, également de Jarnoltówek, décrit la soucoupe comme aveuglante et d'une couleur éblouissante : "Maintenant, je suis certain que les OVNIS sont réels" a-t-il fait remarquer à une équipe de médias polonais.

À la suite de sa rencontre, Adam Maksimov s'est intéressé à l'ufologie et quelques mois plus tard il a découvert que la presse allemande a rapporté qu'un certain nombre de radars d'aéroport avaient détecté un OVNI la nuit même de son observation étonnante.

"Je suis maintenant certain qu'aucun d'entre nous n'a imaginé", conclut M. Maksimov.

Aucune autorité ne s'est encore avancée avec une explication des événements de la nuit du 19 Janvier 2009.

area51blog



Des Ovnis en Hongrie

Le dossier des Ovnis a pris plus de temps à être enfin étudier en Hongrie que dans les autres pays alors qu'il existe déjà dans les archives de l'US Air Force (ATIC Blue Book) une cinquantaine de cas d'observations non publiée auparavant.
Un débat public sur les OVNIS a eu lieu en Hongrie en 1954 après qu'une météorite ait été vue sur Budapest et Györ. Mais l'observatoire " Urania ", dont le directeur Koulin György plus tard principal opposant à la cause Ovni, tenta d'étouffer le débat de tel sorte à qu'il ne se passe la même chose qu'en Pologne en 1957-1958.

Une certaine prise de conscience eut lieu en Hongrie ainsi qu'en Roumanie vers la fin des années 1967. Et cela peut être grâce à la grande vague qui a lieu sur l'Europe de l'Est.
Suite à des articles apparus dans les quotidiens " Magyar Nemzet " du 23 novembre 1967, et " Nepszava " du 24 novembre 1967, le magazine scientifique " Elet és Tudomàny " fit paraître le 1er décembre 1967 un ensemble d'articles relatifs au phénomène OVNI.
Ce qui incitait à l'étude plus approfondie sur les " phénomènes naturels d'origine présumée inconnue ".

A noter que la Hongrie est, de tous les pays de l'Est, celui qui reçoit le plus de journaux et de publications de l'Ouest.
Un véritable débat a lieu entre les pro-Ovni et les sceptiques par presse interposée.
C'est dans les années 1968 et 1969 que la polémique à ce sujet enfle et que les sceptiques se rangent autour du journal " Tükor " tandis que les pro-Ovnis s'allient avec " Lobogo ".

Des personnalités de grande renommée se déclarèrent en faveur de l'existence des OVNIS. Par exemple le biologiste Horvàth Sàndor, le Dr Böszörmeny, Emil Nagy, l'ingénieur technicien Horvàth Iànos et le célèbre acteur Bànky Robert.

La télévision accepta que le Dr Koulin György vienne démontrer devant la télévision hongroise comment il était possible de fabriquer des images truquées d'Ovnis. Alors que par la suite Bànky Robert, à la demande du public, souhaita être invité devant les caméras de télévision pour contrer les attaques de ses détracteurs, mais sans réponse de la télévision.


Des Ovnis en Ex-Tchécoslovaquie

Les publications relatives aux OVNIS ont véritablement connu leur apogée jusqu'en 1965.
À noter que la période allant de 1955 à 1965 connut une grande activité d'après le magazine d'aéronautique " Letectvi a Kosmonautika ".
Les observations les plus grandioses furent enregistrées en 1964 et plus particulièrement en 1965.
Il se passé à peu près pareil que les autres pays de l'Est en matière d'observations d'OVNI.

Un récit assez extraordinaire d'une observation d'OVNI lors de manœuvres militaires a été publié en avril 1966 dans le magazine " Letectvi a Kosmonautika ".
En juillet 1965, une autre observation à bord d'un Tupolev 104 soviétique lors d'un vol entre l'Asie centrale et Moscou a été publiée dans ce même magazine.

En aout 1965, des journaux s'intéressèrent de plus en plus au phénomène OVNI grâce à deux étranges observations.
L'une d'entre elles concernait un témoin dénommé Iaroslav Kalista dans " Lidova Demokracie " du 20 aout 1965. Il fut ridiculisé par la presse qui adopta d'une manière générale la même attitude septique que les Européens et Américains.

C'est à ce moment que le Dr Allen Hynek, américain, mais tchèque d'origine, arriva sur scène. Il s'agit évidemment d'un interlocuteur de classe. Il a entre autres publié un ouvrage célèbre intitulé " les Objets volants non identifiés : mythe ou réalité ? " publié aux États-Unis en 1972.
En 1967, il vient donc faire une conférence dans son pays d'origine et réussit à être assez convaincant aux yeux du public.
C'est au moment où les études américaines (Condon) et russes (Comité Stoliarov) commencèrent que les Tchèques prirent conscience de l'importance d'étudier ce phénomène.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le Dr J. Allen Hynek a servi de consultant scientifique civil
lors du Project Blue Book de l'US Air Force entre 1952 et 1969.
Il avait initialement pris une position sceptique et très critique
sur tout ce qui touchait aux Ovnis.



C'est en 1968 que le magazine " Veda a Technika Mladezi " publia une série d'articles non signés consacrés aux OVNIS et à leur histoire.
Puis de par l'intérêt croissant pour l'ufologie qui grandissait dans ce pays, un groupe indépendant appelé " Mlada Fronta " se forme et publia un rapport le 18 février 1969 :

" Prague. À dater de ce jour, la Tchécoslovaquie a un centre d'études sur les OVNIS dirigé par des hommes de science : le Dr Josef Dvorak du Centre médical des Forces aériennes, Jaroslav Sychra de l'Institut de physique atmosphérique, le Dr Suatophuk Kriz et le Dr Boris Valnicek de l'observatoire Ondrejov. Toutes les observations intéressant ce sujet, qu'elles viennent de profanes ou de scientifiques, seront centralisées, classées, analysées par le Centre dont les moyens sont malheureusement encore très limités et les résultats seront publiés. Le Centre travaillera en liaison étroite avec les Forces aériennes tchécoslovaques et aura des contacts avec divers centres d'Informations sur les OVNIS est : PANSKA 8, Prague 1. "

Ce rapport fut cité dans beaucoup de médias à l'étranger, par exemple " Le Monde " le 20 février 1969.
Les noms mentionnés étaient assez importants pour réaliser des gros titres.

Le 5 juillet 1969, un journaliste écrivit un long article dans " Mlada Fronta ", et que je publierai surement dans les jours à venir, car assez long.

Même si " Mlada Fronta " n'a pu avoir le succès souhaité auprès du public, on a vu disparaître l'interdiction d'évoquer ces phénomènes en Tchécoslovaquie.

Deux ouvrages tchèques à succès sont sortis fin 1969 et début 1970 établissant un lien entre les OVNIS et les problèmes des Intelligences extra-terrestres. D'autres ouvrages relatifs aux OVNIS sortirent par la suite.

Le livre intitulé " Zahady Letajicich Tarilu " (le mystère des soucoupes volantes), écrit par l'ingénieur Wenceslas Patrovsky était assez révélateur d'une liberté d'expression acquise en ufologie. Il y a livré un certain nombre d'explications très intéressant en terminant par une étude complète du problème OVNI des différents points de vue logistique, chimique, physique, statistique et analytique. L'auteur y évoque la possibilité d'existence d'autres dimensions et d'univers parallèles, de même que la possibilité des voyages intersidéraux et intergalactiques, le contrôle ou l'abolition de la gravitation par l'entremise du champ électromagnétique.
Il s'appuie notamment sur la théorie de Burkhard Heim qui semble amener à rechercher et accepter d'autres lois physiques que celles que nous connaissons jusqu'à présent.

Comme autre grand ouvrage de l'époque en Tchécoslovaquie, on a notamment celui de Josef Fleissig datant de début 1970 et intitulé " L'Énigme de notre siècle ". Il s'agit d'un journaliste du quotidien " Prace ".
Il s'agit d'un ouvrage très objectif avec un grand nombre de références en la matière et pas des moindres. Il présente des arguments pro Ovnis et septiques.
Il estime néanmoins que le Rapport Condon est l'étude la plus objective qui ait jamais paru sur les OVNIS.




Sources

"OVNIS en Ex-URSS et dans les Pays de l'Est : Documents déclassifiés", édition Ramuel.
"Ovni en Russie", édition Guy Trédaniel, 1995, de Boris Chourinov
"Les Ovnis en Union Soviétique", édition Alain Lefeuvre, 1981, Jean-Louis Degaudenzi
"Les Ovnis en URSS et dans les pays de l'Est", édition Robert Laffont, 1976, Ion Hobana et Julien Weverbergh
OVNIS-DIRECT.

Magazine "Top Secret" de Août 2010
Skystars - Newsoftomorrow





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
The Shadow
Escorteur Ufo 2éme rang
Escorteur Ufo 2éme rang
avatar

Messages : 836
Réputation : 5
Date d'inscription : 30/09/2011
Age : 27
Localisation : Orion M42-NGC1976

MessageSujet: Re: "Les dossiers secrets du KGB"   Mar 5 Mar - 1:32

Encore un excellent sujet Roswell, un lourd dossier qui a toute sa place ici dans les pages du forum d'UFO.
Les Etats-Unis n'ont pas le "monopole" des Ovnis, car l'U.R.S.S. et les services secrets du KGB sont aussi bien fournit en documents, rapports et "preuves" de l'existence des Ovnis et des extraterrestres sur notre planètes depuis bien longtemps ...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Shadow
Escorteur Ufo 2éme rang
Escorteur Ufo 2éme rang
avatar

Messages : 836
Réputation : 5
Date d'inscription : 30/09/2011
Age : 27
Localisation : Orion M42-NGC1976

MessageSujet: Re: "Les dossiers secrets du KGB"   Mar 5 Mar - 3:21

CHRONOLOGIE DES FAITS UFOLOGIQUES
CONCERNANT LES PAYS DE L'EST ET DE L'EUROPE


En Russie

1947 : Staline convoqua Korolev pour réaliser une enquête sur les OVNIS avec un rapport très intéressant à ce sujet.
1945-46 : Les premières rumeurs firent état d'objets étranges en forme de soucoupe, visibles la nuit.
Seconde moitié des Années 50 : Vague d'Ovnis.
Jusqu'au années 60 : Silence des autorités soviétiques à propos du phénomène Ovni.
1962 : Traduction du Livre de Menzel en Russe.
1965 : 1er Congrès de Moscou sur les Télécommunications.
1966 : Augmentation de l'activité OVNI qui créée une nouvelle vague.
1966 : 2em Congrès de Moscou sur l'union mondiale des mathématiques.
1967 : Zigel évoque des morceaux d'épaves d'Ovnis conservé par l'URSS.
Avril 1967 : Zigel révèle que les observations de pilotes Soviétiques étaient pareilles qu'à l'Ouest.
18 octobre 1967 : Réunion d'importance capitale pour l'histoire de l'Ufologie soviétique.
10 Novembre 1967 : Création du Comité Stoliarov + Article du New York Time à ce sujet.
Décembre 1967 : Publication d'écrits concernant les Ovnis et où Zigel y a écrit un chapitre.
1967-68 : Des journaux locaux font état d'observations d'OVNI.
Début 1968 : " Soviet Weekly " publia un article où il était dit qu'au cours de l'année 1967, dans la seule partie sud du pays, il y avait eu un peu plus de 200 cas.
Janvier 1968 : Un numéro du journal " Vokroug Svieta " exposa les idées de Menzel.
27 Février 1968 : La Pravda publia de manière détaillée la position officielle des autorités en démentant les observations d'OVNI.
Fin 1968 : Fin de l'histoire officielle de l'ufologie Soviétique.
Mars 1968 : Bulletin d'information soviétique publié en Roumanie précisant une augmentation des cas en Biélorussie.
1984 : le journal français " Le meilleur " fait quelques révélations sur un cas Russe.
23 Mai 1985 : Rapport signé du Colonel V. Alifanov, directeur de vols, faisant mention d'une rencontre sur le territoire de Khabarovsk.


En Ex-Tchécoslovaquie

Jusqu'au années 60 : Silence des autorités soviétiques à propos du phénomène Ovni.
1966 : Augmentation de l'activité OVNI.
De 1955 à 65 : Forte activité d'OVNI.
1964-65 : Beaucoup de témoignages enregistrés.
Jusqu'en 1965 : Recrudescence des publications relatives aux OVNI.
Aout 1965 : Des journaux s'intéressèrent de plus en plus au phénomène OVNI grâce à deux étranges observations. La presse qui adopta d'une manière générale la même attitude septique que les européens et américains.
12 avril 1967 : que le radio-astronome Cholomitsky avait détecté la présence d'une radio-source située dans la constellation Pégase : ses signaux semblaient dénoter une volonté intelligente.
Avril 1967 : Zigel révèle que les observations de pilotes Soviétiques étaient pareilles qu'à l'Ouest.
1967 : Zigel évoque des morceaux d'épaves d'Ovnis conservé par l'URSS.
Mars 1968 : Bulletin d'information soviétique publié en Roumanie précisant une augmentation des cas en Biélorussie.
1984 : le journal français " Le meilleur " fait quelques révélations sur un cas Russe.
23 Mai 1985 : Rapport signé du Colonel V. Alifanov, directeur de vols, faisant mention d'une rencontre sur le territoire de Khabarovsk.


En Pologne

Jusqu’au années 60 : Silence des autorités soviétiques à propos du phénomène Ovni.
1966 : Augmentation de l’activité OVNI.
De 1956 à 58 : Premiers témoignages d’OVNI recensés.
1958 : Envoi de journalistes dans les Carpathes.
1959 : Affaire des Dockers Polonais impliquant un supposé Crash de vaisseau.
1961 : Janu Thor publia « Latajace Talerze » (« Les Soucoupes Volantes »). C’était un rapport sur les débats relatifs aux OVNI évoqués dans la presse durant les dernières années.
1967-1968 : Grande activité Ovni dans les Balkans.


En Hongrie

Jusqu’au années 60 : Silence des autorités soviétiques à propos du phénomène Ovni;
1954 : Débat public suite à un Crash de météorite.
1967 : Prise de conscience par rapport au phénomène Ovni.
De Novembre à Décembre 1967 : Plusieurs articles de presse hongrois accentuent la prise de conscience de l’opinion.
1968-69 : Polémique autour du sujet et les septiques prennent de plus en plus de grades.


Autres Pays de l'Est

30 mai 1958 : L’Américain Lloyd Malland signale dans son « Official Guide to UFO’s (numéro spécial de « Science and Mechanics », 1968) le cas d’un OVNI dans le Kazakhstan.
Fin des années 50 : Rapports et rumeurs concernant des atterrissages d’OVNI, au Kazakhstan et en Ouzbekistan plus particulièrement.
Fin des années 67 : Prise de conscience en Roumanie.

Sources: OVNIS-DIRECT


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: "Les dossiers secrets du KGB"   Mar 5 Mar - 5:39

Merci Shadow pour ton complément sur les faits chronologiques de ce dossiers
sur l'activité des ovnis en URSS !
Rswll10


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: "Les dossiers secrets du KGB"   Mar 5 Mar - 8:33

Dossier ovni N°11 - Les dossiers secrets du KGB
Présenter par : ( Roger Moore )

Ce documentaire relate des événements qui se sont produits en URSS.
Vous y verrez comment l'armée russe a récupéré un engin d'origine extraterrestre ainsi que l'autopsie de son occupant.
Vous serrez seul juge sur le contenu de ce documentaire.
Des extraits vidéos sont disponibles. Les vidéos sont de très bonnes qualités.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: "Les dossiers secrets du KGB"   Mar 5 Mar - 9:04

" SKINNY BOB "

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le cas du dossier " SKINNY BOB " ferait également partie des archives secrétes du KGB se situant autour des années 1942
avec un premier contact avec des entités humanoïdes extraterrestres ... ( à vérifier )

Cette vidéo serait censée regrouper différents extraits d'enregistrements top secrets en provenance du KGB.

Ces derniers auraient été ajoutés sur youtube en 2011 suite à la déclassification de divers documents par une personne portant le pseudonyme « ivan0135 ».

Ainsi, ce serait en tout sept vidéos enregistrées entre 1942-1969 comprenant divers accidents impliquant des ovnis ainsi que des récupérations et des études concernant des formes de vie extraterrestre qui auraient été publiées par une source anonyme.

Sur l'extrait du film n°5, qui durerait dans sa version originale 180min, nous pouvons voir l'entretient qui se serait déroulé avec un alien correspondant aux critères de la race des « petits gris ».
En effet, cet être a de larges yeux noirs en amende et possède une importante boite crânienne.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L'enregistrement n°6 serait issu des premiers contacts avec une forme de vie extraterrestre qui eurent lieu à partir de 1942 et qui auraient découlé sur des négociations concernant des intérêts communs entre nos deux races.
Bien que toute forme d'enregistrement de ces rencontres fut proscrit, il semblerait que trois individus aient réussi néanmoins à filmer quelques images en secret...

Pour conclure, il semble bien difficile de pouvoir juger de la réalité de ces images.
En effet, il se pourrait tout à fait qu'il s'agisse tout simplement d'une mise en scène et que les extraterrestres filmés soient en fait que des humains sous des costumes.
A l'inverse, il est également possible que ces images proviennent bel et bien directement des archives du KGB, même si le doute est de rigueur...





Skinny Bob serait l'unique survivant du crash d'un OVNI aux États-Unis près de Roswell (Nouveau Mexique) en juillet 1947.
Retenu en captivité par les autorités américaines dans la célèbre Zone 51, ce visiteur de Zeta Reticuli apparaît en 2011 dans trois mystérieuses vidéos postées par ivan0135.
Soucieux de préserver ses sources et son anonymat, ivan0135 prétend divulguer des extraits de 7 cassettes vidéo fuitées de l'Air Force et contenant des scènes filmées entre 1942 et 1969.

Après le premier contact en 1942, un série de visites diplomatiques furent organisées pour discuter de préoccupations mutuelles.

Sous le traité 23/04, ces rencontres devaient se faire en secret. Un nombre restreint d'agents spéciaux escortaient les visiteurs qui ne rencontraient que des officiers de haut rang.

Selon le document 072 / E, lors de la rencontre de 1961, la violation de l'accord par les officiers de la base militaire provoqua un incident avec trois sujets lorsque ils découvrirent que leur arrivée était filmée avec un appareil dissimulé.
Sous le traité 23/04, les rencontres devaient rester confidentielles avec interdiction de filmer ou prendre des photos.

Le traité fut révisé après l'incident.



http://www.taringa.net/posts/paranormal/12464288/Documentos-Clasificados-de-1942-1969-sobre-extraterrestres.html


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Grey Alien Filmed By KGB   Lun 21 Avr - 17:58

Après quelques recherches, il paraîtrait que cette vidéo ne soit pas un fake mais bien une vidéo secrète du KGB...



Revenir en haut Aller en bas
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7689
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: "Les dossiers secrets du KGB"   Mar 22 Avr - 9:26

Choro Ol a écrit:
Après quelques recherches, il paraîtrait que cette vidéo ne soit pas un fake mais bien une vidéo secrète du KGB...





Choro Ol, je viens de déplacer ton document vidéo ici dans cette rubrique "KGB"
voir les documents ci-dessus sur le sujet : SKINNY BOB
 Wk


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "Les dossiers secrets du KGB"   Mar 22 Avr - 15:35

Roswell-1947 a écrit:
Choro Ol a écrit:
Après quelques recherches, il paraîtrait que cette vidéo ne soit pas un fake mais bien une vidéo secrète du KGB...





Choro Ol, je viens de déplacer ton document vidéo ici dans cette rubrique "KGB"
voir les documents ci-dessus sur le sujet : SKINNY BOB
 Wk

Ok, merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Les dossiers secrets du KGB"   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Les dossiers secrets du KGB"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les dossiers secrets de l'inquisition n°4
» [Revue - Magazine] Complots et dossiers secrets N°18 (mars 2013)
» Magasine : COMPLOTS ET DOSSIERS SECRETS
» L'intégralité des Emissions "DOSSIERS SECRETS" - National Géographic
» LES DOSSIERS SECRETS DU VATICAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UFO INVESTIGATIONS-MOVIES :: DOSSIERS PRINCIPAUX DU FORUM :: Les DOSSIERS TOP-SECRET-
Sauter vers: