UFO INVESTIGATIONS-MOVIES
Entrez dans le cinéma de science-fiction, et redécouvrez toute la filmographie ovnis d'hier et d'aujourd'hui ...

Approchez les mystères de l'ufologie et prenez conscience que la vérité est peut-être sur le point d'éclater au grand jour ...

Enter the cinema of science fiction, and rediscover complete filmography UFOs Then and now ...
Penetrate the mysteries of the UFO and realize that the truth may be about to come to light ...

UFO INVESTIGATIONS-MOVIES

Dossiers d'archives, photos images articles, documents inventaires des séries et films sur le sujet ...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dossier : Cartes d'identités des Planètes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7707
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Dossier : Cartes d'identités des Planètes   Dim 3 Avr - 12:05

DOSSIER: LES CARTES D'IDENTITES DES PLANETES DU SYSTEME SOLAIRE

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Système solaire, est un système planétaire composé d'une étoile, le Soleil, et des objets célestes définis gravitant autour de lui (autrement dit, notre système planétaire) : les huit planètes et leurs 175 satellites naturels connus (appelés usuellement des « lunes »), les cinq planètes naines et les milliards de petits corps (la grande majorité des astéroïdes et autres planètes mineures, les comètes, les poussière interplanétaire, etc.).

De façon schématique, le Système solaire est composé du Soleil, de quatre planètes telluriques internes, d'une ceinture d'astéroïdes composée de petits corps rocheux, quatre planètes géantes (deux géantes gazeuses et deux planètes géantes de glaces) externes et une seconde ceinture appelée ceinture de Kuiper, composée d’objets glacés. Ensuite vient l'héliopause, limite magnétique du Système solaire définie par l'arrêt des vents solaires (ils deviennent plus faibles que le vent galactique). Bien au-delà se trouve une sphère d’objets épars nommée le nuage d'Oort. La limite gravitationnelle du Système solaire, elle, se situe bien plus loin, jusqu'à 1 ou 2 années-lumière du Soleil.

De la plus proche à la plus éloignée (du Soleil), les planètes du système se nomment Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Toutes ces planètes hormis les deux plus proches du Soleil possèdent des satellites en orbite et chacune des quatre planètes externes est entourée d’un système d'anneaux de poussière et d’autres particules. Toutes les planètes, y compris la Terre, portent des noms de dieux et déesses de la mythologie romaine.

Les cinq planètes naines, portant des noms de divinités diverses, sont Cérès, le plus grand objet et premier découvert de la ceinture d’astéroïdes, Pluton, le plus ancien objet connu de la ceinture de Kuiper, Éris, la plus grosse des planètes naines qui se trouve dans le disque des objets épars, et Makémaké et Hauméa, objets de la ceinture de Kuiper. Les planètes naines orbitant au-delà de Neptune, ce qui est le cas de quatre d'entre elles, sont classifiées comme plutoïdes.


MERCURE ☿

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mercure vue par la sonde MESSENGER, le 14 janvier 2008

Mercure est la planète la plus proche du Soleil et la moins massive du système solaire. Son éloignement au Soleil est compris entre 0,3075 et 0,4667 UA, ce qui correspondant à une excentricité orbitale de 0,2056 — plus de douze fois supérieure à celle de la Terre, et de loin la plus élevée du Système solaire. Elle est visible à l'œil nu depuis la Terre avec un diamètre apparent de 4,5 à 13 secondes d'arc, et une magnitude apparente de 5,7 à -2,3 ; son observation est toutefois rendue difficile par son élongation toujours inférieure à 28,3° qui la noie le plus souvent dans l'éclat du Soleil.

Mercure a la particularité d'être en résonance 3:2 sur son orbite, sa période de révolution (87,969 jours) valant exactement 1,5 fois sa période de rotation (58,646 jours), et donc la moitié d'un jour solaire (175,938 jours). L'inclinaison de l'axe de rotation de Mercure sur son plan orbital est la plus faible du Système solaire, à peine 2 minutes d'arc. Son périhélie connaît une précession autour du Soleil plus rapide que celle prédite par la mécanique newtonienne, une avance de 42,98 secondes d'arc par siècle qui n'a pu être complètement expliquée que dans le cadre de la relativité générale.

Mercure est une planète tellurique, comme le sont également Vénus, la Terre et Mars. Elle est près de vingt fois plus petite et moins massive que la Terre mais presque aussi dense qu'elle, avec une gravité de surface pratiquement égale à celle de Mars, qui est pourtant près de deux fois plus massive. Sa densité remarquable — dépassée seulement par celle de la Terre, qui lui serait d'ailleurs inférieure sans l'effet de la compression gravitationnelle — est due à l'importance de son noyau métallique, qui occuperait plus de 40 % de son volume, contre seulement 17 % pour la Terre.

Comme Vénus, Mercure est quasiment sphérique — son aplatissement peut être considéré comme nul — en raison de sa rotation très lente. Dépourvue de véritable atmosphère, sa surface est très fortement cratérisée, globalement similaire à la face cachée de la Lune. Seules deux sondes spatiales ont étudié Mercure. Mariner 10, qui a survolé à trois reprises la planète en 1974–1975, a cartographié 45 % de sa surface et découvert son champ magnétique. La sonde MESSENGER, après trois survols en 2008-2009, s'est mis en orbite autour de Mercure en mars 2011 et a entamé une étude détaillée notamment de sa topographie, son histoire géologique, son champ magnétique et son exosphère.

La quasi-absence d'atmosphère — il s'agit en fait d'une exosphère exerçant une pression au sol de l'ordre d'1 nPa (10-14 atm) — combinée à la proximité du Soleil — dont l'irradiance à la surface de Mercure varie entre 4,6 et 10,6 fois la constante solaire (1 362 W/m2) — engendre des températures en surface allant de 90 K (-183 °C) au fond des cratères polaires (là où les rayons du Soleil ne parviennent jamais) jusqu'à 700 K (427 °C) au point subsolaire au périhélie.

La planète Mercure doit son nom au dieu Mercure du commerce et des voyages, également messager des autres dieux dans la mythologie romaine. Le symbole astronomique de Mercure est un cercle posé sur une croix et portant un demi-cercle en forme de cornes (Unicode : ☿). C'est une représentation du caducée du dieu Hermès. Mercure laissa également son nom au troisième jour de la semaine, mercredi (« Mercurii dies »).


CARACTERISTIQUES ORBITALES

Demi-grand axe 57 909 176 km
(0,38709893 UA)
Aphélie 69 817 079 km
(0,46669835 UA)
Périhélie 46 001 272 km
(0,30749951 UA)
Circonférence orbitale ~360 000 000 km
(2,406 UA)
Excentricité 0,20563069
Période de révolution 87,96934 d
Période synodique 115,8776 d
Vitesse orbitale moyenne 47,36 km/s
Vitesse orbitale maximale 58,98 km/s
Vitesse orbitale minimale 38,86 km/s
Inclinaison sur l'écliptique 7,00487°
Nœud ascendant 48,33167°
Argument du périhélie 29,12478°
Satellites connus Aucun


CARACTERISTIQUES PHYSIQUES

Rayon équatorial 2 439,7 km
(0,383 Terre)
Rayon polaire 2 439,7 km
(0,384 Terre)
Rayon moyen
volumétrique 2 439,7 km
(0,383 Terre)
Aplatissement 0
Périmètre équatorial 15 329,1 km
(0,383 Terre)
Superficie 75×106 km2
(0,147 Terre)
Volume 60,83×109 km3
(0,056 Terre)
Masse 330,2×1021 kg
(0,055 Terre)
Masse volumique globale 5 427 kg/m3
Gravité de surface 3,701 m/s2
(0,377 g)
Vitesse de libération 4,435 km/s
Période de rotation
(jour sidéral) 58,6462 d
Vitesse de rotation
(à l’équateur) 10,892 km/h
Inclinaison de l’axe 0,0352 ± 0,0017°
Albédo géométrique visuel 0,106
Albédo de Bond 0,119
Irradiance solaire 9 126,6 W/m2
(6,673 Terres)
Température d'équilibre
du corps noir 433,9 K (160,9 °C)
Température de surface :  
Maximum : 700 K (427 °C)
Moyenne : 442 K (169 °C)
Minimum : 90 K (-183 °C)


CARACTERISTIQUES de L'ATMOSPHERE

Pression atmosphérique ~ 10-9 Pa
Masse totale Moins de 1 000 kg
Potassium K 31,7 %
Sodium Na 24,9 %
Oxygène O• 9,5 %
Argon Ar 7,0 %
Hélium He 5,9 %
Dioxygène O2 5,6 %
Azote N 5,2 %
Dioxyde de carbone CO2 3,6 %
Eau H2O 3,4 %
Hydrogène H2 3,2 %




http://wwwassos.utc.fr/orion/planetes/Mercure.php



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Roswell-1947 le Lun 12 Aoû - 8:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7707
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Dossier : Cartes d'identités des Planètes   Dim 3 Avr - 12:35

VENUS ♀

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Vénus en couleurs réelles vue par Mariner 10.


Vénus est la deuxième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la troisième par masse et par taille croissantes. Son éloignement au Soleil est compris entre 0,718 et 0,728 UA, avec une période orbitale de 224,7 jours. C'est une planète tellurique, comme le sont également Mercure, la Terre et Mars. Elle possède un champ magnétique très faible et n'a aucun satellite naturel. Elle est l'une des seules planètes dont la rotation est rétrograde, et la seule ayant une période de rotation (243 jours) supérieure à sa période de révolution. Vénus présente en outre la particularité d'être quasiment sphérique — son aplatissement peut être considéré comme nul — et de parcourir l'orbite la plus circulaire des planètes du Système solaire, avec une excentricité orbitale de 0,0068 (contre 0,0167 pour la Terre).

Vénus est presque aussi grande que la Terre — son diamètre représente 95 % de celui de notre planète — et a une masse équivalente aux quatre cinquièmes de celle de la Terre. Sa surface est dissimulée sous d'épaisses couches de nuages très réfléchissants qui lui confèrent un albédo de Bond de 0,75 et une magnitude apparente dans le ciel pouvant atteindre -4,6, valeur dépassée uniquement par la Lune et le Soleil. Étant plus proche du Soleil que la Terre, elle présente des phases au même titre que la Lune et Mercure selon sa position relative par rapport au Soleil et à la Terre, son élongation ne dépassant jamais 47,8°.

L'atmosphère de Vénus est la plus épaisse de celle de toutes les planètes telluriques, avec une pression au sol atteignant 9,3 MPa (91,8 atm) au niveau de référence des altitudes vénusiennes. Cette atmosphère est composée d'environ 96,5 % de dioxyde de carbone et 3,5 % d'azote, avec de faibles concentrations de dioxyde de soufre et de divers autres gaz. Elle contient d'épaisses couches nuageuses opaques constituées de gouttelettes de dioxyde de soufre et d'acide sulfurique surmontées d'une brume de cristaux de glace d'eau qui donne à la planète son aspect laiteux lorsqu'on l'observe depuis l'espace. Ces nuages réfléchissent l'essentiel du rayonnement solaire, de sorte que la puissance solaire parvenant au sol sur Vénus représente moins de 45 % de celle reçue au sol sur Terre, et est même inférieure d'un quart à celle reçue à la surface de la planète Mars.

L'atmosphère de Vénus est près de cent fois plus massive que celle de la Terre et possède une dynamique propre, indépendante de la planète elle-même, avec une super-rotation dans le sens rétrograde en quatre jours terrestres, ce qui correspond à une vitesse linéaire au sommet des nuages d'environ 100 m/s (360 km/h) par rapport au sol. Compte tenu de sa composition et de sa structure, cette atmosphère génère un très puissant effet de serre à l'origine des températures les plus élevées mesurées à la surface d'une planète du Système solaire : près de 740 K (environ 465 °C) en moyenne à la surface — supérieures à celles de Mercure, pourtant plus proche encore du Soleil, où les températures culminent à 700 K (environ 425 °C) — et ceci bien que l'atmosphère ne laisse passer que le quart de l'énergie solaire incidente.

À cette pression (9,3 MPa) et à cette température (740 K), le CO2 n'est plus un gaz, mais un fluide supercritique (intermédiaire entre un gaz et un liquide), d'une masse volumique voisine de 65 kg/m3.

La topographie de Vénus présente peu de reliefs élevés, et consiste essentiellement en de vastes plaines a priori volcaniques géologiquement très jeunes — quelques centaines de millions d'années tout au plus. De très nombreux volcans ont été identifiés à sa surface — mais sans véritables coulées de lave, ce qui constitue une énigme — ainsi que des formations géologiques, parfois uniques dans le Système solaire telles que coronae, arachnoïdes et farra, attribuées à des manifestations atypiques de volcanisme. En l'absence de tectonique des plaques identifiée à la surface de la planète, on pense que Vénus évacue sa chaleur interne périodiquement lors d'éruptions volcaniques massives qui remodèlent entièrement sa surface, ce qui expliquerait que celle-ci soit si récente. Entre ces épisodes de volcanisme global, le refroidissement de la planète serait trop lent pour entretenir un gradient thermique suffisant dans la phase liquide du noyau pour générer un champ magnétique global par effet dynamo.

Par ailleurs, des mesures d'émissivité à 1,18 µm réalisées en 2008 ont suggéré une relative abondance des granites et autres roches felsiques sur les terrains les plus élevés — qui sont généralement les plus anciens — de la planète, ce qui impliquerait l'existence passée d'un océan global assorti d'un mécanisme de recyclage de l'eau dans le manteau susceptible d'avoir produit de telles roches. À l'instar de Mars, Vénus aurait ainsi peut-être connu, il y a plusieurs milliards d'années, des conditions tempérées permettant l'existence d'eau liquide en surface, eau aujourd'hui disparue — par évaporation puis dissociation photochimique dans la haute atmosphère — au point de faire de cette planète l'une des plus sèches du Système solaire.

La planète Vénus a été baptisée du nom de la déesse Vénus de la féminité et de l'amour physique dans la mythologie romaine. Elle était déjà connue des Babyloniens à l'Âge du bronze, associée à la déesse Ishtar de la mythologie mésopotamienne.[/i]


CARACTERISTIQUES ORBITALES

Demi-grand axe 108 208 930 km
(0,723332 UA)
Aphélie 108 942 109 km
(0,72823128 UA)
Périhélie 107 476 259 km
(0,71843270 UA)
Circonférence orbitale 680 000 000 km
(4,545 UA)
Excentricité 0,0068
Période de révolution 224,701 d
Période synodique 583,92 d
Vitesse orbitale moyenne 35,02 km/s
Vitesse orbitale maximale 35,26 km/s
Vitesse orbitale minimale 34,79 km/s
Inclinaison sur l'écliptique 3,39°
Nœud ascendant 76,67069°
Argument du périhélie 54,85229°
Satellites connus Aucun


CARACTERISTIQUES PHYSIQUES

Rayon équatorial 6 051,8 ± 1,0 km
(0,949 Terre)
Rayon polaire 6 051,8 ± 1,0 km
(0,952 Terre)
Rayon moyen
volumétrique 6 051,8 ± 1,0 km
(0,950 Terre)
Aplatissement 0
Périmètre équatorial 38 025 km
(0,949 Terre)
Superficie 460×106 km2
(0,902 Terre)
Volume 928,43×109 km3
(0,857 Terre)
Masse 4,8685×1024 kg
(0,815 Terre)
Masse volumique globale 5,204×103 kg/m3
Gravité de surface 8,87 m/s2
(0,905 g)
Vitesse de libération 10,46 km/s
Période de rotation
(jour sidéral) -243,0185 d
Vitesse de rotation
(à l’équateur) 6,52 km/h
Inclinaison de l’axe 177,36°
Albédo géométrique visuel 0,65
Albédo de Bond 0,75
Irradiance solaire 2 613,9 W/m2
(1,911 Terre)
Température d'équilibre
du corps noir 231,7 K (-41,3 °C)
Température de surface :  
Maximum : 763 K (490 °C)
Moyenne : 735 K (462 °C)
Minimum : 719 K (446 °C)


CARACTERISTIQUES de L'ATMOSPHERE

Pression atmosphérique 9,3×106 Pa
Masse volumique au sol ~ 65 kg/m3
Masse totale 480×1018 kg
Hauteur d'échelle 15,9 km
Masse molaire moyenne 43,45 g/mol
Dioxyde de carbone CO2 ~96,5 %
Diazote N2 ~3,5 %
Dioxyde de soufre SO2 150 ppm
Argon Ar 70 ppm
Vapeur d'eau H2O 20 ppm
Monoxyde de carbone CO 17 ppm
Hélium He 12 ppm
Néon Ne 7 ppm
Acide chlorhydrique HCl 100 à 600 ppb
Acide fluorhydrique HF 1 à 5 ppb
Sulfure de carbonyle COS Traces




http://wwwassos.utc.fr/orion/planetes/Venus.php



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Roswell-1947 le Lun 12 Aoû - 8:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Ronald
Escorteur Ufo 2éme rang
Escorteur Ufo 2éme rang
avatar

Messages : 836
Réputation : 9
Date d'inscription : 04/01/2011
Age : 44
Localisation : Quelque part sur un vaisseau mère

MessageSujet: Re: Dossier : Cartes d'identités des Planètes   Lun 4 Avr - 8:25

La sonde Messenger dans l'orbite de la planète Mercure

Partie de la Terre en 2004, Il a fallu sept ans à la sonde Messenger pour atteindre Mercure.
Voici un aperçu en vidéo des images recueillies par le satellite tout au long de son étude de la planète.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7707
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Dossier : Cartes d'identités des Planètes   Lun 4 Avr - 8:59

MARS ♂

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mars vue par les sondes Viking en 1980.

Mars est la quatrième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la deuxième par masse et par taille croissantes. Son éloignement au Soleil est compris entre 1,381 et 1,666 UA, avec une période orbitale de 686,71 jours.

C’est une planète tellurique, comme le sont Mercure, Vénus et la Terre, environ dix fois moins massive que la Terre mais dix fois plus massive que la Lune. Sa topographie présente des analogies aussi bien avec la Lune, à travers ses cratères et ses bassins d'impact, qu'avec la Terre, avec des formations d'origine tectonique et climatique telles que des volcans, des rifts, des vallées, des mesas, des champs de dunes et des calottes polaires. La plus grande montagne du Système solaire, Olympus Mons (qui est aussi un volcan bouclier), et le plus grand canyon, Valles Marineris, se trouvent sur Mars.

Mars a aujourd'hui perdu la presque totalité de son activité géologique interne, et seuls des événements mineurs surviendraient encore épisodiquement à sa surface, tels que des glissements de terrain, sans doute des geysers de CO2 dans les régions polaires, peut-être des séismes, voire de rares éruptions volcaniques sous forme de petites coulées de lave.

La période de rotation de Mars est du même ordre que celle de la Terre, et son obliquité lui confère un cycle des saisons similaire à celui que nous connaissons ; ces saisons sont toutefois marquées par une excentricité orbitale cinq fois et demie plus élevée que celle de la Terre, d'où une asymétrie saisonnière sensiblement plus prononcée entre les deux hémisphères.

Mars peut être observée à l’œil nu, avec un éclat bien plus faible que celui de Vénus mais qui peut, lors d'oppositions rapprochées, dépasser l'éclat maximum de Jupiter, atteignant une magnitude apparente de -2,91, tandis que son diamètre apparent varie de 25,1 à 3,5 secondes d'arc selon que sa distance à la Terre varie de 55,7 à 401,3 millions de kilomètres. Mars a toujours été caractérisée visuellement par sa couleur rouge, due à l'abondance de l'hématite amorphe — oxyde de fer(III) — à sa surface. C'est ce qui l'a fait associer à la guerre depuis l'Antiquité, d'où son nom en Occident d'après le dieu Mars de la guerre dans la mythologie romaine, assimilé au dieu Arès de la mythologie grecque. En français, Mars est souvent surnommée « la planète rouge » en raison de cette couleur particulière.

Avant le survol de Mars par Mariner 4 en 1965, on pensait qu'il s'y trouvait de l'eau liquide en surface et que des formes de vie similaires à celles existant sur Terre pouvaient s'y être développées, thème très fécond en science fiction. Les variations saisonnières d'albédo à la surface de la planète étaient attribuées à de la végétation, tandis que des formations rectilignes perçues dans les lunettes astronomiques et les télescopes de l'époque étaient interprétées, notamment par l'astronome amateur américain Percival Lowell, comme des canaux d'irrigation traversant des étendues désertiques avec de l'eau issue des calottes polaires. Toutes ces spéculations ont été balayées par les sondes spatiales qui ont étudié Mars : dès 1965, Mariner 4 permit de découvrir une planète dépourvue de champ magnétique global, avec une surface cratérisée rappelant celle de la Lune, et une atmosphère ténue.

Depuis lors, Mars fait l'objet de programmes d'exploration plus ambitieux que pour aucun autre objet du Système solaire : de tous les astres que nous connaissons, c'est en effet celui qui présente l'environnement différant le moins de celui de notre planète. Cette exploration intensive nous a apporté une bien meilleure compréhension de l'histoire géologique martienne, révélant notamment l'existence d'une époque reculée — le Noachien — où les conditions en surface devaient être assez similaires à celles de la Terre à la même époque, avec la présence de grandes quantités d'eau liquide ; la sonde Phoenix a ainsi découvert en été 2008 de la glace d'eau à une faible profondeur dans le sol de Vastitas Borealis.

Enfin, Mars possède deux petits satellites naturels, Phobos et Deimos.


Caractéristiques orbitales

Demi-grand axe 227 936 637 km
(1,52366231 UA)
Aphélie 249 228 730 km
(1,66599116 UA)
Périhélie 206 644 545 km
(1,38133346 UA)
Circonférence orbitale ~1 430 000 000 km
(9,553 UA)
Excentricité 0,09341233
Période de révolution 686,9601 d
(1,8808 a)
Période synodique 779,9643 d
Vitesse orbitale moyenne 24,077 km/s
Vitesse orbitale maximale 26,499 km/s
Vitesse orbitale minimale 21,972 km/s
Inclinaison sur l'écliptique 1,85061°
Nœud ascendant 49,578°
Argument du périhélie 286,46230°
Satellites connus 2 (Phobos, Déimos)


Caractéristiques physiques

Rayon équatorial 3 396,2 ± 0,1 km
(0,533 Terre)
Rayon polaire 3 376,2 ± 0,1 km
(0,531 Terre)
Rayon moyen
volumétrique 3 389,5 km
(0,532 Terre)
Aplatissement 0,00589 ± 0,00015
Périmètre équatorial 21 344 km
(0,5326 Terre)
Superficie 144 798 500 km2
(0,284 Terre)
Volume 163,18×109 km3
(0,151 Terre)
Masse 641,85×1021 kg
(0,107 Terre)
Masse volumique globale 3 933,5 ± 0,4 kg/m3
Gravité de surface 3,711 m/s2
(0,376 g)
Vitesse de libération 5,027 km/s
Période de rotation
(jour sidéral) 1,025957 d
(24,622962 h)
Vitesse de rotation
(à l’équateur) 868,220 km/h
Inclinaison de l’axe 25,19°
Albédo géométrique visuel 0,15
Albédo de Bond 0,25
Irradiance solaire 589,2 W/m2
(0,431 Terre)
Température d'équilibre
du corps noir 210,1 K (-62,9 °C)
Température de surface :  
Maximum : 270 K (-3 °C)
Moyenne : 210 K (-63 °C)
Minimum : 140 K (-133 °C)


Caractéristiques de l’atmosphère

Pression atmosphérique 636 (30 à 1 155) Pa
Masse volumique au sol 0,020 kg/m3
Masse totale 25×1015 kg
Hauteur d'échelle 11,1 km
Masse molaire moyenne 43,34 g/mol
Dioxyde de carbone CO2 95,32 %
Diazote N2 2,7 %
Argon Ar 1,6 %
Dioxygène O2 0,13 %
Monoxyde de carbone CO 0,07 %
Vapeur d'eau H2O 0,03 %
Monoxyde d'azote NO 130 ppm
Hydrogène moléculaire H2 15 ppm
Néon Ne 2,5 ppm
Eau lourde HDO 850 ppb
Krypton Kr 300 ppb
Méthanal HCHO 130 ppb
Xénon Xe 80 ppb
Ozone O3 30 ppb
Peroxyde d'hydrogène H2O2 18 ppb
Méthane CH4 10,5 ppb




http://wwwassos.utc.fr/orion/planetes/Mars.php



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Roswell-1947 le Mar 22 Nov - 14:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7707
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Dossier : Cartes d'identités des Planètes   Lun 4 Avr - 10:01

JUPITER ♃

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Jupiter vue par Voyager 2 en 1979
(image retraitée en 1990 pour souligner les formations telles que la Grande tache rouge).


Jupiter est une planète géante gazeuse, la plus grosse planète du système solaire et la cinquième en partant du Soleil (après Mercure, Vénus, la Terre et Mars). Elle doit son nom au dieu romain Jupiter. Le symbole astronomique de la planète est la représentation de la foudre de Jupiter.

Visible à l'œil nu dans le ciel nocturne, Jupiter est habituellement le quatrième objet le plus brillant (après le Soleil, la Lune et Vénus; parfois Mars apparaît plus lumineuse que Jupiter, et de temps en temps Jupiter apparaît plus lumineuse que Vénus).

Comme sur les autres planètes gazeuses, des vents violents, de près de 600 km/h, parcourent les couches supérieures de la planète. La célèbre et spectaculaire grande tache rouge est une zone de surpression qui est observée au moins depuis le XIXe siècle.[/i][/font]


La grande tache rouge de Jupiter

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Légende de l'illustration

L’image de gauche a été réalisée le 8 avril 2006 avec l’Advanced Camera for Surveys de Hubble. Elle montre quelques nuages pâles au centre de la deuxième tache rouge. Un violent phénomène de convection, probablement un orage intense, apparaît comme un brillant nuage blanc au nord de l'ovale, au sein des nuages turbulents qui précèdent la Grande Tache Rouge.

L’image de droite a été réalisée à l’aide du même instrument de Hubble le 16 avril 2006. La seconde tache rouge apparaît aux latitudes méridionales, en dessous du centre du disque de Jupiter. La tache est approximativement de la taille de la Terre. L'image a été prise en lumière visible et dans le proche infrarouge, et ne représente pas les couleurs réelles de Jupiter. La couleur rouge indique des couvertures de brume à haute altitude : la zone équatoriale, la Grande Tache Rouge, la seconde tache rouge, et les calottes polaires.


La grande tache rouge de Jupiter est un gigantesque anticyclone de l'atmosphère de Jupiter situé à 22°S de latitude. Long d'environ 25 000 km et large de près de 12 000 km (1979), il est donc gros comme trois fois la Terre. Des vents y soufflent à environ 700 km/h. On l'observe depuis plus de 300 ans, bien que le nom de « grande tache rouge » n'ait été donné qu'autour de 1878, lorsque la couleur de l'objet est passée de brun à rouge.

Le 25 février 1979, Voyager 1 a survolé Jupiter à 9,2 millions de km. C'est ainsi qu'ont été prises les premières images détaillées de la grande tache rouge, où des détails des nuages, correspondant à des dimensions de 160 km, sont visibles. Les images les plus détaillées à ce jour sont due à la mission Cassini-Huygens, avec une résolution de 60 km.

La grande tache rouge a été découverte par Cassini en 1665, bien qu'on en donne parfois le crédit à Robert Hooke en l'an 1664.

Elle est visible même depuis la Terre avec un télescope de 102 à 153 mm (4 à 6 pouces) de diamètre. Avec une période de rotation d'environ 6 jours terrestres, la grande tache rouge, qui peut donc passer deux ou trois fois au méridien central de Jupiter au cours d'une même journée, est bien placée pour l'observation environ une heure avant et après ce passage (si Jupiter est visible dans le ciel observé). Sa latitude a été observée comme étant stable ( 22° dans l'hémisphère sud ), avec des variations d'un degré, tandis que sa longitude varie constamment ( 119° en septembre 2007 et 127° en 2008 ).

Sa couleur varie du saumon au gris lorsque observée depuis la Terre. Des images à haute résolution ont montré que l'aspect grisâtre provient de nuages blancs qui peuvent se superposer à la grande tache rouge.


Caractéristiques orbitales

Demi-grand axe 778 412 027 km
(5,20336301 UA)
Aphélie 816 620 000 km
(5,46 UA)
Périhélie 740 520 000 km
(4,95 UA)
Circonférence orbitale 4 774 000 000 km
(32,675 UA)
Excentricité 0,04839266
Période de révolution 4 335,3545 d
(11,862 a)
Période synodique 398,8613 d
Vitesse orbitale moyenne 13,0572 km/s
Vitesse orbitale maximale 13,72 km/s
Vitesse orbitale minimale 12,44 km/s
Inclinaison sur l'écliptique 1,30530°
Nœud ascendant 100,55615°
Argument du périhélie 14,75385°
Satellites connus 63
Anneaux connus 3 principaux.


Caractéristiques physiques

Rayon équatorial 71 492 km
(11,209 Terres)
Rayon polaire 67 567,5 km
(10,517 Terres)
Aplatissement 0,06487
Périmètre équatorial 449 197 km
(11,21 Terres)
Superficie 6,14×1010 km2
(120,5 Terres)
Volume 1,43128×1015 km3
(1 321,3 Terres)
Masse 1,8986×1027 kg
(317,8 Terres)
Masse volumique globale 1 326 kg/m3
Gravité de surface 24,7964249 m/s2
(2,358 g)
Vitesse de libération 59,5 km/s
Période de rotation
(jour sidéral) 0,41351 d
(9 h 55 min 27,3 s)
Vitesse de rotation
(à l’équateur) 47 051 km/h
Inclinaison de l’axe 3,12°
Albédo géométrique visuel 0,52
Albédo de Bond 0,343
Irradiance solaire 50,50 W/m2
(0,037 Terre)
Température d'équilibre
du corps noir 110,0 K (-163 °C)
Température de surface :  
Température à 10 kPa : 112 K (-161 °C)
Température à 100 kPa : 165 K (-108 °C)


Caractéristiques de l’atmosphère

Masse volumique
à 100 kPa 0,16 kg/m3
Hauteur d'échelle 27 km
Masse molaire moyenne 2,22 g/mol
Dihydrogène (H2) ~86 %
Hélium (He) ~13 %
Méthane (CH4) 0,1 %
Vapeur d'eau (H2O) 0,1 %
Ammoniac (NH3) 0,02 %
Éthane (C2H6) 0,0002 %
Phosphine (PH3) 0,0001 %
Sulfure d'hydrogène (SH2) < 0,0001 %




http://wwwassos.utc.fr/orion/planetes/Jupiter.php



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Roswell-1947 le Mar 22 Nov - 14:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7707
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Dossier : Cartes d'identités des Planètes   Ven 8 Avr - 10:18

SATURNE ♄

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Saturne vue par la sonde Cassini en 2008.


SATURNE est la sixième planète du système solaire par ordre de distance au Soleil et la deuxième plus grande planète du système solaire après Jupiter. Son nom vient du dieu romain Saturne (assimilé au titan grec Cronos). Le symbole de Saturne représente la faucille du dieu (Unicode: ♄).

Saturne est une géante gazeuse, comme Jupiter, Uranus et Neptune. D'un diamètre d'environ neuf fois et demi celui de la Terre, elle est majoritairement composée d'hydrogène et d'hélium.

Saturne possède un magnifique système d'anneaux, composés principalement de particules de glace et de poussière. Saturne possède de nombreux satellites, dont cinquante-trois ont été confirmés et nommés. Titan est le plus grand satellite de Saturne et la deuxième plus grande lune du système solaire (après Ganymède de Jupiter). Titan est plus grand que la planète Mercure et est la seule lune du système solaire à posséder une atmosphère significative.


Les anneaux de Saturne

Les anneaux de Saturne sont un des spectacles les plus remarquables du système solaire et constituent la caractéristique principale de la planète Saturne. À la différence de ceux des autres géantes gazeuses, ils sont extrêmement brillants (albédo de 0,2 à 0,6) et peuvent être vus à l'aide de simples jumelles.

Il y règne une agitation permanente : vagues, collisions, accumulations de matières.
En 2009 un anneau a été mis en évidence par le satellite Spitzer en infra-rouge. Ce nouvel anneau, très peu dense, a été trouvé à l'endroit même où évolue un des satellites de Saturne, Phœbé, qui en serait peut-être à l'origine.

Les anneaux de Saturne sont les anneaux planétaires les plus importants du système solaire, situés autour de la géante gazeuse Saturne. Constitués d'innombrables particules de glace et de poussière dont la taille varie de quelques micromètres à quelques mètres, ils ont chacun une orbite différente. Les anneaux forment un disque dont le diamètre est de 400 000 km comportant plusieurs divisions de largeurs variées.

Invisibles de la Terre à l'œil nu, les anneaux de Saturne ont cependant une brillance suffisante pour être observés avec des jumelles.

Ils ont été découverts en 1610 par le savant italien Galilée grâce à une lunette astronomique de sa conception. Celui-ci interpréta ce qu'il voyait comme de mystérieux appendices. Bénéficiant d'une meilleure lunette que Galilée, le Hollandais Christiaan Huygens va découvrir qu'il s'agit en fait d'un anneau entourant Saturne.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les anneaux de Saturne par rapport aux orbites de certains de ses satellites.


Caractéristiques orbitales

Demi-grand axe 1 421 179 772 km
(9,53707032 UA)
Aphélie 1 503 983 449 km
(10,05350840 UA)
Périhélie 1 349 467 375 km
(9,02063224 UA)
Circonférence orbitale 5 684 719 086 km
(38 UA)
Excentricité 0,05415060
Période de révolution 10 757,7365 d
(29 a 165 d 11,68 h)
Période synodique 378,0944 d
Vitesse orbitale moyenne 9,6446 km/s
Vitesse orbitale maximale 10,183 km/s
Vitesse orbitale minimale 9,137 km/s
Inclinaison sur l'écliptique 2,48446°
Nœud ascendant 113,7153281104°
Argument du périhélie 338,71690°
Satellites connus 62 connus en septembre 2010, dont 53 ont été nommés.
Anneaux connus 7 principaux, finement divisés.


Caractéristiques physiques

Rayon équatorial 60 268 km
(9,4492 Terres)
Rayon polaire 54 359 km
(8,5521 Terres)
Rayon moyen
volumétrique 58 232 km
(9,014 Terres)
Aplatissement 0,09796
Périmètre équatorial 378 675 km
Superficie 43,466×109 km2
(83,703 Terres)
Volume 827,13×1012 km3
(763 Terres)
Masse 568,46×1024 kg
(95,152 Terres)
Masse volumique globale 687,3 kg/m3
Gravité de surface 8,96 m/s2
(0,916 g)
Vitesse de libération 35,5 km/s
Période de rotation
(jour sidéral) 0,444 d
(10 h 47 min 6 s)
Vitesse de rotation
(à l’équateur) 34 821 km/h
Inclinaison de l’axe 26,73°
Albédo géométrique visuel 0,47
Albédo de Bond 0,342
Irradiance solaire 14,90 W/m2
(0,011 Terre)
Température d'équilibre
du corps noir 81,1 K (-191,9 °C)
Température de surface :  
Température à 10 kPa : 84 K (-189 °C)
Température à 100 kPa : 134 K (-139 °C)


Caractéristiques de l’atmosphère

Masse volumique
à 100 kPa 0,19 kg/m3
Hauteur d'échelle 59,5 km
Masse molaire moyenne 2,07 g/mol
Hydrogène H2 > 93 %
Hélium He > 5 %
Méthane CH4 0,2 %
Vapeur d'eau H2O 0,1 %
Ammoniac NH3 0,01 %
Éthane C2H6 0,0005 %
Hydrure de phosphore PH3 0,0001 %




http://wwwassos.utc.fr/orion/planetes/Saturne.php



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7707
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Dossier : Cartes d'identités des Planètes   Ven 8 Avr - 13:03

URANUS ♅

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Uranus vue par la sonde Voyager 2 en 1986.

Uranus est une géante gazeuse et la 7e planète du système solaire. C’est la 3e par la taille et la 4e par la masse. Elle doit son nom à la divinité grecque du ciel, Uranus (Οὐρανός), le père de Cronos (Saturne) et grand-père de Zeus (Jupiter). Uranus est la première planète découverte à l’époque moderne. Bien qu'elle soit visible à l’œil nu comme les 5 planètes classiques, son caractère planétaire ne fut jamais identifié en raison de son faible éclat, étant à la limite de visibilité (magnitude comprise entre 5,3 et 5,7 pour les oppositions et ~6 sinon). William Herschel annonce sa découverte le 13 mars 1781, élargissant les frontières connues du système solaire pour la première fois à l’époque moderne. Uranus est la première planète découverte à l’aide d’un télescope.

Uranus et Neptune ont des compositions interne et atmosphériques différentes de celles des deux plus grandes géantes gazeuses : Jupiter et Saturne. Les astronomes les placent donc parfois dans une catégorie différente, celle des géantes glacées ou des sous-géantes. L’atmosphère d’Uranus, bien que composée principalement d’hydrogène et d’hélium, contient une proportion plus importante de glaces d’eau, d’ammoniac et de méthane, ainsi que les traces habituelles d’hydrocarbures. Uranus est la planète du système solaire dont l’atmosphère est la plus froide, sa température minimale étant de 49 K (-224 °C), à la tropopause (vers 56 km d'altitude et 0,1 bar). Elle a une structure nuageuse complexe : les nuages des couches les plus basses seraient constitués d’eau, ceux des couches les plus élevées, de méthane.

À l’instar des autres géantes gazeuses, Uranus a un système d’anneaux, une magnétosphère et de nombreux satellites naturels. Le système uranien est unique dans le système solaire car son axe de rotation est pratiquement dans son plan de révolution autour du Soleil ; les pôles nord et sud sont situés où les autres planètes ont leur équateur. En 1986, les images de Voyager 2 ont montré Uranus comme une planète sans caractéristique particulière en lumière visible, sans couches nuageuses ou tempêtes existant sur les autres planètes gazeuses. Cette visite de la sonde se produisit près du solstice, l'hémisphère éclairé était alors principalement son hémisphère austral.
Cependant, les observateurs terrestres ainsi que le télescope spatial Hubble, ont depuis constaté des signes de changements saisonniers et une augmentation de l’activité météorologique ces dernières années, Uranus approchant alors de son équinoxe, qu'il a atteint en décembre 2007. Le vent à la surface d’Uranus peut atteindre une vitesse de 250 m/s.


Découverte de la planète Uranus

Uranus fut observée à de nombreuses occasions avant que son caractère planétaire ne soit formellement identifié : elle est en général prise pour une étoile. La plus ancienne mention date de 1690 lorsque John Flamsteed l’observe au moins six fois et la catalogue sous le nom de 34 Tauri. L’astronome français Pierre Charles Le Monnier observe Uranus au moins douze fois entre 1750 et 1769, notamment durant quatre nuits consécutives.

Sir William Herschel observe la planète le 13 mars 1781 dans le jardin de sa maison du 19 New King Street à Bath dans le Somerset en Angleterre (désormais le Musée d'astronomie Herschel) mais n’annonce la découverte que le 26 avril 1781 en tant que comète. Herschel avait entrepris une série de mesures de la parallaxe des étoiles fixes en utilisant un télescope de sa conception.

Il écrit dans son journal : « dans le quartile près de ζ Tauri … soit une étoile nébuleuse soit peut-être une comète. » Le 17 mars, il note, « j’ai regardé la comète ou étoile nébuleuse et, comme elle avait changé de place, j’en ai déduit que c’était une comète et non une nébuleuse. » Lorsqu’il présente sa découverte à la Royal Society, il continue d’affirmer que c’est une comète mais la compare aussi implicitement à une planète :

« The power I had on when I first saw the comet was 227. From experience I know that the diameters of the fixed stars are not proportionally magnified with higher powers, as planets are; therefore I now put the powers at 460 and 932, and found that the diameter of the comet increased in proportion to the power, as it ought to be, on the supposition of its not being a fixed star, while the diameters of the stars to which I compared it were not increased in the same ratio. Moreover, the comet being magnified much beyond what its light would admit of, appeared hazy and ill-defined with these great powers, while the stars preserved that lustre and distinctness which from many thousand observations I knew they would retain. The sequel has shown that my surmises were well-founded, this proving to be the Comet we have lately observed. »

Herschel avertit l’astronome royal, Nevil Maskelyne, de sa découverte et reçut une réponse embarrassée de sa part le 23 avril : « Je ne sais pas comment l’appeler. Il est aussi probable que ce soit une planète située sur une orbite autour du Soleil presque circulaire, que ce soit une comète de trajectoire très elliptique. Je n’ai pas observé pour l’instant de chevelure ou de queue. »

Tandis qu’Herschel continue par précaution à appeler ce nouvel objet une comète, d’autres astronomes soupçonnent sa véritable nature. L’astronome russe Anders Johan Lexell estime sa distance à dix-huit fois la distance Terre-Soleil. Aucune comète ayant un périhélie supérieur à quatre fois la distance Terre-Soleil n’a alors jamais été observée. L’astronome berlinois Johann Elert Bode pense que la découverte d’Herschel est « une étoile mobile qui peut être considérée comme un type d’objet planétaire jusqu’alors inconnu orbitant au-delà de l’orbite de Saturne ». Bode conclut que son orbite presque circulaire ressemble davantage à celle d’une planète que d’une comète.

L’objet est bientôt unanimement accepté en tant que planète. En 1783, Herschel lui-même le reconnait auprès du président de la Royal Society Joseph Banks : « Selon les observations des plus éminents astronomes européens, il apparait que la nouvelle étoile que j’ai eu l’honneur de leur faire découvrir en mars 1781, est une planète principale du système solaire. », Le roi Georges III récompense Herschel de sa découverte en lui attribuant une rente annuelle de £200 à condition qu’il s’installe à Windsor afin que la famille royale puisse regarder à travers ses télescopes.


Caractéristiques orbitales

Demi-grand axe 2 876 679 082 km
(19,22941195 UA)
Aphélie 3 004 419 704 km
(20,08330526 UA)
Périhélie 2 748 938 461 km
(18,37551863 UA)
Circonférence orbitale 17 620 000 000 km
Excentricité 0,044405586
Période de révolution 30 799,095 d
(84,323326 ans)
Période synodique 369,66 d
Vitesse orbitale moyenne 6,81 km/s
Vitesse orbitale maximale 7,128 ? km/s
Vitesse orbitale minimale 6,486 ? km/s
Inclinaison sur l'écliptique 0,772556°
Nœud ascendant 73,989821°
Argument du périhélie 96,541318°
Satellites connus 27
Anneaux connus 13


Caractéristiques physiques

Rayon équatorial 25 559 ± 4 km
(4,007 Terres)
Rayon polaire 24 973 ± 20 km
(3,929 Terres)
Aplatissement 0,02293
Périmètre équatorial 160 592 km
Superficie 8,1156×109 km2
(15,91 Terres)
Volume 68,33×1012 km3
(63,086 Terres)
Masse 86,810 ± 0,013 ×1024 kg
(14,536 Terres)
Masse volumique globale 1 270 kg/m3
Gravité de surface 8,69 m/s2
(0,886 g)
Vitesse de libération 21,3 km/s
Période de rotation
(jour sidéral) -0,71833 d
(17 h 14 min 24 s (rétrograde))
Vitesse de rotation
(à l’équateur) 9 320 km/h
Inclinaison de l’axe 97,77°
Albédo géométrique visuel 0,51
Albédo de Bond 0,300
Irradiance solaire 3,71 W/m2
(0,003 Terre)
Température d'équilibre
du corps noir 58,2 K (-214,8 °C)
Température de surface :  
Température à 10 kPa : 53 K (-220 °C)
Température à 100 kPa : 76 K (-197 °C)


Caractéristiques de l’atmosphère

Masse volumique
à 100 kPa 0,42 kg/m3
Hauteur d'échelle 27,7 km
Masse molaire moyenne 2,64 g/mol
Hydrogène H2 83 %
Hélium He 15 %
Méthane CH4 2,3 %
Ammoniac NH3 0,01%
Éthane C2H6 2,5 ppm
Acétylène C2H2 100 ppb
Monoxyde de carbone CO traces
Sulfure d'hydrogène H2S traces


Date et auteur de sa découverte

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Découverte par William Herschel
le 13 mars 1781


William Herschel découvre la planète le 13 mars 1781 lors d’une recherche systématique d’étoiles doubles à l’aide d’un télescope dans le jardin de sa maison du 19 New King Street à Bath dans le Somerset en Angleterre (désormais le Musée d'astronomie Herschel) mais n’annonce la découverte que le 26 avril 1781, en tant que comète. Herschel avait entrepris une série de mesures de la parallaxe des étoiles fixes en utilisant un télescope de sa conception. À la frontière des constellations des Gémeaux et du Taureau, Herschel remarque au milieu des points-étoiles une petite tache semblant sortir de derrière la planète Saturne. Il change alors successivement d’oculaire, passant du grossissement 227 à 460. Il note alors que la petite tache double de taille. Il change à nouveau d’oculaire pour un grossissement de 932, 1 536 et 2 010, et là encore, l’objet augmente de taille à chaque fois, tandis que les étoiles tout autour, très éloignées, ne varient pas en taille et restent de simples points brillants.

Cela ne peut être une étoile ; il écrit donc dans son journal l’observation d’un curieux objet, une nébuleuse ou une comète. Il note la position de l’astre, puis quelques jours après reprend son observation. La petite tache avait bougé, ça ne pouvait être une nébuleuse, donc c’était une comète. Il décide alors de prévenir la communauté scientifique de sa découverte et envoie un courrier avec les détails de sa comète au directeur de l’observatoire d’Oxford, Thomas Hornsby. Il informe également l’astronome royal Nevil Maskelyne de l’observatoire de Greenwich. Celui-ci, après avoir observé la comète et constaté qu’elle se comportait différemment des autres, conseille à Herschel d’écrire à la Royal Society mais n’annonce la découverte que le 26 avril 1781, en tant que comète.




http://wwwassos.utc.fr/orion/planetes/Uranus.php



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Roswell-1947 le Mar 22 Nov - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7707
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Dossier : Cartes d'identités des Planètes   Sam 9 Avr - 11:23

NEPTUNE ♆

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Neptune vue par la sonde Voyager 2 en 1989.

Neptune est la huitième et toute dernière planète du Système solaire par distance croissante au Soleil.

Neptune orbite autour du Soleil à une distance d'environ 30 UA avec une excentricité orbitale moitié moindre que celle de la Terre en bouclant une révolution complète en 164,79 ans. C'est la troisième planète du Système solaire par masse décroissante — elle est 17 fois plus massive que la Terre et 19 fois moins massive que Jupiter — et la quatrième par taille décroissante ; Neptune est en effet à la fois un peu plus massive et un peu plus petite qu'Uranus.

Neptune et Uranus ont une composition similaire, et légèrement différente de celle des deux autres planètes géantes gazeuses, Jupiter et Saturne. Comme ces dernières, l'atmosphère de Neptune est principalement constituée d'hydrogène et d'hélium avec des traces d'hydrocarbures et peut-être d'azote, mais contiendrait davantage de « glaces » (au sens astrophysique), c'est-à-dire de composés volatils tels que l'eau, l'ammoniac et le méthane. Ce dernier est d'ailleurs partiellement responsable de la teinte bleue de l'atmosphère de Neptune, bien que l'origine de ce bleu très soutenu — plus soutenu que celui produit par le seul méthane — soit en fait inconnue.

Cette atmosphère présente des formations météorologiques bien visibles, contrairement à celle, uniforme, d'Uranus, avec notamment une Grande tache sombre observée en été 1989 par Voyager 2 dont la nature semble similaire à celle de la Grande tache rouge de Jupiter — à la différence près que celle de Neptune a disparu depuis — et des vents dont la vitesse a été estimée à 2 100 km/h — de loin les vents les plus rapides du Système solaire. La température mesurée dans les couches supérieures de l'atmosphère est de l'ordre de 55 K (-218 °C), moyenne la plus basse mesurée sur une planète du Système solaire.

Contrairement aux sept autres planètes, Neptune n'est jamais visible à l'œil nu : sa magnitude apparente de 8,0 en fait un astre environ quatre fois moins brillant que les plus pâles étoiles visibles à l'œil nu, dont la magnitude apparente ne dépasse pas 6,5. Elle n'apparaît comme un disque bleu-vert qu'à travers un télescope. Planète la plus éloignée de la Terre, Neptune n'a été visitée que par une seule sonde spatiale, Voyager 2, qui est passée près de la planète le 25 août 1989 et a permis à la fois de découvrir cinq de ses treize satellites actuellement connus, d'explorer partiellement le principal d'entre eux (Triton) et de confirmer l'existence d'au moins six anneaux ténus et très sombres, dont le plus externe comporte cinq arcs concentrés sur 52° de circonférence. L'essentiel de nos connaissances sur Neptune provient de cette unique rencontre.

Neptune est la seule des huit planètes connues à avoir été découverte par le calcul mathématique plutôt que par l'observation empirique. L'astronome français Alexis Bouvard avait noté des perturbations inexpliquées sur l'orbite d'Uranus et conjecturé au début du XIXe siècle qu'une huitième planète, plus lointaine, pouvait en être la cause. Les astronomes britannique John Couch Adam en 1843 et français Urbain Le Verrier en 1846 calculèrent chacun de leur côté et par des méthodes différentes la position prévisible de cette hypothétique planète, qui fut observée le 23 septembre 1846 par l'astronome allemand Johann Gottfried Galle à 1° de la position alors calculée par Le Verrier, et à 12° de celle calculée par Adams.

Le nom de cette huitième planète vient du dieu Neptune des océans dans la mythologie romaine. Son symbole astronomique  est une version stylisée du trident du dieu Neptune, tandis que son symbole alternatif représente les initiales de Le Verrier.


Grande tache sombre de Neptune

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La grande tache sombre (aussi connue sous le nom GDS-89 ou GTS) était une tache (sombre, d’où son nom) sur Neptune d'apparence similaire à la grande tache rouge de Jupiter. La première a été observée en 1989 par la NASA grâce à la sonde Voyager 2. Comme celle de Jupiter, c’est une tempête anticyclonique. Toutefois, l'intérieur de la GTS possède relativement peu de nuages, et contrairement à celle de Jupiter, qui existe depuis des centaines d'années, sa durée de vie semble être beaucoup plus courte, son apparition et sa disparition survenant avec un intervalle de quelques années.

Sur la base d'observations effectuées par Voyager, et par la suite par le télescope spatial Hubble, Neptune semble présenter une GTS un peu plus de la moitié du temps. Presque tout ce que l'on sait de Neptune est basé sur les recherches effectuées par la sonde Voyager 2 lors de son survol.
D'autres taches sombres à d'autres endroits ont été détectées depuis, ce qui indique que l'atmosphère de Neptune change rapidement au cours des siècles.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Détails de l'atmosphère de Neptune montrant la Grande tache sombre, la Petite tache sombre et le « Scooter »
(formation blanche à gauche entre les deux taches distinctes).



Caractéristiques orbitales

Demi-grand axe 4,498 253×109 km
(30,06896348 UA)
Aphélie 4,536874325×109 km
(30,32713169 UA)
Périhélie 4,459631496×109 km
(29,81079527 UA)
Circonférence orbitale 28,142×109 km
Excentricité 0,00858587
Période de révolution 60 224,9036 d
(164 a 323 d 21,7 h)
Période synodique 367,4857 d
Vitesse orbitale moyenne 5,4317 km/s
Vitesse orbitale maximale 5,479 km/s
Vitesse orbitale minimale 5,385 km/s
Inclinaison sur l'écliptique 1,76917°
Nœud ascendant 131,72169°
Argument du périhélie 273,24966°
Satellites connus 13, notamment Triton.
Anneaux connus 5 principaux.


Caractéristiques physiques

Rayon équatorial 24 764 ± 15 km
(3,883 Terres)
Rayon polaire 24 341 ± 30 km
(3,829 Terres)
Rayon moyen
volumétrique 24 622 km
(3,865 Terres)
Aplatissement 0,0171
Périmètre équatorial 155 597 km
Superficie 7,6408×109 km2
(14,98 Terres)
Volume 62,526×1012 km3
(57,74 Terres)
Masse 102,43×1024 kg
(17,147 Terres)
Masse volumique globale 1 638 kg/m3
Gravité de surface 11,15 m/s2
(1,14 g)
Vitesse de libération 23,5 km/s
Période de rotation
(jour sidéral) 0,67125 d
(16 h 6,6 min)
Vitesse de rotation
(à l’équateur) 9 660 km/h
Inclinaison de l’axe 29,58°
Albédo géométrique visuel 0,41
Albédo de Bond 0,29
Irradiance solaire 1,51 W/m2
(0,001 Terre)
Température d'équilibre
du corps noir 46,6 K (-226,4 °C)
Température de surface :  
Température à 10 kPa : 55 K (-218 °C)
Température à 100 kPa : 72 K (-201 °C)


Caractéristiques de l’atmosphère

Masse volumique
à 100 kPa 0,45 kg/m3
Hauteur d'échelle 19,1 à 20,3 km
Masse molaire moyenne 2,53 à 2,69 g/mol
Dihydrogène H2 80 ± 3,2 %
Hélium He 19 ± 3,2 %
Méthane CH4 1,5 ± 0,5 %
Deutérure d'hydrogène HD 190 ppm
Ammoniac NH3 100 ppm
Éthane C2H6 2,5 ppm
Acétylène C2H2 100 ppb
Histoire
Découverte par Johann Gottfried Galle sur les indications d'Urbain Le Verrier.
Découverte le 23 septembre 1846




http://wwwassos.utc.fr/orion/planetes/Neptune.php



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Roswell-1947 le Mar 22 Nov - 14:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Roswell-1947
Administrator
Administrator
avatar

Messages : 7707
Réputation : 25
Date d'inscription : 29/11/2010
Localisation : Alpha du Centaure

MessageSujet: Re: Dossier : Cartes d'identités des Planètes   Dim 10 Avr - 11:32

Pluton ♇

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Pluton (39 UA en moyenne), est une planète naine, est le plus grand objet connu de la ceinture de Kuiper. Découvert en 1930 et considéré comme une planète, elle fut reclassifiée en août 2006 lors de l'adoption d'une définition formelle de ces différents corps. Pluton possède une orbite excentrique inclinée de 17° sur le plan de l'écliptique et qui s'étend de 29,7 UA au périhélie à 49,5 UA à l'aphélie.

Pluton est la deuxième plus grande planète naine connue dans le Système solaire après Éris, avec un diamètre de 2 306 km (celui d'Éris est de 2 326 km; à titre de comparaison, le diamètre de la Lune est de 3 474 km). Il serait plus exact de parler du couple que forme Pluton avec Charon (diamètre 1 207 km) au sein du système plutonien, le centre de gravité de ce couple se situant dans le vide les séparant.

Éris, officiellement désignée par (136199) Éris : désignation internationale (136199), est probablement la plus grande planète naine connue du Système solaire — statut disputé avec Pluton — et le neuvième ou dixième plus grand objet — pour la même raison — orbitant directement autour du Soleil.

Pluton, officiellement désignée par (134340), est le premier objet transneptunien découvert (en 1930) et la deuxième plus grande planète naine connue du système solaire. Elle orbite autour du Soleil à une distance variant entre 29 et 49 unités astronomiques et appartient à la ceinture de Kuiper. Son diamètre est de 2 300 km.

Depuis sa découverte par l'astronome américain Clyde Tombaugh en 1930, Pluton était considérée comme la neuvième planète du système solaire. À la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle, de plus en plus d’objets similaires furent découverts dans le système solaire externe, en particulier Éris, légèrement plus grand et plus massif que Pluton. Cette évolution amena l’Union astronomique internationale (UAI) à redéfinir la notion de planète en août 2006, Cérès, Pluton et Éris étant depuis cette date classées comme des planètes naines. L’UAI a également décidé de faire de Pluton le prototype d’une nouvelle catégorie d’objet transneptunien. Suite à cette modification de la nomenclature, Pluton a été ajoutée à la liste des objets mineurs du système solaire et s’est vue attribuer le numéro 134340 dans le catalogue des objets mineurs. En juin 2008, l'UAI a décidé de le classer dans la catégorie des plutoïdes, comme Éris.

Pluton est principalement composée de roche et de glace de méthane, mais aussi de glace d’eau. Son diamètre est d’environ les deux tiers de celui de la Lune. Le couple que forme Pluton avec son grand satellite, Charon, est généralement considéré comme un système double, puisque la différence de masse entre les deux objets est l’une des plus faibles de tous les couples planétoïdes/satellites du système solaire (rapport 8 pour 1), et surtout parce que le barycentre de leurs orbites ne se situe pas à l’intérieur d’un des deux corps. Deux autres satellites naturels nettement plus petits, Nix et Hydra, ont également été découverts en 2005.

Aucune sonde spatiale n’a encore survolé Pluton en 2011, mais la sonde New Horizons, lancée en janvier 2006 par la NASA pour explorer le système plutonien, doit le survoler durant l’été 2015, après un voyage de 6,4 milliards de kilomètres.

Pluton fut découvert en 1930 lors de la recherche d'un corps céleste permettant d'expliquer les perturbations orbitales de Neptune, hypothèse proposée par Percival Lowell comme étant la Planète X.


Ayant fait fortune dans les affaires, Lowell se fait construire en 1894 un observatoire à plus de 2 000 mètres d'altitude dans l'Arizona et entreprend la recherche d'une neuvième planète au-delà de Neptune. Il pense suivre la même méthode que celle qui avait conduit à la découverte de cette dernière en étudiant son orbite, mais la précision des instruments de l'époque ne permettant pas de mesurer de façon précise les anomalies orbitales, il doit se rabattre sur celles d'Uranus. Sa planète (baptisée « X ») serait située à 47,5 ua, aurait une période de 327 ans et une masse de deux cinquièmes de celle de Neptune. En 1905, il lance une première campagne photographique de trois ans, mais celle-ci ne donne rien de concluant, notamment, comme il fut démontré par la suite, parce que ce programme était focalisé sur l'écliptique et que l'orbite fortement inclinée de Pluton la plaçait à cette époque en dehors du champ des photographies. Lowell ne baisse pas les bras pour autant et décide de redoubler d'efforts, notamment lorsqu'il voit apparaître un concurrent : William Pickering. Celui-ci annonce en 1908 la présence d'une planète qu'il nomme « O » de deux masses terrestres, à une distance de 52 ua et d'une période de 373 ans. En 1911, Lowell fait l'acquisition d'un comparateur à clignotement, machine destinée à l'analyse photographique lui permettant de comparer les clichés beaucoup plus vite (deux séries de photos sont prises à quelques jours d'intervalle pour repérer le mouvement éventuel d'un astre) et entame une nouvelle série de photographies. Un nouvel échec qui le mènera à se désintéresser de sa planète X.

Percival Lowell meurt en 1916 mais laisse dans son testament de quoi poursuivre les recherches sans se soucier des problèmes d'argent, bien que des problèmes d'héritage avec sa femme finissent par réduire le budget de l'observatoire. Or dix ans plus tard, l'observatoire nécessite un nouvel instrument. Abott Lawrence Lowell, le frère de Percival Lowell, accepte de donner dix mille dollars pour la construction d'un télescope de 13 pouces que Clyde W. Tombaugh sera chargé de piloter pour cette lourde tâche qu'est la cartographie minutieuse du ciel, à la recherche de la planète X. Tombaugh réorganise son plan de travail et procède à trois prises au lieu de deux afin d'augmenter les chances de percevoir le mouvement de la planète. La troisième série de clichés prend fin le 29 janvier 1930 et commence alors l'analyse des plaques photographiques. Le 18 février à 16 heures, il remarque un point de magnitude +15 bouger d'une plaque à l'autre sur deux photographies prises les 23 et 29 janvier. L'équipe de l'observatoire Lowell, après avoir pris d'autres photographies permettant de confirmer la découverte, télégraphie la nouvelle au Harvard College Observatory le 13 mars 1930.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pluton et Charon.

La planète est nommée à la fois en référence au dieu romain des enfers et à Percival Lowell dont les initiales forment les deux premières lettres de Pluton. Ses initiales forment le symbole de Pluton (♇). Le nom fut suggéré par Venetia Burney, une jeune fille de onze ans d'Oxford, en Angleterre.

De nombreux observatoires se mettent alors à observer cette nouvelle planète, afin de déterminer son orbite le plus précisément possible. En revenant en arrière, Pluton est rétroactivement observée sur des plaques photographiques remontant jusqu'à 1909.


Caractéristiques orbitales

Époque 18 mars 2006 (JJ 2 453 800,5)
Demi-grand axe 5 906 450 638 km
(39,48218387 ua)
Aphélie 7 375 927 931 km
(49,31 ua)
Périhélie 4 436 824 613 km
(29,66 ua)
Excentricité 0,25024871
Période de révolution 90 613,3058 j
(248 a 31 j 7,34 h)
Vitesse orbitale moyenne 4,74 km/s
Inclinaison 17,14175°
Nœud ascendant 110,30347°
Argument du périhélie 113,76329°
Anomalie moyenne  ?
Catégorie Objet transneptunien, Planète naine


Caractéristiques physiques

Dimensions 2 306 ± 20 km (diamètre)
Masse (1,314 ± 0,018)×1022 kg
Masse volumique 2 030 ± 60 kg/m3
Gravité équatoriale à la surface 0,655 m/s2
Vitesse de libération 1,3 km/s
Période de rotation 6,387 j
(6 j 9 h 17 min,
rétrograde)
Classification spectrale  ?
Magnitude absolue (relative 15)
Albédo 0,60
Température Min : (-240 °C);
33 K
Moy : (-229 °C);
44 K
Max : (-218 °C);
55 K


Découverte de Pluton

Découvreur Clyde W. Tombaugh
Date 18 février 1930
Désignation(s) Pluton



http://wwwassos.utc.fr/orion/planetes/Pluton.php



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Roswell-1947 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Ils sont là, ils sont hostiles et des gens puissants nous cachent leur existence.
L'histoire telle que nous la connaissons n'est qu'un véritable mensonge... »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aventures-fr.creer-forums-gratuit.fr/forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dossier : Cartes d'identités des Planètes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dossier : Cartes d'identités des Planètes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dossier : Cartes d'identités des Planètes
» Voyages à l'étranger : l'extension de validité des cartes d'identité pose des problèmes kafkaïens
» Les puces électroniques sur les cartes d'identité
» Carte d'identité biométrique, sa puce, sorcellerie et chakras
» Documentaire 04: Planete Choc Dossier OVNI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UFO INVESTIGATIONS-MOVIES :: ESPACE EVASIONS & DECOUVERTES :: ESPACE ASTRONOMIE et OBSERVATIONS-
Sauter vers: